Abdelkrim Zbidi s'entretient avec S.E. l'Ambassadeur américain Donald Blome    Annulation de 24 parfums pour les beaux yeux de Saber Rebaï    Youssef Chahed supervise la célébration de la Journée du Savoir et honore les lauréats des examens nationaux    Afric'Up, Startup Africa Summit le 24 et 25 Septembre    Grande Bretagne: Boris Johnson nouveau Premier ministre    Au Volant, le téléphone peut Tuer: Nouvelle Campagne de sensibilisation relative aux dangers du portable    Voilà pourquoi Ghannouchi prend la tête de la liste électorale Tunis 1 d'Ennahdha !    Le Néroli de Tunisie à l'honneur dans une vidéo signée Guerlain    Orange signe un accord Groupe monde sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes avec UNI Global Union    Ligue des Champions (Qualifications-2è tour): le programme de ce mardi    Hyundai Tucson gagne du terrain sur le marché tunisien    Cet été, restez en forme avec Samsung Health    12 compléments alimentaires retirés des pharmacies    Coupe du Monde 2022 – qualifications : la date du tirage au sort connue    Abdelkrim Zbidi ne sera pas candidat aux présidentielles    Le drifteur Nassim Saad classé 4ème au Middle East Drift Championship de la Jordanie    2,3 millions de dinars alloués au nettoyage des plages chaque année    Bientôt 500 Mégawatts d'électricité à partir de l'énergie solaire en Tunisie et à petits prix    Mercato : malgré l'interdiction de transferts, le Club Africain recrute un nouveau joueur    Turquie: Cinq personnes blessées par une roquette tirée depuis la Syrie    Tunisie – Météo : Légère hausse des températures à partir de mercredi    Espérance ST: liste des convoqués pour le stage à Monastir    Le pilote libyen n'était pas un déserteur    Le nouveau parti Front Populaire est légal    ESET identifie le groupe APT Buhtrap comme l'auteur d'une campagne d'espionnage extrêmement ciblée    Hand – Mondial U21 : la Tunisie en huitièmes de finale    Trois blessés dans une attaque au véhicule piégé à l'entrée d'une base militaire française au Mali    Tunisie-Abdelkarim Zbidi nie sa candidature à la présidentielle    Mercato: Nabil Fekir au Betis Séville (Officiel)    Tunisie: Lotfi Zitoun décline une offre de Rached Ghannouchi    Youssef Chahed examine les moyens et méthodes de collecte, stockage et protection de la récolte « record » des céréales    Tunisie – Le Front Populaire publie ses têtes de listes électorales    Festival Carthage 2019 : Le rappeur algérien Soolking performe à Carthage à guichets fermés (vidéos)    La fête à Carthage vendredi 02 août pour commémorer la bataille de Cannes (Programme)    L'EST n'en a pas fini avec la CAF qui lui inflige une amende de 15 mille dollars pour des incidents survenus à Rabat lors de la finale aller de la Ligue des Champions    Un avion de combat libyen atterrit ce lundi matin à Béni Khedech !    Le Bureau politique d'Al Badil Ettounsi approuve à l'unanimité toutes ses listes électorales dans 33 circonscriptions    Youssef Chahed répond par un tweet à la situation politique actuelle    Le Laico Tunis : Une atmosphère luxueuse…Une élégance sans pareil !    Tunisie: Non ratification de la loi électorale, BCE s'expliquera, selon Hafedh Caïed Essebsi    En photos : Où et comment les célébrités tunisiennes passent-elles leurs vacances ?    En Afghanistan, une explosion près d'une université fait six morts    FIFAK 2019 : 55 ans de promotion du cinéma amateur Tunisien et d'ailleurs    MYRATH « Shehili » au Festival International d'Hammamet: Une expérience incroyablement magique!    Appel à candidature à l'Ecole Pratique des Métiers de la scène : Section Acteur – Session d'Octobre 2019 à fin Juin 2021    Des armes de guerre saisies chez des néonazis italiens    OMS, 1093 morts et 5752 blessés à Tripoli    Youssef Chahed se penche sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l'UE) et ses répercussions possibles sur la Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée Mondiale de l'Environnement : En Tunisie, un droit négligé et criminalisé
Publié dans Tunivisions le 13 - 06 - 2019

Comme chaque année, la Journée Mondiale de l'Environnement organisée par les Nations Unies s'est déroulée le 5 juin dernier.
Le thème de cette année est la lutte contre la pollution de l'air, une préoccupation mondiale du fait de ses conséquences graves. En effet, La pollution de l'air est induite par la présence dans l'atmosphère de substances toxiques, principalement produites par l'activité humaine au cours de ces dernières années. Ces gaz et produits chimiques génèrent une quantité de phénomènes et conséquences pour l'environnement et la santé humaine, la stabilité de l'atmosphère, du climat de la terre et de la couche d'ozone, la santé de la population et, plus particulièrement, des individus les plus sensibles (enfants, personnes âgées, malades des voies respiratoires…).
Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) « Un air propre est considéré comme une condition fondamentale de la santé et du bien-être humains. Toutefois, la pollution de l'air continue de représenter une menace importante pour la santé partout dans le monde »[1]. En Tunisie, la dégradation de la qualité de l'air est une conséquence de la pollution industrielle, de la production et de l'utilisation des diverses sources d'énergie. La pollution concerne toutes les régions de la Tunisie. On peut citer les activités industrielles liées au phosphate : le Groupe Chimique Tunisien à Gabes et Mdhila (Gafsa), la pollution générée par l'usine d'acide phosphorique de la SIAPE à Sfax et la Compagnie de Phosphate de Gafsa (CPG) dans le Bassin minier. La briqueterie de Kalâa Sghira (Sousse) provoque de graves problèmes de santé et de conditions de vie pour les habitants. Bizerte et Kasserine sont aussi touchées respectivement par le transport du charbon pétrolier, et la pollution causée par la Société nationale de cellulose et de papier alfa (SNCPA) qui utilise le chlore pour le blanchiment de la pâte d'alfa.
Pourtant, le droit à un environnement sain est garanti par la Constitution qui stipule dans son article 45 que « l'Etat garantit le droit à un environnement sain et équilibré et la participation à la protection de l'environnement. Il incombe à l'Etat de fournir les moyens nécessaires à l'éradication de la pollution de l'environnement ». Certaines institutions ont été créées pour la protection de l'environnement : ANPE, APAL, ANGED, CITET, ANME[2]… L'instance du Développement Durable et des Générations Futures est encore à l'état de projet de loi. L'agence la plus importante, l'ANPE, a été créée pour assurer la lutte contre toutes les formes de pollution et de dégradation de l'environnement. Elle a par exemple lancé une plateforme pour la mesure de la qualité de l'air dans différentes régions du pays. L'ANPE a également mis en place le projet Gouv'AIRnance, au gouvernorat de Gabès, avec pour mission de renforcer la mesure de la qualité de l'air, par l'apport de technologies modernes de prévision haute résolution et de surveillance. Une station de mesure a été installée dans l'école primaire de Ghannouch-ouest, limitrophe de la zone industrielle dominée par les usines de transformation du phosphate.
Malgré ce cadre institutionnel, l'Etat tunisien ne garantit pas le droit à un environnement sain, comme le prouvent les nombreux mouvements de protestation et revendications environnementales. Selon l'Observatoire Social Tunisien, 371 mouvements ont été enregistré en 2018 dont 39 pendant le seul mois d'octobre[3]. En 2019, on compte déjà 69 mouvements environnementaux entre janvier et avril[4]. Ces mouvements citoyens, spontanés ou conjoints avec la société civile, ne peuvent que témoigner un état environnemental dégradé, une pollution de plus en plus accrue, et une situation sociale critique. Les mouvements « Yezzi » à Sfax, « Menash msab » à Aguerb, « Sakker lemsab » et « Stop Pollution » à Gabes, ou encore les habitants de Kalâa Sghira mettent en lumière ces problèmes, et nous soutenons leurs luttes.
Aujourd'hui, l'application du droit environnemental et le travail des agences de l'Etat ne sont pas effectifs. L'absence de volonté politique s'accompagne d'un grave manque de moyens. Les agences ne disposent pas de bureau régional dans chaque gouvernorat (Gafsa dépend de Sfax, Kairouan de Sousse…), le personnel technique est insuffisant (quelques agents pour plusieurs gouvernorats). De plus, les projets effectués, tels les actions de l'ANPE citées précédemment, sont loin de garantir les droits des citoyens. Les données des mesures ne sont pas révélées. Surtout, le suivi de l'état de pollution est important mais aucune action n'est prise quant au contrôle des déchets et d'atténuation de la pollution. La pollution à Gabès est ainsi avérée depuis longtemps. Ce sont des solutions techniques et politiques pour arrêter la pollution qui sont nécessaires, et non pour la mesurer. Ainsi, les actions entreprises sont fragiles politiquement et à faible impact. Elles ne témoignent pas d'une volonté réelle de résoudre les problèmes, mais plutôt d'un effet d'annonce.
A l'inverse, les défenseurs de l'environnement sont poursuivis. Le 8 juin 2019, 3 jours après la journée mondiale de l'environnement, Khayreddine Debaya, activiste de Gabès se retrouvait arrêté pour avoir protesté contre le déchargement du « petcoke », un combustible polluant dérivé du pétrole et destiné aux cimenteries, dont le déchargement est refusé par la société civile et des autorités locales. Cet événement s'ajoute à la longue liste des citoyens poursuivis par les autorités suite à des manifestations pacifiques pour protéger leur environnement, tels les citoyens de Kalâa Sghira contre la briqueterie, de Sidi Mathkour contre la pollution due aux usines de tomates, de Jbel Fadhloun contre une carrière en milieu naturel, de Bouficha contre les décharges anarchiques…
Suite à la journée mondiale de l'environnement du 5 juin, nous affirmons donc que la lutte contre la pollution et l'application de l'article 45 de la Constitution doivent être une priorité en Tunisie. Elles ne sont pas contraires à l'impératif de l'emploi. Elles doivent être permises par :
* L'attribution de réels moyens financiers et humains pour la protection de l'environnement ;
* Des bureaux des agences de l'Etat dans chaque gouvernorat ;
* L'arrêt de la pollution industrielle et l'application effective du droit environnemental. Les limites de pollution prévues par la loi doivent être appliquées et les dépassements effectivement sanctionnés, y compris par la fermeture des sources de pollutions ;
* Le traitement des déchets, en appliquant le principe de pollueur-payeur ;
* Des politiques économiques permettant le respect des droits humains, de l'environnement et de la santé des citoyens ;
* L'arrêt de la criminalisation des mouvements socio-environnementaux, qui demandent le respect de leurs droits.
Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux
Abderahmane Hedhili


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.