La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La Tunisie est en situation de pénurie d'eau absolue»
Mme Raoudha Gafrej, Professeur Assistante dans le domaine de l'environnement, de l'eau et du climat
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 10 - 2017

L'Agence française de développement, en partenariat avec l'Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives, a organisé, à l'Ecole nationale d'administration (ENA), une conférence sur «Les conséquences économiques et sociales des changements climatiques en Tunisie : quand seuls les palmiers dattiers pousseront au nord de Tunis». Mme Raoudha Gafrej, professeur assistante dans le domaine de l'environnement, de l'eau et du climat, nous donne plus de détails sur l'impact de ces changements sur l'économie et les ressources hydriques.
Quel est l'objectif de cette conférence?
Cela fait plus de 25 ans que la Tunisie dispose de moins de 500 m3/hab/an et elle est actuellement sous le stress hydrique. Ceci est dû principalement à une augmentation importante de la température. Selon les données de l'Institut national météorologique, les événements de sécheresse sont plus longs, plus fréquents et plus intenses, notamment dans le Sud tunisien. Les régions côtières sont aussi vulnérables à l'érosion marine et à la salinisation des sols. Cela contribue à la pénurie d'eau et à la destruction de la faune et de la flore. Cette conférence a pour but de braquer les projecteurs sur ce problème.
Quelles sont les conséquences de ces dérèglements climatiques ?
Ces dérèglements vont impacter fortement l'économie. Selon le ministère de l'Agriculture tunisien, le produit intérieur brut issu des revenus agricoles pourrait diminuer entre 5 et 10% en 2030. La production des oliveraies, qui est la principale source de revenus pour les Tunisiens, pourrait diminuer de moitié. Le secteur du tourisme ferait lui aussi les frais de ces dérèglements avec une dégradation des activités notamment sur le littoral. Dans ces deux secteurs, agricole et touristique, 36.000 emplois seraient directement menacés.
Toutefois, le gouvernement tunisien a entrepris toutes les mesures nécessaires pour lutter contre ce problème lors de la COP21 (Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques, au cours de laquelle les Etats membres ont conclu un accord qui vise à maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2 °C). Des mesures ont été entreprises pour augmenter l'efficacité des installations énergétiques et réduire la dépendance de la Tunisie en matière d'énergie.
Comment résoudre le problème de l'eau en Tunisie ?
Il est crucial de repenser la façon dont les projets sont conçus et gérés. Dans le secteur de l'eau, l'étude de la gestion de la nappe phréatique de Bsissi Oued Al Akarit a montré les bénéfices de la gestion communautaire et participative des ressources hydriques pour une exploitation durable.
La réussite de ces projets est tributaire de la volonté politique d'investir dans ce type de projets. Il faut, pour cela, étudier l'impact du changement climatique ainsi que la transition énergétique sur l'économie. C'est ce que propose l'AFD (Agence française de développement) à travers son modèle Gemmes qui permet d'établir les politiques monétaires, financières pour les investissements verts. Ce modèle peut être décliné par pays.
Le potentiel du pays s'élève à 5 milliards m3 d'eau, dont près de 2 milliards sont consacrés à l'agriculture. Il faut, alors, pousser des recherches pour investir dans le type d'agriculture qui sera approprié à cette quantité d'eau.
Avec 419 m3 par habitant/an, la Tunisie est en situation de pénurie d'eau absolue, une situation chronique qui a été accentuée ces dernières années par les effets des changements climatiques. L'augmentation des besoins mais également la dégradation et la vétusté des infrastructures de la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (Sonede) ainsi que des infrastructures d'irrigation et de transfert de l'eau génèrent une perte d'eau qui s'élève à 30% de la quantité totale transférée. D'après les données fournies par la Sonede, 42% de ses conduites sont usées et doivent être remplacées.
De surcroît, face à une pluviométrie défaillante au cours de ces dernières années, ainsi que des problèmes liés à la gestion et la gouvernance des ressources hydriques, des mesures efficaces n'ont pas été entreprises.
Le dessalement de l'eau est-il la solution idoine pour renforcer l'offre?
Le dessalement de l'eau de mer est un investissement très coûteux qui pourrait être remplacé, au cours de la prochaine décennie, par la récupération des pertes d'eau enregistrées au niveau des conduites de la Sonede.
Un marché illicite de vente d'eau prend ainsi deux formes : un marché de l'eau «potable» destiné à la consommation domestique (eau de source et eau de la Sonede) et un autre marché, plus lucratif, destiné à l'irrigation et qui consiste à vendre l'eau de la Sonede aux agriculteurs. Ce dernier se caractérise par une mauvaise qualité d'eau ainsi que par un mode de stockage inapproprié, notamment lors de son transport. D'ailleurs, des médecins enregistrent des gastro-entérites aiguës chez plusieurs patients, dues à la consommation de ces eaux.
Quels sont les efforts déployés pour lutter contre la dégradation de l'environnement en Tunisie ?
La question de l'aménagement du territoire est centrale pour repenser le modèle des villes tunisiennes fondé aujourd'hui sur l'étalement urbain. Le gouvernement tunisien dispose de plusieurs projets programmés mais qui ne sont pas jusqu'à maintenant réalisés. Mettre en place un système de veille climatique et d'alerte précoce, lancer un mécanisme d'assurance contre les aléas climatiques, protéger les zones touristiques contre l'avancée de la mer, optimiser la gestion des ressources en eau ou encore conserver et protéger le patrimoine génétique local pour adapter les cultures aux changements climatiques, sont les principales mesures planifiées par le gouvernement tunisien. L'AFD travaille d'ores et déjà avec le gouvernement tunisien au travers d'une coopération renforcée en matière d'adaptation. Elle mettra en œuvre la Facilité Adapt'Action pour appuyer le gouvernement dans la formulation de projets structurants dans le domaine de l'environnement.
Propos recueillis par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.