Report de la réunion du conseil de la Choura    Tunisie – La police opère une descente sur le domicile de Mohamed Affes    URGENT: Etat de santé de Rached Ghannouchi    Saïed appelle l'association des banques à baisser le taux d'intérêt en vigueur    Tunisie – A peine libéré, Le député Maher Zid arrêté dans l'affaire de l'aéroport    Béchir Akremi assigné à résidence sur décision de Ridha Gharsallaoui    Les gouverneurs du Grand Tunis mettent fin aux mesures d'interdiction de circulation des véhicules pendant les week-end    Ghannnouchi s'accapare la page Facebook de l'ARP Des députés dénoncent    Mercato : Wajdi Kechrida découvre la Serie A    Jeux Olympiques – Athlétisme : Abdessalem Laayouni en demi-finale    Tunisie: Péril imminent. Oui, péril vraiment imminent !    Un cas de champignon noir enregistré à Sousse    Reprise du trafic des trains de transport des phosphates et des marchandises    Covid-19 : Signature lundi prochain d'un accord de partenariat autorisant la vaccination dans les cabinets privés    Ligue 1 : la FTF reporte le délai d'engagement des clubs pour la nouvelle saison    Walid Jalled: La présidence du Parlement n'est pas une institution    Déclarations fiscales: Appel à la régularisation    Le Chef de l'Etat appelle les pharmaciens à baisser les prix des médicaments    Baisse du déficit budgétaire de 57,7%, à fin mai 2021    Jusqu'où peut aller Saïed ?    JO Tokyo 2020 | Escrime (sabre féminin par équipe) : La Tunisie battue par le Japon    JO Tokyo 2020 | Haltérophilie : Ramzi Bahloul termine à la quatrième et dernière place    Etoile du Sahel : les AG évaluative et élective reportées    Transfert : Wajdi Kechrida proche de Salernitana    Entretien avec Nessib ben Radhia Fayrouz, médecin des hôpitaux, spécialiste en pédiatrie à l'hôpital Matri (Ariana): «La contamination des enfants a lieu dans le milieu familial»    Appels à descendre dans la rue: Kais Saied met en garde    JO Tokyo 2020 | Voile : le duo Mahdi Gharbi et Rania Rahali 20e du multicoque mixte nacra 17    Kais Saied appelle à baisser les prix des médicaments    Tunisie : Allègement du couvre-feu    Tunisie – Soldes 2021: Date du début des soldes d'été 2021    Une astronaute Tunisienne sera à bord de la station spatiale internationale ISS, bientôt!    Communiqué de presse du conseil des chambres mixtes    Dream City, Rendez-vous en 2022    Pour cause de Covid-19, l'édition 2021 de Dream City reportée à 2022    Fête de la Femme: La première astronaute africaine envoyée à la station spatiale internationale ISS sera Tunisienne    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    36e Foire internationale du livre de Tunis : Appel à participation    Spectacle "24 parfums": Un site dédié au projet et un film documentaire en cours de réalisation (teaser)    Publication par l'INP des exemples du projet "Vigile" d'inventaire informatisé des collections muséographiques    Festival Hammamet 2021: La pièce de théâtre "Club de chant" de Cyrine Gannoun en ligne    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita au FIH2021 dans sa version en ligne    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouveau président de la République s'appelle Kaïs Saïed
Publié dans Business News le 13 - 10 - 2019

C'est après une campagne chaotique que le candidat au second tour, Kaïs Saïed, a reporté le suffrage et est devenu, par conséquent, le septième président de la République tunisienne. Son concurrent, Nabil Karoui, n'a pas pu faire campagne parce qu'il était emprisonné injustement, de l'aveu même de la cour de cassation.

