Salsabil Klibi à Kaïs Saïed : L'article 80 de la constitution vous oblige à retourner à l'avant 25 juillet !    Yadh Elloumi : Le président de la République cherche la confrontation    Bientôt un gouvernement et des dispositions transitoires, promet Saïed depuis Sidi Bouzid    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Prévisions météo pour ce lundi    Kais Saied [VIDEO] : « Le 14 Janvier 2011 correspond à la date de l'avortement de la Révolution »    Kais Saied [VIDEO] : « Certains déboursent des milliards de dinars au profit de certains pays occidentaux pour effectuer des assassinats »    L'ATB sélectionnée par le projet SAWI pour renforcer sa diversité genre    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Infos Bourse – Forte progression de la rentabilité d'Ennakl Automobiles    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Othman Jerandi participe à la commémoration des vingt ans des attaques du 11-Septembre    Bilan Covid-19 : 407 nouveaux cas et 14 décès    Match FC Barcelona vs Grenade : chaines qui diffusent le match du 20 septembre de la Liga    Forum Mondial de la Mer: quatrième édition les 24 et 25 septembre 2021 à Bizerte    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    UTAP: Des oliviers meurent de soif    Comment le Tunisie a su se hisser au 3e rang des pays innovants dans le secteur industriel en Afrique    Opération blanche des forces de sécurité dans l'un des hôtels de Gammarth    Tunisie-Daily brief du 20 septembre 2021: Les mesures du 25 juillet à l'origine de 2 manifestations à Tunis    Journée mondiale sans voiture : La SNCFT réduit de 50% les prix des abonnements    I Watch appelle à la protection des lanceurs d'alerte    Lotfi Zitoun répond à Nouresddine Bhiri- La liberté ne peut coexister avec le besoin    La Libye annonce la reprise de ses vols vers la Tunisie    Le Collectif Soumoud monte au créneau pour réclamer la réforme politique    "Les cours particuliers sont le responsable de la baisse du niveau du système éducatif", dénoncent les parents d'élèves    Les délégués du gouvernorat de Tunis se penchent sur la saison des pluies    Le syndicat de l'enseignement secondaire s'oppose à une circulaire de l'Education    Forte augmentation du nombre des nuitées en août 2021 dans la zone touristique Tabarka-Aïn Draham    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    Ons Jabeur 17ème mondiale    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Tunisie – Les pays du sud de l'UE appellent à préserver la démocratie et à accélérer la mise en place d'un gouvernement compétent    PSG vs OL : Liens streaming pour regarder le match    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Monde-Daily brief du 17 septembre 2021: L'Italie rend obligatoire le pass sanitaire pour tous les travailleurs    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Le musée de Bardo fermé depuis le 25 juillet 2021    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    Tunisie : Un séisme d'une magnitude de 3,7 degrés enregistré à Ouled Haffouz    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



On nous écrit | Chut on tourne !
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 08 - 2021

Par Ines Zargayouna (Chercheuse en Théâtre et Arts de spectacle)
Théâtre sans public, retour sur l'expérience de la semaine pour le théâtre tunisien diffusé en live streaming. «Sûkûn» de Noomen Hamda comme exemple
Un événement a eu lieu à Tunis s'intitulant «Semaine du théâtre tunisien» en mai dernier, qui a donné lieu à des représentations théâtrales tunisiennes diffusées en streaming sur la plateforme de Facebook. Cet événement a eu l'hashtag «#Où vous serez le théâtre sera», et puisqu'on était en confinement, cette initiative a eu comme but, entre autres, de rapprocher le théâtre de son public, et à la place du déplacement du spectateur vers la salle de représentation c'est le théâtre qui s'est déplacé de la scène vers les écrans des spectateurs. Une expérience inédite qui a suscité l'intérêt et la réflexion autour de la relation déjà fragilisée entre le théâtre tunisien et son public.
J'ai choisi de témoigner de la réception d'une des pièces représentées lors de cet événement, la pièce «Sûkûn» de Noomen Hamda. Un choix qui a été dicté par la possibilité qui m'a été offerte d'assister simultanément à la double réception, organique scène-salle, et virtuelle écran-spectateur, afin de pouvoir mieux appréhender la comparaison entre les deux réceptions et affiner ainsi ma réflexion autour de ce sujet.
