Zied ghanney : Il faut légaliser le cannabis    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'indice des prix de l'immobilier se hisse de 10,9% au terme de 2020    L'Europe renonce à son projet de résolution contre l'Iran    Le prix du carburant flambe et attise la colère populaire    Les manifestants pleurent la jeune Kyal Sin et défient la junte    Tunisie Valeurs présente son portefeuille type dans lequel figure une dizaine de valeurs    a quoi ressemble super congélateur où est conservé vaccin anti covid?    Eléments pour une histoire sainte    Semaine Boursière : Le marché affiche une tendance résolument haussière    Les prix de l'immobilier ont augmenté de 11% durant le 4e trimestre de 2020 (INS)    Tunisie-Imed Boukhris : La position de Kais Saied par rapport au remaniement ministériel était basée sur des données de l'INLUCC    Entretien au Caire entre le chef de la diplomatie tunisienne et le directeur général de l'OADA    L'Union interparlementaire s'est saisie de la plainte de Abir Moussi    Analyse statistique : La Tunisie est le dernier pays au monde à vacciner sa population...    Coronavirus: Allègement du couvre-feu du 22h à 05h du matin    Tunisie-Ligue 2 : Les arbitres de la 6ème journée    Une campagne sans logo, le pari osé de l'opérateur Ooredoo Tunisie (Photos)    Tunisie : Une conférence de presse sur les nouvelles mesures sanitaire [Vidéo]    Loi ESS: le 30 juin, date limite pour publier les textes réglementaires    L'ANSI appelle les chefs d'entreprises à faire preuve de vigilance face aux menaces cybernétiques    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 MARS 2021 à 11H00    Abdellatif Mekki appelle Hichem Mechichi à rendre les vaccins aux Emiratis    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    Abir Moussi est un danger pour la Tunisie, selon Samia Abbou    CONDOLEANCES : M. Tarak Karoui    Rached Ghannouchi : Il faut protéger Seifeddine Makhlouf    Al Ahly d'Egypte : l'international tunisien Ali Maaloul récupère bien de sa blessure au ischio-jambiers    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Personnes malvoyantes | Ecriture braille : Une nouvelle invention voit le jour    Ce soir au théâtre des jeunes créateurs : «Don Quichotte, céder le passage» de Chedli Arfaoui    Boxe | En marge du tournoi de Bulgarie : Prestation encourageante de Khouloud Halimi    CAN U20 | Match de classement pour la 3e place – Gambie-Tunisie (Ce soir à 21h00) : Sur une note positive !…    Ligue 1 | 15e journée – CAB-ST (1-0) : La victoire du cran !    Commission mixte 5+5 entre l'Utap et le gouvernement : Un accord sur divers domaines d'activités    La poésie en questions | Le prisme des herméneutes    Vient de paraître | « Les siestes du grand-père, récit d'inceste » de Monia Ben Jémia : La banalité du mal    Appel à projets 2021 du Fonds d'aide à la coproduction cinématographique tuniso-français    FC Barcelone : touché au genou, Piqué incertain face au PSG en Ligue des champions    Covid-19 : 32 décès et 635 nouvelles contaminations recensés le 3 mars 2021    Noureddine Taboubi : La démission de Hichem Mechichi est une condition pour le début du dialogue national !    Météo: Prévisions pour vendredi 05 mars 2021    Sortie officielle du film documentaire : Je suis ma propre république    Ocres patines du temps fugace    «Om Layoun» un film documentaire tendre et sans compromis        Tunisie: Daily brief du 4 Mars 2021    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les impacts des réformes sur la croissance
Fitch Ratings
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 01 - 2002

L'Agence de notation Fitch Ratings a confirmé la notation par défaut à long terme de la Tunisie à «B +» avec une perspective négative.
La note de la Tunisie est limitée par une dette publique et extérieure élevée et croissante reflétant des déficits importants, une croissance économique modérée et un environnement politique et social difficile. Ces résultats sont enregistrés dans une faible volatilité de la croissance du PIB et un bilan du service de la dette épuré.
