Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une lutte moins agressive contre la rage
Ville de Tunis — programme pilote de stérilisation des chiens errants
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 07 - 2017

Un mort par la transmission du virus de la rage canine est, selon le rapport de l'OMS, déploré toutes les dix minutes. Dans notre pays, entre 4 à 6 cas mortels sont signalés par an. Et l'on estime qu'un seul cas mortel est un cas de trop. Pour ce qui concerne le nombre de personnes atteintes et qui ont été mises sous traitement, il s'élève à 40.000 individus par an, pour la plupart des enfants. L'abattage des chiens errants, principale source du mal, et qui a récemment suscité une vive polémique au sein de notre société civile est en voie de céder progressivement la place à la stérilisation et la vaccination de la population canine. La municipalité de la ville de Tunis prend le devant et donne l'exemple. A travers la mise en œuvre d'un programme pilote de lutte inoffensive
Les grands amis des animaux et les associations de protection des animaux doivent être tout contents. En effet, la municipalité de Tunis vient d'entamer un programme innovant dans ses périmètres communaux.
Pour en finir avec le massacre quotidien
Au cas où ce programme serait étendu à l'ensemble des communes du pays, il pourrait, au fil du temps, nous faire grâce du massacre et de l'abattage des chiens. Sachant que le va-t-en-guerre, mené régulièrement par les autorités policières contre les chiens errants à travers nos régions, n'a pas manqué de scandaliser les cœurs sensibles à la détresse canine collective, tant dans nos murs qu'en dehors de notre pays. D'où les appels de détresse de la société civile. Les autorités municipales de la ville de Tunis ont cru de leur devoir de renoncer progressivement à l'abattage des chiens errants au profit d'un programme continu de stérilisation et de vaccination des chiens mâles et femelles, entamé le 13 mai dernier. Une opération de stérilisation a, par ailleurs, été effectuée samedi à la clinique vétérinaire communale du Belvédère en présence du président de la délégation spéciale de la Ville de Tunis.
Les enfants, premières victimes
Dr Soumaya Ben Chehida, médecin vétérinaire, responsable de la direction de la Protection de l'environnement urbain, nous a révélé que les chiens errants avaient été responsables de plusieurs agressions sur des personnes, le plus souvent des enfants, provoquant parfois des cas mortels de rage humaine à travers notre contrée.
Sensible à la cause animale, elle a déclaré qu'il est devenu obligatoire de mettre en place une alternative à l'abattage des chiens errants, de plus en plus contesté par la société civile et le corps des vétérinaires.
L'alternative de la stérilisation, nous précise-t-elle, permettrait de relâcher des animaux stériles qui seraient moins agressifs, vaccinés, déparasités et identifiés grâce à des boucles auriculaires d'identification.
Vivement l'extension du programme !
Ledit procédé est d'une haute portée si l'on sait qu'une femelle donne en moyenne naissance deux fois par an à pas moins de cinq petits par portée. La stérilisation en moyenne d'une chienne par jour permettrait d'éviter la naissance d'une dizaine de chiens par an. Les résultats seraient beaucoup plus importantes et motivantes si toutes les communes du pays adhéraient à cette alternative.
Il nous est aussi donné d'apprendre qu'une convention de partenariat avec l'Ecole nationale de médecine vétérinaire vient d'être signée avec la Ville de Tunis. Ce qui permettra aux internes de cette école d'opérer ces chiens, au cours de leurs cycles de formation, sous l'encadrement, bien sûr, de leurs enseignants.
Tous unis contre la rage canine
Il va sans dire qu'il appartient à la direction de la Protection de l'environnement urbain de choisir les lieux à cibler. Et de procéder à la capture des chiens selon les réclamations et les plaintes reçues. Cette capture concernera en priorité les écoles, les facultés, les hôpitaux, les établissements administratifs, etc. Une fois ces endroits assainis, il sera possible de s'attaquer aux décharges publiques.
Il nous été, en outre, signalé que la municipalité de la Ville de Tunis se charge de fournir aux opérateurs le matériel de capture (lassos, fusils anesthésiques, filets, etc.), le véhicule de service muni de cages et le personnel ouvrier appelé à mettre les chiens dans les cages.
La direction générale des services vétérinaires et le Crda de Tunis sont chargés, quant à eux, d'assurer la fourniture des vaccins antirabiques nécessaires.
De son côté, la société canine a offert les boucles auriculaires multicolores qui permettent d'identifier les chiens vaccinés .
Cela dit, les collectivités locales seraient bien inspirées si elles mettaient la main à la pâte afin que les efforts jusque-là limités à la municipalité de la Ville de Tunis soient étendus à toutes les communes du pays. C'est de cette manière qu'on pourrait éradiquer le mal et prémunir l'ensemble de notre société contre le danger qui guette nos enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.