Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Slim Feriani rejette la théorie de désindustrialisation en Tunisie
Publié dans WMC actualités le 04 - 12 - 2019

Dernièrement interpellé par des médias audiovisuels et écrits, sur ce que certaines parties considèrent comme un processus de "désindustrialisation" du pays, Slim Feriani, ministre de l'Industrie et des PME, s'est démarqué de cette approche. Au contraire il a brossé un tableau optimiste des nouveaux redéploiements du secteur industriel en Tunisie.
Feriani semble, dans deux longues interviews accordées, entre autres à la chaîne de télévision privée El Hiwar Ettounsi et au magazine L'Economiste maghrébin, répondre surtout aux conclusions alarmistes d'une récente étude effectuée par le Conseil d'analyses économiques (CAE), think tank que préside Afif Chelbi.
Cette étude a mis en garde contre les risques de désindustrialisation de la Tunisie par l'effet du rôle nocif que jouent les monétaristes et les lobbys d'importateurs fort représentés à l'Assemblée des représentants du peuple et dans l'administration.
L'étude cite trois indices pour justifier ce déclin industriel, depuis le soulèvement du 14 janvier 2011 : baisse continue de l'investissement avec la perte de 400 entreprises et de 40 000 emplois dans la seule filière du textile/habillement, cuir et chaussure, l'ouverture non maîtrisée des importations dopant l'économie parallèle et la suppression des incitations aux secteurs productifs.
Poursuite de l'investissement après 2011 avec de belles pointes
Réagissant à la théorie de désinvestissement industriel, durant les 9 dernières années, Slim Feriani a évoqué des performances accomplies, au cours de cette période, dans le secteur des composants automobiles. Il a rappelé, à ce sujet, que le groupe allemand Leoni a investi, à lui seul, 60 millions d'euros pour créer 5 000 emplois.
Selon lui, "même le secteur du textile/habillement, qui a chuté de 2 000 entreprises et 200 000 emplois, à 1 600 entreprises et 160 000 emplois, est aujourd'hui sur une trajectoire positive à la faveur de la conclusion avec l'administration d'un pacte de partenariat public/privé (PPP)".
Cet accord, qui concerne la période 2019-2023, va permettre la création de 50.000 emplois dans le secteur d'ici 2023, la récupération de 4% de parts de marché du marché européen, la hausse des exportations de 4 milliards d'euros et la reprise de notre position parmi les 5 premiers pays exportateurs de textile vers l'Union européenne.
Mieux, Slim Feriani estime que cette période post-révolution a été marquée par l'émergence de nouvelles filières industrielles à forte valeur ajoutée. Parmi celles-ci, il a cité l'aéronautique. «Il y a une quinzaine d'années, cette filière était embryonnaire. Aujourd'hui, elle compte 17 000 emplois, environ 80 entreprises, des exportations de plus de 10 millions de dinars...», a-t-il souligné.
Emergence de nouvelles filières à haute valeur ajoutée
Il a fait mention spéciale pour la Corse Composites Aéronautiques (CCA), société offshore spécialisée dans le développement de pièces complexes en matériaux composites destinés à l'aéronautique. Cette société a investi, à elle seule, une extension à Enfidha pour un montant de 160 millions d'euros.
Autre filière citée par le ministre, l'agroalimentaire, particulièrement le conditionnement de l'huile d'olive, lequel a, d'après lui, de beaux jours devant lui. «Il y a une quinzaine d'années, a-t-il dit, cette filière était larvaire. Aujourd'hui, nous sommes des champions internationaux avec en prime une centaine de médailles et un potentiel à exporter (...) de loin supérieur à ce que nous avons fait jusqu'à ce jour».
Il a ajouté que «cette année, avec une production record de 350 mille tonnes d'huile d'olive, nous espérons faire mieux en matière d'exportation de l'huile conditionnée, d'autant plus que le quart de la production est constitué d'huile d'olive biologique à haute valeur ajoutée».
Migration vers les services
Il devait indiquer ensuite que partout dans le monde l'industrie est en train de se redéployer et de reculer au profit des services. «C'est une tendance structurelle : les secteurs des technologies, du transport, du tourisme, voire les services en général ont pris le dessus sur l'industrie», a-t-il fait remarquer.
Et d'ajouter : «ce que nous constatons, c'est que, depuis des années, toutes les économies du monde vont vers plus de services. 80% de l'économie américaine est constituée de services. Aujourd'hui, nous, en Tunisie, notre économie est faite au taux de 60% de services».
Au final, le ministre de l'Industrie estime que, sur la base d'autant d'arguments, parler de désindustrialisation ne lui semble pas refléter la réalité. «C'est injuste. Des milliers d'entreprises industrielles continuent à investir, à persévérer, à créer des emplois, à exporter ...», a-t-il dit.
Pour lui, «l'industrie tunisienne est là. Elle reste la locomotive de l'économie du pays avec 20% des emplois, 90% des exportations et 17% du PIB». A son avis, «au lieu de parler de désindustrialisation, il serait plus utile de réfléchir sur les moyens d'aider l'industrie du pays à produire plus et mieux».
A bon entendeur !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.