Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Affaire de Rached Khiari -Seifeddine Makhlouf: "Celui qui t'a accusé de financements suspect est un civil, pourquoi donc mêler la justice militaire?"    L'Agence européenne des médicaments maintient sa confiance dans le vaccin Janssen-Cilag    Tunisie: Machrouu Tounes dénonce le matraquage du président Kais Saied    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Port de La Goulette : 5647 comprimés de stupéfiants "Subitex" cachés dans une valise    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    De quelle guerre civile parle-t-on ?    Tunisair programme un second vol de rapatriement des Tunisiens bloqués au Maroc le 25 avril 2021    Les médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique annoncent une grève de trois jours    L'investissement industriel et des services connexes, désorienté    Tunisie-Médenine: Baisse des prix de certains produits alimentaires [Audio]    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Contrôle économique : 3779 infractions économiques relevées durant les sept premiers jours de ramadan    Ennahdha fustige « l'autoproclamation de Saïed comme commandant suprême des forces porteuses d'armes »    La Tunisie perd une place dans le classement mondial de la liberté de la presse    Les prix des 3 boissons chaudes (café crème, filtre et thé) sont désormais libéralisés    Covid-19 | Le Kef : 3 décès et 178 nouveaux cas de contamination    Versez la Zakat de l'Aïd Al-Fitr 2021 et vos dons aux villages d'enfants SOS Tunisie    DECES : Fathi KRAIEM    Ligue 2 : Les arbitres de la 2ème journée de play-off    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Avril 2021 à 11H00    Super Ligue : Ligue et Fédération allemandes soutiendront "toute mesure de l'UEFA"    Près de 69% de progression des investissements déclarés dans les industries exportatrices    Jalila Ben Khelil : Si on veut éviter un confinement, il faut respecter les protocoles sanitaires    Tunisie – Médias : La grève des journalistes de la TAP et de Shems FM a fait plier Mechichi    Hausse du PNB d'Attijari Bank de 3,31% au premier trimestre 2021    Ligue 1 : on connait la date du derby de la capitale    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Commentaire | N'aggravez pas encore la crise    Premier League : Mourinho limogé par Tottenham    ARP : refus de toute proposition de cession de la BFT    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Ons Jabeur 25e au classement WTA après sa qualification en finale du tournoi Charleston    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Visites de Kaïs Saïed aux mosquées dans les quartiers populaires : Les messages à saisir
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 06 - 2020

En un mois, le Chef de l'Etat s'est rendu à trois mosquées situées dans des quartiers populaires au Kram et à la cité Mohamed-Ali à Carthage. Le Président est toujours dans la continuité, fidèle à ses principes, plus proche du citoyen et de ses problèmes que le sont les partis politiques dont certains tentent de le tacler et le discréditer. D'une pierre, plusieurs coups.
En quelques jours, le Président de la République s'est rendu durant le mois de juin à trois mosquées situées dans des quartiers populaires qu'on peut qualifier de « hautement sensibles » et qui sont caractérisés par la marginalisation des jeunes et la hausse du chômage. Un terrain bien fertile pour la montée de la délinquance, la criminalité et l'extrémisme religieux. Rien, ou presque, n'a été fait depuis des années et à ce jour dans ces quartiers où malheureusement seul le nombre de cafés est en nette augmentation.
Du Kram à Carthage
Lors de sa première visite (si on peut la qualifier ainsi), il s'est rendu à la mosquée Hamza, située au Kram-Ouest où il a effectué la prière du vendredi. Une visite non annoncée qui a pris de court tout le monde. Arrivée sur place au moment du prêche et entouré de ses gardes du corps, le Chef de l'Etat a pris place à l'intérieur de la mosquée le plus tranquillement du monde. Quelques jours plus tard, il se rend à une deuxième mosquée située à la cité El Frachich au Kram-Ouest. Une zone non moins sensible que la précédente où il a accompli la prière du vendredi.
