Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faut-t-il parler du harcèlement sexuel ?
Publié dans WMC actualités le 30 - 07 - 2008

En dehors d'un éventuel fait divers qui aurait assez fait parler de lui, les médias sont-ils invités à traiter du harcèlement sexuel ?... On ne se serait pas posé une telle question si l'un de nos interlocuteurs, un chef d'entreprise auquel on s'est adressé pour avis ne nous avait pas demandé ceci : «Et pourquoi donc Webmanagercenter s'intéresse tout d'un coup à cette histoire ?». Il est clair que le harcèlement est longtemps resté dans notre pays un sujet tabou, une honte autour de laquelle on ne devrait jamais tourner ni y faire la moindre allusion. C'est que la question meurtrit les femmes et gêne énormément les hommes. Jamais Tunisienne sauf cas extrême n'oserait déclarer être, ou avoir été, l'objet d'un harcèlement sur le lieu de son travail.

De même que jamais Tunisien n'oserait se prévaloir d'avoir harcelé une collègue au bureau. Mais ce silence de la part des femmes a presque failli donner l'impression que la Tunisie est et a toujours été à l'abri d'un tel phénomène de société (ou de bureau qu'il faudrait dire ?). Or, ce serait contradictoire en quelque sorte.

Car la Tunisie est indiscutablement un pays évolué et moderne. Comment donc faire croire que les Tunisiens ont hérité les bonnes manières et les qualités des peuples modernes (les Européens et les Occidentaux) et rejeté en bloc tous leurs défauts ?... Ce serait mesquin. D'autant plus que le mal (sous toutes ses formes) n'est pas le propre de telle ou telle nation, mais une généralité qui n'a épargné aucune société. Et quitte à choquer tout le monde, on va avancer ici une quasi-certitude : il y a dans chaque homme un harceleur potentiel. Sauf !... Sauf qu'il est des hommes dont les freins sont très solides, mais très usés et presque inexistants chez d'autres. Ce que nous qualifions ici prosaïquement d'usure de freins, le Pr. Samuel Lepastier l'explique scientifiquement en brossant le portrait du harceleur que vous lirez avec intérêt dans ce dossier. Loin de nous, ici, l'idée de jouer aux moralisateurs et aux champions de l'éthique, mais on voudrait attirer l'attention sur un élément très important à nos yeux et qui semble échapper à beaucoup. Dans le combat inlassable que mène le harceleur pour obtenir des faveurs que nul ni rien ne l'y autorise (et même pas sa victime), il y a un aveu par trop avilissant pour lui-même et pour les hommes en général, celui de dire indirectement à une femme : «Sans toi, je mourrais».

Que cela soit dit en passant, mais il ne nous semble pas futile de rapporter ceci. Dans la foulée de notre recherche d'un chef d'entreprise ayant eu à gérer un possible cas de harcèlement dans son administration, nous sommes tombés sur un P.d.g. qui, après avoir ri, nous a dit : «Faites le tour des bureaux et revenez me dire comment une tentative d'un harcèlement pourrait avoir lieu chez moi». En fait, nous n'avons rien compris au début. Mais en faisant le tour de son administration, grande était notre surprise de constater ceci : toutes les portes des bureaux sont en verre, et pas une n'était fermée. De sorte que tout un chacun (même les visiteurs) peut voir tout un chacun à tout moment. Même lui, le premier responsable, garde ouverte sa porte en verre. Sans commentaire…

En tout cas, sujet tabou ou pas, une loi est arrivée il y a un peu plus d'une année pour sanctionner le délit du harcèlement. Et c'est probablement le combat des Femmes Démocrates qui a contribué à sa promulgation. Car sauf possible erreur de notre part la seule Association qui ait mené un tel combat dans le pays n'est autre que l'ATFD. (Nous avons adressé par deux fois un fax à l'UNFT pour éléments de réponse sur la question : pas de réponse). Au mois de décembre 2003, l'ATFD a organisé une campagne nationale contre le harcèlement sexuel, et particulièrement sur les lieux de travail. Dans cette campagne, l'Association a réussi au moins sur deux fronts : faire entendre sa requête par toutes les instances du pays (et les médias avec à la suite d'une conférence de presse), et surtout briser le mur du silence en invitant certaines victimes à raconter par le menu détail les mésaventures auxquelles elles ont été exposées.

Pourquoi Webmanagercenter s'intéresse tout d'un coup au harcèlement sexuel ? Parce que le phénomène existe. Parce que la loi existe. Parce que cela fait partie du devoir du journaliste. Parce que le harcèlement est un coup dur porté à la dignité de la femme. Surtout, parce que la femme harcelée peut un jour être votre sœur, votre fiancée, votre femme, votre cousine, votre voisine, sinon votre mère…


Lire aussi :

- Portrait du harceleur : «Le harcèlement est une affaire de pouvoir et non de libido»
p class="MsoNormal" style="margin:0; " - Harcèlement : Témoignage de victime
- Harcèlement : Témoignage d'un chef d'entreprise
- Harcèlement sexuel au sein de l'entreprise: de l'obstacle de la preuve au risque de la diffamation
- Harcèlement : Il est temps de prendre le taureau par les cornes !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.