Il n'y aura plus de Facebook à partir de demain... Il s'appellera Meta !    Grandes cultures : Signature d'une convention de partenariat entre l'UTAP, l'INGC et la BNA pour accompagner les producteurs    Championnat Arabe Handball : EL MAKAREM 4 sur 4    Fermeture de Nessma TV - Hichem Snoussi rejette tout lien avec la présidence de la République    Ghazi Chaouachi appelle Kais Saied à éclairer l'opinion publique sur ce point    La Tunisie parmi les 10 pays africains les plus endettés    Opportunités : Le marché nigérien tend la main aux businessmen tunisiens    Ghazi Chaouachi : Le discours populiste de Kais Saied ne mènera nulle part    Le président de la République exige un audit minutieux des prêts et dons accordés à la Tunisie    Tunisie- Accidents de la route : 50% des morts sont des jeunes    Le 4ème sommet anti-tabac : Nouvelle ligne de défense contre le fléau du tabagisme    Report de l'affaire de harcèlement sexuel dans laquelle est accusé Zouhair Makhlouf    La Tunisie dispose d'un stock de céréales pour seulement 3 mois de consommation    Le septième congrès électif de l'ODC, aura lieu les 5 et 6 novembre    Violation à grande échelle des données personnelles dans le milieu universitaire tunisien, s'inquiète l'INPDP    Le CA Bizertin annonce officiellement le départ du président Abdessalem Saidani    Pour les vacances scolaires : Les belles surprises de la Cité des sciences    Le financement des projets d'infrastructure objet de la rencontre entre Samir Saïed et Sarra Zaâfrani    Tunisie-Terrorisme: Démantèlement d'un dangereux réseau    Perturbation de l'approvisionnement en eau potable dans la région du Sahel    Marwen Trabelsi revient avec une première exposition personnelle de peinture "Jardin Intérieur"    Classico ESS-CA : Compos probables et Historique    Augmentation de capital de One Tech Holding : Moncef Sellami tient la promesse faite aux actionnaires    Exposition "Viral" de l'artiste iranienne Yassi Pishvaei à l'espace Mouhit    Foot Européen : Programme TV de jeudi (HT)    CAN 2021 : la CAF autorise 28 joueurs par sélection au lieu de 23    L'UGTT soutient le gouvernement Bouden    Problèmes de l'environnement à Sfax : Pas de solutions immédiates, assure Leila Chikhaoui    Sfax: Aujourd'hui, grève générale dans le secteur privé [Vidéo en direct]    Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce jeudi    Falsification de titres fonciers à Ben Arous : Quatre agents administratifs impliqués    L'aéroport de Tobrouk reprendra ses vols vers la Tunisie    France : Paris : La gare du Nord évacuée suite à une alerte à la bombe !    Grave accusation contre Bin Salman : il aurait planifié le meurtre du roi Abdallah    CSS vs EST : où regarder le match de la 2ème journée de ligue 1 tunisienne du 27 octobre    Pièce de théâtre "Langar" du 28 au 30 octobre à El Teatro    Ons Jabeur se hisse à la 7ème place mondiale    Le cauchemar de Macron : l'Algérie interdit le français dans les administrations    Métamorphose #2 de Essia Jaïbi et Jalila Baccar en ligne le 29 octobre    Vient de paraître : " Quatrains en déshérence ", un recueil poétique de Abdelaziz Kacem    Les Retrouvailles Musicales avec le CSO autour de Mozart et Saint-Saëns    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une IIe République toujours en devenir
58e anniversaire de la proclamation de la République
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 07 - 2015

Aujourd'hui, la Tunisie célèbre le 58e anniversaire de la République, dans un nouveau contexte marqué par l'adoption d'une nouvelle Constitution de janvier 2014 qui a remplacé celle de juin 1959, l'instauration de nouvelles institutions issues d'élections libres et transparentes et l'engagement du pays dans un processus démocratique qui se veut irréversible. Un contexte qui tranche avec celui des premières années de l'indépendance marquées par d'autres soucis, ceux d'un pays exténué par 75 ans de colonisation, pauvre et sans ressources et dont la seule arme était la volonté de son peuple en osmose avec celle des leaders de l'indépendance autour de « son combattant suprême », Habib Bourguiba.
Quand le Bey « signa » la fin de son règne !
