Aides gouvernementales: Allocation de 270 millions de dinars aux catégories touchées par la crise sanitaire    Al-Sissi et Saïed ont convenu de proclamer 2021-2022, année de la culture tuniso-égyptienne    Tunisie – Qui va financer le fond anti covid ? Les ministres donnent l'exemple    Tunisie – Qu'attend le président Kaïs Saïed pour se faire vacciner ?    Tunisie | Horaire administratif durant le mois de Ramadan    Espérance de Tunis : Ben Khalifa titulaire contre le MC Alger    Les mosquées maintenues ouvertes hors des heures du couvre-feu    Un important site archéologique romain découvert au Kef    La Tunisie, sous le manteau    Match Real Madrid vs Barça : Où regarder le clasio du 10 avril 2021?    Hand-Supercoupe d'Afrique : l'Etoile du Sahel face au Zamalek pour un billet au Mondial des clubs    La Liga: Real-Barça, les compos probables    Le chef du gouvernement décide de rétablir le couvre-feu à partir de 22H00 au lieu de 19H00    Création d'un fonds pour soutenir les personnes et professionnels sinistrés par le Covid-19    Kaïs Saïed : La sécurité de l'Egypte est la nôtre !    L'écosystème HMS de Huawei compte 2,3 millions de développeurs à travers le monde    Ligue des champions : Le programme des quarts de finale retour    Accusé de trahison et de corruption par Rached Khiari, Imed Hammami répond    La Tunisie organise sa 1ère foire virtuelle internationale de l'artisanat    Le PNUD et 16 organisations de la société civile tunisiennes partenaires    Tunisie: Kais Saied souligne l'importance de lutter contre l'extrémisme religieux    Tunisie – L'inestimable cadeau de Saïed à Mechichi    Tunisie- Hichem Mechichi en visite à Gabès : Le projet Désert joy [vidéo]    Tunisie – Une moyenne de plus de quinze heures de jeûne par jour    MEMOIRE : Zakia LADHARI veuve Mustapha El BEHI    Education Nationale | lancement du projet onusien sur l'autonomisation du système éducatif en Tunisie : Favoriser la résilience des jeunes face aux discours violents    Attijari bank et le PNUD organisent conjointement le Hackathon Tek-صح    Express    Energie : Le mix énergétique comme solution pertinente    L'Utap dénonce la fermeture des marchés hebdomadaires    Environnement | Débarrassez-moi de ces ordures…    Le Bardo se met à l'intelligence artificielle    Projet «Ciné labo» de Abdallah Chamekh : Instaurer la culture de la production cinématographique en milieu scolaire    Championnat arabe d'athlétisme à Tunis : Un tremplin pour Tokyo    «Souk al mout'â» (Le marché du plaisir), recueil de nouvelles en arabe de Mounira Rezgui : Des mots comme autant de réverbères    Tunisie: Kais Saied visite les sites historiques du Caire [vidéo]    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, mouvement habituel après l'entrée en vigueur du couvre-feu à Médenine    Disparition : Mort du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Tunisie-Moncef Marzouki : "Toutes mes excuses à l'âme de Mohamed Morsi et aux martyrs de Rabaa et des autres terribles massacres!"    Décès du prince Philip, époux de la reine d'Angleterre    Par Henda Haouala – Séries TV tunisiennes : un marché de production à prendre au sérieux    Invocation pour accueillir le ramadan    La consolidation des liens de sang procure la richesse et la longévité    Nouveau tirage - Où trouver le livre de Mohamed Ennaceur : Deux République, une Tunisie (Vidéo)    Sortie du livre de photographie "Winter Bloom" de Souheila Ghorbel    Lutte contre l'immigration clandestine : Des radars spéciaux pour localiser tous types de bateaux dans un rayon d'environ 18 km    Kasserine : Un couple de terroristes tué à Mont Selloum    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grève, tension et crise sociale à Tataouine: El-Kamour ou le mauvais exemple de gestion des crises !
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 02 - 2021

Il s'agit certainement de la crise sociale la plus compliquée qu'a connue la Tunisie depuis la révolution. Prenant en otage la production nationale de pétrole et de gaz, le sit-in El-Kamour à Tataouine, aux ramifications politiques et économiques, est à l'origine d'une crise chronique qui aura trop duré et que les différents gouvernements qui se sont succédé depuis 2017 ne parviennent pas à résoudre.