Kaïs Saïed est désormais le président de la République tunisienne. L'homme austère, droit dans ses bottes accède ainsi à la magistrature suprême. Le bémol est qu'il a gagné cette course alors que son concurrent ne pouvait pas, pendant longtemps, courir en même temps que lui. Il est vrai que Kaïs Saïed avait décidé de ne pas faire campagne tant que son concurrent était en prison, mais au final cela ne change rien au résultat.
L'assistant universitaire en droit constitutionnel a réussi à incarner le candidat de l'antisystème, du changement radical et du renouvellement du pouvoir en Tunisie. Pour ses électeurs, Kaïs Saïed incarne la probité, l'honnêteté et la détermination dans l'application de la loi. Certes, ils sont conscients des limites de leur candidat et savent pertinemment qu'il ne pourra pas réaliser une grande partie de ses promesses électorales. Mais il se trouve qu'il bénéficie déjà d'un tel élan de sympathie que l'on suppose d'emblée qu'on ne va pas le laisser travailler. Le « on » symbolisant comme à chaque fois les lobbies, l'Etat profond, l'administration corrompue et autres prétextes.
Bien plus qu'un vote d'adhésion au projet ou au programme de Kaïs Saïed, ce dernier a pu gagner grâce aux voix de ceux qui ont voté contre Nabil Karoui. Plusieurs milliers de personnes ne pouvaient concevoir Nabil Karoui en tant que président de la République et il a fait l'objet d'une véritable cabale depuis le jour où il est apparu dans les sondages en position avancée. Entre harcèlement judiciaire, emprisonnement injuste et vagues de dénigrement orchestrées, notamment, par le gouvernement actuel, Nabil Karoui n'a pas pu accéder à la magistrature suprême.

Toutefois, Kaïs Saïed fait preuve d'une certaine fragilité. Il est dépourvu de toute épaisseur politique puisqu'il n'a jamais adhéré à aucun parti, ni travaillé auprès de la société civile, qui sont les passages obligés pour acquérir de l'expérience politique. Le fait de ne pas appartenir au monde de la politique et d'en être totalement éloigné a donné à Kaïs Saïed une certaine « virginité », dans le sens où il ne trempe pas dans les manœuvres politiciennes et ne se préoccupe que de l'intérêt supérieur de la nation. D'ailleurs, Kaïs Saïed a beaucoup utilisé cet aspect de son parcours durant sa campagne pour appuyer le trait marquant sa différence par rapport à ses concurrents.
Mais cette qualité supposée va certainement devenir une faiblesse de taille une fois Kaïs Saïed dans l'exercice du pouvoir. La période par laquelle passe la Tunisie est bien trop délicate, bien trop difficile, pour que le pays se permette le luxe d'un président de la République dépourvu d'expérience politique. Cette épaisseur politique est nécessaire aussi bien au niveau de la politique intérieure qu'au niveau de la politique extérieure. Il existe des craintes que les intérêts de la Tunisie ne soient pas défendus comme il se doit non pas mauvaise volonté, mais par ignorance. Idem au niveau intérieur où Ennahdha, parti gagnant des législatives et soutien de Kaïs Saïed, pourrait « cannibaliser » le nouveau président et établir un pouvoir sans conteste sur les trois présidences. Cette absence d'expérience politique pourrait éventuellement être contrebalancée par un choix judicieux de l'équipe qui va entourer le prochain président de la République à Carthage. Mais à part certaines rumeurs sur la possible présence de Naoufel Saïed, frère de Kaïs, au palais, il n'existe aucun indice sur la possible composition du cabinet présidentiel, qui aura un rôle crucial durant le mandat de Kaïs Saïed.

Par ailleurs, il reste la grande énigme du programme électoral de Kaïs Saïed. On peut supposer qu'il mettra une grande ardeur dans le but de réaliser ce qu'il a promis à ses électeurs. Mais ce programme, aussi ambitieux ou révolutionnaire puisse-t-il être, se base essentiellement sur des initiatives législatives qui seront ensuite soumises à l'accord de l'ARP, où Kaïs Saïed ne dispose d'aucun bloc parlementaire capable de porter son projet. S'il existe des blocs qui pourront adopter ses propositions législatives, ceux-là ne le feront pas gratuitement. Et puis, M. Saïed a déclaré auparavant que si ses initiatives législatives et ses tentatives de réforme ne passaient pas à l'assemblée, il « prendrait le peuple à témoin de ce qui se passe ». Concrètement, il est difficile de deviner la forme que pourrait prendre cette prise à témoin.

A l'issue du vote du 13 octobre 2019, il existe seulement deux certitudes. La première est que Kaïs Saïed est président de la République pour un mandat de 5 ans. La deuxième est que la Tunisie entame un nouveau virage démocratique bordé de pièges et de dangers liés à la situation économique et sociale. La classe politique issue des élections législatives et présidentielle de 2019, ne semble pas avoir les moyens de faire face à la ribambelle de problématiques en attente de résolution. Sans parler des probables couacs de coordination entre les deux têtes de l'exécutif d'abord, et le reste des pouvoirs ensuite. Mais cela n'enlève rien au fait que, démocratiquement, la Tunisie continue à donner des leçons aux pays voisins et à affermir la pratique démocratique dans les rouages de la vie politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.