L'Amazonie, le poumon qui produit 20% de l'oxygène de la Planète, est en feu !    Tunisie – Amélioration des rentrées du tourisme en devises de 20%    HASSI JERBI les Foulées « marathon » des Flamants roses … que des sensations agréables    Nouvelle composition des blocs parlementaires après la démission de certains députés    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Incendies catastrophiques en Amazonie    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Programme TV du jeudi 22 août    PANDA TOUR    Habib Khedher évoque une guerre des pouvoirs    Collision entre un train et un camion à Fondouk Jedid    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Ennahdha rêve de remporter la Présidentielle dès le 1er tour !    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Mohamed Khélil : Les Frères musulmans et la phase précédente vécue par le pays sont un point noir dans l'histoire de la Tunis et cela servira de leçon    Tunisie- Saïd El Aydi :” J'ai une double nationalité à laquelle je vais renoncer conformément aux dispositions de la Constitution”    la nouvelle mesure des voitures louées n'est pas respectée    Coupe Arabe des Clubs (Qualifications): le programme de jeudi    Oriflame Tunisie accueille une nouvelle DG, l'une des plus jeunes en Afrique et lance la gamme Love Nature    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Lotfi Mraihi: Non! Le président de la République n'est pas le père des Tunisiens    Manifestation contre la dégradation de la qualité du train à Kalâa Kebira    Selma Elloumi : la Tunisienne est toujours au rendez-vous avec l'histoire    Démarrage du Championnat du Monde de Volley-ball à la Salle omnisports du Complexe olympique de Radés    Un cheval de Troie sur votre ordinateur, alerte le site NordVPN    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Daniel Sturridge signe à Trabzonspor (officiel)    Tunisie: Abandon par Youssef Chahed de la nationalité française,ce que Rached Ghannouchi lui a suggéré    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    La Poste Tunisienne première institution à l'échelle internationale certifiée « Masterpass QR » de MasterCard internationale    Que faire lors d'un vol retarde Brussels Airlines ?    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    US Open : Malek Jaziri éliminé dès les qualifications    Les candidats aux élections présidentielles tunisiennes par Noor sur TikTok (Vidéo)    René Trabelsi en visite inopinée dans des unités et restaurants touristiques    Ligue 1 : un changement au programme de la première journée    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Les Nuits du Musée de Sousse, 8e édition du 21 au 27 août 2019 (Programme)    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les constructions illégales menacent l'écosystème
Bizerte — Plage de Ghar El Melh
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 03 - 2018

Des maisons et des appartements ont été construits sur le domaine maritime public au vu et au su des autorités locales et régionales.
Cent dix (110) personnes, dont des célébrités tunisiennes, ont abusé de la plage de Ghar El Melh à l'écosystème fragile dans la région de Bizerte, en y construisant illégalement des maisons et des appartements, en claire infraction de la loi sur le domaine public maritime qui stipule, dans son article 18, «qu'aucune construction ou édification d'ouvrages nouveaux ne peut être entreprise en bordure du domaine public maritime, qu'il soit délimité ou non, qu'après obtention d'un arrêté d'alignement délivré par les services relevant du ministère de l'Equipement».
L'auteur d'une enquête d'investigation publiée sur le site «Al-Arabi Al Jadid», Al Hussein Ben Amor, a constaté que les autorités ne réagissent pas et sont presque complices de «personnalités influentes» qui envahissent le lac et le rechargent pour y construire des maisons. Les contrevenants ont profité de l'interférence des prérogatives des autorités chargées de la protection de ce domaine fragile pour bâtir des constructions anarchiques sur les plages de Sidi Ali Mekki et Ghar El Melh, depuis 2010.
Il a indiqué que les experts qu'il avait rencontrés ont appelé à arrêter l'implantation provisoire sur la plage de Sidi Ali Mekki pour une durée de 5 ans, à annoncer la zone «interdite de séjour en vacances» et à hâter l'identification de solutions alternatives de développement au profit des jeunes, la finalité étant de protéger tout le littoral fragile dans cette région.
La région de Ghar El Melh se caractérise par un écosystème fragile et unique, et des pratiques d'agriculture ancestrales encore utilisées et qui s'avèrent bénéfiques à l'environnement. Il s'agit du système des «Guettayas», une technique locale et unique qui consiste à planter des végétaux autour des lagunes et qui profite pour l'irrigation de l'activité de la marée.
L'enquête a aussi dévoilé le manquement de la part du ministère de l'Environnement et des autorités locales et régionales, et leur échec à appliquer la loi pour protéger le domaine public maritime des transgresseurs.
