Tunisie : le taux de chômage atteint 15,1% au premier trimestre 2020    Tunisie – Rached Ghannouchi présente ses condoléances à Abir Moussi    Tunisie – Le gouvernement organise une nouvelle série de vols de rapatriements des tunisiens coincés à l'étranger    Djerba | L'ASSIDJE dénonce des « atteintes » au patrimoine architectural des mosquées    Coronavirus – Algérie : Le bilan grimpe à 653 décès    Tunisie – L'Ariana : Arrestation d'un individu pour appartenance à une organisation terroriste    Etats-Unis : Les protestations contre la mort de George Floyd ont balayé 30 villes, 25 d'entre eux ont annoncé des couvre-feux.    OXFAM -Appel à proposition d'initiatives pour le projet « Voix et leadership des femmes en Tunisie »    Saïd Naciri, président du club marocain : «Nous ne nous sommes pas retirés !»    Le sit-in «Bardo 2», servi sur un plateau à Kaïs Saïed ?    L'huile d'olive s'exporte bien malgré la crise    Les revenus de Tunisair en baisse de 28%    L'ITCEQ prévoit une perte sèche de 4 milliards à 12,2 milliards dinars    Les confinés au jour le jour    Entre abstraction et figuration    Une mère c'est celle qui ouvre son cœur avant ses bras !    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 31 mai à 11H00    Arrestation d'un jeune pour trafic de drogue    Le bureau fédéral adopte le projet de calendrier relative à la reprise de la saison 2019-2020    Météo│Prévisions pour aujourd'hui, dimanche 31 mai 2020    Pourquoi le Royaume-Uni, 4ème grand foyer du Covid-19 au Monde, connait-il trop peu de guérisons parmi les malades ?    Tunisie-Ligue 2 : Le bureau fédéral annonce les dates des plays-offs    Tunisiens « tenez bon » : il ne reste plus que 30 jours pour annoncer la victoire contre le Coronavirus en cas d'aucun nouveau cas local d'ici là    La prolongation de 6 mois de l'Etat d'urgence en Tunisie confirme l'existence de risques majeurs qui guettent le pays    DECES: Emna Bent Mohamed Mokni épouse Bouabid    Ennahdha: Ghannouchi et le syndrome d'hubris    Stade 15-Octobre – une affaire qui s'eternise: Situation inextricable !    Mérite maternel    D'un sport à l'autre: Trois centres sollicités    L'inquiétude légitime du Président Mohamed Ennaceur    Mémoire: Lilia AOUIJ épouse BELKHODJA    Nouvelle mission de vérification approfondie des autorisations d'exploitation d'hydrocarbures: La dernière sera-t-elle la bonne ?    MEMOIRE: Halima FENNICHE    Lettre ouverte au Président de la République, au Chef du gouvernement, au Président du Parlement, aux Députés et au Gouverneur de Kairouan    Rugby Afrique propose aux arbitres de ses fédérations membres une série d'ateliers en ligne    L'ambassadeur de Chine, Wang Wenbin: Retour à Pékin    Taoufik Habaieb: Notre devise aux oubliettes !    Al Joumhouri contre toute ingérence étrangère en Libye    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    APTBEF : Le secteur bancaire s'engage à faire preuve d'un grand sens de la responsabilité et d'une grande réactivité    Coopération financière tuniso– allemande : la KfW soutient la Tunisie pour le financement des TPME    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Carthage veut renouer avec sa splendeur passée
«Gospel pour 100 voix» au Festival International de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 08 - 2018

Le chant religieux et vocal servi par un chœur joyeux, exalté a opéré une ascension vers le ciel de Carthage. C'était émouvant, intense, presque violent.
Ils n'étaient pas 100, ils étaient beaucoup moins. En faisant vibrer Carthage, ils semblaient plus que mille. Le célèbre groupe «Gospel pour 100 voix» s'est produit le soir du 30 juillet au théâtre antique. Une soirée mythique qui rappelle les grands moments du festival à ses débuts. Au temps où la Tunisie était une destination des vedettes internationales de renom : James Brown, Ray Charles, Joe Cocker et tant d'autres.
