Machrou Tounes: « Les accusations ciblant Kaïs Saied sont graves et non vérifiées »    La part de l'Etat du bénéfice de la BCT pour 2020 s'élève à plus de 567 MD    Artes annonce un chiffre d'affaires en hausse de plus de 67% à fin mars 2021    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    Tunisie: Yassine Ayari présente un projet de loi visant à réglementer toutes les monnaies numériques y compris le Bitcoin    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Variant sud-africain en Libye: Les suggestions du comité scientifique de lutte contre le Coronavirus    Implantation tunisienne en Afrique | Les puissants s'y bousculent, la Tunisie au creux de la vague    Défense : Brahim Bertaji appelle à approuver l'accord un crédit pour l'acquisition de camions militaires    Bientôt une commission mixte tuniso-jordanienne sur les échanges commerciaux bilatéraux    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    DECES : Tahar BEN JEBARA    Billet | Relais de croissance    31 millions de dinars pour réparer la flotte de Tunisair : De nouveaux défis à relever    Ajcc l'Aouina : L'hôpital Mongi-Slim se dote d'une bibliothèque et d'une salle de jeux    Mechichi irait-il à Washington, avec Majoul et Taboubi ?    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Coupe de la CAF | Phase de groupes – 5e journée – Jaraaf-ESS (17h00) : Rien que la victoire !    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Expatriés : Aïssa Laïdouni champion de Hongrie    Le virus en terrain favorable !    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le débat enfle autour de l'application de la peine capitale face à la montée de la criminalité et de la violence : Un moratoire sous haute pression
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 09 - 2020

Pas un jour ne se passe sans apporter son lot de surprises en matière de crime dans la Tunisie post-révolution. La montée exponentielle de la violence a fait découvrir aux Tunisiens le visage hideux du grand banditisme et, plus que jamais, le débat enfle autour de l'application de la peine capitale devant le sentiment d'impunité qui gagne du terrain du côté des délinquants. En dépit d'une nouvelle Constitution en 2014 autorisant la condamnation par la peine capitale, un moratoire observé par l'Etat tunisien a évité l'exécution aux condamnés à mort. La dernière application de cette peine remonte à l'aube du 17 novembre 1990, il s'agit du tueur en série de Nabeul, le tristement célèbre Naceur Damergi.
De la jeune fille Rahma, ravie à la fleur de l'âge, charmante et souriante, égorgée et violée à Ain Zaghouan par un délinquant qui vient de quitter la prison, à la nonagénaire agressée et violée chez elle à Kairouan, en passant par ce mari qui enterre sa femme vivante après l'avoir volontairement percutée par sa voiture, la couturière Haifa, poignardée par son amie pour quelques billets d'argent, les crimes atroces enregistrés depuis quelques années sont en rapport notamment avec la montée du chômage, la marginalisation des jeunes, le marasme économique, les tensions sociales, le sentiment d'impunité qui gagne du terrain dans un Etat en déliquescence, la consommation de produits psychotropes et bien d'autres facteurs liés à la démission des parents et la défaillance du système éducatif en bas âge.
Insécurité et angoisse
Certains observateurs pointent un ensauvagement post-révolution de la société tunisienne qui cède aujourd'hui la place à la peur. « Il y a comme une absence de limites. Tout est permis dans la Tunisie d'aujourd'hui », déplore l'écrivaine et l'universitaire Olfa Youssef, dans un poste publié sur sa page officielle Facebook, ce qui explique la montée du crime et de la violence. « Des menaces et des insultes sur les réseaux sociaux, des citoyens qui bloquent la production de phosphate et d'autres qui barrent les routes. Le pouvoir en place observe sans intervenir. En l'absence de l'Etat, c'est la loi de la jungle qui règne », regrette-t-elle.
Un peu exagéré, diriez-vous? Pas du tout? La majorité des Tunisiens vit dans la peur. La peur d'être braqué de jour comme de nuit devant le regard médusé d'une foule indolente, la peur des femmes d'être violées puis égorgées. Le sentiment de sécurité d'antan s'estompe de plus en plus même quand on est chez soi, la porte fermée à double tour. Le manque de moyens mis à la disposition des unités de police, l'instabilité à la tête de certaines directions sécuritaires incontournables dans la lutte contre les crimes et la délinquance juvénile, le non-renforcement du dispositif juridique et la non-adoption du projet de loi de protection des forces armées par l'Assemblée des représentants du peuple s'ajoutent aux multiples facteurs endogènes et exogènes qui ne font que tétaniser les efforts de lutte contre la montée de la criminalité dans le pays. Des syndicats de la police n'ont pas hésité à expliquer la montée du crime par la marginalisation de l'appareil sécuritaire et la non-application des lois dissuasives.
