Tunisie – VIDEO : Kaïs Saïed exige que les magistrats s'acquittent de leur devoir !    Ligue 1/Ligue 2 : L'AJ Auxerre et l'ASSE partagent l'enjeu 1-1    FTF : Elyès Achouri opte pour l'EN    Monde : L'acteur américain Ray Liotta n'est plus !    Play-out Ligue 1 Pro : Un trio en tête après la J05 (Vidéo)    Affaire de l'aéroport : Seifeddine Makhlouf écope de trois mois de prison avec sursis    Les producteurs d'huile de pépins de figue de barbarie bio tunisienne au cœur d'une exposition de produits cosmétiques    La Banque de Tunisie lauréate du prix : The Most Active Issuing Bank in Tunisia Award 2021    Etats Unis : un terrorisme «Home made»!    La poste Tunisienne: Livraison des bouquets de fleurs dimanche    Référendum : la "Dream Team" de Saied a tout calé et sa tactique fera du bruit    Après l'UGTT, l'UTAP rejette le dialogue national dans sa forme actuelle    Ukraine : Les redoutables canons français Caesar débarquent en douce    Kevin Spacey inculpé d'agressions sexuelles contre 3 hommes    Tunisie-FMI : l'ambassadeur de l'UE confirme les bons bruits    La variole du singe est-elle moins dangereuse que le covid-19 ? Louzir répond    Le patron de Pfizer donne son avis sur la variole du singe    Le court-métrage "Le Sandwich" de Iteb Akaichi disponible en streaming gratuit sur Artify    Tunisie: Aucun cas de variole du singe n'est enregistré pour le moment    Tebboune : l'Algérie, prête à aider la Tunisie pour un retour sur la voie démocratique    (RE)BORN à la Galerie Musk & Amber: Réinventer la mode grâce à l'upcycling et la récupération    Othman Jerandi s'entretient avec Paolo Gentiloni    Kaïs Saïed envoie balader les Tunisiens    Pourquoi | Encore une...    Démarrage des travaux de FITA 2022 : L'Afrique à l'épreuve des incertitudes    Sousse: La récolte céréalière en deçà des attentes    Le délégué de Boumhel s'explique sur sa sortie nocturne en tricot de peau    Express    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    Ligue 1 | 7e journée – Play-off – CSS-ESS (1-0) : Harzi, l'instinct du buteur !    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Un nouveau spectacle de Walid Gharbi : Nouvelle cadence, nouveau pont    4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide    USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    UBCI au FITA 2022 pour accompagner les entreprises dans le développement de leurs projets    Tunisie-Ligue 1 (Play Off / J 07): le programme du jour    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    BCT, gouvernement et interférences...    Météo : Baisse relative des températures    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 01 - 2022

L'arrivée du sous-variant BA.2, une souche cousine d'Omicron, inquiète les scientifiques. Qualifié de furtif, ce variant échappe aux tests PCR et pourrait être encore plus contagieux qu'Omicron.
Depuis quelques semaines, un sous-variant du variant Omicron est régulièrement détecté dans plusieurs pays du monde. Baptisé BA.2, il est apparu pour la première fois au Danemark fin décembre-début janvier 2022, et il est aujourd'hui majoritaire dans ce pays. Et, depuis, le sous-variant BA.2 s'est propagé aussi en Inde, au Royaume-Uni, en Belgique, au Canada, aux Philippines, à Singapour, en Afrique du Sud, en Australie, et récemment en France...
Ce que l'on sait...
Les données scientifiques actuelles suggèrent que le sous-variant BA.2 est encore plus contagieux que le variant Omicron. En 10 jours seulement, il est devenu majoritaire au Danemark. Toutefois, il est beaucoup moins virulent que l'Omicron, qui est déjà moins virulent que les autres souches, dont notamment le Delta. D'ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne l'a pas classé comme un «variant d'intérêt » même s'il correspond peu ou prou aux caractéristiques que nous connaissons d'Omicron. Surnommé aussi ''Omicron furtif'', le BA.2 est plus difficile à détecter qu'Omicron, puisque la PCR permet de détecter et d'identifier l'Omicron, alors que c'est plus compliqué de savoir si c'est du BA.2.
Le nouveau sous-variant est aussi deux fois plus transmissible, mais sans occasionner plus d'hospitalisations. Mais actuellement, il n'y a pas de connaissances sur des risques de contagiosité. Ces conclusions sont tirées de la situation du Danemark où ce sous-variant a pris le dessus sur Omicron, sans entraîner une augmentation des décès ou des hospitalisations pour l'instant.
Plus contagieux et de moins en moins sévère
Toujours selon les prévisions des scientifiques, le coronavirus va continuer de circuler, de muter, de contaminer, en devenant plus contagieux et de moins en moins sévère selon les prévisions les plus optimistes, ce qui s'est d'ailleurs déjà passé avec Delta et Omicron, toujours plus contagieux, mais moins sévères que leurs prédécesseurs. A cet égard, sauf surprise, on se dirige vers une sortie de crise et une accalmie sur les prochains mois avec possibilité de quelques vagues moins sévères dans le futur. Par conséquent, le BA.2 pourrait être la fin de la pandémie liée au covid-19 dans le monde.
Mais là encore, il ne faut pas crier trop tôt victoire et on doit continuer toujours de respecter les gestes barrières car il existe une autre hypothèse potentielle : on pourrait se recontaminer potentiellement au BA.2 même lorsqu'on aurait, été contaminé au variant Omicron majoritaire, à savoir BA.1. Des études sont en cours pour comprendre ce phénomène, étant donné qu'il n'y a pas d'explication à ce stade. Ces données devraient se solidifier, dans un sens ou dans l'autre, dans les semaines à venir et des recherches vont être menées sur ses propriétés, et notamment sur sa transmissibilité et sa sévérité.
Fait important : des scientifiques estiment que la vaccination a permis un équilibre des forces avec le variant Delta, à l'origine du mutant Omicron, qui est à son tour à l'origine de l'apparition du BA.2. Et donc, plus on vaccinera des personnes, plus les prochains mutants seront dans une logique de cohabitation, mais non d'extinction. Plus contagieux, certes, pour détourner notre immunité mais, au final, moins virulents et donc ne posant plus de problèmes sanitaires pour la très grande majorité des hommes. A cet égard, les prochains mutants existeront forcément mais, indépendamment de leurs virulences, notre organisme, cette fois, aura acquis des moyens de défense contre les formes graves. En attendant la confirmation de toutes ces hypothèses, plusieurs réponses doivent encore être apportées : le sous-variant BA.2 échappe-t-il à la vaccination ? A l'immunité naturelle? A celle d'une infection par le BA.1 ?…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.