En novembre dernier, tout le monde pensait au dénouement suite à un accord entre la coordination du sit-in El-Kamour et les parties gouvernementales, mais quelques mois plus tard, la crise a repris de plus belle, et les esprits se sont encore échauffés. Les sit-inneurs accusent le gouvernement de détournement de position quant à l'application des différents points de l'accord signé, alors que la partie gouvernementale assure qu'elle respecte ses engagements. Néanmoins, pour le moment, le pays est en crise et les caisses de l'Etat sont quasiment vides, le gouvernement ne pourra pas honorer ses engagements, seulement s'il accède à des fonds supplémentaires dans le cadre des conventions et des aides internationales.
Car dès le début, cet accord posait problème. Nombreux sont les députés qui ont mis en garde contre les dispositions de cet accord, d'autant plus qu'aucun budget exceptionnel n'a été alloué pour répondre aux différents points de l'accord.
En tout cas, la tension était palpable hier à Tataouine, où le sit-in El-Kamour a décrété une grève générale dans la ville en signe de protestation contre la non-application des différents points de l'accord signé en novembre dernier avec le gouvernement. La grève, qui vient, en effet, en réponse au retard de la mise œuvre de l'accord d'El-Kamour, devait durer trois jours, sauf que les sit-inneurs ont décidé de la contracter en une seule journée, comme l'annonce Tarek Haddad, principale figure du sit-in El-Kamour. Dans une vidéo publiée sur Facebook, Tarek Haddad a salué les habitants de Tataouine qui, selon ses dires, «ont massivement répondu à cet appel à la grève». Mais pour Tarek Hadded, c'était également l'occasion de se déchaîner contre l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt) qu'il a qualifiée d'«union de la ruine».
«Les organisations nationales n'ont aucun rôle ni aucune valeur dans la région et ne contribueront pas à résoudre la situation. Les habitants de Tataouine dépendent et comptent uniquement sur la coordination d'El-Kamour», a-t-il déclaré, affirmant que ceux-ci sont livrés à eux-mêmes.
Un mouvement spontané ?
Cette crise sociale, qui ne cesse d'affaiblir l'économie et la production nationales, dure depuis 2017 sans qu'aucun gouvernement ne parvienne à en trouver les solutions. S'agit-il d'un simple mouvement social spontané ? Est-il appuyé par des parties politiques ou autres ? Qui tire profit de la détérioration de la situation sécuritaire dans ce gouvernorat hautement sensible ?
Les questions sont nombreuses alors que les réponses sont si rares. Le dossier El-Kamour se présente comme un mouvement de revendications sociales interminables, alors qu'il met à mal toute la stabilité sociale du pays au vu de son effet d'entraînement. Rappelons qu'à l'issue de l'accord d'El-Kamour, plusieurs autres régions se sont soulevées et ont, elles aussi, revendiqué leurs «parts des richesses nationales».
Sauf que plusieurs observateurs de la scène nationale accusent les sit-inneurs d'El-Kamour d'œuvrer sous les instructions de partis politiques, ce que ne cessent de démentir les différents activistes et manifestants concernés.
Hors des capacités de l'Etat ?
Le chef du bloc démocratique, Mohamed Ammar, explique à La Presse que l'accord signé entre le gouvernement et les représentants du sit-in El-Kamour est hors des capacités de l'Etat, notamment en cette période de crise. «Nous avons dès le début mis en garde contre cet accord car il ne visait qu'à calmer la situation», a-t-il expliqué, mettant en garde contre l'incapacité du gouvernement à gérer les crises sociales de ce genre.
L'accord qui a été trouvé en novembre dernier entre le gouvernement et la coordination d'El Kamour avait permis de mettre fin à des mois de blocage, de protestations et d'arrêt de production. Il stipule notamment le versement de 80 millions de dinars annuels dans le fonds du développement. Il promet également mille projets sous forme de crédits avant la fin de l'année 2020. Il est aussi question de recrutement immédiat de 215 agents par les compagnies pétrolières en 2020 et de 70 autres en 2021, et de recrutement de mille agents et cadres par les sociétés de l'environnement. Toujours dans le cadre de cet accord, cent crédits d'une valeur totale de 2.2 millions de dinars seront destinés pour le financement des projets ainsi que 1,2 million de dinars au profit des associations du développement et 2,6 millions de dinars au profit des municipalités de la région.
Sauf que selon les représentants du sit-in El-Kamour, il n'en est rien. Aucun point relevant de cet accord n'a été concrétisé, et c'est ce qui explique la tension et la dégradation de la situation sécuritaire à Tataouine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.