En cas d'égalité de points entre le CSS et l'ESS, qui sera le deuxième ?    Un jour, une étape, une carte postale : Performance marchée – 3000 km pour relier Paris à Sousse de l'artiste Ridha Dhib    La Tunisie présente ses opportunités d'investissement auprès des entreprises grenadiennes    En Italie, un réseau de migration clandestine démantelé dévoile l'implication de policiers    Tunisie: Le ministre de l'Intérieur auditionné demain vendredi par l'ARP    Ligue des champions : où voir la finale aller ?    Officiel : Le FC Barcelone recrute Ludovit Reis    Ooredoo gâte les mamans pour la fête des mères    En vidéo : Tous les détails sur l'événement Lamet El Khir 1.0    Advans Tunisie finalise avec succès son premier emprunt obligataire    manifestation et arrêt de travail à l'Institut Salah Azaiz    Il faut des réformes pour assurer l'indépendance de la BCT, conseille Taoufik Baccar    La Tunisie élue membre permanent du Forum International du Transport    Deux blessés graves dans un accident de la route à Enfidha    Tunisie: Arrêt du travail dans le service des consultations externes à l'Institut Salah-Azaïz    J-2 avant la clôture de l'appel à projets Village 2019 d'Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange    L'ISIE prolonge jusqu'au 15 Juin 2019 la période d'inscription sur les listes électorales des législatives    Violence(s) Jalila Baccar et Fadhel Jaibi    Al Badil Ettounsi déplore ce à quoi est exposé le Chef du gouvernement et certaines personnalités politiques    René Trabelsi salue toutes les unités militaires et sécuritaires veillant au bon déroulement du pèlerinage à La Ghriba    Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour corruption    Tunisie: Sauvetage de trois marins pêcheurs à Sousse après deux jours d'errements en mer    Tunisie [Vidéo]: Des tonnes d'abricots jetés au marché central de Kairouan, explications de l'UTAP    JCC 2019 : Un avant-goût du festival et 3 nouveautés révélées à Cannes    Tunisie: Possibilité de créer une entreprise en 48 heures, selon le directeur de l'API    [Vidéo] : Violence et chaos après la fin du match du match ESM–CA    20 500 nouveaux postes d'emplois dans l'industrie    Real Madrid: Eriksen officialisé après la finale de la Ligue des Champions??    Tunisie [Photos]: Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 7 millions de dinars    Des hommes d'affaires juifs veulent investir en Tunisie, déclare René Trabelsi    Tunisie: Moncef Marzouki candidat du parti Al-Harak et du mouvement Wafa pour la prochaine présidentielle    CAN 2019 : 27 joueurs présélectionnés pour le Mali    Moncef Kartas a quitté la Tunisie pour l'Allemagne    Météo: Prévisions pour jeudi 23 mai 2019    Libye : Haftar à Macron : Pas question de cessez le feu à l'état actuel    Plusieurs centaines de manifestants pacifiques jugés par contumace à Gafsa, dénonce Amnesty International    Mobilisation d'un public marocain nombreux vendredi prochain lors du match Wydad de Casablanca – Espérance Sportive de Tunis à Rabat    Ennahdha dénonce une ingérence étrangère en Tunisie    En photo : Habillée par Ali Karoui, la compagne de Cristiano Ronaldo fait sensation au festival de Cannes    Harrissamayo    Le rappeur franco-Tunisien Swagg Man édite un clip “5alina n3ichou” qui fait le buzz (vidéo)    Youssef Chahed ouvre à Djerba le congrès « La Cohabitation pacifique entre les religions », à l'occasion du pèlerinage juif de La Ghriba    Un aéroport saoudien frappé par les Houthis    Tunisie – Djerba : Le ministère du tourisme va aider à la réussite du festival d'Ulysse et à la restauration du théâtre de plein air    Pourquoi Siam Ben Youssef a-t-il décidé de mettre fin à sa carrière internationale ?    Nouvelle Zélande: l'auteur des attentats de Christchurch, inculpé d'acte terroriste    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HRW : Projet de loi sur les pouvoirs d'urgence menace les droits en Tunisie –L'exécutif peut imposer des arrestations à domicile et suspendre des associations
Publié dans Tunivisions le 21 - 02 - 2019

Nous publions le communiqué reçu de Human Rights Watch Tunisia, relatif au projet de loi débattu actuellement à l'Assemblée des représentants du peuple et qui se rapporte à l'Etat d'urgence
Le Parlement tunisien devrait abandonner ou réviser de manière substantielle un projet de loi qui donnerait au gouvernement de vastes pouvoirs pour limiter les droits lors d'états d'urgence déclarés, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch.
