Tunisie-I Watch: La libération de Nabil Karoui ne doit pas influer sur le bon déroulement de l'affaire    Tunisie: Abderrazzek Aouidet s'exprime sur l'initiative du dialogue national [Audio]    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    La Tunisie célèbre la Journée de l'enfant africain    Le Parlement renouvelle huit des seize membres du Conseil de l'INPT    Don japonais d'équipements frigorifiques de conservation des vaccins    QNB Tunisie: Nouvelle vision, nouveaux challenges    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    REMERCIEMENTS ET FARK : Souad MANOUBI    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    Violences et abus policiers contre des jeunes à Sidi Hassine : La société civile monte au créneau    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    Ahmed Néjib Chebbi : Kaïs Saïed ne s'est pas trompé, il est d'une autre planète !    Tunisie- Démarrage des épreuves du Baccalauréat à Sfax [vidéo]    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Tamweeli Meetup Tour | TPE-PME dans les régions : L'alternative entrepreneuriale sous le covid-19    L'Assemblée approuve l'accord de prêt entre la SONEDE et le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe    Le Vieux port de Bizerte victime de la pollution de l'eau    Kaïs Saïed reçu par Luigi Di Maio à son arivée en Italie    Tunisie-Sousse: Une détenue passe les épreuves du bac en présence de la ministre de la Justice [Audio+Photos]    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    Epuisement démocratique    BTS Bank: Nejla Ben Abdallah Présidente du Conseil d'administration et Khalifa Sboui Directeur général    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Des élèves de l'école canadienne de Tunis organisent un événement de soutien à la cause palestinienne    Euro: les matches de ce mercredi    Coup d'envoi des épreuves du Bac    Ayachi Zammel appelle à mobiliser l'armée pour faire respecter le protocole sanitaire à Kairouan    Lourdes peines contre ses dirigeants, la confrérie des frères musulmans décapitée en Egypte    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    L'EST met le cap sur Tabarka : Concentration maximale    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Driss Haddad : La passion cabiste au quotidien
SOUVENIRS, SOUVENIRS...
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 04 - 2017

Qui ne connaît pas Driss Haddad à Bizerte ?
Son visage toujours jovial, ses critiques constructives, son amour pour le football et pour sa famille ainsi que sa passion pour le dieu foot font de cet ex-international du CAB dans les années 60 un homme équilibré et aimé de tous.
Driss Haddad, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est né le 29 août 1941 à Bizerte. Il a signé sa première licence au club nordiste avec les minimes en 1956, il passe dans la catégorie des cadets en 1957 pour y rester une année. Puis, immédiatement après, il connaît la consécration puisqu'en 1959-60, il accède en équipe senior à l'âge de 18 ans. La même saison, il est convoqué en Equipe Nationale par l'entraîneur «Yougoslave» Kristic. Là, il côtoie N. Diwa, Mohieddine Sghaïer, Haj Ali, Tawfik Ben Othmane, Zarga, Badi, Rached El Meddeb, Salah Néji, Brahim Kerrit, Ahmed Sghaïer, Arbi Touati, Abdelmajid Chétali, Kanoun, Ridha Rouetbi et des meilleurs...
«L'ambiance était fraternelle, nous étions comme dans une famille. J'ai disputé mes premiers matches contre l'Irak et Malte. C'était des matches amicaux».
En 1962, Matusik relève Kristic en EN. Il convoque de nouveaux talents pour renforcer le Club Tunisie.
«Moncef Chérif, Rachid Chérif, Khaled (gardien), Moncef Gaïd ont intégré le groupe. On devait disputer la coupe d'Afrique en Ethiopie», se rappelle encore Driss Haddad.
En 1963, on fait appel au Français Gérard (ancien gardien de but de Bordeaux) pour présider aux destinées de l'Equipe Nationale, se rappelle le milieu de terrain D.Haddad. Le nouvel entraîneur fait appel alors à Attouga et Mohamed Salah Jedidi notamment.
«Puis ce fut au tour de Mokhtar Ben Nacef d'entraîner les Tunisiens à partir de 1965. Une nouvelle génération est arrivée et j'étais toujours là. Je pense à Tahar Chaïbi, Aleya Sassi, Ammar Mérichkou, Abdelwaheb Lahmar, Naoui, Ali Selmi, Douiri, Benzarti, Mghirbi, Machouch, Ben Mrad, Habacha, Ben Amor... avant l'arrivée de Jouini (USM), Touati, Hammami, Youssef Kaouel (CA), Youssef Zouaoui. On avait alors participé à un tournoi en Libye avec les Espoirs.
L'aventure a duré jusqu'en 1972 pour ce qui me concerne. On élisait domicile à Bir El Bey à l'époque, le lieu de stage, et on s'entraînait à Hammam-Lif du lundi au vendredi. On nous libérait le week-end pour aller rejoindre nos clubs respectifs pour disputer les matches de championnat. Notre passion était le football et le drapeau tunisien».