Aux origines, il y a ce décret beylical promulgué le 29 décembre 1955, appelant à l'élection d'une Assemblée nationale constituante pour le 25 mars 1956, ayant pour but de doter le royaume d'une Constitution. En signant ce texte, Mohamed Lamine Bey, dernier monarque husseinite, n'avait pas imaginé un seul instant qu'il signa en même temps la fin d'une dynastie qui a régné sur le pays plus de deux siècles et demi (252 ans exactement). Ledit décret comporte trois dispositions. Il convoque une Assemblée nationale constituante pour le 8 avril 1956. Il précise ensuite que cette Assemblée devra être élue au suffrage universel direct et secret et stipule, enfin, que cette même Assemblée sera chargée d'élaborer une Constitution pour la monarchie, laquelle « constitution sera revêtue du sceau du Bey ». Depuis, les choses se sont précipitées avec d'abord la victoire du Front national composé du Néo-Destour dirigé par Habib Bourguiba, de l'Union générale tunisienne du travail, de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche et de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat, qui remporte la totalité des 98 sièges. Cette victoire devra assurer une bonne marge de manœuvre à Bourguiba qui n'a jamais pris la famille beylicale dans son cœur, coupable, d'après lui, de tout ce qu'avait enduré le peuple tunisien durant la période coloniale. Il pesa de tout son poids pour amoindrir les pouvoirs du Bey et orienter les débats vers la suppression de la monarchie. Elu président de la Constituante, il n'y resta finalement que quelque trois jours se voyant proclamer par cette même Constituante président du Conseil le 11 avril 1956. Commença alors un transfert méthodique des pouvoirs du Bey vers le président du Conseil. Ce fut le début de la déchéance du Bey isolé dans son palais sans contact avec les membres de l'Assemblée. D'après certains de ses compagnons, « Bourguiba avait dans l'esprit de proclamer la République le 1er juin 1957 », date symbole pour tous les Tunisiens qui coïncide avec « le retour triomphal du combattant suprême » de son exil français. Mais certains événements survenus entre temps avec l'ancien pays colonisateur avaient retardé l'échéance.
Force est de souligner que la commission chargée de préparer le projet de la Constitution avait, au départ, opté pour une monarchie constitutionnelle, conformément au décret de décembre 1955. D'ailleurs, l'article premier qui avait à l'époque suscité un débat intense, notamment, autour de la place de l'Islam et s'il devait être défini comme religion du nouvel Etat, stipulait dans sa première mouture, que la Tunisie est « une monarchie constitutionnelle dont la devise est liberté, ordre et justice ». Mais au fur et à mesure de l'avancement des travaux, des voix commencent à s'élever pour critiquer parfois avec véhémence la monarchie et la rendre responsable de tous les maux du pays. Une manière de discréditer le Bey et de précipiter sa chute.
« La barque Tunisie » a failli chavirer
L'histoire s'accélère alors, et le 25 juillet 1957 Bourguiba convoque une réunion conjointe entre le bureau politique du Néo-Destour dont il est le président et le Conseil des ministres pour décider de proposer à l'Assemblée nationale constituante une résolution ayant pour objectif de dissoudre la monarchie, de proclamer la République et de désigner Habib Bourguiba comme chef de l'Etat avec le titre de président de la République. La résolution lue par le président de l'Assemblée, Jalouli Farès, fut adoptée à l'unanimité. C'était jeudi 25 juillet 1957 à 18.h00.
Ceci pour l'histoire. Et il serait, peut-être, fastidieux de revenir sur les différentes péripéties de la jeune République tunisienne et les faits marquants de ces 58 dernières années. Ni sur les heurs et malheurs du peuple tunisien au cours de cette période. Laissons cette tâche aux historiens et autres analystes de tout acabit. Et concentrons-nous sur cette IIe République dont on espère beaucoup qui vient d'être instaurée suite aux élections législatives d'octobre 2014 et l'élection présidentielle de novembre et décembre de la même année et qui ont mis fin à une période provisoire qui a duré plus que prévu. Période marquée par plusieurs événements qui ont failli faire chavirer « la barque Tunisie », avec trois assassinats politiques, l'émergence du phénomène du terrorisme directement et indirectement encouragé par le laxisme des différents gouvernements et des difficultés sociales et économiques.
