Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Bilan Covid-19 : 71 décès et 2228 nouveaux cas en 24h    Affaire Sidi Hassine-Sijoumi : Manifestation à l'avenue Habib Bourguiba    Tunisie – Le tribunal administratif rejette les recours déposés par le magistrat Taïeb Rached    Le chef de la diplomatie britannique répond sèchement à Macron ...    Equipe nationale : 4 joueurs quittent le stage avant d'affronter le Mali    En images Affrontements entre les manifestants et la police à l'avenue Bourguiba    CTN : Avis aux passagers à destination de Marseille    Pèlerinage à la Mecque : 60.000 résidents vaccinés autorisés    Euro 2020 : Christian Eriksen victime d'un grave malaise en plein match    Coupe de Tunisie : les deux demi-finales auront lieu le 20 juin    Handball – championnat national : Programme de la 10ème journée play-off    Seuls 20,4% des personnes qui doivent être vaccinées sont enregistrées sur Evax    Habib Ammar: « La Tunisie est une destination touristique Covid-safe »    Journée de la Russie - Sergey Nikolaev salue le succès de la coopération russo-tunisienne    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    Echâab dénonce une tentative d'assassinat contre Badreddine Gammoudi et Ali Ben Aoun    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Tunisie-Béja: Agression du personnel de la santé et actes de vandalisme à l'hôpital régional de Téboursouk [Photos]    Soutien social et psychologique à l'enfant mineur agressé et humilié par des agents de l'ordre    Les Affaires sociales assurent un accompagnement social et psychologique à la victime de Sidi Hassine    AGIL fête ses 60 ans et organise une journée portes ouvertes    Liberté d'expression : Les médias s'accrochent à leur indépendance    Produits made in Tunisia : Quand va-t-on consommer purement tunisien ?    Programme TV du samedi 12 juin    Si vous êtes demandeur d'un lotissement AFH, ceci vous intéresse    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Exposition collective «Beyrouth» à la Galerie Terrain Vagh à Paris : La révélation d'une ville    Sophie Renaud, Directrice de l'institut français de Tunisie, à La Presse : «La Tunisie abritera les états généraux du livre francophone»    Jean Fontaine: Le migrant inversé    News | L'Etoile sonde la filière congolaise    Point de vue | Un véritable tournant !    La vérité nue    Jendouba : La récolte céréalière en hausse de 40%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    Zarzis-Plateforme Miskar : Les ouvriers demandent l'évacuation des migrants irréguliers à bord    Seif Al Islam Kadhafi annonce son intention de se présenter aux prochaines élections présidentielles en Libye    Derby Arabe Tunisie vs Algérie: regarder le match amical du 11 juin en Streaming    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Le dinar tunisien s'est déprécié de 5% vis-à-vis de l'euro    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





N'appliquez pas la loi, vous risquez d'être poursuivis !
Publié dans Business News le 28 - 04 - 2021

Imaginons un instant un policier convoqué devant la justice car il aurait verbalisé un automobiliste qui aurait grillé un feu rouge. Imaginez un douanier poursuivi en justice car il aurait saisi des produits de contrebande. Imaginez un agent des impôts mis en accusation parce qu'il a procédé à un contrôle fiscal. Cela parait improbable mais c'est pourtant ce qui est arrivé à la Haica (haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle) avec Saïd Jaziri et sa radio illégale.
Non contente d'être en bas du classement des institutions dans lesquelles les Tunisiens ont confiance, l'un des représentants de la justice tunisienne, à savoir le procureur de la République à Zaghouan, a ajouté plusieurs clous dans le cercueil d'une justice à l'abandon, dans le traitement qu'il a fait de l'affaire de la Haica contre Saïd Jaziri. Cet élu, voyant le matériel de transmission de sa radio saisi par la Haica, court porter plainte contre l'instance constitutionnelle pour vol et tentative de meurtre. C'est comme si un contrebandier allait porter plainte contre le douanier qui a saisi sa marchandise illégale et le procureur de la République accepte cette plainte ! Et au procureur alors de convoquer le président de la Haica, Nouri Lajmi, et plusieurs autres personnes. Il donnera ensuite des instructions verbales aux agents de la Garde nationale pour qu'ils n'acceptent pas les papiers du comité de défense qui s'est mobilisé.