«On m'a enfermé dans les vestiaires en Ethiopie»
Le milieu gaucher de l'EN n'a pas gardé que de bons souvenirs. «C'était lors de la coupe d'Afrique des nations (1962). On a perdu en demi-finale (2-1) contre l'Ethiopie, après avoir mené 1 à 0 en première période de jeu. On a dû alors disputer un match de classement contre l'Ouganda qu'on a gagné 3 à 0. Et alors que tous les joueurs passaient saluer l'empereur d'Ethiopie Hailé Selasié Ier, pour recevoir à l'occasion des médailles pour s'être classés 3e, j'étais tellement fatigué que j'ai tendu la main au monarque très mollement. Les gardes ont mal pris la chose, m'ont arrêté et m'ont enfermé dans les vestiaires pendant que la finale se déroulait entre l'Egypte et l'Ethiopie, fort heureusement pour moi, gagnée par le pays organisateur. On m'a alors libéré après plus de deux heures, grâce à l'intervention de Chédly Zouiten, Béji Mestiri, Boubaker Ben Jrad, tous responsables à la FTF».
Que de péripéties avec le CAB !
L'international cabiste a, certes, fait une longue carrière avec l'EN, mais il ne faut pas perdre de vue non plus qu'il jouait au CAB en même temps. Sa carrière footballistique s'est achevée en 1976, alors qu'il faisait double fonction entraîneur-joueur à la Stir de Zarzouna à l'époque. En équipe senior, en 1960, il était entraîné par l'Algérien Salah Rhim puis par Lauxy. Il nous apprend également que son frère Boubaker, qui a joué aussi au CAB demeure un bon buteur, dans le championnat national avec 38 buts.
Le CAB n'a pas vécu que de bons moments. «Nous avons souffert énormément pendant la guerre de Bizerte et après le complot contre Bourguiba. Nous n'avions pas de terrain où nous entraîner, outre les réflexions désagréables de certains responsables de l'époque. Le résultat est que le CAB n'a pas réussi à se maintenir en D 1, mais Bourguiba a décidé que le CSHL ne devait pas rétrograder en D 2 et par conséquent tous les «barragistes» ont été sauvés par cette décision politique. C'était en 1964 si je ne m'abuse», nous rapelle D. Haddad. Et ce n'est pas fini, le CAB s'est trouvé de nouveau dans une mauvaise passe lors de l'exercice 1967-68.
En effet, les Cabistes devaient obligatoirement gagner devant le SRS pour pouvoir rester parmi l'élite. C'était alors l'ultime journée du championnat. Les Cheminots de Sfax avaient auparavant disposé du CAB en Coupe de Tunisie en demi-finale en aller (3-0 à Bizerte) et retour (1-0 à Sfax).
Driss Haddad en sauveur...
«Il nous manquait, à cette occasion, sept joueurs titulaires. Il y avait en face Nefzaoui, Madhi, l'excellent gardien de but Karoui... Bref, le grand SRS des années 60. Le CAB obtient un penalty à la 80', sifflé par l'arbitre Daoued. J'étais chargé de l'exécuter. Je frappe le ballon sur le côté gauche et Karoui, spécialiste des arrêts de penalties, plonge du même côté, mais je marque quand même. Le CAB l'emporte 1 à 0 et est sauvé de la relégation», poursuit-il l'entretien.
Entraîneur-joueur de la Stir !
L'ex-international du CAB achève sa carrière comme entraîneur-joueur avec la Stir de Zarzouna, alors en D3 après avoir vécu plein de sensations fortes au CAB et en EN. Une carrière bien remplie, puisqu'il arrête de chausser les campons en 1976. «Le meilleur souvenir avec la Stir était ce match de Coupe de Tunisie en huitième de finale joué au stade Ahmed-Bsiri contre l'EST que nous avons perdu 0-1, but de Abdeljabbar Machouch», se souvient-il encore de cette belle époque.
Dieu, la famille, la marche et les autres...
Aujourd'hui, Driss Haddad consacre son temps à Dieu, il effectue régulièrement une Omra. Un vrai Hadj! Ses enfants, Afef, professeur d'arabe, Hajer, professeur de français et Riadh, chirurgien dentiste, lui rendent visite quotidiennement après la disparation de sa femme il y a près de cinq ans. Il passe son temps libre également avec ses petits-enfants, à faire de la marche, à rouler à bicyclette. Il joue de temps en temps aux cartes (rami) et rencontre beaucoup d'amis avec lesquels il parle de football, du CAB, de l'EN, du foot étranger. Un homme paisible et bien équilibré dans sa vie de tous les jours.
Enfin, nous ne terminons pas sans dire que durant l'entretien, Hadj Driss Haddad n'a cessé de regretter ce qui se passe actuellement dans notre sport d'une manière générale et plus particulièrement dans notre football. Il souhaite de tout son cœur le retour au calme dans nos stades et exhorte les autorités concernées à trouver les solutions adéquates aux problèmes actuels. «Vive le sport», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.