La troisième sortie, nocturne cette fois, du Président l'a mené à une mosquée située à la cité Mohamed-Ali où il a effectué la prière d'Al-Icha. Encore une zone populaire mais qui relève cette fois de la commune de Carthage et non de celle du Kram. A son aise dans le rôle d'un président qui se veut très proche de son peuple, il se laisse filmer, n'hésite pas à écouter les doléances de certains. Le face-à face avec le citoyen est primordial pour l'élu du peuple avec plus de 72% de voix. Mais le Président n'ignore pas l'impact de la marginalisation sur les jeunes dans ce quartiers et notamment au Kram-Ouest. Le nombre élevé de personnes tombées en martyrs lors de la révolution de 2011 ne peut que témoigner de la situation de détresse et de désespoir dans laquelle ils vivaient.
Rien n'a changé, excepté cette liberté de parole. Un goût d'inachevé pour les jeunes en quête d'emploi et de dignité. Le rêve a été brisé pour d'autres qui ont été pris dans l'étau du terrorisme après la révolution. Les mosquées dans les quartiers populaires et surtout celles de Hamza et d'El Frachich au Kram-Ouest ont quasiment servi de « base arrière » et de « centre de recrutement pour les jihadistes envoyés en Syrie et en Libye » depuis 2011 et jusqu'à 2013. C'est-à-dire durant la période de la Troïka. L'un des kamikazes de l'attaque terroriste qui a visé l'ambassade américaine en mars dernier se rendait couramment à la mosquée Hamza au Kram-Ouest. Et c'est à partir de ce même lieu que la majorité des assaillants de l'ambassade ont pu partir suite à un prêche galvanisant.
« Plutôt mourir que de vivre sans dignité »
Les facteurs de marginalisation et d'exclusion ne peuvent que conduire au terrorisme et à la criminalité.
Dans une vidéo postée sur la page officielle de la cité Mohamed-Ali Carthage au moment de sa visite à la mosquée le 28 juin dernier, le Président Kaïs Saïed fait passer un message bien important en soulignant qu'il est issu d'un quartier populaire et rappelle qu'il n'est pas de nature à manquer à ses principes. « Plutôt mourir que de vivre sans dignité », martèle-t-il. Et d'ajouter: « Il y a de la douleur mais on vaincra. On va vivre dans la dignité en dépit des conspirations qui se fomentent autour de nous et se dresser contre tous ceux qui renient les revendications du peuple. Je suis et je resterai avec vous ».
Trois visites à trois mosquées situées dans des quartiers populaires au Kram-Ouest et à Carthage. Le président est toujours dans la continuité, fidèle à ses principes, plus proche du citoyen et de ses problèmes que le sont les partis politiques dont certains tentent de le tacler et le discréditer comme ils l'ont fait devant l'ambassade de Tunisie en France. Immuable, n'adhérant à aucun parti politique, hormis celui du peuple, il prône toujours une nouvelle perception de la gouvernance et le changement du régime politique. Ses détracteurs le taxent de populisme. Pour eux, les coups bas sont permis en politique et la diplomatie parlementaire peut se substituer à la diplomatie officielle.
« Je n'aime pas que l'on me marche sur les pieds ». La mise en garde est lancée par Kaïs Saïed plus proche du peuple dans les mosquées que n'importe quel autre responsable de l'Etat. Il jouit aujourd'hui de la légalité et de la légitimité populaire.
En un mois, il s'est rendu là où aucun autre président dans l'histoire de la Tunisie, que ce soit de la République, de l'Assemblée du peuple ou du gouvernement, n'a osé mettre les pieds. D'une pierre, plusieurs coups. Au risque de choquer d'autres responsables, on ne prie pas à la grande mosquée El Abidine de Carthage (Malek Ibn Anes après la révolution) si on veut être plus proche du peuple.
« On ne tient pas de réunions secrètes », a tenu à confirmer le Président de la République après avoir effectué sa prière à la mosquée de la cité Mohamed-Ali. A bon entendeur ...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.