Bouden annonce la création d'un conseil national de développement industriel    Etoile du Sahel : Date de l'assemblée générale élective fixée !    Deux jours de congé à l'occasion de l'Aïd Al Idha    Référendum : La LTDH tourne le dos à Saied après moult remous    La Cour des comptes frappe mais beaucoup trop tard    Ukraine : Poutine devient nerveux et ça c'est très mauvais pour l'humanité    Pourquoi | Aux grands maux, les grands remèdes    Noureddine Taboubi rencontre Abdelmajid Tebboune    Festival Bizerte 2022: Au programme 20 spectacles du 18 juillet au 21 août    Saison 4 d'Orange Fab Tunisie : les start-up accélérées signent de nouveaux partenariats business avec Orange Tunisie    Tunisie Télécom annonce le lancement officiel du programme "Ichmilni" [Vidéo+Photos]    Ennahdha: Rached Ghannouchi n'a jamais reçu d'argent de partie étrangère ou intérieure    Tribune | Sommes-nous encore des citoyens ?    LC Europe (premier tour aller) : le programme de ce mercredi    La Tunisie abrite la 1ère conférence africaine sur «la sécurité humaine à travers la police de proximité, un facteur de développement socioéconomique» : Un avant-goût de la Ticad 8    Dans une lettre adressée aux Tunisiens, le président de la République appelle à voter oui : Le point de non-retour ?    Violences à l'aéroport Tunis-Carthage : huit voyageurs déférés devant le Parquet    Kaïs Saïed transmet ses salutations à Bachar al-Assad    Festival Hammamet 2022: Programme éclectique & billetterie ouverte    Rihanna est la femme la plus riche aux Etats-Unis    Prix au marché municipal de Kairouan [Vidéo]    Sept scanners Epson récompensés par Data Master Lab pour leur grande facilité d'utilisation et leur qualité d'image supérieure    NEWS | L'EST sur Azmi Ghouma    Météo en Tunisie: Températures maximales comprises entre 35 et 45 °C    De retour dans la cour des grands : L'Afrique, c'est l'ADN du CA !    Programme TV du mercredi 06 juillet    Patricia Caillé, directrice de l'ouvrage «A l'œuvre au cinéma» (*), à La Presse : «Les techniciennes ne figurent pas dans l'histoire des cinémas»    En fait-on trop avec les politiques ?    Tunisie-coronavirus : C'est la 6ème vague    Projet de constitution - Les anciens bâtonniers dénoncent la suppression de l'article 105    En vidéo : Des voyageurs ont attaqué un sécuritaire à l'aéroport Tunis Carthage    Météo du mercredi 6 juillet 2022    Conférence de presse pour la présentation de la Foire EIMA International    Challenger de Bogota : Malek Jaziri jouera les 8e en simple et en double    CAN féminine 2022 : la Tunisie pour confirmer contre la Zambie    Beja : un centre de secours et de soins    Référendum, gel des avoirs de Ghannouchi, ouverture des frontières avec l'Algérie… Les 5 infos de la journée    Maroc | Olympiades panafricaines des mathématiques : une gafsienne couronnée    Monde-Daily brief du 5 juillet 2022: À Lugano, L'Ukraine et ses alliés posent les principes pour guider la reconstruction    Tribune | Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    Contrepoint | Du scénario Jupiter    Exposition de groupe «Passionnément... femmes» à l'Espace Art et Culture Hédi-Turki : «ELLES» lui rendent hommage    Kaïs Saïed reçoit les lettres de créance de 12 ambassadeurs qui ne résideront pas à Tunis    Ooredoo sponsor officiel du Festival International de Carthage    Kais Saied se rend en Algérie    Diam's fait un véritable carton avec son film "Salam"    Festival Carthage 2022: Le groupe Sud-Coréen B.I.G sur scène le 16 juillet    Tribune de Josep Borrell – Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue national : Sur fond de tiraillements et de déclarations incendiaires
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 05 - 2022

Le dialogue national, tel que conçu et voulu par le Président Kaïs Saïed, continue à s'imposer comme le premier dossier national qui préoccupe les Tunisiens
En dépit des déclarations de Noureddine Taboubi et de Sami Tahri, on attend encore que les structures de décision de l'Ugtt expriment la position officielle et définitive de la centrale de la place Mohamed-Ali
Le doyen des avocats implique la profession sans consulter les sections régionales
«Le dialogue national démarrera dans les heures à venir», «l'Ugtt ne sera pas un faux témoin, le dialogue doit être global et inclusif et ses résultats ne doivent pas être programmés à l'avance», «la Ligue tunisienne de défense des droits de l'homme (Ltdh) refuse toute forme de participation formelle», «les organisations nationales participeront au dialogue national à condition...», etc., ce sont là les déclarations, les petites phrases, les mises au point et les révélations sur lesquelles se réveillent quotidiennement les Tunisiens sur le sujet le plus passionnant de l'actualité en Tunisie au cours des dernières semaines, à savoir l'organisation du fameux et tant attendu dialogue national censé apporter, au cas où il aurait lieu finalement, la solution à la crise politique, économique et sociale dans laquelle se morfond la Tunisie depuis près de 11 ans, c'est-à-dire depuis la révolution de la liberté et de la dignité et non depuis l'avènement, comme le soutiennent certains, de la dynamique ou du processus du 25 juillet 2021 et l'instauration de l'état d'exception dans le pays.
