Le ministère de la Justice met en garde: La retenue sur salaires des grévistes va se poursuivre    Décès du militant associatif Tarek Ben Hiba    Sfax: Prix au marché Bouchouicha [Vidéo]    Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion de la commission administrative nationale de l'UGTT    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    CSS: A trois points du bonheur    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    EXPRESS    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'Ecole de l'Acteur concrétise un vieux rêve pour moi »
Publié dans Le Temps le 14 - 09 - 2016

A la tête du Théâtre national tunisien depuis 2014, l'auteur et metteur en scène Fadhel Jaïbi y a créé l'Ecole de l'Acteur qui va bientôt entamer sa troisième session de formation pratique d'acteurs professionnels sous forme d'ateliers dirigés par des professionnels et des universitaires tunisiens et étrangers de renom. A cet effet, « Le Temps » a rencontré Fadhel Jaïbi. Interview.
Le Temps : Pourquoi une Ecole de l'Acteur et plus encore au Théâtre national ?
Fadhel Jaibi : Cela correspond à un vieux rêve. Fils d'enseignant, je ne fais que transmettre depuis toujours. Je n'ai jamais arrêté de travailler depuis Gafsa, le Kef, à former et me former à travers la formation des autres. J'ai effectué un nombre incalculable de stages en Tunisie et dans le monde. J'ai toujours rêvé d'une école privée de théâtre. Et quand on m'a proposé le poste de directeur du Théâtre national tunisien, ma première condition était la création d'une école. Et contrairement à la rumeur, je n'ai rien contre la formation académique qui donne de futurs enseignants, ce qui est d'une grande importance. Sauf que cette institution s'est toujours coupée de la réalité. C'est un constat objectif. Quand les ressortissants de l'ISAD viennent me voir et dont certains sont habités par l'art de l'acteur, la tête est plus ou moins bien faite, mais le reste est très approximatif et très précaire. J'ai travaillé avec eux en parlant de technique et de savoir. La technique seule ne suffit pas et comme disait Rabelais : « Science sans conscience, n'est que ruine de l'âme. » Si tu n'as pas la conscience, c'est-à-dire la lucidité, tu ne pourras pas avancer. Et quand l'ISAD ne forme ni acteur, ni metteur en scène, ni auteur dramatique, je me suis dit que je vais m'occuper de cette « Sanâa », ce savoir-faire nécessaire. Cela a donné lieu au « Jeune Théâtre national » pour donner un sang nouveau à l'institution pour un renouvellement impératif, sinon vital et transmettre la connaissance. Il s'agit de 18 acteurs diplômés de l'ISAD, des Beaux Arts, du cinéma, de l'architecture et de la musique. Durant les tournées de « Violence(s) du Sud au Nord de la Tunisie, les spectateurs ne distinguaient pas entre les grands acteurs et les débutants. Ces jeunes acteurs ont joué dans les pièces de Sonia Zargayouna, Raja Ben Ammar, Fadhel Jaïbi et Jalila Baccar. Aujourd'hui, nous sommes en période de recrutement et ouverts à tous.
La coproduction est –elle une ouverture sur le théâtre mondial ?
Un théâtre de l'ici et du maintenant, qui reflète l'image du Tunisien, qui lui renvoie son image. C'est un théâtre vivant qui a produit des dizaines de spectacles et qui s'est adressé à des dizaines de milliers de spectateurs depuis « J'ha », « El Borni wel Atra », « L'Instruction », « La Noce », « Ghassalet Enouader », « Jounoun », « Khamsoun » et « Violences. » C'est plus qu'une ouverture. Cette dernière a commencé depuis trente ans. C'est plutôt quand les grands festivals et les grands théâtres nous invitent Jalila Baccar et moi avec le théâtre qu'on crée. « Khamsoun » a été créée au Théâtre de l'Odéon, en plus d'autres créations en Allemagne, à Avignon. Les spectacles sont diffusés un peu partout. Tant que tu fais avancer la réflexion et l'esthétique théâtrale, sans aucune diplomatie, tu es le bienvenu. La dernière pièce « Violence(s) a été coproduite par le Piccolo Teatro de Milan, l'un des plus grands théâtres du monde qui existe depuis 1947. On nous invite Jalila et moi à créer, « Tsunami » au Théâtre national d'Annecy, « Khamsoun » a été créée à l'Odéon Théâtre de l'Europe, à Paris, et tournée dans le monde entier. Un partenariat très important pour montrer une technique et un discours alternatifs.
Votre travail à la tête du TNT vous a-t-il empêché de vous consacrer un peu plus à la création et à la mise en scène ?
Cela ne m'empêche pas du tout. C'est une gageure et un pari. Durant ces deux années, nous avons réussi le pari du redressement de l'institution, un chantier qui est toujours ouvert. Nous avons monté 7 spectacles et nous avons entamé le huitième. Nous avons donné 200 représentations dont plus de la moitié avaient eu lieu à l'intérieur du pays et à travers le monde. Au « Quatrième Art », nous avons créé le « Café culturel » avec le « Happy Hour », organisé des lectures d'œuvres théâtrales, le ciné-club et le Cinéma de la Paix.
Interview réalisée par :


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.