Contenu du communiqué publié ce mardi par le Président du parti Qalb Tounes    Tunisie – Kais Saïed déclaré officiellement président de la République demain jeudi    Nabil Karoui reçu par Noureddine Taboubi, Secrétaire général de l'UGTT    Le roi du Maroc gracie Hajar Raissouni    138 millions d'euros accordés par la BAD à la STEG    Sir Roger Moore, acteur de James Bond, décède à 89 ans    L'ETAP et l'EPPM signent un contrat pour la réalisation d'une usine tunisienne de traitement et de conversion du gaz naturel à Tataouine    Coupe arabe des clubs : un corps arbitral tunisien pour un match en huitièmes de finale    Inauguration du Centre d'Arts dramatiques et Scéniques de Bizerte    Match Amical : le Club Africain bat le Stade Tunisien 2-0    Mehdi Houas annonce un grand partenariat au Royaume-Uni    JCC 2019: Présentation des documentaires tunisiens en compétition officielle    La Tunisie adhère à la Convention de Lanzarote    Colloque «LES ARTS PLASTIQUES EN TUNISIE : Parcours de générations et Enjeux esthétique et culturels»    Blocage des trains du TGM ce matin au niveau de la station de Radés    CAN U23 : deux arbitres représenteront la Tunisie    Euro 2020 : les pays qualifiés jusqu'ici    4 millions dinars d'or et du matériel technologique saisis à Tatouine    Marathon Nourane pour courir contre le cancer dimanche 20 octobre à Tunis    Tunis fête les 100 ans du Bauhaus    Retour sur un exploit : Le DUO tunisien Skander Mansouri et Aziz Dougaz, remporte l'Open du Nigeria de tennis    Tunisie-Ligue 1: programme des matchs amicaux de ce mercredi    Tunisia Digital Awards: Best Web Site    Les USA sont impatients de travailler avec Kaïs Saïed, selon Mike Pompeo    Wafa Harbaoui: Une virtuose de la guitare…Une voix mélodieuse et poétique déchirée entre deux cultures !    Une réunion autour du dossier financier du Club Africain    On assiste à un bal masqué au nom de Kais Saied, affirme Borhen Bssais    L'Algérie tend la main pour un nouveau partenariat économique avec la Tunisie    Le délai de passation du pouvoir entre Ennaceur et Saied    Des manifestants bloquent la circulation des trains au niveau de Rades    Les Nations-Unis félicitent le Peuple Tunisien pour la réussite des élections présidentielles    Tunisie- René Trabelsi félicite Kais Saïed pour sa victoire    Tunisie – Météo mercredi 16 octobre : L'alerte aux orages maintenue    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    Le Liban ravagé par une série d'incendies    Une délégation américaine rend visite au Groupe TELNET et prend connaissance du projet du premier satellite tunisien Challenge 1    Rencontres Internationales du film Anti-Corruption: 2ème édition du 17 au 20 Octobre 2019    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Carthage veut renouer avec sa splendeur passée
«Gospel pour 100 voix» au Festival International de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 08 - 2018

Le chant religieux et vocal servi par un chœur joyeux, exalté a opéré une ascension vers le ciel de Carthage. C'était émouvant, intense, presque violent.
Ils n'étaient pas 100, ils étaient beaucoup moins. En faisant vibrer Carthage, ils semblaient plus que mille. Le célèbre groupe «Gospel pour 100 voix» s'est produit le soir du 30 juillet au théâtre antique. Une soirée mythique qui rappelle les grands moments du festival à ses débuts. Au temps où la Tunisie était une destination des vedettes internationales de renom : James Brown, Ray Charles, Joe Cocker et tant d'autres.
Le groupe «Gospel pour 100 voix» est né il y a vingt ans, le 24 mai 1998 plus exactement, à l'occasion du 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage en France en 1848. Plus de 25 nationalités des choristes, solistes, danseurs et musiciens le composent. Ce n'est donc pas la petite troupe du théâtre du coin venue meubler une soirée, mais une grande compagnie, connue mondialement et populaire qui a présenté des méga-concerts, produit neuf albums, qui sillonne le monde et s'apprête à faire une nouvelle tournée mondiale.