Quelle honte pour la justice tunisienne de voir l'un de ses membres ternir ainsi son image ! Même aux pires moments de ce qu'on avait appelé dictature, aucun procureur n'aurait osé faire cela. En plus, la radio illégale est enregistrée au nom du frère de Saïd Jaziri. Donc ce dernier n'a pas le droit de porter plainte en son nom et n'est pas le représentant légal de la radio en question. Le procureur de la République n'a pas jugé ce point important. Quand les membres de la Haica ont attiré son attention sur ce même point, il s'est contenté d'un simple « Ah, je ne savais pas ». Ce même procureur avait reçu tout le dossier lors de la saisie du matériel opérée par la Haica. Ce même procureur s'était opposée au fait de mobiliser la force publique lors de cette même opération de saisie.
Du côté du gouvernement cette affaire n'émeut personne. Ni le locataire de la Kasbah, ni les membres de son demi-gouvernement, ni ceux de son super cabinet, n'ont bougé le petit doigt. Seule réponse obtenue par le président de la Haica contre ses appels au secours fût un laconique : « on verra ce qu'on peut faire ». Ont-ils peur de prendre des mesures et de faire simplement leur boulot en faisant appliquer la loi ou est-ce une autre manifestation de leur incompétence ? Peu importe, le résultat est le même. La Haica se trouve livrée à elle-même contre la machine lourde et sourde d'une justice aux ordres. La Haica a le tort de déranger le « coussin » politique de ce gouvernement. Saïd Jaziri est, au moins idéologiquement, proche des islamistes d'Ennahdha. Il est en plus élu. Donc, en tant que membre du cartel du Bardo, il est intouchable et peut faire ce qu'il veut, comme Rached Khiari ou encore les élus Al Karama.
A lire également
Amin Mahfoudh : Les députés doivent délaisser leur immunité avant de déposer une plainte !
En plus, les partis qui soutiennent ce gouvernement, sont particulièrement sensibles à cette question de fermeture de chaines et de saisie de matériel. Ennahdha et Qalb Tounes sont en lien direct avec un certain nombre de chaines illégales comme Nessma, Zitouna ou Hannibal TV. Il ne faudrait surtout pas créer un précédent de fermeture définitive d'une chaine illégale en permettant à la Haica de faire fermer la radio al Quran al Karim de Saïd Jaziri. Peu importe la nature du discours diffusé sur les ondes de cette radio, peu importe que son prétendu propriétaire soit aussi un élu du peuple. Ces chaines ont permis à ces partis d'avoir une présence conséquente au sein de l'ARP et il ne faut pas qu'une instance constitutionnelle puisse appliquer la loi les concernant. Ils n'ont également aucune considération pour l'autre précèdent que cela peut créer, celui de voir les responsables d'une instance convoqués par la justice pour avoir fait leur travail. A l'avenir, les instances constitutionnelles, ne pourront pas jouer leur rôle de régulateur car elles seront soumises à cette menace de se voir trainées devant les tribunaux. Les agents d'exécution de ces instances seront intimidés et persécutés si jamais ils ont l'audace de mettre en application des décisions qui ne seraient pas du goût du pouvoir en place.
L'objectif est de mettre ce genre d'instances, et particulièrement la Haica, sous les ordres et d'en faire un outil supplémentaire aux mains du pouvoir en place. Si l'on ne parvient pas à la mettre aux ordres, on doit au moins la neutraliser et ne pas lui permettre de déranger nos intérêts, voilà la logique selon laquelle le pouvoir fonctionne. Demain, pourquoi pas faire la même chose au niveau de l'instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) ou pour d'autres ?
En somme, quand le chef du gouvernement a la bouche pleine de « fermeté », de « respect de la loi » et de « démocratie », les membres d'une instance constitutionnelle indépendante sont trainés en justice par un élu islamiste radical qui a mobilisé ses troupes pour les attaquer, les diffamer et les traiter de mécréants. Il y a deux leçons à tirer de ce qui se passe : les lâches ne font pas l'Histoire et évitez d'appliquer la loi, vous risquez d'être poursuivis !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.