Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Médenine-Coronavirus : Une situation épidémiologique préoccupante    Inde-Coronavirus : Nouveau record quotidien de victimes!    Tunisie – Covid19 : Pourquoi refusent-ils d'accélérer la vaccination ?    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Afrique : 4,5 millions de cas Covid-19 confirmés    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    Levée du sit-in des employés de Shems FM    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Gestion aéroportuaire:
L'Etat doit oser le PPP
Publié dans WMC actualités le 20 - 08 - 2014

Pendant plus de trois années, les aéroports et les ports de Tunisie ont souffert de négligences délibérées de la part des autorités de tutelles. Le passage de la Troïka a été maléfique pour les établissements publics sous tutelle du ministère du Transport et les opérateurs privés exerçant dans l'import/export et ses dérivés.
Outre les sureffectifs des organismes publics, les points de passages légaux sont devenus des passoires pour tous genres de trafics, allant des produits alimentaires à l'électroménager en passant par les produits textiles, mais plus grave et plus nocif encore le trafic de drogues, d'armes et le blanchiment d'argent.
La tâche du ministre du Transport, Chiheb Ben Hmed, désigné par Mehdi Jomaâ n'était pas aisée, mais sa longue expérience en tant que haut responsable à la compagnie battant pavillon national, Tunisair, a été pour beaucoup dans sa capacité à contrôler une situation explosive tant sur le plan social que managérial et économique.
Ainsi, lors de la conférence de presse organisée jeudi 14 août, le ministre a annoncé la création de l'Agence nationale de maîtrise de la chaîne logistique, le lancement effectif de la réalisation du Port en eaux profondes d'Enfidha et des mesures pour améliorer la productivité des agents opérant au port de Radès.
M. Ben Hmed a également annoncé le lancement du Réseau ferroviaire rapide et la réorganisation des free shop -les free shop (Duty Free) sont, nous le savons tous, une manne financière importante pour la Tunisie en termes de devise et génèrent près de 50 millions de dinars par an en devises pour le pays.
Pour rappel, un appel d'offres a été lancé au mois d'août 2013 par un certain Salah Gharsallah, PDG de l'OACA en vue d'activer l'octroi du marché des Duty free en Tunisie (Lire notre article). Plus que de se préoccuper d'améliorer la qualité des prestations rendues au sein des aéroports nationaux, M. Gharsallah s'est empressé de lancer l'appel d'offres Duty free, en vue, prétendraient certaines personnes, de favoriser un candidat très proche des gouvernants à l'époque aux rennes de l'Etat, Enahdha.
Les plis n'ont pas encore été ouverts mais selon des sources assez bien informées, le favori serait l'opérateur de Duty Free Turc ATU (dépendant de la TAV) qui officie déjà à l'aéroport Enfidha et dont les ambitions ne semblent pas se limiter à l'aéroport en question. Hégémonie ottomane oblige et relations suspectes avec l'un des partis qui figure parmi les plus présents sur la scène économique. Un parti qui s'est imposé dans tous les secteurs fructueux et porteurs, qu'il s'agisse de l'énergétique, de l'immobilier, du médiatique et encore plus de celui du transport.
Le nouveau ministre est bien décidé à mettre de l'ordre dans son département tout d'abord en entamant les plans de restructuration des entreprises publiques mises pratiquement en faillite. Les concernées sont Tunisair, la STAM, la CTN, la SNCFT, la TRANSTU, la Société de Transport de Sfax et celle du Sahel.
Dématérialiser les procédures portuaires pour améliorer la productivité et la rentabilité
Le but de la manœuvre, en améliorant le taux de disponibilité des équipements de manutention, est de réduire les coûts d'exploitation en maîtrisant les pannes et les circulations inutiles des engins. Il est également prévu d'augmenter le taux de disponibilité des engins de 30 à 70% et de mobiliser les personnels de la STAM grâce à l'adhésion des partenaires sociaux par la mise en œuvre du régime de travail 24/24 pendant tous les jours de la semaine à Radès.
Le ministère compte également procéder à la dématérialisation des procédures portuaires en installant le système de gestion automatisé des conteneurs et remorques TOS dès octobre prochain.