Réception salle
La représentation est destinée au spectateur derrière son écran, smartphone, tablette ou ordinateur. Le metteur en scène de la pièce «Sûkûn», conscient du challenge devant lequel il s'est retrouvé, a réfléchi cette réception nouvelle et inédite de manière à offrir au spectateur la meilleure visualisation possible selon les moyens mis à sa disposition. Exigeant deux caméras à la place d'une, avec une portée par un cameraman, sur scène, avec les acteurs, et l'autre fixe dans la salle, il a mis en place une mise en scène spéciale et spécifique à sa pièce et à la réception virtuelle du théâtre.
Dans la salle j'étais la seule spectatrice. Entourée de fauteuils vides, au Théâtre municipal de Tunis, la grandeur de la salle s'est accentuée, ma solitude s'en est trouvée accrue.
est trouvée accrue. L'ambiance de réception a été teintée non seulement de solitude, mais aussi d'impression de voyeurisme et d'intrusion. Une intrusion dans une salle traversée de long en large par des fils et des câbles, avec une prolongation de la salle de régie tout au long du fond de l'orchestre.
Pas de trois coups d'annonce du début du spectacle comme de coutume, ce fut remplacé par «On commence !». Ce n'est pas non plus le «Silence on tourne !» du cinéma, pourtant le lieu ressemble plus à un plateau de tournage qu'à une salle de représentation théâtrale.
Et ils ont commencé...
J'ai dû attendre, avant de prendre place, le début de la pièce que le metteur en scène a voulu en caméra portée, faisant un tour dans la salle complètement vide pour faire rendre compte au spectateur derrière son écran de l'effet du vide qu'il a laissé. Rapidement après avoir pris ma place d'intruse, je me suis rendu compte que non seulement j'étais seule, mais en plus on n'allait pas tenir compte de ma présence : évidemment, la représentation ne m'était pas destinée, mais plutôt à ceux et celles qui allaient suivre le live. La caméra portée n'a cessé d'entraver ma réception, se plaçant devant les acteurs, se rapprochant pour offrir aux autres de gros plans du jeu, que n'offrait pas la réception à la salle. Les deux acteurs ont joué normalement, dans des conditions normales de représentation, faisant abstraction de ce troisième personnage qui choisissait à chaque fois sa position devant l'un ou l'autre, comme un acteur, ou plutôt comme un spectateur voyeur, intrus et indiscret avec la bénédiction du metteur en scène
Une grande frustration de ma part. Seule spectatrice, vivante organiquement, venue partager comme de coutume au théâtre, cette expérience vivante commune, avec les acteurs sur scène et moi dans la salle. Chacun à sa place, si ce n'était cet intrus sur scène qui ne respectait pas, à la vue de tous, le contrat scène-salle et la limite de convention du quatrième mur. Les spectateurs, au lieu de se mettre comme moi sagement dans leurs sièges savourant en silence le jeu des acteurs, sont montés tous sur scène, me gâchant l'expérience, entravant ma réception. J'ai continué à résister en cherchant dans ma réception vivante les privilèges dont j'étais dotée en comparaison avec la réception virtuelle. J'ai remarqué que lorsque le cameraman choisissait de suivre un des acteurs, l'autre continuait à jouer, pour moi. J'ai eu en plus le privilège de choisir l'orientation de mon regard, je pouvais voir en toute liberté toute la scène, une partie ou même le plafond technique. J'ai ainsi savouré ma liberté, plus que de coutume lors d'une représentation théâtrale, en comparaison avec celui qui s'en est trouvé dépourvu derrière son écran, dépendant du choix d'orientation du cameraman.
J'aurais pu continuer ainsi jusqu'à la fin de la pièce si la caméra portée n'était pas tombée en panne, et que l'acteur-metteur en scène sur scène, se rendant compte de l'absence du regard du spectateur pour lequel il jouait ce soir-là ne décida d'interrompre la représentation pour la reprendre, là où elle s'était arrêtée, quand la caméra serait réparée. Cet arrêt, interrompant la magie que crée la réception vivante du théâtre, m'a réveillée sur mon premier constat : cette représentation ne m'était pas destinée, le spectateur derrière son écran est le roi. Je suis sortie au hall du Théâtre, allumer mon smartphone, et devenir reine moi-même.
