Suppression des primes et des privilèges des membres du Conseil supérieur de la Magistrature : Saïed passe à l'action    Budget de 2022 : L'UGTT appelle le gouvernement à prendre des mesures sociales urgentes    Pour un meilleur plaidoyer universel : Comment parler du droit palestinien ?    Des faits et des chiffres    Les pays en développement "lésés" dans le rebond des IDE en 2021 (Rapport)    Le salon auto de Lyon ouvert pour la première fois aux véhicules d'occasion    Classement FIFA Live : La Tunisie recule encore et perd 29 points !!    Le Mondial des clubs 2022 retransmis sur cette chaîne arabe    Khemakhem et Cheikhrouhou quittent le CSS    Hand | FTHB : Le comité provisoire de gestion intronisé    CAN 2021 | Tunisie-Gambie (0-1) : Une « petite » qualification !    Budget ''boiteux''...L'UGTT appelle le gouvernement à prendre des mesures urgentes    Covid-19 | 13 décès et 9787 contaminations recensés le 19 janvier 2022    Météo : Pluies éparses sur l'extrême nord en fin de journée    Dialogues éphémères | Sur les traces d'Epiméthée    Vient de paraÎtre | L'île aux arbres disparus d'Elif Shafak    L'identité culturelle des morisques en Tunisie, un livre de Mondher Chraïet : Un excellent éclairage sur l'histoire des Maures dans notre pays    CAN : on a manqué de réussite dans le dernier geste (Kebaier )    UGTT : Le « retard » et « l'hésitation » pèsent lourdement sur le processus du 25 juillet    Ennakl Automobiles annonce un chiffre d'affaires en hausse de plus de 21% en 2021    Simpar : Hausse du chiffre d'affaires de 21% en 2021    Transtu: A partir d'aujourd'hui, modification de la circulation automobile au niveau de cette zone    Artes annonce un chiffre d'affaires en hausse de près de 35% en 2021    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    CSS : Moncef Khamakhem démissionne de son poste !    La Fédération nationale du cuir appelle à l'aide    En photos: Déraillement d'un train de transport de phosphate    3 délégués démis de leurs fonctions, les détails    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Riadh Essid nommé conseiller chargé des affaires diplomatiques à la Kasbah    Kaïs Saïed ordonne la préservation des domaines de l'Etat    Tunisie: Les exportations des agrumes accusent une fore baisse    5 fillettes ont reçu des injections par des inconnus, assure le ministère de la Famille    Ouni : Florana engendre les mêmes symptômes du Covid    CAN 2021 : programme des huitièmes de finale    Zaouia: La rencontre entre Taboubi et Saied vise à embellir l'image du président    La Consultation nationale respecte les données des répondants, assure Gaddes    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Monde-Daily brief du 20 janvier 2022: Crise en Ukraine : Joe Biden met en garde la Russie en cas d'invasion    Formation "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement": le cinéma dans la quête d'un monde écoresponsable    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed – Ennahdha: L'ultime bras de fer ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 12 - 2021

Si Ennahdha semble passer la vitesse supérieure dans ses hostilités contre le Président de la République, Kaïs Saïed promet de protéger le pays de ceux qui «le guettent, et qui coopèrent avec des forces hostiles à la patrie». Jusqu'où peut mener ce bras de fer, l'ultime, peut-être ?
Même avant les événements du 25 juillet, la rupture est consommée entre le Président de la République, Kaïs Saïed, et le parti Ennahdha et notamment son leader historique, Rached Ghannouchi. Et pour cause, une divergence politique à tous les niveaux surtout compte tenu des choix politiques conduits par le mouvement islamiste ces dix premières années post-révolution. S'il le dit à demi-mot, le Président de la République accuse Ennahdha et certaines autres parties d'avoir conduit le pays à un échec total pendant cette dernière décennie, et ses dirigeants d'avoir mis la main sur la justice et sur les différents rouages de l'Etat.
Du côté de Montplaisir, bien qu'on ait appelé massivement à l'élection de Kaïs Saïed au second tour de la présidentielle de 2019, on accuse le Chef de l'Etat d'avoir opéré un «putsch contre la démocratie et contre la vie parlementaire». Pour faire court, entre Ennahdha et Kaïs Saïed, c'est la rupture totale.
Sauf que cette dernière période, le fossé entre les deux parties s'est creusé davantage et la rupture est consommée, on ne doit s'attendre en aucun cas à un rapprochement, surtout après les vagues d'hostilités menées par Ennahdha et ses alliés contre le locataire de Carthage. Il n'en demeure pas moins que pour le moment le Président de la République semble éviter toute confrontation avec ce parti, et se contente de faire allusion aux différentes manœuvres politiques faites par Ennahdha en recourant même à des pressions étrangères. Mais, a-t-il menacé, «le jour viendra où il nommera les responsables d'un tel échec et les corrompus qui veulent mettre la main sur la justice».
De même, l'entêtement du parti islamiste pour le retour du Parlement en sa forme actuelle, pourtant désapprouvée et dénoncée par les Tunisiens, ne fait qu'envenimer davantage la situation politique en Tunisie, notamment en cette période économique difficile pour ne pas dire critique.
