Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de Samedi    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de Samedi    Prévisions météo pour ce samedi    Fête du Mouled: Démarrage de la 4ème édition du festival à Kairouan    Le nouvel ambassadeur de Tunisie à Stockholm, Riadh Ben Slimane: Une attention royale    Entretien entre Kaïs Saïed et Josep Borrell    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Bizerte : saisie de quantités de fruits secs et zgougou impropres à la consommation    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Tunisie – Najla Bouden se réunit avec les membres de son gouvernement    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : Déclaration du Cercle Kheireddine à propos des événements du 25 juillet
Publié dans Tunisie Numérique le 01 - 08 - 2021

POUR QUE LE 25 JUILLET 2021, QUI A LIBERE UNE TUNISIE MARTYRISEE, MARQUE L'ENTREE DANS UNE ERE PLEINEMENT DEMOCRATIQUE, DE PROSPERITE ET DE JUSTICE

Dans l'histoire contemporaine de notre pays, la date du 25 juillet 2021 sera gravée, après notre indépendance (20 mars 1956) et notre Révolution (14 janvier 2011), comme celle de sa troisième libération. Les centaines de milliers, voire les millions de Tunisiennes et de Tunisiens qui sont sortis, bravant le couvre-feu, dans les artères de toutes les villes, au son des youyous et du klaxon des voitures, exprimer leur joie et leur allégresse, en sont l'expression la plus vivante.
Elle marque la fin de la soumission de la Tunisie à un parti dominant anti-national inscrit au cœur de la mouvance des Frères musulmans et dans la pleine allégeance à la Turquie de l'AKP et de son président Erdogan. Elle marque la fin de l'Assemblée de la honte, refuge des trafiquants et des contrebandiers, des députés voyous, auteurs effrontés d'agressions et de violences physiques à l'encontre de leurs collègues femmes de l'opposition. Des députés bénéficiant d'une immunité totale, en amitié avec les terroristes, n'hésitant pas à accompagner des fichés S à l'aéroport et à sermonner et menacer les fonctionnaires de la police des frontières pour les obliger à les laisser quitter le territoire malgré l'interdiction.
Le 25 juillet 2021 marque la fin de la Tunisie, premier exportateur mondial de jihadistes, terre d'accueil des grands prêcheurs du jihad venus d'Orient auxquels sont offerts tous les honneurs officiels et de grands stades pour inciter les jeunes à la haine de l'Occident, de ses alliés et des mécréants et les appeler à rejoindre les champs de combat et de sacrifice.
Il marque la fin d'une justice et d'une police aux ordres, qui ont soustrait plus de 6 268 dossiers de terrorisme et des dizaines de dossiers portant sur l'embrigadement des jeunes vers les zones de conflit.
Il marque la fin d'une justice qui ne donne pas suite aux rapports de la Cour des Comptes, rendant compte d'importants financements extérieurs qui auraient dû disqualifier les listes du parti Ennahdha et du parti Qalb Tounès
Il marque la fin d'une caste dirigeante avide de pouvoir, opportuniste, cupide, rapidement enrichie et dont le train de vie et les signes extérieurs de richesse (voitures de grand luxe, villas cossues dans les quartiers les plus huppés) ne sont même pas dissimulés, pendant que le peuple souffre d'une grave détérioration de ses conditions quotidiennes d'existence et de tous les services sociaux et pendant que la jeunesse et les régions délaissées –les vecteurs de la Révolution de la Dignité- sont vouées au désespoir et au sous-développement.
Un parti politique au pouvoir, promoteur d'un capitalisme de bazar, d'une nouvelle bourgeoisie compradore, composée de ses membres et de ses affidés ; destructeur des institutions de développement que la Tunisie a édifiées au cours d'un demi-siècle. Un parti politique qui a utilisé l'Administration et les entreprises publiques pour fournir emplois et privilèges à ses membres et sympathisants, faisant de la Tunisie le pays dont la masse salariale publique est l'une des plus importantes au monde.
La classe gouvernante, au visage de laquelle les Tunisiennes et les Tunisiens ont crié leur mépris et leur colère, est celle qui a conduit le pays à la plus grande crise de COVID-19 du monde et a fait exploser son système sanitaire malgré la générosité et la mobilisation jour et nuit de son corps médical et para-médical ; elle est celle qui a conduit le pays à la banqueroute, à la quasi-cessation de paiement, à la régression économique et sociale ; au désespoir de la jeunesse et de toutes les générations. Une œuvre de destruction massive, c'est ce qu'a subi sous son règne la Tunisie ; une Tunisie martyre.
De la démocratie, la Tunisie ne présentait que la façade. Un processus de régression généralisé, de chute dans les abîmes, de profond rejet de ce qui était présenté comme la « démocratie » était à l'œuvre, un lien étant tissé dans les esprits des gens entre démocratie, corruption et régression.
Le Cercle Kheireddine tient à rendre hommage au courage de toutes les personnes qui ont rendu cela possible et à la hardiesse du Président de la République pour les mesures qu'il a prises pour le salut de la Tunisie. Un immense espoir est né ; les Tunisiennes et les Tunisiens reprennent goût à la vie ; ils croient possible un avenir meilleur. La démocratie n'est pas la cause de notre malheur ; elle est l'événement qui a fait de nous un peuple fier et libre ; elle nous donne des moyens plus grands pour accéder à la prospérité partagée.
Pour que ce 25 juillet ne soit pas une page sans lendemain, il faut que la démocratie tunisienne renaisse de ses cendres, qu'elle soit une démocratie vibrante, que les gouvernants deviennent au service des gouvernés, que le fossé, l'abîme, qui sépare la société de ses élites politiques soit rapidement comblé, que la justice sociale soit activée. Les libertés, toutes les libertés publiques, individuelles et collectives, doivent être scrupuleusement respectées ; l'indépendance de la justice et l'Etat de droit doivent être restaurés ; la lumière doit être faite sur les assassinats des martyrs ; les procès doivent être des procès équitables et transparents.
La Tunisie ne doit pas rater ce nouveau rendez-vous avec l'histoire.
La confiance de nos investisseurs doit être restaurée ; nos partenaires internationaux doivent être rassurés : la Tunisie est un pays libre, accueillant et ouvert.
La sortie de la crise politique, sanitaire, économique, sociale et morale que traverse notre pays doit être une œuvre collective, à laquelle la société civile et la jeunesse au premier rang doivent être les agents, le levain.
Le travail, la lutte contre la rente et la corruption, les compétences et la créativité doivent être mobilisés afin de définir un nouveau contrat social basé sur la participation, l'excellence, la transparence et la dignité.
De nos échecs et de nos avancées, il nous faut tirer les leçons. Toute la vérité et toute la lumière doivent être faites sur les abus et les erreurs de cette dernière décennie. Quitte à condamner et par la suite, s'il le faut, pardonner. Ensemble, nous devons mettre les fondements de la IIIe République : une République démocratique, prospère et juste dans laquelle l'activité politique est soumise à la morale, et les gouvernants sont au service des gouvernés. Une République dotée d'une nouvelle Constitution fondée sur un équilibre des pouvoirs et un système de contre-pouvoirs à laquelle le peuple aura contribué à travers un référendum.
Vive la Tunisie libre et indépendante
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.