Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Marseille – PSG : Liens streaming pour regarder le match    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Foot-Europe: le programme du jour    NBA : les Bulls toujours invaincus, Cleveland enfin vainqueur    Man United – Liverpool : les compos probables    Deux décès à cause des pluies à Kasserine    Tunisie – METEO : Appel à la vigilance !    Tunisie – Suspension de la circulation du métro léger et prolongement des trajets des bus de correspondance    Tunisie – Intempéries : Décès de deux personnes à Thala    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Des policiers agressent le président de l'ESS La FTF dénonce    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Etats-Unis: Donald Blome proposé pour le poste d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire au Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Investissement :
La Tunisie peut-elle encore se financer davantage?
Publié dans WMC actualités le 07 - 07 - 2014

Le recours à l'endettement extérieur est considéré par plusieurs spécialistes comme une constante de la politique économique tunisienne. Des problématiques multiples se posent au niveau de son rôle dans la dynamique du développement, mais son utilisation a été, fréquemment, constatée pour juguler le déficit budgétaire et transférer une partie de la richesse nationale au système financier international.
L'encours de la dette extérieure a pris une allure ascendante dès le début des années quatre-vingt pour atteindre son apogée durant les trois derniers exercices, ce qui montre le faible niveau de l'épargne globale et le poids de son coût augmenté par les effets des crises mondiales récurrentes.
Ainsi, on commence à constater l'entrée de la Tunisie dans la spirale de l'endettement, ce qui nécessite une analyse de son rendement et un arbitrage entre les risques encourus et sa structure. Des indicateurs présentent de fortes probabilités pour que le pays soit confronté à un accrochage pour rembourser les tranches prochaines de ses dettes.
Le solde de la balance des paiements était négatif à un niveau de 1423 millions de dinars à fin 2013, et la formation brute du capital fixe a connu une dégradation accrue. Obtenir au futur d'autres financements deviendra, réellement, une question hypothétique.
L'endettement extérieur de La Tunisie revêt aussi une dimension politique du fait des possibilités de son instrumentalisation et, en particulier, présentement suite à la continuité du gouvernement actuel au recours excessif au financement étranger qui a été entamé par la Troïka sous le prétexte de faire réussir la transition démocratique.
Paramètres généraux de l'endettement extérieur tunisien
L'encours de l'endettement extérieur a évolué, entre 2010 et 2012, de 21.847 millions de dinars à 26.949 millions de dinars pour s'élevait à fin décembre 2013 à 31.625 millions de dinars. Le taux de l'endettement par rapport au revenu national disponible brut était de 41%.
Le service de la dette était stable, durant les quatre dernières années, autour de 3.261 millions de dinars. Cependant, il est à signaler que le remboursement des principales tranches des financements étrangers octroyés, essentiellement, durant les deux dernières années, commencera à partir de 2017.
Le ratio du service de la dette s'est situé en 2013 à un haut palier de 8,1% suite à la non couverture des recettes courantes du service d'endettement extérieur et, entre autres, aux notations souveraines accordées à La Tunisie.
Source : Bulletin des statistiques financières, N° 186, avril 2014, BCT.
Il est fort attendu que note pays connaîtrait une crise de resserrement des crédits extérieurs ou Credit crunch s'illustrant par le double effet de l'accroissement des marges des financements suite à la montée des risques estimés par les bailleurs de fonds et la poursuite du glissement du dinar tunisien.
Structurellement, les politiques d'endettement n'ont pas connu des changements significatifs. La poursuite des mêmes démarches s'est affirmée après les événements du 14 janvier 2011 et surtout par la Troïka et les actuels gouvernants.
Un rapport du Fonds monétaire international (FMI) paru au mois d'avril 2011 précisait que le taux d'endettement extérieur de la Tunisie a connu plusieurs évolutions, en baissant par rapport au PIB de 40% en 1970 à environ 30% au terme de 1976, pour connaître une augmentation soutenue le situant en 1987 à 70%.
Des facteurs conjoncturels ont permis de le faire baisser jusqu'à 2009 malgré son niveau élevé dénotant le début de l'épuisement des ressources intérieures et la forte dépendance au financement extérieur.
D'après un rapport élaboré aussi par le FMI en février 2012, l'endettement extérieur national rapporté aux recettes de l'Etat en monnaies étrangères a varié, durant la période 1990-2011, entre 180 et 200%.
Il en est de même pour le stock de la dette par rapport aux exportations avec un ratio qui a oscillé entre 100 et 150%. Celui-ci a dépassé deux fois la valeur des réserves en devises et en or. Ces indicateurs évoluent, considérablement, ces dernières années.
Dette extérieure, entre nécessité de rupture avec les approches archaïques et adoption d'une nouvelle démarche
La valeur des tirages des dettes extérieurs a atteint 5.805 millions de dinars à fin 2012, soit un accroissement élevé de 52,3% par rapport à l'année 2011. Ceux-ci sont provenus des marchés financiers internationaux, des instances multilatérales et de plusieurs bailleurs de fonds privés.
L'administration a bénéficié de 82,3% des fonds accordés contre 17,7% pour les privés. Par secteur, les financements se sont répartis entre la filière de l'énergie (523 millions de dinars ou 51%), la filière financière (220 millions de dinars ou 21,4%) et le transport (150 millions de dinars ou 14,6%).