A quoi joue Ennahdha ? Pourquoi si tous les protagonistes politiques semblent céder à la manœuvre politique de Kaïs Saïed, Ennahdha choisit-il l'escalade et la confrontation directe avec le Président de la République ? Quelles cartes cache-t-il au cœur de cette confrontation qu'il conduit désormais seul ou presque ? S'agit-il d'une tentative de camoufler ses conflits internes qui ne cessent de s'aggraver ?
Rached Ghannouchi ou la dernière danse ?
Bien que le parti Ennahdha soit au bord de l'implosion, son leader historique, Rached Ghannouchi, multiplie les fausses manœuvres et notamment les déclarations et apparitions médiatiques contradictoires. Sa dernière déclaration a fait polémique et ce n'est pas une première. Le président du Parlement suspendu a déclaré que le mouvement Ennahdha, dont il est le chef de file, est un facteur de stabilité pour le pays. Pas que, il défie le Président de la République et toute la mouvance du 25 juillet en estimant que «l'Assemblée des représentants du peuple, dont les travaux sont suspendus, sera rétablie qu'on le veuille ou non». Une déclaration qui a fait un tollé, notamment sur les réseaux sociaux et qui a provoqué de nombreuses réactions politiques et autres.
Pour certains observateurs, le chef du Parlement suspendu ne parle pas dans le vide, il serait rassuré par certaines positions étrangères et serait en possession d'autres cartes dans ce jeu d'échecs entamé avec le Président de la République. Alors que pour certains d'autres, ces déclarations prouvent que le leader historique a tout perdu, dont notamment son parti politique, et n'a, entre les mains, que des déclarations de provocation pour maintenir sa position au premier plan de la scène politique après la manœuvre politique du Président de la République ayant éclipsé pratiquement tous les partis.
Quoi qu'il en soit, cette déclaration a, encore une fois, fait polémique, et ce n'est pas surprenant de la part de Rached Ghannouchi. Comme toujours, le Président de la République a choisi de répondre à sa manière. En supervisant, récemment la réunion du Conseil supérieur des armées, au Palais de Carthage, il a estimé que «la Tunisie est forte de son peuple et de son histoire, assurant qu'elle a besoin de gens honnêtes et fidèles au pays». Pour lui, l'Etat n'est pas une proie facile et ses institutions resteront en place, ajoutant que tous ceux qui œuvrent pour l'atteindre ou l'infiltrer ne font que délirer. S'agissant en effet de ses opposants, Saïed a déclaré : «Il est temps qu'ils comprennent que l'Etat tunisien n'est pas une proie facile, et nous continuerons à travailler avec la même détermination pour le préserver».
Les dépassements électoraux comme carte de pression
Sauf que le Président de la République garde en main un moyen de pression de taille, celui des délits, infractions et même crimes commis lors des élections de 2019. Pour conforter sa position, Kaïs Saïed se base sur le rapport de la Cour des comptes qui compromet certains partis dont notamment Ennahdha, et qui seraient liés à des financements étrangers.
A cet égard, le Chef de l'Etat dénonce le retard pris dans la mise en œuvre des recommandations de la Cour des comptes. Le Président de la République a critiqué, dans ce sens, l'absence d'application de la loi contre les partis corrompus. Le rapport général de la Cour des comptes sur les élections de 2019 a relevé plusieurs infractions et le Chef de l'Etat a jugé inadmissible et inacceptable le fait qu'un rapport émis par un Tribunal et contenant de nombreuses infractions reste sans aucun «effet juridique», dénonçant le retard observé dans l'application des délais, prévus par l'article 163 de la loi électorale. Selon cette loi «s'il est avéré pour la Cour des comptes que le candidat ou la liste de candidats a obtenu un financement étranger pour sa campagne électorale, elle l'oblige à payer une amende allant de dix fois à cinquante fois la valeur du financement étranger. De ce fait, les membres de la liste ayant bénéficié du financement étranger perdent la qualité de membre de l'Assemblée des représentants du peuple. Le candidat à l'élection présidentielle ayant bénéficié du financement étranger est puni d'une peine d'emprisonnement de cinq ans».
Ennahdha persiste et signe
Sauf que les «armes et missiles légaux» de Kaïs Saïed ne semblent pas, pour l'instant, dissuader Ennahdha. Les dirigeants, même les démissionnaires parmi eux, poursuivent leur assaut lancé contre le Président de la République. Abdellatif Mekki, par exemple, va jusqu'à accuser le Président de la République de vouloir politiser l'armée nationale. «Le Chef de l'Etat porte un coup dur aux principes de la République et met les dirigeants militaires dans l'embarras», a-t-il estimé.
Pour Ali Laârayedh, «le Parlement sera de retour», estimant que les organisations internationales et des partis politiques tunisiens sont réfractaires au «coup d'Etat perpétré par Kaïs Saïed». «Si le pays continue à être dirigé de la sorte, son avenir sera obscur et anarchique», a-t-il poursuivi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.