Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed, sur les pas de Louis XIV
Publié dans Business News le 13 - 05 - 2020

Le président de la République, Kaïs Saïed, s'est distingué par un discours prononcé à Kébili à l'occasion de l'inauguration de la tente médicalisée envoyée par le Qatar dans le sud tunisien.
A cette occasion, il s'est montré particulièrement virulent envers le personnel politique tunisien et a critiqué, notamment, l'amendement de l'article 45 du règlement intérieur de l'ARP concernant le tourisme politique. « Malheureusement, si le député était responsable face à ses électeurs et que ces derniers pouvaient lui retirer leur confiance, le Parlement n'aurait pas eu besoin de cet amendement qui constitue une grave violation de la constitution. C'est une maladie constitutionnelle, plus grave que la pandémie du Covid-19 », a dit le président.

Il était prévisible que ces déclarations allaient déclencher l'ire des députés, et c'est ce qui s'est passé. Trois formations politiques se sont particulièrement distinguées : Ennahdha, Qalb Tounes et la coalition Al Karama. Les mêmes trois formations qui forment une alliance au Parlement, selon des députés Attayar ou Echaâb. Après avoir fait leur pain électoral d'une supposée proximité politique avec Kaïs Saïed, Al Karama s'est montrée particulièrement outrée par les propos du président et ses représentants sont donc passés, comme à chaque fois qu'ils sont contrariés, à la menace.
Toutefois, nul ne peut nier que les propos du président de la République sont vrais dans une large mesure. L'ARP et ses députés font preuve, dans une large mesure, d'incompétence. Même les élections ont été vidées de leur sens par le jeu des coalitions gouvernementales et des équilibres fragiles du pouvoir. Sauf à de trop rares exceptions, le personnel politique tunisien n'a pas pu se hisser au niveau requis par la crise sanitaire, ni par la situation générale du pays avant cette crise. Les défis qui se posent à la Tunisie n'ont pas disparu du fait de l'avènement de cette crise Covid-19. Les députés et les politiciens tunisiens, dans une large proportion, sont occupés par les disputes partisanes et par les petites phrases. Si l'on en veut une preuve, il n'y a qu'à voir la liste de projets de loi déposés par les blocs parlementaires au Parlement. Bien des paroles ont été dites, bien des discours ont été prononcés, mais au moment de l'action, il n'y a plus personne. Si l'on exclut évidemment les projets de loi fantasques qui ressemblent plus à des publications Facebook qu'autre chose.

Mais il faut être vigilant. Etre d'accord avec le président de la République sur le diagnostic de la classe politique tunisienne n'autorise pas Kaïs Saïed à tenir de tels propos. Il est d'ailleurs étonnant qu'à chaque fois que le chef de l'Etat s'éloigne de Tunis et sort des palais de la République, il s'acharne contre la classe politique tunisienne.
On parle ici d'un maitre en matière de populisme. Ce n'est pas forcément un qualificatif péjoratif dans le sens où le populisme peut être un choix politique assumé. Kaïs Saïed dit à une certaine frange du peuple ce qu'elle souhaite entendre. Il met entre parenthèses le faste dans lequel il vit depuis son élection à la présidence pour se placer aux côtés du peuple et porter atteinte à l'élite, politique comprise, du pays. Il se met du côté du peuple pour dénoncer les atteintes supposées et surtout pour entretenir les mythes qui ont participé à son élection. C'est dans ce cadre que le président de la République feint de s'interroger sur « l'argent du peuple spolié durant des décennies ». Expression bateau qui ne veut rien dire de précis, mais à laquelle on peut tout faire dire.
Mais il faut que le président de la République sache que la dénonciation et la complainte ne font pas partie de ses prérogatives et qu'il n'a pas été élu pour pleurnicher. Dans son populisme caricatural Kaïs Saïed tape sur la plus facile des cibles : l'assemblée et ses élus. D'ailleurs, il tombe dans une certaine facilité parce qu'il ne s'agit pas de la première fois que le chef de l'Etat critique aussi ouvertement une autre institution de la République.

Kaïs Saïed et plusieurs de ses soutiens aveugles n'ont pas encore intégré le fait que le président de la République fait désormais partie, lui aussi, de ce personnel politique qu'il met tant d'énergie et d'inspiration à dénigrer. Kaïs Saïed ne peut plus se contenter de jouer à la victime ou à l'observateur outré par la gravité ou l'indécence de la situation, pour deux raisons au moins. La première tient du fait qu'il s'agit du président de la République. Kaïs Saïed a la possibilité de proposer des projets de lois et les initiatives présidentielles jouissent d'une priorité d'examen par l'ARP. Jusqu'à aujourd'hui, Carthage n'a rien proposé au Bardo, contrairement aux promesses faites par le candidat Saïed lors de sa campagne. Il critique, il dénigre, il joue au responsable choqué et outré, mais ne propose absolument rien pour y remédier. La deuxième raison est que Kaïs Saïed connait bien cette classe politique qui semble aujourd'hui tant le choquer par son niveau. Depuis qu'il a commencé sa campagne en 2016, il a largement eu le loisir de fourbir ses arguments de café en café pour ensuite servir le discours qui contentera le plus de personnes possibles, toujours sans rien proposer pour y remédier.

Reste la question de l'interprétation de la loi et de la constitution. En l'absence de cour constitutionnelle, Kaïs Saïed serait tenté d'imiter Louis XIV et de crier : « la constitution, c'est moi ! ». Une tentation hégémonique que le président de la République a de plus en plus de mal à cacher. Il s'obstine également à ne pas utiliser les outils légaux pour arriver à ses fins mais préfère une mobilisation populaire dont les contours sont encore flous. Mais l'objectif est clair : entretenir la flamme afin que la dissolution de cette classe politique devienne une revendication populaire dont Kaïs Saïed ne sera que l'instrument. Du populisme dans toute sa splendeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.