Le groupe «Gospel pour 100 voix» est né il y a vingt ans, le 24 mai 1998 plus exactement, à l'occasion du 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage en France en 1848. Plus de 25 nationalités des choristes, solistes, danseurs et musiciens le composent. Ce n'est donc pas la petite troupe du théâtre du coin venue meubler une soirée, mais une grande compagnie, connue mondialement et populaire qui a présenté des méga-concerts, produit neuf albums, qui sillonne le monde et s'apprête à faire une nouvelle tournée mondiale.
«Gospel pour 100 voix» en version réduite, tout de même, prend part à cette 54e édition après avoir donc acquis ses titres de noblesse. Date marquante, en 2016, le groupe participait à l'émission britannique «Britain's Got Talent». Le nombre de téléspectateurs à l'avoir suivie est estimé à 12 millions. Le chemin vers la célébrité et le grand public est désormais grand ouvert.
Dieu, la paix, l'amour
L'entrée spectaculaire du chœur sur la scène est une œuvre d'art en mouvement. Plus d'une trentaine de choristes en longues tuniques et pantalons blancs satinés avançaient vers les trois rangées d'estrade, en tapant des mains et en chantant. Une vague blanche et sonore ondulait sous les lumières pour nous mener vers des rivages lointains. Des hommes et des femmes se lancent à la seule force de leurs voix pour célébrer Dieu, l'amour, la paix, invoquant de loin en loin les anciens qui ployaient sous les chaînes de l'esclavage et fredonnaient le negro-spiritual, l'ancêtre du gospel.
Lundi soir, le chant religieux et vocal servi par un chœur joyeux, exalté a opéré une ascension vers le ciel de Carthage. C'était émouvant, intense, presque violent. Et la troupe de danse surgit, offrant des tableaux chorégraphiques, dynamiques sur des cadences africaines et d'autres occidentales. En tenues authentiques et bariolées ou habillés de justaucorps, tutus, pantalons et vestes paillettes, les 6 danseuses et danseurs, sportifs, dotés d'un divin sens du rythme et d'une allégresse communicative ont animé la scène et entraîné avec eux le peuple de Carthage entré en transe.
Un enchantement soutenu
Une communion s'établit entre spectateurs et artistes. On se met debout au moindre signe franco-anglais envoyé par la scène. On gesticule et on siffle de joie et d'étonnement. Applaudir ne pouvait suffire, il fallait crier à tue-tête pour dire qu'on apprécie.
Le passage de la danse est impromptu, les danseurs apparaissaient au milieu d'une chanson, l'accompagnaient un temps et disparaissaient ensuite. Dansant ou jouant aux djembés, ils revendiquaient haut et fort l'ancrage africain, celui des origines premières. Pendant ce temps, la chorale, voix unies et corps swinguant, offrait à la danse, à la musique et aux solistes une trame tissée par le chant liturgique.
A intervalles réguliers les chanteurs se succédaient, dont certains fort connus ; la Française Dominique Magloire, les Américains Malik Young et Jean Carpenter. Au gospel, des éléments de soul et jazzy sont intégrés. Le répertoire musical s'est élargi pour embrasser l'histoire de la communauté noire et ses errances forcées de l'Afrique à l'Amérique. On n'avait pas assez d'yeux pour tout voir ni assez d'oreilles pour tout écouter. Changement de costumes et un nouveau déploiement de couleurs chatoyantes, de nouveaux cantiques sacrés, la joie dans les airs et la nostalgie en toile de fond. La scène de Carthage jaillissait en gerbes d'étincelles. Mouvements, chants et rythmes effrénés s'enchevêtraient inlassablement. Le tempo monte crescendo jusqu'à plus que de raison. Alléluia !
Une soirée répartie en deux temps et un enchantement soutenu du début jusqu'à la note finale. De 22h00 à 1h00 du matin avec une pause de 20 minutes, artistes comme spectateurs unis par un lien magique, spirituel, sans doute, ont eu du mal à rompre l'attache et décrocher. Finalement, après des acclamations ferventes et des au-revoir éperdus, le public se dirige vers les portes de sortie, émerveillé et presque un peu sonné. Un spectacle intense qui restera en mémoire. Le temps d'un soir, Carthage a renoué avec sa splendeur passée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.