Foot – Coupes d'Afrique des clubs : Résultats des matches de samedi    Coronavirus : 2 décès et 100 nouvelles contaminations, Bilan du 15 octobre    Alors que Sfax baigne dans les ordures, l'ANGed fait du tourisme de conférence en France !    Tunisie – UGTT : La réforme politique est l'affaire de tout le monde et non pas d'une seule personne    Mustapha Kamel Madbouli félicite Najla Bouden pour sa nomination    Ligue des Champions : L'Etoile fait match nul 1-1 au Rwanda    Tunisie – Etude méthodologique sur l'analyse des effets de la migration sur le marché du travail national    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    Rencontre entre le ministre de l'Economie et le président de l'Utica    Secteur agricole – Investissements et avantages insignifiants en 2021    Mehdi Ben Gharbia emmené à la caserne de la Garde nationale de l'Aouina    Brahim Chaïbi : Les mosquées ne doivent pas être exploitées à des fins politiques !    Tunisie: We can    Entretien téléphonie entre Kais Saied et Josep Borell: La version de la Tunisie VS celle de l'UE!    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Le dirigeant de Hamas Khaled Mechaâl exprime sa solidarité avec Moncef Marzouki    Honda City, cinquième du nom, disponible chez JMC à partir de 64.990 dinars    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Ambassade de France en Tunisie: Conditions d'entrée sur le territoire tunisien    Mehdi Ben Gharbia dénonce l'intimidation policière qui le vise    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre l'Intérieur et la Justice    Indian Wells: Ons Jabeur perd sa demie finale contre Paula Badosa    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Visites de Kaïs Saïed aux mosquées dans les quartiers populaires : Les messages à saisir
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 06 - 2020

En un mois, le Chef de l'Etat s'est rendu à trois mosquées situées dans des quartiers populaires au Kram et à la cité Mohamed-Ali à Carthage. Le Président est toujours dans la continuité, fidèle à ses principes, plus proche du citoyen et de ses problèmes que le sont les partis politiques dont certains tentent de le tacler et le discréditer. D'une pierre, plusieurs coups.
En quelques jours, le Président de la République s'est rendu durant le mois de juin à trois mosquées situées dans des quartiers populaires qu'on peut qualifier de « hautement sensibles » et qui sont caractérisés par la marginalisation des jeunes et la hausse du chômage. Un terrain bien fertile pour la montée de la délinquance, la criminalité et l'extrémisme religieux. Rien, ou presque, n'a été fait depuis des années et à ce jour dans ces quartiers où malheureusement seul le nombre de cafés est en nette augmentation.
Du Kram à Carthage
Lors de sa première visite (si on peut la qualifier ainsi), il s'est rendu à la mosquée Hamza, située au Kram-Ouest où il a effectué la prière du vendredi. Une visite non annoncée qui a pris de court tout le monde. Arrivée sur place au moment du prêche et entouré de ses gardes du corps, le Chef de l'Etat a pris place à l'intérieur de la mosquée le plus tranquillement du monde. Quelques jours plus tard, il se rend à une deuxième mosquée située à la cité El Frachich au Kram-Ouest. Une zone non moins sensible que la précédente où il a accompli la prière du vendredi.
La troisième sortie, nocturne cette fois, du Président l'a mené à une mosquée située à la cité Mohamed-Ali où il a effectué la prière d'Al-Icha. Encore une zone populaire mais qui relève cette fois de la commune de Carthage et non de celle du Kram. A son aise dans le rôle d'un président qui se veut très proche de son peuple, il se laisse filmer, n'hésite pas à écouter les doléances de certains. Le face-à face avec le citoyen est primordial pour l'élu du peuple avec plus de 72% de voix. Mais le Président n'ignore pas l'impact de la marginalisation sur les jeunes dans ce quartiers et notamment au Kram-Ouest. Le nombre élevé de personnes tombées en martyrs lors de la révolution de 2011 ne peut que témoigner de la situation de détresse et de désespoir dans laquelle ils vivaient.
Rien n'a changé, excepté cette liberté de parole. Un goût d'inachevé pour les jeunes en quête d'emploi et de dignité. Le rêve a été brisé pour d'autres qui ont été pris dans l'étau du terrorisme après la révolution. Les mosquées dans les quartiers populaires et surtout celles de Hamza et d'El Frachich au Kram-Ouest ont quasiment servi de « base arrière » et de « centre de recrutement pour les jihadistes envoyés en Syrie et en Libye » depuis 2011 et jusqu'à 2013. C'est-à-dire durant la période de la Troïka. L'un des kamikazes de l'attaque terroriste qui a visé l'ambassade américaine en mars dernier se rendait couramment à la mosquée Hamza au Kram-Ouest. Et c'est à partir de ce même lieu que la majorité des assaillants de l'ambassade ont pu partir suite à un prêche galvanisant.
« Plutôt mourir que de vivre sans dignité »
Les facteurs de marginalisation et d'exclusion ne peuvent que conduire au terrorisme et à la criminalité.
Dans une vidéo postée sur la page officielle de la cité Mohamed-Ali Carthage au moment de sa visite à la mosquée le 28 juin dernier, le Président Kaïs Saïed fait passer un message bien important en soulignant qu'il est issu d'un quartier populaire et rappelle qu'il n'est pas de nature à manquer à ses principes. « Plutôt mourir que de vivre sans dignité », martèle-t-il. Et d'ajouter: « Il y a de la douleur mais on vaincra. On va vivre dans la dignité en dépit des conspirations qui se fomentent autour de nous et se dresser contre tous ceux qui renient les revendications du peuple. Je suis et je resterai avec vous ».
Trois visites à trois mosquées situées dans des quartiers populaires au Kram-Ouest et à Carthage. Le président est toujours dans la continuité, fidèle à ses principes, plus proche du citoyen et de ses problèmes que le sont les partis politiques dont certains tentent de le tacler et le discréditer comme ils l'ont fait devant l'ambassade de Tunisie en France. Immuable, n'adhérant à aucun parti politique, hormis celui du peuple, il prône toujours une nouvelle perception de la gouvernance et le changement du régime politique. Ses détracteurs le taxent de populisme. Pour eux, les coups bas sont permis en politique et la diplomatie parlementaire peut se substituer à la diplomatie officielle.
« Je n'aime pas que l'on me marche sur les pieds ». La mise en garde est lancée par Kaïs Saïed plus proche du peuple dans les mosquées que n'importe quel autre responsable de l'Etat. Il jouit aujourd'hui de la légalité et de la légitimité populaire.
En un mois, il s'est rendu là où aucun autre président dans l'histoire de la Tunisie, que ce soit de la République, de l'Assemblée du peuple ou du gouvernement, n'a osé mettre les pieds. D'une pierre, plusieurs coups. Au risque de choquer d'autres responsables, on ne prie pas à la grande mosquée El Abidine de Carthage (Malek Ibn Anes après la révolution) si on veut être plus proche du peuple.
« On ne tient pas de réunions secrètes », a tenu à confirmer le Président de la République après avoir effectué sa prière à la mosquée de la cité Mohamed-Ali. A bon entendeur ...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.