Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Le style Bouden, la flambée des prix et la crise des médias : trois grands dossiers en couverture de Leaders Magazine    L'Alliance pour la Tunisie dénonce l'interdiction des partis de mener des campagnes électorales    « Amen Bank Subordonné 2022-1 »    Une pénurie d'œufs en vue    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Foot Européen : La Premier League veut organiser un "All Star Game" !    Sport Automobile : La Tunisie organise le Rallye 205 Africa Raid    Match EST vs CSS : 17500 spectateurs autorisés à assister    Pendant que Kaïs Saïed parle de souveraineté, Najla Bouden fait de la mendicité    Ayachi Zammel : J'ai porté plainte contre le ministre de l'Intérieur    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Tennis : En présence d'Ons Jabeur, partenariat signé entre la Tunisie et l'ITF    Le nouveau bâtonnier présent au procès de Abderrazek Kilani    Tunis abrite un forum Régional sur l'organisation des travailleurs informels    La TRANSTU déplore des pertes financières estimées à 700 mille dinars    Météo : Temps clair et températures stationnaires    Problèmes d'approvisionnement en dioxyde de carbone, la SFBT se veut rassurante    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    Amine Ben Ayed : nos leaders ne sont pas capables de prendre les décisions nécessaires    EST : Le virage ouvert au public    USBG : La main sur le cœur    MEMOIRE : Salah KABOUDI    La vigilance éternelle    Ayachi Zammel porte plainte contre Taoufik Charfeddine    Sami Marrouki, président du Réseau pacte mondial des Nations Unies en Tunisie à La Presse : «La transition énergétique rapide serait très bénéfique pour la Tunisie»    «Felouques», d'Ahlem Ghayaza et Pierre Gassin : Des textes et photos qui subliment encore plus les îles Kerkennah    Envoi des jeunes vers les zones de conflit: Report de l'examen en appel au 13 octobre    RNE : La prolongation de l'amnistie    Comportement financier des Tunisiens : « Le chèque n'est pas un mode de paiement sécurisé »    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    820 individus inculpés dans l'affaire du réseau d'envoi des jeunes vers les zones de conflit    Météo de ce vendredi    Une délégation de l'OIF en visite à Djerba    Deguiche : vers la création d'un tribunal arbitral sportif tunisien    Tunisie: Suppression de la fiche de police dans tous les aéroports    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    Déclaration trompeuse d'Ahmed Chaftar concernant le Premier ministre belge    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Un collectif d'associations organise une marche de soutien aux Iraniennes    Poutine : ''L'hégémonie de l'occident est en train de s'effondrer''    USA : Une énième bévue de Biden et les bruits sur sa santé mentale repartent    Monde-Daily brief du 29 septembre 2022: Nord Stream: L'OTAN estime que les dommages aux deux gazoducs sont dus à un sabotage    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    À propos du livre de Saber Mansouri - Un printemps sans le peuple: Prélude à la déconstruction de «la révolution tunisienne»    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Culture et politique : Faut-il une révolution des esprits ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 08 - 2022

L'éradication de l'autorité religieuse et politique dans les établissements d'activités culturelles s'impose donc dans une société mi-conservatrice mi-libérale. Les artistes prônent, dans ce sens, une égalité sans concession, défendent une liberté totale de penser et de publier et en appellent à la révolution, la révolution des esprits !
Mohamed Boudhina, producteur : «Lotfi Abdelli était visé par une tentative de meurtre».
Cet été, la saison des festivals a été marquée par une polémique suscitée malheureusement par des questions politiques. Au départ, l'annulation puis la reprogrammation des «shows» de Lamine Nahdi, interprétées par ses proches comme un complot de nature politique, puis c'était au tour du comédien Mokdad Shili de voir son spectacle annulé à Monastir, et enfin les incidents durant le spectacle de l'humoriste et acteur Lotfi Abdeli.
