Législatives, FMI, PDL… Les 5 infos de la journée    L'UBCI partenaire officiel de l'Extended sessions de « Jazz à Carthage »    Jasmin Open Monastir : Résultats de mardi et liste des qualifiées pour les 1/8    Tunisie – Découverte d'autres grandes sommes d'argent dans les comptes bancaires d'un syndicat de police    Le "devoir" de casser la rigueur budgétaire, 1100 recrutements et une explication hallucinante    L'école MedTech de la SMU rejoint un groupe d'élite d'écoles d'ingénieurs prestigieuses dans le monde    Etude Epson: sur fond de conflits et de crise économique, l'attention mondiale se concentre sur le changement climatique    Monde-Daily brief du 04 octobre 2022: Guerre en Ukraine : Kiev garde l'initiative militaire    FMI: Plus de 20 pays pourraient avoir besoin d'une aide d'urgence face à la crise alimentaire    Cherche-t-on à achever Tunisair ?    Abdelkader Boudriga recommande de moderniser les lois contre les chèques sans provision    Issam chebbi: Les restrictions excessives aux partis confirment l'illégitimité des prochaines législatives    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    Tunisie : Incendie au siège de la société des chemins de fer    British Council mise sur de nouveaux modes d'apprentissage et de connexions    Photo du jour : "grand ménage" au Palais de justice de Tunis    Le FMI a dit oui à la Tunisie ?    Tunisie: Recrutement de 1100 assistants universitaires    Réouverture de l'inscription à distance pour les élèves des écoles privées    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'académie française de médecine    Maroc : Le paradis des fonctionnaires fantômes, plus de 90 000 dans le public    L'ile du pardon: Le dernier chef-d'œuvre mondial de Ridha Béhi    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Les Tunisiens de France rapportent à l'Etat 3807.9 MD    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    Des héros anonymes    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fête nationale de la femme: La « condition féminine », une imposture !
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 08 - 2022


Par Chema Ben Chaabene | Autrice |
La condition féminine est d'abord, et en fin de compte, une « condition humaine » au sens malrucien, car n'est-il pas de l'essence de l'être, féminin ou masculin, de choisir son destin ? Donner un sens propre à son existence ? Pourquoi alors ce « combat » pour la liberté de la femme, l'égalité des sexes ? Etc. Comment l'être humain a-t-il pu en arriver là, divertir cette évidence, ce postulat et « imaginer » autre chose que la condition humaine commune face à l'irréductible échéance de la mort : le libre choix ?
Et pourtant, cette déformation de la pensée a eu lieu et a duré au fil des temps, au gré des civilisations, biaisant les relations, le rêve, le progrès. Des temps et des civilisations vacillant entre des Antigone, résistantes, et des Shéhérazade, aux antipodes, qui, à défaut de « droit », feignent la soumission, usent de stratagèmes.
Puis arrive le dix-neuvième siècle... Un siècle fougueux, intriguant, révolutionnaire mais aussi réfléchi, déterminé, voulant faire œuvre de synthèse. Evénements marquants et courants de pensées fusent ici et là. Où en était la place de la femme ? Qu'en dit la littérature par exemple ? Me vient à l'esprit forcément Flaubert, figure marquante de la littérature universelle, et l'image de la femme qui se dégage de son œuvre et de son analyse « exégétique » de l'âme « féminine ». Ombres et lumières d'un homme, d'une œuvre, d'une époque… Flaubert oscillant justement entre Bovary, la femme fourvoyée par sa sensibilité exacerbée, son désir d'impossible et Salammbô, la femme fatale mettant tous à ses pieds... Mais dans le brouillard persistant de cette dichotomie arbitraire: femme de cœur-femme de tête, des prémices du mouvement féministe commencent à se dessiner. Des voix « ancestrales » proclamant les droits de la femme au travail, au vote, à l'égalité, de disposer de sa vie, de son être, de toutes ses chances, commencent à résonner ici et là.
Deux siècles traversés... Des « guerres » remportées, des mentalités bousculées, révolutionnées, des droits « reconnus », retrouvés, mais un statut de la femme toujours fragile dans la pratique de la vie comme dans l'expression de la pensée humaine, aussi moderne soit-elle.
Inhumain cet isolement de la femme dans sa « condition féminine », son placement dans « une case-cage féministe » à part, à défendre dans toutes les agoras, les divers cercles politiques, religieux, littéraires, artistiques... à grand coup d'étendards, à utiliser sans cesse, en toute sincérité et opportunisme. Quelle désolation ! Comment l'être humain a-t-il pu en arriver là ?
De pensée en pensée, d'interrogation en interrogation, l'esprit vagabond, libre, remonte aux origines, à la source du « Mal », de la distinction, de l'inégalité, du hiatus... trébuche contre l'idée singulière de l'Immaculée conception, s'y arrête, étonné.
La conception de Marie exemptée du péché originel, dogme de l'église catholique proclamé par le pape Pie IX en 1854. Maryam, Myriam, María... Figure majeure — prophétique ? — dans les religions monothéistes. Quelle place occupe-t-elle dans les Ecritures et le Coran ? Quel rôle joue-t-elle dans l'imaginaire collectif des peuples et de l'individu ?
Qu'on se base sur une lecture « maculiste » ou une lecture « immaculiste » de la conception de Marie, cela aide-t-il au final la femme à quitter la zone de fragilité à laquelle elle est encore acculée ?
L'Immaculée conception de Marie lui donne l'aura d'une femme exceptionnelle, prophétique, guide, au-dessus de toutes, leur montrant le chemin, mais quel chemin ? Elle n'est qu'exception qui confirme la règle d'Eve, la pécheresse. Une conception maculée lui ôte cette aura, la renvoie au rang des filles d'Ève, héritières du péché originel, de la culpabilité et de tous les maux conséquents.
Et s'il y avait un « Avant le Péché originel », des prémices dans l'Histoire d'un « Amour-Egalité » ? Rêve ou souvenance ? Libération d'un fardeau imaginaire, d'une imposture ancestrale, une bavure. Remonter le temps vers un nouveau départ. Etre, enfin, dans le bon devenir de l'humanité. À suivre...
N.B. : L'opinion émise dans cette tribune n'engage que son auteur. Elle est l'expression d'un point de vue personnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.