Saïed, inflation, grève des pharmaciens grossistes… Les 5 infos de la journée    Les avocats et les experts comptables remontés contre la Loi de finances 2023    Kaïs Saïed au ministère de l'Intérieur    Photo du jour : Hajime Moriyasu s'incline pour remercier les supporters du Japon    Monde-Daily brief du 05 décembre 2022: Guerre en Ukraine : Des frappes russes provoquent de nouvelles coupures d'eau et d'électricité    La FIFA rejette la réclamation concernant le but de Griezmann contre la Tunisie    La ministre a cédé, les secrets des avocats et médecins seront bien gardés    Daghfous : « Le variant BQ1.1 n'est pas plus dangereux que les autres »    Tunisie: Découvrez notre nouvelle rubrique "Celebrities News" (Vidéo)    Panneaux solaires : Une technologie algérienne à renommée mondiale ?    L'Union Internationale de Banques : lauréate du Prix « Bank of the Year 2022 - Tunisia »    Fortnite Chapter 4 : Le trailer annonce du lourd    Cogiter le mal: l'expérience d'Augustin d'Hippone    Le film tunisien «Saffeh Nabel» remporte le prix du jury au Festival du film francophone du Caire    La vedette de Bollywood, Shahrukh Khan, a effectué la Omra    L'inflation...9.8% au mois de novembre    Soliman: Visite inopinée de Saied à l'usine de production de lait    Ces patrons qui n'ont pas de couilles    Mondial 2022 : Japon-Croatie, les compos    Envoi de jeunes aux foyers de tension : Audition de Abir Moussi en tant que témoin    Exclusif: Kais Saïed en visite inopinée à Nabeul    Béja: La Chambre régionale des boulangeries se prépare à la grève nationale    Hyundai Tunisie réélu pour la deuxième année consécutive « Service Client de l'année 2023 »    L'Ambassadeur de l'Ukraine à Tunis le confirme : Poutine a déjà perdu sa guerre…    Fraichement recruté dans une banque, il détourne de l'argent    Instrumentalisation des droits et des libertés | Manipulation des foules : Les armes pour déstabiliser les pays    Mondial Qatar 2022 : où regarder la match Brésil Corée du Sud de la coupe du monde?    Fatma Rekik, dirigeante d'un groupe de sociétés et reconnue parmi 100 jeunes leaders en Afrique par L'Institut Choiseul : « La Francophonie est une opportunité économique, mais aussi politique »    Imed Khemiri: Les élections du 17 décembre seront "drôles" (Vidéo)    Imed Khemiri: Saied impose son agenda politique et ne respecte pas l'autorité de la justice (Vidéo)    Mondial-2022: l'ombre de Pelé plane sur Brésil-Corée du Sud    Tunisie: 11 prix au concours international d'huile d'olive vierge extra Mario Solinas 2022    Les indiscrétions d'Elyssa    Arrêt de distribution de médicaments : Le CNOPT tire la sonnette d'alarme    Un mammifère carnivore au sein d'un lycée au Bardo    Journées théâtrales de Carthage 2022 : Une ouverture sobre et des hommages émouvants    Le Conseil de l'ordre des pharmaciens s'inquiète sur la suspension de la distribution des médicaments    Huitièmes de finale : France-Pologne (3-1) : Mbappé, bourreau des Polonais !    Huitièmes | Japon-Croatie (16H00) / Brésil-Cotée du sud (20H00) : La Seleção à l'assaut des Guerriers    Prévisions météo pour ce lundi 05 décembre    La donne a radicalement changé    41e championnat arabe de Golfe : Double consécration historique de la Tunisie    Le coup de gueule de Taoufik Jebali    L'Iran démantèle la police des mœurs    L'Iran exécute quatre individus accusés d'espionnage au profit d'Israël    Zarzis : Une initiative symbolique et louable    Exemption de visa Schengen pour les citoyens du Koweït, du Qatar, d'Oman et de l'Equateur    Israël fait tout pour éviter la comparution devant la cour internationale de justice de la Haye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elaboration de la nouvelle loi électorale : Quid des partis favorables au processus du 25 juillet ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 09 - 2022

Le Chef de l'Etat annonce lors de son entretien avec Farouk Bouasker: «Les propositions de ceux qui ont soutenu la dynamique du 25 juillet seront prises en considération»
Personne ne sait pour le moment comment les partis et les personnalités soutenant le 25 juillet seront associés à la mise en œuvre de la nouvelle loi électorale
La mise en œuvre de la nouvelle loi électorale sur la base de laquelle se dérouleront les législatives anticipées programmées le 17 décembre prochain et peut-être les élections des futurs membres du Conseil des régions et des districts (dont la création a été décidée dans la nouvelle Constitution adoptée à l'occasion du référendum populaire en date du 25 juillet 2022) aura-t-elle lieu finalement «en prenant en considération les propositions et les approches qui seront soumises à la présidence de la République par les parties qui ont soutenu le processus de réformes entamé le 25 juillet 2021», comme l'a souligné le Chef de l'Etat, lundi dernier, lors de l'entrevue qu'il a accordée au juge Farouk Bouasker, président de l'Instance supérieure indépendante des élections (Isie).