Mais là où le bât blesse, le citoyen n'a pas le droit à certains moyens susceptibles de le protéger et de dissuader le ou les agresseurs, comme la bombe de défense qui est bizarrement prohibée en Tunisie. Rappelons-nous la jeune Amina Sboui qui fut condamnée à une amende de 300 dinars pour le port d'une bombe de défense lacrymogène en juillet 2013. Il faut donc s'armer de la baraka de Sidi Mehrez en Tunisie pour sortir indemne d'un braquage.
Cherche criminologues désespérément
Outre les raisons précitées qui ont conduit inéluctablement à la montée de la criminalité en Tunisie, il y a lieu de citer l'absence d'études scientifiques sur la nature et sur les causes du crime du point de vue social et du comportement individuel. Cela n'a fait que rendre plus difficile le traitement de cette gangrène. Les psychologues spécialisés dans la criminalité manquent le plus souvent de visibilité et c'est malheureusement le plus souvent aux solutions sécuritaires qu'on a le plus souvent recours. Un nouveau master sur la criminologie et la prévention de la déviance à la faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis est venu combler un grand vide depuis l'année universitaire en cours.
De bon augure pour la lutte contre le crime. On comptera assurément dans les années à venir sur la compétence et l'expérience de nouveaux criminologues en Tunisie qui sauront se pencher sur la causalité du crime et les milieux criminogènes. Mais ce ne sera pas pour demain. Les citoyens doivent s'armer de patience et de vigilance pour ne pas tomber nez à nez avec des malfrats et des délinquants qui n'hésiteront pas, sous l'effet de produits psychotropes, à vous faire passer de vie à trépas pour un téléphone portable ou une modique somme d'argent.
Le tueur en série Naceur Damergi, pour ceux qui ne le connaissaient pas, est né en prison. Sa mère était en détention pour prostitution. Il n'a connu son père qu'à l'âge de 13 ans et a été exécuté par pendaison après avoir violé et assassiné treize mineurs à Nabeul. « Que Dieu me pardonne », furent ses derniers mots, selon l'un des gardiens de la prison. Comme tant d'autres criminels et tueurs qui ont fini par être condamnés à mort, Damergi n'a connu que la prison et la délinquance et a subi lui-même la violence, la frustration et l'exclusion depuis son bas âge, mais personne ne s'intéresse au passé d'un criminel et à la manière de le faire sortir du bourbier de la criminalité, la pauvreté et l'exclusion sociale.
La solution dans la peine capitale?
Les fervents défenseurs de l'abolition de la peine de mort, à l'exemple de la Coalition tunisienne contre la peine de mort, la Ligue des droits de l'Homme, les Femmes démocrates et d'autres ONG ont vite riposté aux campagnes émanant de certains citoyens et même de quelques députés appelant à la restauration de l'application de la peine capitale dans le pays suite à l'augmentation des actes de crime.
Ainsi, le député Mabrouk Korchid a pointé du doigt la recrudescence du crime dans le pays (viol, assassinat, vol, violence) et a plaidé comme remède la restauration de la peine de mort dans son statut sur facebook. Mais pour les organisations et les défenseurs des droits humains, cette peine «viole un droit des plus fondamentaux, le droit à la vie. Il s'agit du châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant qui soit». «Ceux qui ont perdu des êtres chers dans des crimes terribles ont le droit de voir les responsables rendre des comptes dans le cadre de procès équitables, sans recours à la peine de mort», souligne l'ONG Amnesty International. La peine capitale n'a pas d'effet plus dissuasif que la prison, argue A.I.
Dans l'autre camp, une marche en direction du Palais de Carthage a été organisée samedi dernier suite à l'assassinat de la jeune Rahma, en vue de faire entendre un autre son de cloche: « Il faut appliquer la peine capitale », ont scandé les participants. Le moratoire observé par la Tunisie sera-t-il toujours respecté?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.