Campagne électorale, levée de la compensation… Les 5 infos de la journée    Ooredoo tient son engagement auprès de l'unité d'oncologie pédiatrique de Salah Azaiez    Jasmin Open Monastir (WTA 250), 2e tournoi phare en Afrique marqué par la participation d'Ons Jabeur et le soutien de la marque KIA au Tennis    Tunisie – Tabboubi : Il faut un SMIG de plus de mille dinars pour prétendre lever les subventions    Olympique de Béja : Conférence de presse sur le départ de Kouki (Vidéo)    Mandat de dépôt contre le capitaine de la Garde nationale après avoir accepté un pot de vin    Béja: 20 tonnes de "zgougou" disponibles sur le marché [Vidéo]    MIME – ONUDI Tunisie : Lancement du projet « Employment4Youth »    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Tunisie : Machrou Tounes ''n'est pas concerné'' par les législatives    Tlili Mnasri: L'ISIE est indépendante du pouvoir en place    Tunisie Telecom et Huawei : ensemble pour la création de l'avenir    Hyundai Tunisie remporte le label de "L'entreprise qui respecte les droits du consommateur"    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    FTF : La date de démarrage de la Ligue 1 Pro est dévoilée !    « La Tunisie en avant » appelle à la création d'un bloc électoral    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Tunisie : Le SNJT condamne l'agression contre les journalistes des " Quatre vérités "    Tunisie Télécom : Le délai de dépôt des candidatures pour le choix des administrateurs au conseil d'administration prolongé    3ème appel à projets FAST :Deux programmes renforcer la création de liens entre les startups/TPE/PME et les Grandes entreprises    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Néji Jmal démissionne d'Ennahdha    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Tunisie-Météo : Températures en légère hausse    Prix du vaccin contre la grippe saisonnière    Ouvrières agricoles-Le cri du cœur des oubliées de la précarité: Pensez à nous! [Vidéo]    Tunisie : Grave accident de la route    Deformation Theory of Discontinuous Groups: Le nouveau livre du professeur Ali Baklouti    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    Création "Wahm" de Marwen Errouine avec Le Ballet de l'Opéra de Tunis    Commune de Zarzis : Qui sème le vent...    La Tunisie à la foire internationale du livre en Arabie Saoudite : Le privilège d'être un invité d'honneur !    Tribune | De l'histoire de l'Art à la pratique artistique contemporaine Tunisienne : La migration du statut de l'objet, d'un état de servitude à un acte de dénonciation    Expatriés | Laâyouni crève l'écran    Le CA entre ombres et lumières : Cherche l'éclaircie...    Affaire Brest – Belaili : Youcef Belaïli sort du silence !    Par Amine BEN GAMRA : Transformation digitale dans le secteur bancaire : où en est vraiment la Tunisie de ses ambitions ?    Express    «Dreaming » d'Emel Mathlouthi au Théâtre Municipal de Tunis : Retour sur scène    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Foot-Europe: le programme du jour    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Inflation : le gouffre entre le ressenti du Tunisien et les chiffres annoncés !
Publié dans Business News le 08 - 08 - 2022

Depuis la révolution, le pouvoir d'achat du Tunisien n'a cessé de se détériorer, à cause de la spirale salaires-prix (hausse des prix résultant de la hausse des salaires, ndlr). Aujourd'hui, l'inflation a atteint son plus haut niveau depuis 31 ans. Or, il y a un gouffre entre les chiffres officiels et le ressenti du Tunisien. Explication.

L'Institut national de la statistique (INS) a annoncé le 5 août 2022, que l'indice des prix à la consommation familiale a atteint 8,2% au mois juillet 2022 en Tunisie. Il était de 8,1% au mois de juin 2022, de 7,8% au mois de mai 2022 et de 6,7% au mois de janvier 2022. Le pays n'avait pas atteint ce taux élevé depuis 1991, soit 31 ans en arrière.


L'inflation est expliquée essentiellement par l'accélération du rythme des hausses des prix des produits alimentaires, des prix du groupe meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer et des prix du groupe loisirs et culture.




Plus concrètement, en juillet 2022, les prix de l'alimentation ont augmenté de 11% sur un an. Mais, au sein même de ce groupement il y a des disparités. Ainsi, l'INS détaille une augmentation des prix des œufs de 24,2%, des huiles alimentaires de 22,3%, des légumes frais de 19,9%, des fruits frais de 18,6%, des viandes ovines de 11,9%, des dérivés de céréales 11,5%, des poissons frais 10,4%.
Bien sûr, les hausses de prix ont touché d'autres produits. Sur un an, les prix des boissons alcoolisées ont augmenté de 19,3%, de 12,5% pour ceux de l'électricité, du gaz et autres combustibles, de 10,2%, pour ceux des matériaux de construction, de 10,4% pour ceux des produits de l'habillement, etc.
Et la liste des augmentations de prix est longue.

