Tunisie – AUDIO : Suspension de trois enseignants pour avoir donné des cours particuliers à domicile    Italie : Vingt tunisiens impliqués dans une enquête concernant le financement du terrorisme    Tunisie – AUDIO : Yassine Brahim : de nombreux hommes politiques ne sot pas dignes de confiance car ils se laissent facilement acheter    Coupe d'Afrique des Nations 2019 : Résultats des dernières rencontres et liste des Nations qualifiées et celles éliminées    Algérie-Tunisie : Où voir le match ?    CAN 2019: Le Zimbabwe et la RD Congo qualifiés    Programme des matchs amicaux des formations de Ligue 1    Noureddine Tabboubi présidera demain à Hammamet Sud le Congrès de la Fédération générale de la Poste    La Voie Normale « عالسّكّة » : Un film d'Erige Sehiri – Le mardi 26 Mars à la Cité de la Culture    U23: Formation rentrante de la Tunisie face au Soudan du Sud    La Grande Bretagne conseille à ses ressortissants d'éviter le Maroc pour « risque élevé d'attentats terroristes »    D'énormes attentes, très peu d'espoir    VIDEO : Panique et mouvement de foule à Disney Land Paris par peur d'un attentat    L'USS Arlington, un fleuron de l'US Navy, en escale    Exercices militaires conjoints    Daech en Syrie: « Game over »? Pas si sûr !    Journalistes, ne lâchez pas prise !    «La date de l'élection présidentielle est définitive»    Mansour M'henni commente à sa manière les démissions d'Abderraouf Chérif du ministère de la Santé et de Ridha Charfeddine de Nidaa Tounes    Tunisie – Revirement de situation? Ennahdha : Clin d'œil à BCE et froncements de sourcils à Chahed    Tout petit mais si grand !    De bon augure    Tunisie – 90 individus armés investissent le port de La Goulette et entendent émigrer par la force    Tunisie – Grève des médecins, dentistes et pharmaciens, le jeudi 4 avril    Quand les lycéens se transforment en dealers    Le nombre d'élèves agressés se monte à 30    2,5 MD pour la réhabilitation de plusieurs écoles primaires    De nouveaux puits seront forés    « Daesh » totalement éradiquée en Syrie après la récupération de Baghouz, dernier bastion resté entre ses mains    Semaine de la Journée Mondiale du Théâtre : Rouge Rouges de Gérard Astor – Vendredi 29 Mars au 4ème Art    Elim. Euro 2020: Le programme de ce dimanche    Météo: Prévisions pour dimanche 24 Mars 2019    Tunisie – René Trabelsi revendique pour la Tunisie un siège à l'OMT    Mouvement de panique à Disneyland Paris suite à une rumeur d'attaque    Ligue 1 : Le match USBG-ESS désigné    Paris sous haute surveillance policière et militaire : Les gilets jaunes ont préféré rester discrets    Samir Abdelkrim – Consultant et Journaliste – lance « StartupBRICS », un site d'actualités technologiques en Afrique    La Tunisie se livre à l'expérience de la culture du coton    L'ISIE va-t-elle changer la date de l'élection présidentielle, Nabil Baffoun explique    Le droit à la différence en avant-plan    Le conquistador du street art    Pour répandre l'amour de l'art et la bonne humeur !    Semaine de la Journée Mondiale du Théâtre : The Other Side of The Garden d'Ossama Halal – le 28 Mars au 4ème Art    La BCT exprime son inquiétude    Températures en légère hausse à partir de demain    Journées Poétiques de Carthage du 22 au 29 mars 2019 à la Cité de La Culture (Programme)    Le film Tunisien “La voix Normale” d'Erige Sehiri à partir du 27 mars dans les salles (B.A. & synopsis)    Semaine de la Journée mondiale du théâtre : « Amal » de Majdi Bou Matar le dimanche 24 Mars au 4ème Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HRW : Projet de loi sur les pouvoirs d'urgence menace les droits en Tunisie –L'exécutif peut imposer des arrestations à domicile et suspendre des associations
Publié dans Tunivisions le 21 - 02 - 2019

Nous publions le communiqué reçu de Human Rights Watch Tunisia, relatif au projet de loi débattu actuellement à l'Assemblée des représentants du peuple et qui se rapporte à l'Etat d'urgence
Le Parlement tunisien devrait abandonner ou réviser de manière substantielle un projet de loi qui donnerait au gouvernement de vastes pouvoirs pour limiter les droits lors d'états d'urgence déclarés, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch.
La législation permettrait à l'exécutif d'interdire toute grève ou manifestation susceptible de menacer l'ordre public, de placer en résidence surveillée toute personne dont les « activités sont réputées compromettre la sécurité » et de suspendre les associations sur simple soupçon de participation à des actes dommageables. Le projet de loi prévoit un contrôle juridictionnel insuffisant des mesures prises en vertu de ces pouvoirs.