«Gospel pour 100 voix» en version réduite, tout de même, prend part à cette 54e édition après avoir donc acquis ses titres de noblesse. Date marquante, en 2016, le groupe participait à l'émission britannique «Britain's Got Talent». Le nombre de téléspectateurs à l'avoir suivie est estimé à 12 millions. Le chemin vers la célébrité et le grand public est désormais grand ouvert.
Dieu, la paix, l'amour
L'entrée spectaculaire du chœur sur la scène est une œuvre d'art en mouvement. Plus d'une trentaine de choristes en longues tuniques et pantalons blancs satinés avançaient vers les trois rangées d'estrade, en tapant des mains et en chantant. Une vague blanche et sonore ondulait sous les lumières pour nous mener vers des rivages lointains. Des hommes et des femmes se lancent à la seule force de leurs voix pour célébrer Dieu, l'amour, la paix, invoquant de loin en loin les anciens qui ployaient sous les chaînes de l'esclavage et fredonnaient le negro-spiritual, l'ancêtre du gospel.
Lundi soir, le chant religieux et vocal servi par un chœur joyeux, exalté a opéré une ascension vers le ciel de Carthage. C'était émouvant, intense, presque violent. Et la troupe de danse surgit, offrant des tableaux chorégraphiques, dynamiques sur des cadences africaines et d'autres occidentales. En tenues authentiques et bariolées ou habillés de justaucorps, tutus, pantalons et vestes paillettes, les 6 danseuses et danseurs, sportifs, dotés d'un divin sens du rythme et d'une allégresse communicative ont animé la scène et entraîné avec eux le peuple de Carthage entré en transe.
Un enchantement soutenu
Une communion s'établit entre spectateurs et artistes. On se met debout au moindre signe franco-anglais envoyé par la scène. On gesticule et on siffle de joie et d'étonnement. Applaudir ne pouvait suffire, il fallait crier à tue-tête pour dire qu'on apprécie.
Le passage de la danse est impromptu, les danseurs apparaissaient au milieu d'une chanson, l'accompagnaient un temps et disparaissaient ensuite. Dansant ou jouant aux djembés, ils revendiquaient haut et fort l'ancrage africain, celui des origines premières. Pendant ce temps, la chorale, voix unies et corps swinguant, offrait à la danse, à la musique et aux solistes une trame tissée par le chant liturgique.
A intervalles réguliers les chanteurs se succédaient, dont certains fort connus ; la Française Dominique Magloire, les Américains Malik Young et Jean Carpenter. Au gospel, des éléments de soul et jazzy sont intégrés. Le répertoire musical s'est élargi pour embrasser l'histoire de la communauté noire et ses errances forcées de l'Afrique à l'Amérique. On n'avait pas assez d'yeux pour tout voir ni assez d'oreilles pour tout écouter. Changement de costumes et un nouveau déploiement de couleurs chatoyantes, de nouveaux cantiques sacrés, la joie dans les airs et la nostalgie en toile de fond. La scène de Carthage jaillissait en gerbes d'étincelles. Mouvements, chants et rythmes effrénés s'enchevêtraient inlassablement. Le tempo monte crescendo jusqu'à plus que de raison. Alléluia !
Une soirée répartie en deux temps et un enchantement soutenu du début jusqu'à la note finale. De 22h00 à 1h00 du matin avec une pause de 20 minutes, artistes comme spectateurs unis par un lien magique, spirituel, sans doute, ont eu du mal à rompre l'attache et décrocher. Finalement, après des acclamations ferventes et des au-revoir éperdus, le public se dirige vers les portes de sortie, émerveillé et presque un peu sonné. Un spectacle intense qui restera en mémoire. Le temps d'un soir, Carthage a renoué avec sa splendeur passée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.