Tableau inflation annuelle juin-juillet 2022

Mais pourquoi ces hausses à deux chiffres ne se répercutent pas sur l'indice de consommation familiale ?
Deux facteurs l'expliquent. Tout d'abord, l'inflation est tempérée par la maitrise des prix des produits administrés, qui sont fixés par l'Etat (pain, pâtes, sucre, huiles végétales, semoule, farine, …). Ce qu'exprime clairement l'institut qui précise que les prix des produits libres (non encadrés) augmentent de 9,3% sur un an alors que les prix des produits encadrés augmentent quant à eux de 4,6%. Pour leur part, les produits alimentaires libres ont connu carrément une hausse de 13,1% contre 0,3% pour les produits alimentaires à prix encadrés.
Deuxième facteur, les experts s'accordent sur le fait que le panier ne correspond plus à la consommation réelle des Tunisiens, la dernière mise à jour datant de 2015 (sept ans alors que la norme est de cinq ans). C'est-à-dire que l'ensemble des produits sélectionnés par l'institut ne reflète pas la consommation réelle des Tunisiens, en termes de pondération et en termes de produits consommés.
Ce qui explique le ressenti des Tunisiens. Pendant leur achat, ils constatent des hausses de prix à deux chiffres, mais côté INS on annonce une inflation, certes jamais atteinte depuis 31 ans, mais à un seul chiffre.

D'ailleurs, plusieurs observateurs s'étonnent du taux d'inflation tunisien, surtout que le pays est touché de plein fouet par la guerre en Ukraine et ses répercussions sur l'Union européenne, son partenaire historique. La Tunisie subit ainsi une inflation importée.
Au niveau international, l'indice des prix à la consommation connait partout des hausses importantes, atteignant des sommets jamais atteint depuis 20, 30 ou même 40 ans.
Aux Etats-Unis, l'inflation a atteint 9,1% en juin sur un an, une hausse des prix la plus forte depuis 1981. Idem pour le Royaume-Uni, où l'inflation a aussi atteint 9,43% au mois de juin sur un an pour atteindre son niveau le plus élevé depuis 40 ans. On s'attend qu'elle poursuive son escalade, à plus de 13% en octobre. Pour l'ensemble de a Zone Euro, l'institut statistique européen Eurostat recense une inflation de 8,9% en juillet, sur les douze derniers mois. Un niveau jamais vu depuis le début de la publication de l'indicateur en janvier 1997.

Aperçu des taux d'inflation internationaux, selon le site Global-rates

Dans une note publiée par trois experts du Fonds monétaire international, on estime que : « Les risques à la hausse qui pèsent sur les perspectives d'inflation demeurent grands et un durcissement plus agressif pourrait être nécessaire si ces risques se concrétisent.
Les banques centrales des grandes économies s'attendaient il y a encore quelques mois à pouvoir durcir leur politique monétaire très progressivement. L'inflation semblait être alimentée par un mélange inhabituel de chocs du côté de l'offre associés à la pandémie et à la récente invasion de l'Ukraine par la Russie, et il était attendu qu'elle recule rapidement une fois ces pressions allégées.
Désormais, avec une inflation qui atteint des niveaux sans précédent depuis des décennies et des pressions sur les prix qui s'étendent au logement et à d'autres services, les banques centrales reconnaissent qu'il est nécessaire d'agir plus rapidement pour empêcher un désancrage des anticipations d'inflation et pour éviter que leur crédibilité en pâtisse. Les décideurs devraient tirer les enseignements du passé et être déterminés à éviter des ajustements ultérieurs potentiellement plus pénibles et déstabilisants ».

En Tunisie, et vu qu'on a toujours pas conclu d'accord avec le FMI, le budget de l'Etat reste très serré. Le gouvernement œuvre ainsi à rationaliser la compensation pour mieux maitriser les prix, en particulier des produits administrés.
Ainsi, la ministre de l'Industrie, de l'Energie et des Mines, Neila Nouira Gongi, a annoncé une nouvelle et imminente hausse des prix du carburant. Selon elle, suite à la guerre en Ukraine, la priorité, quant à la compensation, a été donnée à l'importation de céréales et en particulier à l'importation de blé.
En effet, la loi de finances 2022 a été bâtie sur l'hypothèse que la moyenne de prix du baril ne dépassera pas les 75 dollars le baril de Brent. Or, aujourd'hui, la moyenne de prix a atteint 108 dollars le baril de Brent.
Sachant qu'un dollar supplémentaire dans le prix du baril représente 140 millions de dinars (MD) de dépenses en plus pour l'Etat tunisien alors que pour le glissement du dinar, chaque 10 millimes de moins par rapport au dollar se répercutent par 40 millions de dinars (MD). En prenant en compte ce nouveau prix, il faudra débourser 8 milliards de dinars de compensation en 2022, alors que les prévisions étaient de 2,9 milliards de dinars (des besoins qui ont presque triplé).
Selon elle, les besoins de financement en produits pétroliers (carburant, gaz, électricité) étaient de 5,2 milliards de dinars, aujourd'hui avec la flambée des prix ils ont grimpé à 10,2 milliards de dinars.

Et d'expliquer que la non-rationalisation de la compensation a un coût énorme sur la communauté et sur les projets d'investissement sur le pays.
« La rationalisation de la compensation nous permettrait la réalisation de huit lignes du réseau ferroviaire rapide (RFR) dans les grandes villes tunisiennes ou l'achat de plus de 4.000 bus électriques ou la construction et l'équipement de plus de cinquante hôpitaux. Ce qui montre le lourd poids sur la communauté d'une compensation qui ne va pas à ses destinataires », a-t-elle affirmé.

La Tunisie a enregistré le plus haut niveau d'inflation depuis 31 ans. Ce taux reste en deçà du ressenti du Tunisien qui constate chaque jour des hausses à deux chiffres. D'où la nécessité que l'INS actualise le panier utilisé dans ces calculs pour avoir des chiffres plus proches de la réalité et du ressenti du Tunisien. Il s'agit là d'une vieille polémique que le suatorités n'ont toujours pas tranché.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.