Tunisie Création d'une coordination nationale pour soutenir la résistance palestinienne    Cérémonie de salut aux drapeaux tunisien et palestinien dans un collège de Hammam Chott en présence de Mechichi    Le geste symbolique de Kaïs Saïed    Imed Khemiri : Ennahdha soutiendra toute initiative législative en faveur de la Palestine    Tunisie-Situation socio-économique: Abdelhamid Jelassi craint le pire [Vidéo]    Le déficit budgétaire de la Tunisie en baisse de 27%    Suspension des pénalités de retard sur l'enregistrement des contrats et procès-verbaux jusqu'à la levée de la grève des recettes des finances    Aviron – JO 2020+1 : 18 pays décrochent un quota de qualification    Tunisie – Coronavirus: Presque 600 mille personnes vaccinées contre la covid-19    Tunisie-Othman Jerandi: Israël est une entité coloniale et raciste qui n'a jamais cherché la paix    Mechichi assiste à une cérémonie de salut aux drapeaux tunisien et palestinien dans un collège de Hammam Chott    Kasserine : Cinq terroristes abattus    Près de 600 mille personnes vaccinées contre le coronavirus    Tunisie: L'UGTT appelle à participer massivement à la marche de soutien au peuple palestinien    Covid-19 | Médenine : Un décès et 26 contaminés    Classement WTA – Ons Jabeur perd une place    Samsung annonce l'élargissement de sa gamme d'appareils Bespoke à l'occasion de « Bespoke Home 2021 »    Palestine: L'appel des intellectuels tunisiens et figures de la société civile pour la cessation immédiate de l'agression israélienne sur Gaza    Tunisie- Kais Saied à l'aéroport de Tunis-Carthage [photos]    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 17 Mai 2021 à 11H00    Festival du livre audio et du podcast en ligne par l'IFT    Campagne de promotion de l'utilisation du paiement sans contact en Tunisie    Tunisie: Tunisair reprend ses vols vers la Libye    L'ANSI met en garde contre un nouvelle vague de phishing sur Facebook    Huawei HarmonyOS commence à porter ses fruits    Tunisie-CTN: Les mesures sanitaires liées au Covid-19 à bord des car-ferries    Ligue africaine de basketball : L'US Monastir entre en lice aujourd'hui    Tunisie – Météo: Légère baisse des températures    La Tunisie prend part à la 6e Semaine mondiale de la sécurité routière de l'ONU    Porsche : un résultat opérationnel de 1,2 milliard d'euros au premier trimestre 2021    Tunisie- Béja : Levée du drapeau palestinien dans les collèges [vidéo]    Conseil de sécurité : Toujours pas d'accord sur une déclaration commune    Football | Coupe de la Confédération (1/4 de finale aller) : « Le penalty raté à la mi-temps a été le tournant du match »    Tunisie : La meilleure façon trouvée par l'UGTT pour soutenir le peuple palestinien : Avoir plus de martyrs qu'eux !    L'armée israélienne abat un palestinien après qu'il ait foncé sur des soldats    Foot – CAF : Wadii Jari désigné à la tête de la commission médicale    Coupe de Tunisie : Espérance de Tunis-Etoile du Sahel choc des 16e de finale    Israël - Palestine: Terrorisme et résistance    Foot-Europe: le programme du jour    La Tunisie réitère son appui à la cause palestinienne et aux droits inaliénables et indivisibles du peuple palestinien    Festival du livre audio en ligne, une première    Tunis - Manifestation de soutien à la Palestine    Ammar Mahjoubi: La fin de la République et la création du Principat par Auguste    Chedli Klibi : un an déjà    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De quelle guerre civile parle-t-on ?
Publié dans Business News le 21 - 04 - 2021

Les menaces de « guerre civile » reviennent en force. Une déclaration du porte-parole d'Ennahdha était presque passée inaperçue hier, tant elle est récurrente. Fathi Ayadi avait déclaré sur Midi Show que les récents propos de Kaïs Saïed pouvaient précipiter le pays dans une guerre civile.
Des mises en garde peu étrangères au parti islamiste. Rached Ghannouchi a, en effet, plus d'une fois, évoqué le risque d'une guerre civile à chaque fois qu'on avait essayé d'exclure Ennahdha de la scène politique, lui renvoyant au visage les accusations d'assassinats politiques et d'appareil armé secret qui pèsent sur le parti.