La législation permettrait à l'exécutif d'interdire toute grève ou manifestation susceptible de menacer l'ordre public, de placer en résidence surveillée toute personne dont les « activités sont réputées compromettre la sécurité » et de suspendre les associations sur simple soupçon de participation à des actes dommageables. Le projet de loi prévoit un contrôle juridictionnel insuffisant des mesures prises en vertu de ces pouvoirs.
«Les pouvoirs indéterminés conférés par ce projet de loi réduiraient nombre des droits que les Tunisiens se battent pour protéger depuis la révolution de 2011», a déclaré Amna Guellali, directrice tunisienne de Human Rights Watch. « Les pouvoirs d'urgence devraient être limités dans leur portée et leur durée, et soumis à un contrôle juridictionnel. »
La Tunisie est sous l'état d'urgence depuis plus de trois ans.
Le 30 novembre 2018, le président Béji Caid Essebsi a soumis le projet de loi au Parlement. Le Comité du Parlement sur les droits, les libertés et les relations extérieures a commencé à en débattre le 18 janvier 2019.
Caïd Essebsi a déclaré l'état d'urgence le 24 novembre 2015 après qu'un attentat-suicide à la bombe perpétré à Tunis ait tué 12 gardes présidentiels. Il l'a renouvelé de façon continue depuis sa dernière nomination, le 6 janvier.
Ses déclarations sont fondées sur un décret présidentiel de 1978 qui permet au président de déclarer l'état d'urgence pouvant aller jusqu'à 30 jours, renouvelable, en réponse à de graves troubles de l'ordre public. Ce décret donnait à l'exécutif – en pratique, au ministère de l'Intérieur et aux gouverneurs régionaux, membres de ce ministère – le pouvoir de suspendre certains droits. Le projet de loi actuel est conçu pour remplacer le décret de 1978 en tant que base légale des états d'urgence en Tunisie.
L'exposé des motifs annexé au projet de loi indique qu'il vise «un équilibre entre la protection de l'Etat et du territoire national contre les menaces internes et externes et la nécessité de respecter les droits de l'homme et les libertés fondamentales dans le cadre du principe de proportionnalité requis par la Constitution. "
Au lieu d'atteindre cet équilibre, toutefois, le projet de loi élargirait les pouvoirs étendus des autorités d'agir sans autorisation judiciaire préalable pour limiter la liberté de parole, de réunion, d'association et de mouvement et les droits syndicaux.
Le projet de loi définit «l'état d'urgence» plus largement que ne le permet le droit international, qui prévoit que les états d'urgence suspendant les droits fondamentaux ne sont autorisés que lorsqu'une situation «menace la vie de la nation». La loi permet au président d'imposer l'état d'urgence, après consultation du chef du gouvernement et du Conseil supérieur de la sécurité, pour une durée de six mois, renouvelable pour trois mois, lorsque surviennent des événements «de par leur ampleur, de type catastrophe » ou en cas de «danger imminent, menaçant l'ordre public», la sécurité des personnes et des institutions, ainsi que les intérêts vitaux et les biens de l'Etat. Le projet de loi n'énonce pas clairement la durée maximale de l'état d'urgence, laissant à l'exécutif le droit de le renouveler indéfiniment.
En vertu de ce projet de loi, les gouverneurs et le ministre de l'Intérieur maintiennent les pouvoirs prévus par le décret de 1978 pour interdire à une zone géographique toute personne cherchant à « entraver de quelque manière que ce soit l'action des autorités publiques », ou tout rassemblement public considéré comme mettant en danger l'ordre public ou la sécurité et fermant les salles de réunion publiques.
Le projet de loi ajoute aux pouvoirs de 1978, permettant au ministre de l'Intérieur de placer des personnes sous «contrôle administratif», leur imposant de s'inscrire au poste de police trois fois par jour. Le ministre peut également confisquer un passeport ou ordonner l'interception de communications. Les autorités peuvent fouiller les lieux fréquentés par toute personne soupçonnée de constituer une «menace pour la sécurité nationale» et saisir leurs ordinateurs ou autres systèmes d'information sans ordonnance judiciaire.
Le projet de loi habilite également les autorités à ordonner à une association de suspendre toutes les activités que les responsables jugent «contribuent à entraver l'ordre public ou la sécurité» ou «entravent le travail des autorités publiques». Cette loi annule la loi de 2011 sur les associations qui donne au pouvoir judiciaire la prérogative exclusive de suspendre une association.
Comme Human Rights Watch l'a documenté, les opérations de police sous l'état d'urgence ont entraîné de nombreux abus, avec des conséquences désastreuses pour les cibles et leurs familles.
Les autorités ont placé plus de 130 personnes en résidence surveillée et ont restreint les déplacements de centaines d'autres. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi et sont devenues suspectes d'amis et de voisins.
L'article 4 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) autorise les Etats «en période de danger public menaçant la vie de la nation».
HRW Tunisie : Amna Guellali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.