Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Sondages d'opinion: Entre crédibilité et risques de manipulation politique    Interrogations légitimes    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Logements sociaux de la Sprols (El Manar, El Menzah 8, El Romana et la Marsa): Le torchon brûle avec les locataires    Instabilité politique — Marouane Abassi : «Nous avons eu une dizaine de ministres des Finances en 10 ans !»    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Foot-Europe: le programme du jour    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Le changement de la date de la fête de la Révolution est « une grande réalisation »    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    7 classes fermées à Médenine à cause du coronavirus    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Taboubi s'excuse auprès de Bouden    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chronique, Le mot pour le dire : Cherche désespérément peuple Tunisien !
Publié dans Tunivisions le 14 - 05 - 2014

« Le peuple… quel autre obstacle y a-t-il à l'instruction du peuple ? La misère. Quand le peuple sera-t-il donc éclairé ? Quand il aura du pain, et que les riches et le gouvernement cesseront de soudoyer des plumes et des langues perfides pour le tromper, lorsque leur intérêt sera confondu avec celui du peuple. Quand leur intérêt sera-t-il confondu avec celui du peuple ? Jamais ! » Robespierre, Ecrits
Il y a quelque chose de terriblement exaspérant dans la manière dont certains « élus » (et en particulier ceux appartenant aux éclats du Congrès pour la république et aux formations en totale déroute, comme celle, à titre d'exemple, d'Al-jomhouri) parlent du « peuple », donnant l'impression que ce dernier se tient en rangs serrés derrière eux, au garde-à-vous, prêt à se jeter sur les « contre-révolutionnaires » que ces chantres de la révolution daigneraient lui désigner du doigt. Il y a dans cette façon de s'approprier le peuple, de le réquisitionner par les poids lourds, les poids moyens et les poids plumes de l'ANC (devenue depuis longtemps déjà, une arène où, à la manière des gladiateurs des temps révolus, s'activent les croisés du printemps arabe, dans sa version tunisienne, réputée être la meilleure de toutes) quelque chose d'outrancier, de véritablement obscène.
Rached Gannouchi, fort de son contingent parlementaire, se permet, à chacune de ses révélations (terme que nous préférons, pour des raisons évidentes, au vulgaire « apparitions » qu'il conviendrait de réserver aux politiciens profanes que la Providence a privés de l'insigne honneur de figurer dans le panthéon des cardinaux de Richelieu et Mazarin), de référer à celui qui, prétend-il, a honoré sa secte de presque l'intégralité de sa confiance. C'est pour cette raison que le président d'Ennahdha répugne aux modalisateurs d'usage auxquels feraient appel les politiciens qui ne se prennent pas pour des thaumaturges.
C'est donc le peuple, en tant qu'entité souveraine absolue, une sorte de divinité impitoyable et tyrannique, que convoque R. Gannouchi quand il éprouve le besoin de damer le pion aux ridicules avortons, ces zéros virgule qui veulent se mesurer à la mastodonte qu'il est, ou qu'il croit être. Et c'est parce que le sheikh-leader est sincèrement convaincu que le peuple a tranché une bonne fois pour toutes qu'il ne se lasse pas d'affirmer, sur le mode péremptoire et ostentatoire d'une pythie, que son invincible confrérie remportera les prochaines élections.
Les satellites du parti islamiste, qui ne l'entendent pas de cette oreille, ne s'offusquent pas, eux aussi, en dépit de leurs interminables guerres intestines, de convoquer le peuple, celui-là même que le chef de file islamiste assure avoir définitivement annexé. Dans la nébuleuse chaotique du Congrès, du Forum, d'Al-aridha, d'Al-jomhouri, il s'élève des voix, fermes et véhémentes, pour rappeler à qui voudrait bien les entendre, que le peuple sait distinguer le vrai de l'ivraie et que, le moment venu, il saura quel bulletin glisser dans les urnes ! Face aux imposants Jebali, Lareïyedh et Bhiri, les satellites osent élever les statures, non moins impressionnantes, de leurs idoles où figurent, en bonne place, Caïd Sebsi, Marzouki, Ben Jaâfar, Chebbi, Hèmdi (celui de Londres) et Ayyadi. Ces preux chevaliers croient, dur comme fer, que chacun d'eux, à l'exception des autres rivaux, a été investi de la haute mission de parler au nom du peuple et de hisser son étendard très haut, plus haut que ne pourraient le faire tous ceux qui se préparent à lui ravir le bien qui lui revient de droit.
En dehors de l'hémicycle, dans les agoras et les forum de fortune, établis au cœur des mosquées réfractaires ou dans les places publiques en débandade, bien d'autres voix se font entendre, dont en particulier celles d'un Jlassi et d'un Ilmi, respectivement homme d'affaires (véreux, susurrent certaines langues malveillantes) et vendeur de légumes converti miraculeusement en prédicateur (pour servir les intérêts suprêmes de son suzerain nahdhaoui, assurent des rumeurs insistantes) dans le désordre du flux révolutionnaire. Se disant de fibre toute populaire, ces deux lascars prétendent être les mieux placés pour pénétrer jusqu'aux tréfonds de l'âme du peuple et, là, être à l'écoute de ses doléances, ses revendications et ses attentes. Dès lors, il ne faut pas s'étonner que le négoce et le mihrab se soient entendus pour crier de concert qu'il ne manque plus rien au bon peuple, pour être aux anges, que de rétablir la polygamie et la traite des blanches. Qui dit mieux ?!
Le peuple, comme il ressort de ce qui précède, est dans toutes les bouches, pour étayer toutes les extravagances et toutes les abominations possibles et imaginables. Pieux aux yeux de ceux qui, comme les islamistes, ont érigé la piété en dogme politique, le peuple joue tous les rôles que ces commanditaires lui imposent gentiment, ne s'offusquant point des contradictions auxquelles il est confronté au gré des scènes sur lesquelles on lui intime l'ordre de se produire. Un et multiple, le peuple est l'arme que tout le monde prétend être capable de pointer dans la direction des malfrats qui convoitent son royaume ou sa cité idéale !
Entre le peuple de l'intransigeant R. Gannouchi, celui de l'incorruptible Hamma Hammami, celui encore du lunatique Abderraouf Ayyadi ou celui enfin du fantasque Adel Ilmi, pour ne parler que des figures les plus caractéristiques, les dignes habitants de la Tunisie sont en droit de se poser des questions sur la santé mentale de leurs chevaliers servants ou sur la leur propre ! En effet, il est indéniable que, dans ce cirque où les masques sont de rigueur, il y ait quelque chose qui ne tourne pas rond ou quelqu'un qui n'est pas à sa place ou, mieux encore, qui est carrément de trop. Les habitants de la Tunisie, qui sont censés être le peuple, interpellés par tant de serviteurs bénévoles, ne se reconnaissent dans aucun de ces masques grotesques que ces Rodrigue austères du printemps arabe se plaisent à leur plaquer sur le visage.
Les humbles habitants de la Tunisie conseillent donc à leurs serviteurs bénévoles de ne jamais plus se hasarder sur une tribune, un minbar ou un plateau de télévision sans une pancarte bien en vue, sur laquelle les Tunisiens – tous les tunisiens – auraient le loisir de lire l'inscription suivante : Cherche désespérément Peuple Tunisien !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.