Force est de reconnaitre que le parti de Rached Ghannouchi se sent menacé et qu'il a peur. Le chef de l'Etat ne cesse de déclarer - de plus en plus ouvertement - la guerre au parti qui l'avait autrefois soutenu. Un soutien dont il n'a jamais réellement voulu mais qui avait été le bienvenu pour le porter à Carthage en 2019.
Mais, à qui profite le crime ?
Les dernières fuites d'informations et enregistrements, publiés par le – pas très innocent – Rached Khiari, rendent service au parti islamiste qui ne serait pas complètement étranger à ces manœuvres. Qui est Rached Khiari ? Un élu indépendant proche des islamistes ? Ou un ancien Al Karama, coalition qui n'a pas tardé à montrer son réel visage une fois élue au Parlement ? Plutôt les deux à la fois.
Rien ne rendrait, en effet, plus service au parti Ennahdha que d'habiller Kaïs Saïed – celui qui se proclame le fils du peuple et son sauveur – de l'image du putschiste qui viole la constitution et fait main basse sur des pouvoirs qui ne sont pas siens.

Ces dernières années, Ennahdha n'a cherché qu'à trouver un allié, un protecteur qui saurait garder ses cadavres bien cachés dans leurs placards et ne viendrait pas fouiller dans ses sales affaires. Kaïs Saïed a prouvé qu'il n'était pas ce protecteur-là, il est donc devenu en peu de temps l'homme à abattre.
Mais, le chef de l'Etat est loin d'être ce bon samaritain empli de bonnes intentions qui ne chercherait qu'à sauver le pays. Il est, lui-aussi, en train de régler ses comptes politiques et de protéger sa place. Il suffit de regarder les contradictions dans ses positions et leur timing pour se rendre compte qu'il ne le fait que parce qu'il se sent, lui-aussi, tout aussi menacé.
Ces luttes politiques n'émanent, en effet, d'aucun principe ou noble dessin, mais de simples règlements de comptes et de guerre d'égos et de survie.

Ennadha n'est certes pas le seul à parler de « guerre civile ». Dans le bal des politiques, on met en garde contre « l'effritement de l'Etat démocratique », on dénonce « des propos putschistes », « des paroles hors contexte », « une lecture farfelue du texte constitutionnel » avec pour finalité de « faire vaciller les institutions de l'Etat », « de fragiliser l'expérience démocratique » et, au final, « engendrer une véritable guerre civile ».

Si la guerre civile est réellement à nos portes, si les institutions de l'Etat sont fragiles et si l'expérience démocratique est menacée, ce n'est pas à cause des déclarations d'il y a deux jours. Ni même de celles qui les ont précédées ces derniers mois. Ces tiraillements de basse-cour et ces enfantillages ne sont que la piètre continuité de ce qu'on a observé sur la scène politique ces dernières années. Tous ceux qui se sont succédé au pouvoir n'ont fait que creuser et précipiter la chute de cet Etat sans piliers, grignotant, chaque jour, le peu de confiance que le citoyen a encore en ses gouvernants et en les institutions de l'Etat. Ils ressortent aujourd'hui l'épouvantail de la guerre civile parce qu'ils se sentent menacés. La menace de ne plus être là au pouvoir demain, de ne plus avoir à se différencier de ceux-là même qu'ils critiquent ou celle, plus grande encore, que leur incompétence et leur échec soient encore plus retentissants.

Le citoyen n'essaye plus de comprendre aujourd'hui qui a tort et qui a raison. Ce qui arrive entre Kaïs Saïed et Hichem Mechichi n'est qu'un remake farfelu du feuilleton Béji Caïd Essebsi-Youssef Chahed et qui rappellerait tristement celui de Moncef Marzouki vs Hamadi Jebali. Pourquoi s'étonner outre-mesure aujourd'hui de voir les garants de la stabilité de l'Etat rivaliser en viles manœuvres pour la mettre à terre, eux qui n'ont eu de cesse de le faire au fil des années ?
Comment voulez-vous que le citoyen ait confiance alors qu'il fait la queue dans une administration qui ne fait que l'envoyer balader ? Comment avoir confiance si le gouvernement annonce des délais qu'il n'est lui-même pas capable de respecter ? Comment avoir confiance si des mesures sont annoncées aujourd'hui puis annulées 48 heures après ensuite rétablies – à moitié – une semaine plus tard ? Comment avoir confiance si l'Etat se désengage de ses responsabilités pour jeter la balle aux citoyens, leur demandant clairement de se protéger eux-mêmes et de se débrouiller pour pallier son incompétence ?
C'est là où réside la véritable guerre civile qui ne fait que bouillir depuis des années et qui n'a rien à voir avec le nom de celui qui prendra le pouvoir des forces armées, de ceux qui siègeront à la cour constitutionnelle, des discours pompeux du chef de l'Etat ou des sombres dossiers cachés par Ennahdha. Et puis, ceux qui parlent de faire la guerre, devraient au moins en avoir les moyens...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.