Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Destitution : mis en accusation, Trump veut un acquittement rapide
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 12 - 2019

Au lendemain d'une mise en accusation historique, Donald Trump a pressé jeudi le Sénat américain dominé par son camp républicain de prendre en main son procès en destitution pour lui assurer un acquittement rapide.
« Je veux un procès immédiatement! », a tweeté le milliardaire républicain, devenu le troisième président des Etats-Unis formellement mis en accusation par la Chambre des représentants, après avoir dénoncé un « HARCÈLEMENT PRESIDENTIEL ».
La chambre a voté mercredi en faveur de son « impeachment » pour « abus de pouvoir » et « entrave à la bonne marche du Congrès » dans l'affaire ukrainienne.
Mais les débats et le résultat ont reflété la division extrême de la classe politique et, par-delà, du pays face à ce président qui depuis trois ans casse tous les codes et alimente toutes les controverses: la quasi-totalité des démocrates, majoritaires à la chambre basse du parlement, ont approuvé son renvoi en procès, quand tous les républicains s'y sont opposés.
« 100% de voix républicaines. C'est de ça que les gens parlent. Les républicains sont unis comme jamais! », s'est enthousiasmé Donald Trump, qui a su rallier à lui un parti plutôt hostile lors de son entrée fracassante en politique.
Il a ensuite annoncé qu'un des trois seuls élus démocrates qui avaient voté contre la mise en accusation, Jeff Van Drew, avait rejoint les rangs républicains. A ses côtés dans le Bureau ovale, le transfuge a promis son « soutien sans faille » au président.
Cette unité, l'ex-magnat de l'immobilier veut en faire une force au moment d'affronter un procès potentiellement humiliant et, surtout, de mener campagne pour sa réélection lors de la présidentielle de novembre 2020.
Car les républicains contrôlent le Sénat qui est chargé, selon la Constitution, de le juger.
Dans ce processus bien plus politique que judiciaire qu'est l' »impeachment », un nouveau bras de fer s'engage donc pour fixer les règles du futur procès.
« Rétablir la justice »
Le chef de file du camp présidentiel au Sénat, Mitch McConnell, n'a pas fait mystère de son intention de se coordonner avec la Maison Blanche pour ensuite acquitter rapidement le président.
La Chambre a conduit « l'enquête en destitution la plus précipitée, la moins complète et la plus injuste de l'histoire moderne des Etats-Unis », a-t-il protesté jeudi. « Le Sénat doit maintenant rétablir la justice. »
Comme pour renforcer le sentiment d'une confrontation bloc contre bloc, le chef de file des sénateurs démocrates, Chuck Schumer, a détourné les mots de Mitch McConnell pour lui reprocher de préparer « le procès en destitution le plus précipité, le moins complet et le plus injuste de l'histoire moderne des Etats-Unis ».
En jeu: la durée et, surtout, le nombre et l'identité des témoins qui seront appelés à s'exprimer sous serment lors d'audiences qui pourraient avoir lieu en janvier.
Dès mercredi soir, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a laissé entendre qu'elle pourrait ne pas transmettre immédiatement au Sénat les deux articles de loi mettant en accusation Donald Trump.
Son geste est interprété comme une volonté de faire pression sur les républicains pour qu'ils acceptent, notamment, de convoquer certains témoins-clés — comme le secrétaire général de la présidence Mick Mulvaney et l'ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton.
« Nous sommes dans une impasse concernant ces détails logistiques », a confirmé Mitch McConnell.
« Hommes du président »
« Pelosi se rend compte que son +impeachment+ bidon est pathétique, à tel point qu'elle a peur de le présenter au Sénat », a aussi ironisé le président.
« Mais la balle est dans le camp du Sénat! », a-t-il dit. Selon lui, « si les démocrates-qui-ne-font-rien décident, dans leur grande sagesse, de laisser la chaise vide, ils perdront par forfait! »
Chuck Schumer a lui estimé que les dirigeants républicains avaient « peur des témoins et des documents ». « Le dossier du président serait-il tellement faible qu'aucun des hommes du président ne puisse le défendre sous serment? », a-t-il interrogé.
Cette bataille de procédure a presque relégué au second rang, ces derniers jours, le fond de l'affaire.
A savoir ce chantage qui est reproché à Donald Trump, accusé d'avoir fait pression sur l'Ukraine en gelant une aide militaire cruciale pour obtenir qu'elle annonce des enquêtes anticorruption contre l'ancien vice-président Joe Biden — qui se trouve être le favori pour l'affronter dans la course à la Maison Blanche.
Des accusations qu'il rejette en bloc mais qui lui valent désormais un procès, le même opprobre que seuls Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1999 avaient subi jusqu'ici. Le républicain Richard Nixon, empêtré dans le scandale du Watergate, avait démissionné en 1974 pour devancer sa mise en accusation et une destitution certaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.