Plan d'assassinat, Bac, Tunisia Investment Forum… Les 5 infos de la journée    La brigade de lutte contre la drogue :de la vigilance et de nouveaux coups de filet    Lieux saints :Décès d'un pèlerin tunisien    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    LNFP : les sanctions de la 9e journées sont là    Référendum:Des textes d'application seront publiés dans les prochains jours    Ons Jabeur affrontera la Suédoise Mirjam Bjorklund au premier tour de Wimbledon    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Isie Le 27 juin seront examinées les recours contre les candidats aux instances régionales    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Ennahdha: Nous n'avons pas peur…Nous continuerons notre combat pacifique (Vidéo)    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Ligue 1 Pro : Sur quelles chaines regarder les matches de la J10 ?    Rached Ghannouchi exprime son soutien à Hamadi Jebali    Tunisie-Affaire Instalingo: Arrestation de 9 personnes (Vidéo)    Le 24 juin, anniversaire de la création de l'armée nationale: L'élite militaire tunisienne existe-t-elle?    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Wimbledon 2022 : Ons Jabeur a hérité de Mirjam Björklund    Le secteur du numérique en Tunisie : Un potentiel important en termes de compétitivité et de création d'emplois    Le groupe Emirates invite les informaticiens de Tunisie à rejoindre son équipe    Pourquoi | A quoi sert la digitalisation?    Tunisie: Chaleur, canicule et orages, le trio de l'été    Trophée de la Femme Manager 2022 : Des carrières, des talents... une réussite    Affaire du match ESZ-ESHS : L'ESZ hausse le ton    L1 | Play-off (9e journée) – CA-CSS (0-0) : Un petit point, c'est tout !    L1 | Play-off (9e journée) – ESS-EST (1-1) : Au goût d'un succès !    Bac 2022: Sfax en tête avec un taux de réussite de plus de 60%    Nouveau brandshop de Samsung à la Marsa    66ème anniversaire de l'armée : Joyeux anniversaire à ceux qui veillent sur notre paix    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Météo : Températures en hausse    Ons Jabeur rassure son public    Bac 2022 : Plus de 60% des admis sont des filles    Tunis : Interdiction d'utilisation des ''chenguels''    La vice-présidente de l'AMT :les magistrats signent et persistent    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Carthage dance : Les questions de danse... questions de vie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    La Banque mondiale affirme son soutien à la Tunisie dans sa voie de réforme et de développement    L'In'art Hammamet fête la journée internationale de la Musique : Place au Stambali    Moncef Ben Moussa nommé directeur général par intérim du musée national d'art moderne et contemporain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le système financier tunisien nécessite des audits exhaustifs!
Publié dans WMC actualités le 17 - 02 - 2012

Dans son rapport final, la Commission nationale d'investigation sur la corruption et les malversations (CNICM), qui s'est penchée, durant une année, sur les entorses à la bonne gouvernance dans les transactions financières et économiques, le népotisme souterrain des uns et des autres, les abus de pouvoir et les affaires mafieuses de l'ancien régime et de ses acolytes, a mis en exergue les maux du secteur financier tunisien, l'urgence d'un plan d'assainissement des créances douteuses, le besoin d'audits exhaustifs, indépendants et externes dans les différents départements bancaires afin d'analyser l'étendue et l'impact des pratiques désastreuses associées aux réseaux d'influence des clans occultes et les exigences liées au respect des standards internationaux en matière de transparence, de reddition et de régulation.
Quelle est l'ampleur du déficit de gouvernance enregistré dans nos banques? Dans quelle mesure a-t-on appliqué les recommandations de Bâle I, II et III? Peut-on parler, comme l'ont indiqué, depuis des années, les rapports du Fond monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale dans le cadre du Programme d'Evaluation du Secteur Financier(PESF), de simples lacunes et insuffisances?
Il faut tout d'abord rappeler que feu Abdelfattah Amor, président de la CNICM, a présenté, à l'occasion de ses rencontres avec les médias nationaux, le secteur bancaire comme étant l'un des domaines les plus concernés par le trafic d'influence, qui sévissait dans le pays.
De son côté, dans l'une de ses récentes notes, l'Académie des banques et finances (ABF) a souligné «l'ampleur de la corruption, qui a grevé l'économie tunisienne en général et le système financier en particulier, mettant ainsi à nu le déficit de gouvernance en cours dans le pays depuis deux décennies».
Apparemment, d'après Amor Tahari, consultant international et ancien cadre supérieur au FMI, les faiblesses de nos banques se traduisent notamment «par un niveau élevé de l'encours des créances compromises, des insuffisances dans les cadres légaux, réglementaires et de contrôle, et un moindre degré de conformité aux principes fondamentaux du comité de Bâle». Ce qui a fait des indicateurs de performance du secteur bancaire en Tunisie, ajoute notre interlocuteur, largement en dessous des réalisations d'autres pays émergents.
En effet, indiquent des statistiques récentes, la part des créances classées dans le total des crédits bancaires est restée très élevée (12,1%) en Tunisie et en décalage par rapport à des économies similaires, mais en phase avec les règles prudentielles émises dans les conclaves du Comité de Bâle I, II et III (Chili 2,7%, Malaisie 3,4%, Turquie 3,2%).
Le ratio du capital réglementaire était de 12,6% dans notre pays, moins que celui en cours dans d'autres pays émergents comme le Chili 14,1%, la Malaisie 17,5% ou la Turquie 19%. C'est ainsi que la rentabilité des banques tunisiennes a été, de ce fait, plus faible, puisque le ROA n'a pas dépassé chez nous la barre de 1%. Alors qu'Ankara peut se targuer d'avoir enregistré 2,2% et Santiago 1,7%.
Selon un financier de la place, le taux de provisionnement des créances classées a été de 59,6% en Tunisie, loin de l'objectif de 70% fixé au départ. En dessous donc des niveaux atteints par d‘autres pays émergents à l'image du Chili 200,7%, de la Thaïlande 117% ou de la Turquie avec 83,8%.
En fait, les exigences de la révolution du Jasmin, nous dit un ancien directeur de banque, requièrent du système financier un engagement dans une réforme de restructuration, un rapprochement des standards internationaux, une amélioration de l'approche de financement de l'investissement, notamment au niveau régional, un ancrage du secteur bancaire aux normes de bonne gouvernance et un attachement viscéral à l'autonomie et à l'indépendance de la Banque centrale de Tunisie. Vis-à-vis des contingences politiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.