Tunisie – De quelle sortie de crise voulait parler Noureddine Tabboubi ?    Tunisie – Réadmission de Nabil Karoui à l'hôpital    Alors que le pays bouillonne, Hichem Mechichi au grand prix des pur-sang arabes    La Conect mise sur les énergies renouvelables pour la promotion de l'économie tunisienne    Tunisie | Covid-19 : 79 décès et 1.861 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Bilan Covid-19 : 79 décès et 1861 nouveaux cas en 24h    Sonede : Coupure d'eau à Gabès à cause d'actes de vandalisme    Tennis : Djokovic renverse Tsitsipas et remporte Roland-Garros    Banque allemande de développement KfW : Une subvention de 66 millions de dinars au profit des entreprises privées impactées par la pandémie du Covid-19    Tunisie – Mali : un arbitre égyptien au sifflet    La Libye au coeur du 3ème sommet « Startup Gate Summit 2021 », en juillet prochain, à Tunis    Si quelqu'un s'oppose à cette barbarie, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais !    Tunisie : Quatre joueurs absents contre le Mali    Hichem Ajbouni dénonce le recours excessif à la violence par le gouvernement    Difficile d'être Tunisien    Memoire: Salem ATTIA    Handball — CAN des dames au Cameroun:Tunisie-Sénégal, une première place en vue !    NEWS: Ali Jmal signe à l'ESS    En marge de l'amère défaite de la Tunisie face à l'Algérie (0-2): Kebaïer en mauvais stagiaire !    Programme TV du dimanche 13 juin    Hommage: Une journée à la plage avec Zeyneb Farhat    Aujourd'hui, premier rendez-vous de «REGARDS DE PALESTINE» au CinéMadart: Contre l'apartheid, pour que leurs voix résonnent    Site de Carthage: cri de détresse du collectif de la société civile à Carthage    Tunisie – Deux disparus dans le naufrage d'une barque de clandestins au large de Kelibia    Tunisie – Météo du dimanche    Biden refuse de tenir une conférence de presse avec Poutine    USA : 14 blessés dans une fusillade à Austin au Texas    « The Dot »: Mechichi inaugure le Centre d'accompagnement des jeunes porteurs de projets dans les TIC    Au cœur de l'actu: Inquiétant ensauvagement !    Lette ouverte à l'Organisation Mondiale de Défense des Droits de l'Enfant: Le droit de l'enfant, une ligne rouge    Kaïs Saïed à Sidi Hassine : « Il n'y a pas une relation hostile entre la police et la population »    Patrimoine: L'Ichkeul en péril    Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Programme TV du samedi 12 juin    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Jean Fontaine: Le migrant inversé    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le titre de champion de 84, un moment inoubliable...»
SOUVENIRS, SOUVENIRS...Ali mfarej (ex-international du cab)
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 05 - 2018

Il y a de ces joueurs qui ont marqué de leur empreinte le football tunisien dans les années 70 et 80 et qu'on oublie progressivement génération après génération. Ce n'est que leur rendre justice de rappeler leur carrière, leur performance... cette fois-ci, on se rafraîchit la mémoire avec Ali Mfarej, un des symboles du CAB.
On lui prêtait le surnom de Neeskens, en référence au milieu défensif de la fameuse équipe néerlandaise des années 70 notamment.
Ali Mfarej, puisque c'est de lui qu'il s'agit, était la coqueluche du CAB des années 70 et 80. Ce natif de 1956 a signé sa première licence au club nordiste avec les minimes à l'âge de 13 ans avec lesquels il est resté un an. Et dès la 2e année cadets, il est propulsé en équipe senior par surclassement parce qu'il n'avait que 16 ans et quelques mois. «J'ai joué mon premier match contre El Makarem de Mahdia à Bizerte fin 1973. Nous avions alors gagné par un à zéro, but de Othmane Mellouli. Depuis, je n'ai plus quitté le CAB jusqu'en 1988», nous rappelle le milieu cabiste qui a d'ailleurs évolué pratiquement dans tous les postes suivant les besoins.
