Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'acteur Riadh Hamdi à La Presse : «Il y a toujours quelque chose de magique dans un rôle réussi»
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 05 - 2021

Acteur de théâtre, de télévision et de cinéma, Riadh Hamdi nous a aussi marqués par son interprétation très remarquée du personnage de Majid dans «Harga». Entretien.
Le feuilleton Harga, selon vous, doit son succès à son discours audacieux?
Oui, essentiellement puisque certains se demandent comment cette audace a pu passer à la télévision nationale. C'est une création qui porte un profond discours critique, mettant à nu une réalité sociale effrayante et qui pousse tout le monde à se remettre en question. D'autre part, je dirais que la force de «Harga» était sa capacité à allier la fiction et la réalité dans un très bon dosage.
Le jeu des acteurs y était aussi pour quelque chose. Etait-ce difficile de porter le rôle de Majid ?
Ce n'était pas l'un de mes rôles les plus difficiles sincèrement. Je dirais que l'un des rôles les plus difficiles que j'ai eu à interpréter était au théâtre comme celui de «Zaz» dans «Khamsoun». Cela dit, le personnage de Majid dans «Harga» est un personnage tragique dans le sens grec du terme. C'est un personnage dont l'interprétation nécessite beaucoup de sensibilité et de prise de conscience de ce destin tragique, et il fallait communiquer cette douleur cuisante d'un père au public. Mais le personnage de Majid refuse de s'avouer et d'avouer qu'il a été trahi par son fils. Cela fait appel à d'autres mécanismes que l'acteur doit développer pour communiquer cette idée autrement. Ce sont des motivations internes inhérentes au personnage. Sur un autre plan, mon personnage dans «Harga» est un témoignage pour mes étudiants sur le thème de la construction d'un personnage et de la manière de l'interpréter. Mais je crois toujours qu'il y a toujours quelque chose de magique dans un rôle réussi.
Vous venez d'écrire et de mettre en scène une pièce de théâtre «L'Avocat du diable» où vous imaginez un possible retour en Tunisie de Lafif Lakhdar, penseur et philosophe tunisien.
C'est une pièce inspirée du parcours du penseur tunisien Lafif Lakhdhar qui vit à l'étranger. J'ai donc imaginé ce retour en Tunisie après sa décision de rompre totalement avec la Tunisie. Je suis parti de cette hypothèse qui n'est pas sans source puisqu'en 2012, la faculté du 9 avril a voulu l'inviter, lui rendre hommage et baptiser un département qui porte son nom. Mais un groupe de professeurs s'est opposé à cette initiative à l'époque. Ils ont évoqué son côté athée et qui est contre la religion de l'Islam. Je suis parti d'un article que Lafif Lakhdhar a publié et qui porte le titre «Euthanasie». Cet homme, qui a trop souffert du cancer et de la maladie de Parkinson, a fini par faire le choix de ce genre de suicide, l'Euthanasie, à l'âge de 78 ans. Cela m'a vraiment interpellé. L'idée de la pièce est que l'un de ces professeurs a créé une Association qui porte le nom de «Partisans de l'esprit» qui invite «Takyou Allah al Mokrizi» pour donner une conférence sur les raisons de la décadence de l'esprit arabo-musulman. C'est ainsi que démarre la pièce.
On croit savoir qu'il n'y a eu qu'une avant-première au Kef puis le cycle s'est arrêté. Pour quelles raisons ?
Parce que le sujet de la pièce a créé un conflit entre certains acteurs qui ont trouvé que les propos étaient très durs et très forts. Certains d'entre eux m'ont dit que j'étais en train de diaboliser les islamistes . Et pourtant l'un de ces acteurs incarne le rôle de Takyou Allah Al Mokrizi. Puis, par appréhension, ils n'ont pas voulu présenter le spectacle au Kef. Tout s'est arrêté ensuite après une représentation au 4e art. Je me suis retiré de ce groupe. Et puis la direction du théâtre a décidé de ne pas nous accorder des spectacles subventionnés. C'est aussi une manière détournée de freiner le spectacle. J'étais également choqué de voir des gens cultivés qui produisent un discours qui milite contre la médiocrité et l'absurdité du système mais, en leur for intérieur, ils pensent le contraire pour la simple raison qu'ils trouvent leur intérêt dans le système...
Pensez-vous que la figure de l'homme de culture est en pleine déliquescence surtout après la Révolution?
Je pense qu'il n'y a pas eu malheureusement une passation entre la génération des années 70 avec leur conscience politique et sociale, avec leur profond back ground et leur formation solide et les générations qui ont suivie. Il y a eu une rupture énorme. D'autre part il y a ceux qui se sont «transformés» face à la puissante dictature que vivait la Tunisie.
Même après la dictature et avec la liberté d'expression acquise, nous n'avons pas vu des «foudres de guerre» sur le plan culturel....
Après les années de la dictature, ceux qui ont pris le pouvoir n'avaient aucune relation avec le fait culturel et aucune idée sur la manière de créer un fondement qui donne à la culture un rayonnement et un rôle social, identitaire et économique à jouer. Ces nouveaux décideurs ne croient tout simplement à rien ni à l'Etat, ni à la culture, ni aux institutions. Cette question est profondément liée aux décisions politiques... C'est pour cela que lorsqu'une création originale touchante voit le jour, cela est considéré aujourd'hui comme un miracle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.