Les perspectives négatives reflètent les pressions persistantes sur les liquidités extérieures découlant des importants besoins de financement, qui représenteront en moyenne 13,2% du PIB par an en 2018-2020 selon les prévisions de Fitch, la détérioration des termes de l'échange, les réserves en devises étrangères et une inflation élevée. En dépit de certains progrès en matière d'assainissement budgétaire, la mise en œuvre de réformes fiscales impopulaires reste lente et des pressions sont exercées en faveur d'une augmentation des salaires dans un contexte de fort mécontentement social et d'intensification des divisions politiques.
Chocs exogènes
Le manque de marge de manœuvre budgétaire et externe amplifie la forte vulnérabilité de l'économie aux chocs exogènes, liés notamment à la hausse des prix du pétrole, au durcissement des conditions de financement internationales, à la faiblesse de la demande européenne ou aux risques pour la sécurité. Les déficits élevés cumulés du compte courant ont entraîné une augmentation rapide de la dette extérieure brute de la Tunisie, qui est passée de 60,1% en 2014 à 87,5% du PIB en 2017. Fitch prévoit une hausse à 102,8% en 2020.
Le PIB a été impacté par la dépréciation du dinar et de la hausse des prix du pétrole. La réforme des politiques et la hausse de la production nationale d'hydrocarbures avec la mise en service du gisement de gaz de Nawara contribueront à améliorer la production énergétique, qui représentera 8,5% du PIB en 2020, selon les prévisions de l'agence. L'élargissement du panier des devises augmentera la flexibilité du dinar et réduira la pression exercée sur les réserves de change en baisse de la Tunisie.
Le ferme soutien des créanciers dans le contexte de la transition démocratique en Tunisie va contribuer à atténuer les risques de liquidité externes. Les décaissements officiels de prêts couvriront près de la moitié des besoins de financement de l'Etat en 2018 et 2019. Les résultats obtenus par la Tunisie dans le cadre de son accord avec le FMI pour 2016-2020 se sont sensiblement améliorés grâce à l'achèvement de trois examens de programmes en 2018, mais les risques de mise en œuvre sont élevés.
Réduire les subventions énergétiques
Certains donateurs internationaux se sont rapprochés de leurs limites prudentielles internes en termes d'aide financière à la Tunisie. Les autorités s'attendent à ce que ces créanciers continuent leur soutien, mais cela aggrave les risques de liquidité externes à moyen terme, en particulier en cas de dérapage budgétaire important.
Le déficit de l'administration centrale diminuera pour la première fois en quatre ans en 2018, passant de 6% en 2017 à 4,8% du PIB (dons inclus), conformément à l'objectif budgétaire. L'amélioration découle de l'augmentation des impôts indirects, mais aussi des efforts de rationalisation des dépenses du budget. Le gouvernement a pour objectif de réduire la masse salariale de 15,6% du PIB en 2018 à 12,4% en 2020, en limitant les recrutements et les augmentations de salaires. L'Etat prévoit également de réduire la facture de subventions énergétiques en continuant d'ajuster les prix des hydrocarbures sur une base trimestrielle. Une réforme des retraites visant à remédier au manque de liquidités à court terme du fonds public de prévoyance a été soumise au Parlement en juin.
Fitch prévoit que le déficit de capital-risque se réduira à 4% du PIB en 2019 et à 3,5% en 2020, contre des objectifs officiels respectifs de 3,7% et 2,5%. L'agence ne prévoit que des progrès lents en matière de réduction de la masse salariale dans un contexte de demande continue d'augmentation des salaires par les syndicats. Le déficit des administrations publiques (qui comprend la sécurité sociale et les soldes des administrations locales) se réduira par conséquent à 3,6% du PIB en 2020, contre 5,9% en 2017. Une hausse des prix du pétrole, des retards supplémentaires dans l'approbation de la réforme des retraites ou la poursuite des pressions sur la masse salariale poseraient des risques importants pour le déficit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.