Grâce à sa persévérance, son sérieux, sa vision de jeu, bref, à son talent, il est vite repéré par Abdelmajid Chetali, entraîneur national, et appelé en Equipe de Tunisie. «C'était en 1976, j'étais convoqué en Equipe Nationale, le même jour que Amor Jebali (ASM) pour y rester toute une saison. La concurrence était rude.
Il y avait Néjib Ghommidh, Tarek Dhiab, Samir Bakaou, Hamadi Agrebi, Othmane Chehaïbi (JSK)...», dit-il avec fierté. Durant sa longue carrière, il a croisé plusieurs générations. Il a côtoyé Abdessalem Chemmam, Ezzeddine Chakroun, Youssef Zouaoui, Attouga, Zitouni, Rtima, Akacha, feu Ben Goutta, feu Choulak, feu Jerbia, Youssef Dridi, Jlassi (COT et EST), Mohieddine Habita, Abdelmajid Ben Mrad, Lassaâd Dhiab... vers la fin de leur parcours.
«J'ai connu beaucoup de sensations tout au long de ma carrière, mais celle que j'ai ressentie en 1984 était de loin la meilleure. Ma joie était indescriptible !
Nous jouions l'ultime journée contre l'ESS à Sousse pendant que le STunisien, premier ex aequo avec le CAB, affrontait le CA à El Menzah.
Nous étions menés au score jusqu'à la 80e ! quand j'ai égalisé pour les nôtres. L'espoir nous était revenu, sachant qu'il y avait match nul entre Stadistes et Clubistes.
Au coup de sifflet final, nous étions restés dans le terrain à attendre les 7 minutes de temps additionnel accordées par l'arbitre Bellagha au ST, mais le score en resta là (1-1). C'était un suspense à couper le souffle. Une situation à la Hitchcock mais le bonheur était total au bout du compte. Mes camarades Almia, Chellouf, Dziri, Baratli, Hosni Zouaoui, Mourad Gharbi, Turky, Ben Saïd, Mokrani, Mohsen Gharbi étaient aux anges. En face, il y avait Harzallah, Mizouri, Amara, Ayed, Chebbi, Belkhiria, Garna, Hsoumi, Gabsi, Montasser, Trabelsi et aussi Ben Fattoum. C'est un souvenir indélébile», rapporte le grand blond du CAB.
«La finale ratée»
Dans la carrière d'un sportif, il n'y a pas que des joies. On peut vivre des déceptions également. L'ex-international cabiste est passé à côté d'une première finale de la coupe de Tunisie. C'était en 1978 quand le CAB jouait en demi-finale à Sfax contre le SRS. Il pense que les «Jaune et Noir» passaient par une période faste et qu'ils avaient largement les moyens de pouvoir se qualifier en finale. Mais c'était sans compter avec le talentueux attaquant railwayiste, Mustapha Sassi, qui offrait la victoire à son équipe (SRS-CAB 1-0).
La trouille dans l'ascenseur à Amilcar
Le champion de Tunisie de 1984 n'oubliera jamais la trouille qu'il a eue lors d'un stage de l'Equipe nationale à Amilcar. Alors qu'il montait dans l'ascenseur avec 6 de ses coéquipiers, dont Hergal, Garna, Saber El Ghoul, Rached Tounsi pour rejoindre sa chambre, ils se trouvent tous les 7 bloqués dans l'appareil à cause de la surcharge. Il affirme qu'ils étaient tous au bord de l'asphyxie et enchaîne, avec un ouf de soulagement après tant d'années encore, que fort heureusement Sboui (ST) passait par là, à pied, a alerté les responsables pour nous sortir de cette situation. «On a attendu 20 bonnes minutes quand même. C'était interminable», dit-il.
Insolite!
«On jouait contre les Roumains en 1977 en Roumanie en amical, une équipe qui excelle dans le pressing. A un moment donné, ils l'exercent sur Fethi Jemmi qui est en possession du ballon. Celui-ci, pris de court, ne sachant s'en sortir, passe le cuir à M. Sassi qui s'échauffait au bord de la touche et continue l'action malgré le sifflet de l'arbitre. Tout le monde était plié de rire», achève-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.