En effet, dimanche dernier, le spectacle de Lotfi Abdelli à Sfax a tourné au chaos en raison d'une tension et de la colère des syndicats des forces de l'ordre. Ces derniers, se sentant offensés par certains propos de Abdelli, ont décidé de ne pas sécuriser le spectacle en question, ce qui a provoqué sa perturbation. Dans son style habituel, Abdelli a tenu des propos jugés vexants à l'adresse des policiers et des sécuritaires. Ces derniers, présents sur place, se sont sentis humiliés et leur image ternie. Ils ont décidé de quitter les lieux. L'artiste a dû interrompre à plusieurs reprises sa performance pour entrer en altercation verbale avec les forces de l'ordre.
Hier lundi, le syndicat des forces sécuritaires a annoncé, via sa page Facebook, qu'il était de son droit de ne plus sécuriser les spectacles, notamment à l'intérieur des espaces réservés. On annonce également qu'une plainte sera déposée contre l'artiste en question pour atteinte à autrui au nom de la liberté d'expression.
Chokri Hamada, le porte-parole dudit syndicat, précise dans ce sens que, dorénavant, chaque spectacle qui porte atteinte aux mœurs sera boycotté par les sécuritaires. «Nous ne serons pas témoins de l'atteinte à autrui ni aux mœurs», a-t-il martelé.
Sur les réseaux sociaux, Lotfi Abdelli annonce même être en danger, et lance un cri d'alerte contre les pratiques de répression. Son producteur, Mohamed Boudhina, témoigne également d'incidents graves qui ont eu lieu au cours du spectacle, il annonce qu'Abdelli était visé par une tentative de meurtre.
En tout cas, le ministère de l'Intérieur a publié, hier, un communiqué pour préciser que les forces de l'ordre ont sécurisé ce spectacle en dépit d'un geste de provocation commis par l'artiste à l'égard des forces de l'ordre. Le département annonce également avoir entamé une enquête administrative pour revenir sur les incidents durant ce spectacle.
Le cas Mokdad Shili
Au fait, cet été, l'activité culturelle vibre malheureusement au rythme des aspects politiques. Quelques jours avant, l'humoriste et chanteur Mokdad Shili a vu son spectacle à Monastir annulé en raison de propos à l'égard du leader Habib Bourguiba. En effet, le festival international de Monastir a indiqué, dans un communiqué, que la nouvelle pièce de théâtre de l'artiste Mokdad Shili a été déprogrammée.
La direction du festival a précisé que la décision a été prise pour ne pas «encourager toute incitation à porter atteinte de près ou de loin aux symboles de la ville», expliquant qu'une grande partie du public a décidé de boycotter le spectacle en réponse à des propos précédemment tenus par l'artiste contre le leader Habib Bourguiba.
Une semaine avant, c'était au tour de l'affaire Lamine Nahdi d'être politisée. Une polémique a éclaté suite à l'échec de sa pièce de théâtre «Nmout Alik» sur la scène du Festival international de Carthage, le public a quitté l'amphithéâtre avant la fin du spectacle. Son entourage et notamment son fils, l'acteur et réalisateur Mohamed Ali Nahdi, soupçonnent un complot politique exercé par le mouvement Ennahdha contre son père.
Nous y voilà replongés !
Tout ça pour dire que les rapports entre culture et politique en Tunisie posent vraiment problème. Si la culture est synonyme de liberté d'expression, l'agir culturel et artistique n'a pas été libéré d'une lecture systématiquement politique, nous y voilà replongés, même après la révolution. Malheureusement, la politisation de l'action culturelle et artistique est devenue une monnaie courante en Tunisie au point que les artistes sont continuellement exposés à des menaces, même physiques. En effet, les controverses qui touchent les œuvres de l'esprit et de l'imagination sont omniprésentes et les artistes craignent une nette atteinte à la liberté d'expression.
L'éradication de l'autorité religieuse et politique dans les établissements d'activités culturelles s'impose donc dans une société mi-conservatrice mi-libérale. Les artistes prônent, dans ce sens, une égalité sans concessions, défendent une liberté totale de penser et de publier, et en appellent à la révolution, la révolution des esprits !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.