Le communiqué de quelque huit lignes ayant sanctionné la rencontre entre le Président Kaïs Saïed et Farouk Bouasker est tranchant et porte un éclaircissement ou une réponse précise et concise à une question qui a suscité et continue de provoquer un débat interminable à propos de l'élaboration de la future loi constitutionnelle avec ou sans l'apport d'une quelconque partie «étrangère».
D'abord, le Président Kaïs Saïed a mis les points sur les i et a dissipé officiellement les doutes ou les interrogations: «Il y aura une nouvelle loi électorale» et non une opération-amendement de certaines dispositions de la loi électorale de mars 2014 qui a enfanté les deux parlements d'octobre 2014 et d'octobre 2019.
Et Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL), qui a anoncé, hier, mercredi 7 septembre, que son parti va boycotter les législatives anticipées de la fin de l'année en cours au cas où la loi électorale en vigueur actuellement (celle de 2014) serait amendée, se doit de revoir sa copie tout simplement parce que maintenant, c'est officiel: le rendez-vous électoral du 17 décembre 2022 aura lieu sur la base d'une nouvelle loi électorale.
Ensuite, il semble que le Président de la République a décidé, enfin, d'accéder à l'une des revendications les plus réitérées, ces dernières semaines, par les partis et aussi les personnalités au soutien indéfectible et sans cesse renouvelé au processus du 25 juillet 2021.
Le Chef de l'Etat a, en effet, annoncé, dans le communiqué publié à l'issue de son entretien avec Farouk Bouasker, président de l'Isie, que «les propositions et les approches qui seront présentées par ceux qui ont soutenu le processus du 25 juillet seront prises en considération lors de l'élaboration de la future loi électorale».
Autrement dit et avec plus de clarté et de précision, les partis politiques comme Achaâb, Attayar achaâbi, le parti Harak du 25 juillet, le parti la Tunisie en Avant et le parti «Attahalof min ajli Tounès» ainsi que des personnalités comme Rabeh Khraïfi, chercheur en droit constitutionnel ainsi que plusieurs autres s'activant sur les réseaux sociaux ou ayant déjà participé au dialogue national piloté par le doyen Sadok Belaïd vont être associés à la rédaction de la nouvelle loi électorale tant attendue et verront aussi leurs avis et propositions pris en considération, contrairement à ce qui a été fait à l'occasion des débats organisés dans le cadre de la commission nationale consultative sur le dialogue national.
Seulement, à bien lire le communiqué présidentiel en question, on ne peut pas savoir si les partis et les personnalités dont parle le Président de la République ont déjà soumis leurs propositions ou s'ils attendent que la présidence les invite prochainement à le faire.
Sauf qu'il existe peut-être une réponse qui pourrait clarifier la petite phrase contenue dans le communiqué présidentiel.
Et cette éventuelle réponse n'est qu'une interrogation comme tant d'autres.
Certains analystes avancent, en effet, que Kaïs Saïed aurait tendu une oreille consentante, pour ne pas dire qu'il aurait cédé aux revendications insistantes exprimées, samedi et dimanche derniers, par les partis Echaâb et la Tunisie en Avant qui auraient exigé et insisté d'être associés à l'élaboration de la nouvelle loi électorale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.