Et ces déclarations et révélations émanent des partisans déclarés du processus du 25 juillet mais qui ne savent pas toujours officiellement s'ils seront invités par le Président Kaïs Saïed à y prendre part ou non. Elles proviennent également de ceux qui s'opposent à tout ce que le Président de la République entreprend depuis le 25 juillet et qui posent leurs conditions, pour accepter de participer au dialogue national sans savoir eux aussi s'ils y seront conviés.
Qui parle au nom du Président, qui parle au nom de l'opposition ?
Et les Tunisiens de rester médusés face aux positions contradictoires et à la guerre des déclarations que mènent les principaux acteurs du paysage politique et civil national à propos de l'éventualité ou non de l'organisation du dialogue national, un événement qui est sur le point de devenir un non-événement, voire un feuilleton qui ne passionne plus personne.
Ainsi, quand Me Brahim Bouderbala, bâtonnier des avocats, annonce que le dialogue national «va démarrer dans les heures qui viennent avec la participation de ceux qui soutiennent le processus du 25 juillet» et quand les avocats relevant de la section régionale du barreau à Kasserine répondent à leur doyen en affirmant que «la profession doit se tenir à l'écart des tiraillements politiques et que le barreau ne doit en aucune manière prendre part à un dialogue dont les résultats sont connus d'avance», on peut se poser la question : qui parle au nom des avocats et de quelle crédibilité dispose Brahim Bouderbala pour s'exprimer au nom des avocats sans que le barreau ne se réunisse pour prendre une position claire et transparente au nom de la profession ?
Du côté de l'Ugtt et en dépit des déclarations incendiaires presque quotidiennes de Noureddine Taboubi et Sami Tahri, on attend toujours la position officielle de la centrale syndicale ouvrière.
On apprend, en effet, du côté de la place Mohamed-Ali, que la position officielle des syndicalistes vis-à-vis du dialogue national tel que conçu et voulu par le Président Kaïs Saïed «sera annoncée, comme l'a précisé le secrétaire général, la semaine prochaine à l'issue des réunions du Conseil des secteurs et de la commission administrative nationale».
Toutefois, dans l'attente que les structures de décision de l'Ugtt se prononcent, le secrétaire général de l'Ugtt ne s'empêche pas d'assurer : «L'Ugtt rejette un dialogue factice qui se réduirait à une simple photo à but communicationnel».
Quant à la Ligue tunisienne de défense des droits de l'homme (Ltdh), ce sont Jamel M'Sallem et Bassam Trifi, respectivement président et vice-président de l'Organisation, qui se relaient sur les plateaux TV et radio pour dire aux Tunisiens une petite phrase qui donne lieu à toutes les interprétations possibles: «La Ligue est disposée à participer à tout ce qui pourrait aider à sortir de la situation actuelle, à condition que cela soit sur la base d'une vision participative engageant toutes les parties et sans cadre imposé et préétabli».
De son côté, l'Unft, par la voix de sa présidente, Me Radhia Jerbi, exprime sa disposition à participer au dialogue mais à condition qu'il soit inclusif et que ses conclusions soient issues du dialogue lui-même et non prêtes d'avance.
Les organisations nationales vont plus loin et annoncent dans un communiqué commun : «L'Ugtt, l'Utica, la Ltdh et l'Ordre des avocats exigent que leur participation ne soit pas pour la forme et qu'ils participent réellement à l'élaboration des réformes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.