Tunisie: Le juge Bechir Akremi nie en bloc les accusations portées contre lui et demande la levée du devoir de réserve    Barack Obama épingle plusieurs personnalités dans ses mémoires "Une terre promise"    Tunisie : Yassine Ayari poursuit la FTF à la FIFA    Tunisie : 14 000 signalements sur la violence contre la femme    Espérance de Tunis : Raed Fedaa s'excuse et prolonge son contrat    Tunisie : Le PLFC 2020 pourrait être discuté et adopté vendredi 27 novembre    Une excédent commercial de 157 MDT des produits de la pêche (janvier-septembre 2020)    Il y a des déchets nucléaires enterrés en Tunisie, assure Safi Said    DECES : Médecin général Mohamed Moncef Ben Moussa    Le 27 novembre, date de la plénière à l'ARP pour le vote de la LF complémentaire    A son tour, le champ de Guebiba victime du chantage des protestataires de Sfax    Projet Souk El Kahina : Appui à la petite agriculture en Tunisie    Sécurisation des dispositifs médicaux : Un hacker peut‐il vous briser le cœur?    Le digital et médiation culturelle : Des idées à revendre    Focus Business | Les projets public-privé sur la sellette    Moez Chakchouk prend la défense du projet du port Enfidha    Expatriés : La régularité de Dräger    NEWS | La filière clubiste pour l'UST    Equipe nationale | Une esquisse de bilan : Kebaïer n'est pas le vrai problème    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 24 Novembre 2020 à 11H00    Impact de la crise Covid-19 sur le secteur de l'hôtellerie : De lourdes conséquences sociales    Coronavirus: De nouveaux décès à Manouba    Contrepoint | Petite déduction, grosse vérité    Présidence de la CAF : l'intérim du Congolais Constant Omari prolongé    Ooredoo atteint 24 gouvernorats durant sa campagne de sensibilisation contre la propagation du Covid-19    Vers le lancement du programme de l'initiative économique des femmes "Raeda" dans sa nouvelle version    Kasserine : la vanne du champ pétrolier « Douleb » fermée par les sitinneurs    Donald Trump ordonne le transfert de pouvoir à Joe Biden    2846 cas confirmés en milieu scolaire depuis la rentrée    Les juges puis les cadres judiciaires, les grèves dans les tribunaux s'éternisent    Après les bouteilles de gaz, une pénurie de carburant à Sfax    Le mystérieux virus Chapare inquiète les scientifiques    LC Europe (poules / J4): les matches de ce mardi    Haikel Mekki-audio :" Le ministre des finances a présenté de fausses données à la commission des finances "    Météo | Légère hausse des températures et pluies sur la plupart des régions    Affaire des déchets italiens : Le réseau Tunisie verte menace de recourir à la justice internationale    Huit morts dans des tirs de roquettes    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le piratage des logiciels recule de 1 milliard de dollars en 2006
Publié dans WMC actualités le 06 - 06 - 2007

L'harmonisation des législations et l'amélioration de la répression dans l'Union européenne donnent un coup d'arrêt à l'évolution du taux de piratage cependant, la nouvelle directive pénale votée par le Parlement européen pourrait représenter un pas en arrière et transformer l'Union européenne en véritable «sanctuaire» du piratage sur Internet, selon BSA.
La nouvelle étude de Business Software Alliance (BSA) sur le piratage de logiciels dans le monde montre que le taux de piratage s'est maintenu à 36% au sein de l'Union européenne. En revanche, le préjudice dû aux logiciels illégalement installés sur micro-ordinateurs a diminué de 1 milliard de dollars (soit environ 750 millions d'euros), tout en restant à un niveau élevé, évalué à 11 milliards de dollars (soit environ 8,25 milliards d'euros).
• Le taux de piratage en France redescend de 47% à 45%, mais demeure nettement supérieur à la moyenne européenne.
