5 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Coronavirus – France : 292 morts les dernières 24 heures    Le délégué de Kondar se met en auto-isolement    Coronavirus | Tozeur : Appel à la fermeture de l'aéroport    Coronavirus : Le ministère de la Santé fait appel aux internes    Coronavirus – Zinédine Zidane : « Nous vivons un moment particulier »    Zaghouan : Décès d'une sexagénaire suspectée d'infection par le Coronavirus    Mekki : La durée du confinement pourrait durer jusqu'à la fin de l'année    Coronavirus : Le Club Africain défie le PSG, River Plate et le Zamalek    Programme d'Appui aux Médias en Tunisie (PAMT) Une moisson à la hauteur du labeur    UTAP : Annulation des autorisations pour le déplacement sur le marché    La Banque africaine de développement place un emprunt obligataire social, « Combattre le COVID-19 », d'un montant record de 3 milliards de dollars    Tunisie – Retrait des licences de 50 commerçants d'alimentation générale en gros    La propagation de la pandémie du Coronavirus dans les pays arabes : bilan actualisé par pays    Samir Gharbi: Lettre ouverte à M. le Président de la République    Coronavirus – Formule 1 : le patron de Ferrari envisage une fin de saison en janvier 2021    Coronavirus: Al Ahly d'Egypte autorise Ali Maaloul à rentrer en Tunisie    Coronavirus : 838 morts en 24 heures en Espagne, nouveau record    Coronavirus : l'Italie franchit le cap des 10 000 morts    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 mars à 11H00    Tunisie – Union européenne : Amalgame délibéré autour du « don de 250 millions d'euros »    Libye: Un général de l'armée de Haftar tué lors de combats près de Misrata    L'ancien Président algérien est toujours en vie : la fausse rumeur lancée sur Twitter a enflammé la toile    Kasserine : saisie de quantités importantes de farine et d'huile végétale    L'Instance nationale de lutte contre la corruption s'en va en guerre contre les spéculateurs    Bilan des cas confirmés dans chaque gouvernorat de la Tunisie : La Capitale enregistre à elle seule 69 cas    Coronavirus: un bébé succombe aux Etats-Unis    Tunisie – Comment les décisions irréfléchies mettent en péril la vie du citoyen    En vidéo : Quand la Tunisie vole haut, très haut    Ridha Charfeddine n'a aucune connaissance du football. Il est temps qu'il parte!    Vers la reconduction de Chikhaoui et Methnani    Une marionnette de 9 mètres, manipulée par 20 personnes !    Quatre guerres à la fois    L'épidémie de Covid-19 rebat beaucoup de cartes    Du côté du prétoire    Nous ne serons pas dépassés…    Quand la classe politique fait le lit du Corona !    Où sont passées la farine et la semoule promises ?    Trump contraint GM à fabriquer des respirateurs    Le défenseur algérien Ben Ayada proche de l'EST    Coronavirus – Décaissement immédiat de l'Union Européenne au profit de la Tunisie d'un don 250 millions d'Euros    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Kasr Essaada » : Une nouvelle œuvre et une autre expérience qui s'ajoutent aux expériences précédentes du jeune réalisateur, Nizar Saïdi
Publié dans Tunivisions le 27 - 01 - 2020

Cette pièce a été jouée sur la scène de la Salle du 4ème Art, à Tunis, les vendredi, samedi et dimanche, et raconte la réalité de l'être humain, à travers les comédiens Hamouda ben Hassine, Alaeddin Chouiref, Jamel Sassi, Amel Karray, Fatma Abara et Intissar Aouissaoui. « Kasr Essaada » est le nom de la pièce de théâtre, un nom qui se compose de deux mots, le premier « Kasr » (qui veut dire palais), représentant une énorme structure, et le second mot « Essaada » (qui veut dire Bonheur) avec tout ce qu'il signifie comme confort, amour, création et joie, mais ici le sens de palais est différent car il n'évoque pas le sens physique de « construction » mais plutôt le sens esthétique ressenti par le toxicomane après une injection de drogue, pour voyager dans son monde émotionnel, que nous voyons nous comme une «illusion perdue», alors qu'il le voit comme un superbe grand palais dans lequel il vit des moments de bonheur complet, des moments éloignés de sa vie et de sa triste réalité. La pièce a posé plusieurs questions, en commençant par la dépendance pour arriver jusqu'à la société, à l'Etat et au système.
L'histoire reflétée par la pièce est celle du parcours d'une doctorante en sociologie qui « construit » sa thèse autour de la toxicomanie, en se basant sur deux cas du centre de désintoxication, le premier « Chabib », l'étudiant problématique, toxicomane et têtu qui s'est rebellé contre le système pour faire son monde, et puis le deuxième cas, celui de la « vieille dame », également dépendante ; et choisir deux cas différents ne venait pas d'un vide qui visait à chercher les causes de la dépendance qui diffèrent d'une personne à l'autre.
Une heure de questions, une heure d'échange de personnages, une heure de passage des événements de la pièce depuis le centre de traitement des toxicomanes vers plusieurs lieux, avec le jeu de mouvement des projecteurs qui ont joué un grand rôle, de l'immobilité à celui d'une personnalité contribuant aux événements, car la lumière a campé le rôle d'un personnage actif et présent à travers son texte « muet », ainsi que la musique fusionnée et la coordination des mouvements des acteurs et l'échange des rôles des personnages, ont tous ajouté du plaisir au spectacle, mais le plus plaisant dans le spectacle c'est que la pièce a connu deux fins.
En effet, le réalisateur a laissé la liberté de choix au spectateur, la première fin était une fin heureuse et chaque personnage est parvenu à une solution, donc l'histoire se termine et les acteurs saluent l'assistance, et soudain les lumières s'allument de nouveau et le spectacle se poursuit pour dévoiler une deuxième fin tragique, proche de la réalité. « Kasr Essaada » est une nouvelle expérience théâtrale qui pénètre dans le monde des toxicomanes en expliquant la façon dont ils traitent la société et ses lois, une action qui reflète l'aspect psychologique et s'infiltre dans ses détails. Une pièce critique et âcre, qui fût à la fois une création satisfaisante à travers le jeu des comédiens se trouvant sur la scène avec le metteur en scène distingué, et qui ont vécu avec lui, auparavant, l'expérience du succès dans plusieurs autres pièces.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.