Réception virtuelle
J'ai déjà, avant cette pièce, assisté à distance à une représentation en streaming d'une autre pièce lors du même événement. La différence qui était très vite constatée était que la caméra portée, que j'ai nommée intruse, offrait une réception meilleure, plus artistique. Une fidélité de la transmission du jeu des acteurs qui se place entre le cinéma et le théâtre : un jeu théâtral pour une image cinématographique. On perçoit la fragilité du jeu de théâtre, qui ne permet pas de reprise, de très près, de trop près même à la limite de l'indiscrétion. Une proximité, certes virtuelle, que la réception dans la salle n'offre que lorsque la réception est réfléchie par l'équipe en cassure du quatrième mur, lors des représentations où la limite scène-salle est abolie. Une qualité de l'image qui offre une netteté du jeu de l'expression du visage des acteurs, qui paraît amplifiée à l'écran et qu'on ne perçoit que vaguement assis dans un siège dans la salle.
Mon constat que cette représentation était destinée à être reçue derrière un écran s'est retrouvé confirmé, plus que l'autre pièce que j'ai visualisée dans laquelle le metteur en scène s'est limité à deux caméras fixes placées dans la salle qui ont offert une réception fixe, plus proche de la réception dans la salle et qui n'a pas offert de privilèges à la réception virtuelle.
Le metteur en scène de «Sûkûn» s'est investi artistiquement pour cette expérience inédite pour offrir à son spectateur derrière son écran la meilleure réception possible de sa pièce, valorisant au mieux l'hashtag de l'évènement « #Où vous serez le théâtre sera».
Réception vivante vs réception virtuelle
Le théâtre est un art de spectacle vivant, de l'ici et maintenant, de partage qui exige la présence physique. C'est ce qui le caractérise et le définit.
Le streaming a, certes, permis le partage de l'ici et maintenant, le spectateur sait que l'acteur est en train de jouer dans l'immédiateté de son visionnage et l'acteur est conscient du regard du spectateur de l'autre côté, derrière son écran, l'interruption de «Sûkûn» en était la preuve. Mais ces deux présences éloignées physiquement, dépendant dans leurs échanges d'une technicité qui peut tomber en panne ou d'une connexion qui peut se ralentir, ne peuvent être que dans un partage qui se veut «vivant», mais qui n'est que virtuel. Le salut de la fin de la pièce, qui a toujours été à mon sens partie intégrante de l'expérience théâtrale, marquant la fin de l'échange direct et le début de l'interprétation de chacun, lors de cet événement a été révélateur du danger dans lequel se trouve le théâtre.
Dans les deux expériences, visualisation en streaming du salut de la première pièce derrière mon écran et du salut de la deuxième dans la salle vide au Théâtre municipal, une même sensation de vide, de non-sens et de gâchis m'a prise. Le salut est presque le seul moment où les regards entre l'acteur et le spectateur peuvent se croiser, assister à ce regard perdu de l'acteur devant une salle vide a été déchirant pour moi, même derrière mon écran. L'investissement artistique dans une mise en scène, spécifique au format audiovisuel, reste néanmoins intéressant, mais dans le seul cas d'archive et du souci de garder une bonne trace d'une pièce. La réception du théâtre derrière un écran, même avec les privilèges ci-dessus cités, est nuisible à la pérennité de cet art vivant qui porte, en l'essence de son partage, un échange d'énergies qu'aucune technicité ne peut transmettre. Rien ne peut égaler la présence physique des spectateurs et des acteurs, dans une salle de représentation théâtrale, pour un partage énergétique et organique intransmissible par la distance. Dans le contexte dans lequel nous sommes depuis deux ans, la pandémie et ses confinements, est-ce qu'il faut continuer à chercher des alternatives similaires pour garder le fil, même virtuel, de la relation du théâtre avec son public? Ou bien faut-il patienter que cette pandémie se termine pour pouvoir savourer en bonne et due forme cet échange organique et vivant que nous offre le théâtre ?
Un témoignage d'une amie à Paris me fait opter pour le deuxième choix. Après un confinement de presqu'une année et lors du dé-confinement récent, elle en a profité pour assister à une pièce de théâtre. La simple apparition de l'actrice sur scène, en chair et en os, a suffi à la mettre en grande émotion.
Une émotion de délivrance et de soulagement de retour à la vie normale, je présume.
Le Théâtre est Vie, ça ne sert à rien de tricher.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.