• La baisse estimée du préjudice dû aux logiciels illégalement installés sur micro-ordinateurs a diminué de 515 millions de dollars en France.
Ces constats sont tirés de la quatrième étude sur le piratage de logiciels dans le monde (Global Software Piracy Study) conduite de manière indépendante par IDC, l'une des principales sociétés d'analyses et d'études de marché dans le domaine des technologies de l'information.
«Malgré les progrès constatés dans la région, il reste beaucoup à faire pour remédier à ce problème qui reste significatif et dont l'ampleur s'accroît», déclare Robert Holleyman, président de BSA. «Pouvoirs publics, organisations professionnelles et entreprises doivent continuer à lutter résolument contre le piratage de logiciels pour réduire ses conséquences financières qui pèsent sur l'économie et le secteur local des TIC».
Le taux de piratage, qui était encore de 37% en 2003, recule en Europe et cela malgré l'élargissement de l'Union européenne à 25 pays depuis 2004. Ce résultat positif est le reflet de la lutte contre le piratage qui y est menée. En grande partie harmonisée, la législation européenne a eu un effet positif sur l'action répressive, ce qui a contribué à stabiliser le taux de piratage depuis 2005. En France, ce taux qui avait progressé de 2 points en 2005 est revenu à son niveau antérieur.
Le préjudice reste néanmoins significatif et le piratage de logiciels demeure une grave menace aussi bien pour les jeunes pousses que pour les entreprises établies sur les marchés locaux et nationaux des TIC de l'Union européenne. Pour endiguer et éliminer le risque de piratage, surtout en ce qui concerne la diffusion des logiciels illicites par Internet, l'existence d'une législation efficace protégeant les entreprises et les économies locales reste un élément capital. À cet égard, les effets possibles de la Directive sur le droit pénal récemment votée par le Parlement européen sont un sujet de préoccupation pour l'avenir.
En effet, cette directive a pour but d'harmoniser au sein de l'Union les mesures pénales visant à assurer le respect des droits de propriété intellectuelle. Certaines de ses définitions pourraient permettre à des individus de placer sur Internet des logiciels téléchargeables par des tiers dans la mesure où ils n'en tirent pas de profit commercial. Cela fait écho à la situation juridique actuelle de pays comme la Chine, où les entreprises constatent qu'il est très difficile de protéger leur propriété intellectuelle, même si le taux de piratage a reculé de 10 points en trois ans dans ce pays.
Selon Francisco Mingorance, Directeur des Affaires Publiques de BSA Europe, «en introduisant un critère de "recherche de profit", le Parlement européen a émis un signal politique fort qui va à l'encontre des efforts accomplis par les gouvernements européens pour améliorer l'accès au marché dans les pays émergents. Cette nouvelle directive pourrait ainsi protéger les groupes de "diffusion" par Internet qui se placent au sommet de la piraterie digitale et numérique et qui pratiquent le piratage en ligne pour le goût du risque et par désir de notoriété plutôt que par profit économique. Hélas ! Leurs agissements ont quand même des conséquences financières importantes pour l'industrie du logiciel et facilitent aussi la diffusion des virus et autres formes de code nuisible ».
IDC constate que, du fait de la généralisation du haut débit dans les pays développés, Internet devient le canal de distribution prédominant pour les logiciels illicites. Dans les pays émergents, on préfère aujourd'hui encore les CD contrefaits, mais une fois ces marchés mieux équipés, il est probable que le canal Internet gagnera du terrain.
L'étude montre aussi que si l'Europe occidentale génère encore les manques à gagner les plus importants de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), le marché des TIC progresse plus de deux fois plus vite en Europe centrale et orientale, ce qui implique que les préjudices demeurent élevés dans l'Union européenne. Les taux de piratage reculent d'un point en Europe centrale et orientale, où ils s'établissent à 68%, mais comme la croissance économique y est plus rapide, le manque à gagner augmente de 862 millions de dollars et atteint 4,1 milliards de dollars.