«Les pouvoirs indéterminés conférés par ce projet de loi réduiraient nombre des droits que les Tunisiens se battent pour protéger depuis la révolution de 2011», a déclaré Amna Guellali, directrice tunisienne de Human Rights Watch. « Les pouvoirs d'urgence devraient être limités dans leur portée et leur durée, et soumis à un contrôle juridictionnel. »
La Tunisie est sous l'état d'urgence depuis plus de trois ans.
Le 30 novembre 2018, le président Béji Caid Essebsi a soumis le projet de loi au Parlement. Le Comité du Parlement sur les droits, les libertés et les relations extérieures a commencé à en débattre le 18 janvier 2019.
Caïd Essebsi a déclaré l'état d'urgence le 24 novembre 2015 après qu'un attentat-suicide à la bombe perpétré à Tunis ait tué 12 gardes présidentiels. Il l'a renouvelé de façon continue depuis sa dernière nomination, le 6 janvier.
Ses déclarations sont fondées sur un décret présidentiel de 1978 qui permet au président de déclarer l'état d'urgence pouvant aller jusqu'à 30 jours, renouvelable, en réponse à de graves troubles de l'ordre public. Ce décret donnait à l'exécutif – en pratique, au ministère de l'Intérieur et aux gouverneurs régionaux, membres de ce ministère – le pouvoir de suspendre certains droits. Le projet de loi actuel est conçu pour remplacer le décret de 1978 en tant que base légale des états d'urgence en Tunisie.
L'exposé des motifs annexé au projet de loi indique qu'il vise «un équilibre entre la protection de l'Etat et du territoire national contre les menaces internes et externes et la nécessité de respecter les droits de l'homme et les libertés fondamentales dans le cadre du principe de proportionnalité requis par la Constitution. "
Au lieu d'atteindre cet équilibre, toutefois, le projet de loi élargirait les pouvoirs étendus des autorités d'agir sans autorisation judiciaire préalable pour limiter la liberté de parole, de réunion, d'association et de mouvement et les droits syndicaux.
Le projet de loi définit «l'état d'urgence» plus largement que ne le permet le droit international, qui prévoit que les états d'urgence suspendant les droits fondamentaux ne sont autorisés que lorsqu'une situation «menace la vie de la nation». La loi permet au président d'imposer l'état d'urgence, après consultation du chef du gouvernement et du Conseil supérieur de la sécurité, pour une durée de six mois, renouvelable pour trois mois, lorsque surviennent des événements «de par leur ampleur, de type catastrophe » ou en cas de «danger imminent, menaçant l'ordre public», la sécurité des personnes et des institutions, ainsi que les intérêts vitaux et les biens de l'Etat. Le projet de loi n'énonce pas clairement la durée maximale de l'état d'urgence, laissant à l'exécutif le droit de le renouveler indéfiniment.
En vertu de ce projet de loi, les gouverneurs et le ministre de l'Intérieur maintiennent les pouvoirs prévus par le décret de 1978 pour interdire à une zone géographique toute personne cherchant à « entraver de quelque manière que ce soit l'action des autorités publiques », ou tout rassemblement public considéré comme mettant en danger l'ordre public ou la sécurité et fermant les salles de réunion publiques.
Le projet de loi ajoute aux pouvoirs de 1978, permettant au ministre de l'Intérieur de placer des personnes sous «contrôle administratif», leur imposant de s'inscrire au poste de police trois fois par jour. Le ministre peut également confisquer un passeport ou ordonner l'interception de communications. Les autorités peuvent fouiller les lieux fréquentés par toute personne soupçonnée de constituer une «menace pour la sécurité nationale» et saisir leurs ordinateurs ou autres systèmes d'information sans ordonnance judiciaire.
Le projet de loi habilite également les autorités à ordonner à une association de suspendre toutes les activités que les responsables jugent «contribuent à entraver l'ordre public ou la sécurité» ou «entravent le travail des autorités publiques». Cette loi annule la loi de 2011 sur les associations qui donne au pouvoir judiciaire la prérogative exclusive de suspendre une association.
Comme Human Rights Watch l'a documenté, les opérations de police sous l'état d'urgence ont entraîné de nombreux abus, avec des conséquences désastreuses pour les cibles et leurs familles.
Les autorités ont placé plus de 130 personnes en résidence surveillée et ont restreint les déplacements de centaines d'autres. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi et sont devenues suspectes d'amis et de voisins.
L'article 4 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) autorise les Etats «en période de danger public menaçant la vie de la nation».
HRW Tunisie : Amna Guellali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.