Mais pas seulement, on procédera à la mise en place des rubriques de la liasse transport, l'intégration du système d'information de la STAM TOS, l'équipement du port par des caméras de surveillance pour contrôler les entrées et sorties des marchandises, la dotation du port de portes automatisées (programme PDE3), la révision du statut du personnel de la STAM pour instaurer le travail continu et le lancement d'un programme spécifique de formation pour la mise à niveau des compétences et l'amélioration de la qualité de service.
Face à la croissance continue de la conteneurisation des marchandises, la communauté portuaire doit ou bien développer de nouvelles infrastructures ou bien pour être plus dans la réactivité et faire face aux exigences du secteur Import/Export, optimiser l'utilisation des installations existantes.
C'est ce que le ministère du Transport compte entreprendre dans l'immédiat. A savoir, augmenter les capacités de stockage de la STAM grâce à une gestion automatisée et une plus grande disponibilité des engins de manutention par l'intégration d'un nouveau mode d'exploitation dont les RTG. Une technique qui consiste à convertir les grues RTG (Rubber tyred gantry cranes grues à portique à revêtement caoutchouc).
Les RTG fonctionnent au diesel et représentent souvent la moitié de la consommation et des émissions correspondantes d'un port dans son ensemble. L'impact économique est notable car les grues essentielles peuvent passer à un mode opératoire favorable grâce au courant électrique.
Les mesures pour la restructuration et le réaménagement du port de Radès ne s'arrêtent pas aux équipements mais s'étendent sur les infrastructures. Ainsi, très prochainement on procèdera à l'extension du quai 7 et la construction des quais 8 et 9. Le secteur privé y sera associé car dans presque tous les pays du monde, la plupart des terminaux à conteneurs sont opérés par des sociétés privées ayant signé un contrat (Partenariat Public Privé) pour une durée déterminée avec l'autorité portuaire qui reste «landlord», c'est-à-dire propriétaire du terrain.
Le mode d'exploitation des terminaux prend la forme le plus souvent d'un contrat de concession. Pour ceux qui sont frileux quant à la «souveraineté» de l'Etat sur des secteurs stratégiques et la «voracité des bêtes privées», la propriété privée des terrains est très rare, car la puissance publique reste dans la majorité des cas le propriétaire foncier du domaine portuaire.
Reste que face à ces mesures multiples prises par les autorités publiques, il faut que les privés réagissent en levant leurs marchandises dans le respect des délais. La bonne volonté de l'Etat pour limiter les dégâts des dépôts indéfinis des marchandises ne doit pas se traduire sur terrain par de l'indifférence et une absence de réactivité des privés qui doivent accélérer la levée de leurs marchandises.
Des décisions ont été prises pour réduire les taxes sur les marchandises dont la durée de stockage s'étend sur 4 mois et demi.
A ce jour, les autorités portuaires ont procédé, en partenariat avec les services douaniers, à l'assainissement de 800 conteneurs dont 56 ont été vendus et 153 ont été cédés à la Caisse nationale de solidarité sociale (CNSS). Une deuxième opération de vente des conteneurs se tiendra au début du mois de septembre 2014.
Le gouvernement tunisien a osé prendre nombre de décisions allant dans le sens de l'amélioration du rendement des ports et des aéroports également, même si nous ne nous y étalons pas dans ce papier. Mais il faudrait songer sérieusement à entamer une nouvelle phase de partenariat public/privé dans la gestion et la manutention des ports. Les retombées financières seront immédiates et la Tunisie pourrait faire face à l'exploitation des conteneurs dans un contexte de concurrence régionale acharnée.
Les opérateurs privés tunisiens pourraient être les partenaires les mieux indiqués pour assurer ce rôle de relais dans des activités économiques hautement compétitives. C'est important pour éviter que, à l'instar d'autres pays, des opérateurs chinois ou encore des ressortissants des pays du Golfe viennent récupérer la mise.
Autant que les nationaux contrôlent les ports tunisiens en étroite collaboration avec les autorités publiques, question de souveraineté mais aussi de sécurité en ces temps où l'on ne sait plus si les navires transportent des marchandises ou des armes.
Articles en relation :
Appel d'offres concession duty free: Les cinq présélectionnés
Tunisie : Alliance Hamila-TAV-Heinemann dans la course pour le duty free des aéroports de l'OACA
Tunisie/Duty free : L'appel d'offres de la vérité
Tunisie - Commerce: La nouvelle bataille des duty free a commencé


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.