Autres constats importants :
• La Finlande et l'Allemagne ont vu leur taux de piratage augmenter d'un demi point, mais le préjudice a néanmoins diminué. Cela tient au fait que ces marchés sont davantage matures et que les investissements portent sur des logiciels à bas prix plutôt que sur des programmes de haut niveau.
• En Grèce, le taux de piratage chute de 3 points. Cela est dû à une action législative et répressive combinée. Une nouvelle législation permet à la police fiscale grecque de réclamer les données concernant les actifs logiciels.
• De légères baisses en France, en Italie et aux Pays-Bas ont conduit à de sensibles réductions du manque à gagner subi par l'industrie à cause du piratage, qui atteint respectivement 515 millions, 161 millions et 177 millions de dollars.
• Des actions législatives et des opérations de répression pénale bien mises en valeur, en particulier des contrôles de police ou administratifs dans les entreprises, ont contribué à la baisse des taux de piratage en République tchèque et en Pologne (1 point) et à leur stabilisation en Hongrie mais les manques à gagner ont augmenté dans tous les cas en raison de l'expansion rapide du marché.
• IDC estime que plus de 350 milliards de dollars seront dépensés en logiciels pour micro-ordinateurs au cours des quatre prochaines années. Etant donné la croissance actuelle du marché et les niveaux de piratage, la valeur des logiciels piratés devrait dépasser les 180 milliards de dollars.
L'étude BSA-IDC sur le piratage de logiciels dans le monde couvre le piratage de tous les logiciels fonctionnant sur micro-ordinateurs, qu'il s'agisse de machines de bureau ou de portables. Elle ne couvre pas les autres types de logiciels tels que les logiciels pour serveurs ou grands systèmes. IDC a utilisé ses statistiques exclusives sur les livraisons de logiciels et de machines et a fait appel à ses analystes répartis dans cinquante pays pour confirmer les tendances du piratage de logiciels.
(site: www.bsa.org/globalstudy).
---------------------------
A propos de BSA
Business Software Alliance (www.bsa.org) est une association mondialement reconnue, consacrée à la promotion d'un monde numérique légal et sûr. Elle est le porte-parole de l'industrie du logiciel professionnel et de ses partenaires constructeurs auprès des pouvoirs publics et sur le marché international. Ses membres représentent le secteur d'industrie qui connaît la croissance la plus rapide dans le monde. Les actions de BSA soutiennent l'innovation technologique à travers des campagnes d'information et des initiatives en direction des autorités publiques qui ont pour objectif de promouvoir la protection de la propriété intellectuelle, la cyber-sécurité, les échanges internationaux et le commerce électronique. Parmi ses adhérents figurent Adobe, Apple, Autodesk, Avid, Bentley Systems, Borland, Cadence Design Sy! stems, Cisco Systems, CNC Software/Mastercam, Dell, Entrust, HP, IBM, Intel, Internet Security Systems, Macromedia, McAfee, Microsoft, PTC, RSA Security, SAP, SolidWorks, Sybase, Symantec, Synopsys, The MathWorks et UGS.
En France, BSA regroupe les éditeurs français et internationaux suivants : 4D, Adobe, Apple, Autodesk, Avanquest Software, Avid, Bentley Systems, Macromedia, Microsoft, Monotype, Nemetschek, Realviz, Robobat, Staff & Line, Symantec, Tekla, UGS, Veritas Software, AttachmateWRQ.
About IDC
IDC is the premier global provider of market intelligence, advisory services, and events for the information technology, telecommunications, and consumer technology markets. IDC helps IT professionals, business executives, and the investment community make fact-based decisions on technology purchases and business strategy. Over 850 IDC analysts in 50 countries provide global, regional, and local expertise on technology and industry opportunities and trends. For more than 42 years, IDC has provided strategic insights to help our clients achieve their key business objectives. IDC is a subsidiary of IDG, the world's leading technology media, research, and events company. You can learn more about IDC by visiting www.idc.com


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.