Le recours aux tirages s'est concentré sur la coopération multilatérale pour 741 millions de dinars au terme de 2012 contre 466 millions de dinars fin 2011 représentant 59% des flux globaux. Sur le plan bilatéral, une baisse de 45,5% a été enregistrée.
Des pertes de change inquiétantes ont été enregistrées en matière du remboursement du service de la dette pour 110 millions de dinars au 31 décembre 2012.
Il s'avère donc que la démarche ancienne du financement extérieur de l'économie tunisienne s'est raffermie durant les trois dernières années et surtout actuellement en adoptant les mêmes approches, ce qui a entraîné un déséquilibre des finances globales pour peser lourdement sur les exigences du développement, de la croissance et de la stabilité du pays.
Les indicateurs, à ce niveau, montrent que durant les vingt mois de son règne, la Troïka a obtenue 16,9 milliards de dinars de crédits, ce qui a hissé le niveau de l'endettement extérieur, à fin 2013, à 40 milliards de dinars correspondant à 51,1% du PIB. Le solde des financements a augmenté, à son tour, de 11,3 milliards de dinars, soit une hausse de 39,4% ou 7,2 points de base du PIB.
Les deux gouvernements de la Troïka ont approuvé 27 protocoles de financements, sans considérer l'accord pour les sorties sur le marché obligatoire japonais, notamment auprès de plusieurs bailleurs de fonds arabes et islamiques (4.465 millions de dinars), de banques islamiques (2.464 millions de dinars), de la Turquie (640 millions de dinars), de la Banque mondiale (BM) et du FMI et d'autres instances financières internationales (2.138 millions de dinars).
Etat des prêts accordés à la Troïka durant ses 20 mois au pouvoir
Source : Association tunisienne pour la transparence financière (ATTF) partenaire de l'Union arabe pour la transparence et l'intégrité (UATI), mars 2014.
Les utilisations ont été affectées essentiellement pour pallier au déficit de l'Etat et ont été consacrées au soutien du budget (2.850 millions de dinars soit 45,2%), aux projets d'infrastructures (1.200 millions de dinars ou 18%), au développement régional (637 millions de dinars) et aux programmes d'emploi pour une quote-part de 9,5% et au partenariat entre les secteurs public et privé (285 millions de dinars).
Dès la prise du pouvoir de Mehdi Jomâa, la même démarche a été renforcée puisque des tirages importants de crédits extérieurs de 2.224 millions de dinars ont été effectués pour le motif essentiel du renforcement de la transition démocratique en Tunisie, dont 800 millions de dinars provenant du FMI auquel s'ajoute la troisième tranche du prêt de précaution de 220 millions de dinars accordée par l'institution à notre pays, 250 millions de dinars de dinars de l'Algérie, 250 millions de dinars de la BM et 200 millions de dinars de la Turquie.
Il est prévu de mobiliser d'autres ressources extérieures durant les mois à venir, particulièrement la prochaine tranche du prêt de précaution du FMI pour 660 millions de dinars, 840 millions de dinars en tant que garantie financière des Etats-Unis d'Amérique, et une caution japonaise variant entre 500 et 800 millions de dinars, à part l'engagement de l'Union européenne (UE) de débloquer un crédit durant la période 2014-2015 versable en deux tranches de 400 et de 660 millions de dinars.
Toutefois, il est fort probable que l'ensemble des ressources extérieures précitées, sans tenir compte des enveloppes additionnelles qu'on pourrait obtenir encore, soit utilisé dans le cadre du programme des réformes structurelles dans les contours qui restent toujours flous et peu élucidés et que les instances financières mondiales n'ont cessé d'encourager la Tunisie pour le concrétiser.
Sur ce plan, on s'attend à ce que les affectations pour réaliser les objectifs du développement, de la consolidation du partenariat entre les secteurs public et privé, de la lutte contre le chômage et de l'allégement du déficit budgétaire ne seront pas considérés comme des fondamentaux pour la politique économique et sociale du gouvernement actuel.
Il est décevant, à partir du diagnostic établi, d'estimer, aujourd'hui, qu'on n'est pas encore sorti de l'auberge. L'hémorragie causée par l'intensification démesurée par des gouvernements provisoires sur le financement extérieur impliquant le remboursement d'un service de dette exorbitant et dépassant les moyens de créer de la valeur ajoutée par le pays continue. Ceci pourrait hypothéquer la nation et les générations futures durant les prochaines décennies de manière irréversible et vider la souveraineté financière et monétaire nationale de toute sa mesure stratégique.
Evoquer dans certains cas des conversions de dettes extérieures minimes en investissements comme des acquis pour le pays est, en réalité, dépourvu de tout sens. Pire encore, continuer sur ce chemin pourrait impliquer le déguisement de la mainmise de certains investisseurs étrangers sur des projets vitaux pour les Tunisiens.
Les grandes organisations, les partis politiques progressistes, la société civile ainsi que les experts doivent être conscients des menaces qui pèsent sur le pays et qui sont provoquées par le fléau ravageur du recours continu à l'endettement extérieur sans volonté réelle pour développer l'épargne nationale et les sources de richesses intérieures et garantir l'ouverture du pays à la coopération internationale fructueuse et à l'investissement étranger permettant de créer les capitaux et de les partager équitablement.
*Spécialiste en Gestion des Risques Financiers


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.