En vertu de la loi du 24 juillet 1995, le domaine public maritime se compose du domaine public maritime naturel et du domaine public maritime. Il comprend le rivage de la mer : constitué par le littoral alternativement couvert et découvert par les plus hautes et les plus basses eaux de la mer, et par les terrains formés par les lais et les relais, ainsi que par les dunes de sable limitrophes de ces terrains sous réserve des dispositions du code forestier.
Il comprend également les lacs, étangs et sebkhas en communication naturelle et en surface avec la mer, le sol et le sous-sol des eaux maritimes intérieures et de la mer territoriale.
Les contrevenants sont allés, dans leurs infractions, jusqu'à convertir les appartements et les résidences construites déjà illégalement, en unités touristiques, selon le secrétaire général du gouvernorat de Bizerte, Hammadi Ben Amor.
L'ex-directrice générale de l'Agence de protection et d'aménagement du Littoral (Apal), Kawthar Tlich, a déclaré à l'auteur de l'enquête qu'un rapport auquel elle avait accès durant son mandat (2015-2017) révèle, photos à l'appui, la construction illégale de 60 maisons ou étages de maisons sur les rives du domaine public maritime.
Une menace pour le patrimoine andalou agricole et l'écosystème en général
Selon une étude scientifique intitulée «Le littoral fragile de Sidi Ali Mekki» réalisée en 2003 par le bureau d'études privé «khrystal engineering», les Guettayas sont «un élément important du patrimoine historique, culturel et naturel à la fois. C'est un patrimoine unique en son genre de l'écosystème en Tunisie, voire dans le monde, introduit au début du XVIIe siècle par les Andalous et les Maures, fondateurs de la région de Ghar El Melh après avoir été renvoyés de l'Espagne.
Cette particularité d'irrigation naturelle a incité l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à créer une commission nationale des systèmes du patrimoine agricole spécifique à la Tunisie, en vue de l'annonce et du classement des Guettayas en tant que réserve naturelle, comme l'a souligné l'expert en environnement, Sami Belhaj, à l'auteur de l'enquête.
Une publication sur le site de la FAO indique que «le but de cette commission est d'aider à la promotion des politiques et activités de sauvegarde des systèmes agricoles hérités et d'importance internationale». Selon la FAO, Ghar El Melh est une région très importante pour les oiseaux migrateurs où résident une faune et une flore menacée par les constructions en cours.
Le site de Ghar El Melh est inscrit sur la liste Ramsar, un traité international, adopté le 2 février 1971, pour la conservation et l'utilisation durable des zones humides, qui vise à enrayer leur dégradation ou disparition, aujourd'hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques, ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative.
La Convention porte le nom de la ville de Ramsar, en Iran, et plus de 1.888 sites, s'étendant sur une superficie de 1.8 million de m2 sont protégés par cette convention. Ils sont répartis entre 159 pays (mai 2010).
Le ministère de l'Environnement ne protège pas le domaine public maritime
L' enquête souligne la nécessité pour le ministère de l'Environnement d'appliquer l'article 30 de la loi sur le domaine public maritime qui lui donne la prérogative «d'exécuter les travaux nécessaires pour réparer les dégâts subis par le domaine public maritime», en l'occurrence les travaux de démolition.
Seulement, les ministres de l'Environnement qui se sont succédé depuis 2010 n'ont pas appliqué l'article 30, comme l'a relevé l'auteur de l'enquête.
Par ailleurs, l'Apal n'a pas accompli les mesures réglementaires qui s'imposent, huit ans depuis l'agression continue du littoral à Ghar El Melh.
Sachant que l'article 31 de la même loi soutient le mécanisme d'exécution des dispositions de l'article 30, en indiquant que «les agents de la police judiciaire évoqués dans l'article 10 du Code de procédures pénales et la police municipale sont habilités à mettre en œuvre cette loi», ce manquement n'a pas de raison d'être, ont affirmé les experts.
Après avoir été confronté par l'auteur de l'enquête à l'ensemble des dépassements survenus au niveau du littoral, Riadh Mouakher, ministre de l'Environnement et des Affaires locales, depuis août 2016, a reconnu la nonchalance du ministère dans l'arrêt de ces débordements et infractions, insistant sur le droit du ministre d'appliquer l'article 30 et d'ordonner la démolition immédiate des constructions illégales sur le domaine public maritime. Toutefois, a-t-il dit, l'exécution revient au gouverneur de la région en vertu du décret gouvernemental relatif à l'octroi de certaines prérogatives des ministres aux gouverneurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.