Partie pour être un exemple à méditer et à suivre, cette Tunisie est en pleine zone de truburlences par la faute de ses enfants. Plus de quatre ans après le 14 Janvier 2011, les difficultés s'amoncellent et on navigue à vue. Pourtant, les dernières élections ont soulevé un immense espoir auprès des Tunisiens classés parmi les peuples les plus pessimistes du monde. Alors que la guerre totale est déclarée contre le terrorisme et que le président de la République multiplie les appels à la mobilisation générale, il y a comme une certaine indifférence chez une partie des Tunisiens et comme une connivence chez d'autres. La situation n'incite guère à l'optimisme.
La situation sécuritaire, sociale et économique n'est pas en reste. La restauration promise de l'autorité de l'Etat se fait attendre et les indicateurs sont pour la plupart au rouge. Le taux de chômage grimpe, le déficit économique s'aggrave, la précarité s'installe et l'on est beaucoup plus dans une « approche misérabiliste » de la situation sociale. Le double langage dans les positions de certains hommes politiques beaucoup plus soucieux de leurs intérêts partisans, ajoute à cette situation intenable, au moment où l'on s'attendait à une forte mobilisation de la classe politique, de la société civile et des médias pour assurer les conditions idoines au passage à cette IIe République.
Justice transitionnelle ou justice vengeresse ?
Qui veut donc faire avorter l'avènement de cette deuxième République ? Tout le monde accuse tout le monde et le peuple semble être le dindon d'une farce, une farce écrite et jouée par des politiciens, survenus de nulle part, sans envergure et sans vergogne, dont le discours se trouve relayé par une certaine presse en mal de repères, et qui entraînent dans leur sillage une partie de la population, souvent de bonne foi parce qu'ignorant les vrais desseins d'un projet diabolique visant à casser ce processus tant espéré et souhaité. Ce climat de suspicion entre les acteurs de la vie politique et ces accusations qui fusent de partout ne font que semer le doute dans les esprits, renforcer la méfiance des Tunisiens vis-à-vis des partis, en général, et des hommes politiques, en particulier.
Sur un autre plan et au moment où le chef de l'Etat, en tant que garant de la stabilité du pays et de sa pérennité, annonce une initiative qui devra aboutir à la réconciliation nationale et à tourner une page douloureuse de l'histoire, des voix s'élèvent pour la dénoncer, prônant des formes « d'inquisitions » pour sanctionner toute la période couvrant la première République et au-delà. Puisant dans les archives de l'histoire dans le dessein de trouver des traces de crimes susceptibles de poursuites, ils ne voient que « ruines et sang » dans toute la période du 1er juillet 1955 à décembre 2013. Une aberration imposée par des revanchards haineux, en une nuit de décembre 2013, pour « pondre » une loi sur la justice transitionnelle qualifiée par certains de « justice vengeresse ».
Le temps n'est plus aux supputations, ni au dénigrement et encore moins à la division. Il est plutôt au resserrement, des rangs et au rassemblement. Les institutions de la République sont là, fruit de la volonté populaire. Le gouvernement qui se trouve être la cible de critiques parfois acerbes et proférées en des termes crus, doit être considéré comme un partenaire stratégique pour l'ensemble des partis politiques. Ce gouvernement, qui fait face à plusieurs difficultés conjoncturelles et autres, ne pourra pas résoudre tous les problèmes. Il faut cesser de le harceler et chercher plutôt à lui assurer un soutien critique et l'aider à mener à bien le processus actuel.
Il est impératif, aujourd'hui, que les formations politiques, indépendamment de leurs sensibilités et idéologies, tout comme les organisations nationales et la société civile, s'unissent autour du seul objectif: comment assurer le passage vers la IIe République, sans casse ni dégâts. A leur tour, les médias doivent véhiculer un nouveau discours rassembleur, mais pas unanimiste, faire passer des messages appelant à la concorde et la réconciliation.
En dépit de ce sombre tableau, l'espoir est permis. Le peuple tunisien qui, le 25 juillet 1957, fêta l'avènement de la République après avoir, une année et quelques mois plus tôt, fêté dans la joie et l'allégresse l'indépendance du pays, saura, sans nul doute, « être au rendez-vous de l'histoire », pour reprendre un terme cher à Bourguiba. Pour fêter l'avènement de la IIe République sur des valeurs pour lesquelles ses enfants ont donné de leurs vies : dignité, liberté, justice et égalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.