Salem Labiadh affirme que le parti Echaab déposera un recours en Appel concernant le siège restitué à Saïd Jaziri de Hizb Errahma à Ben Arous    Tunisie : la BAD accorde 138 millions d'euros à la STEG pour le réseau d'électricité et les énergies renouvelables    Patrice Bergamini : Le visa vers l'Europe sera révisé dès la reprise des négociations sur l'ALECA    Objectif Tunisie Propre ! Une campagne de nettoyage de grande envergure (photos, vidéos)    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    Numeryx Tunisie inaugure ses locaux et signe un partenariat avec le Digital security Lab de l'école Sup'com    Ligue 1 : les arbitres de la cinquième journée    L'ISIE fera appel de la décision en faveur de Said Jaziri    Ligue des champions de l'UEFA : programme des matchs de cette semaine    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    L'ATUGE UK et l'ambassade de Tunisie à Londres organisent une conférence autour de l'économie tunisienne et le rôle de la diaspora    La Tunisie abrite à partir de demain mardi 22 Octobre le 11ème Championnat arabe de Tir à l'arc    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    Tunisie- Rejet de la demande de libération de l'homme d'affaires Chafik Jarraya    Tunisie- Neuf médecins du service des urgences de l'hôpital du Kef présentent leur démission    FMI et Banque Mondiale : Restons concentrés sur nos objectifs – Obtenir de meilleurs résultats au profit des plus pauvres dans le monde    Classement ATP: Malek Jaziri recule de 2 places (150e)    La Radio Tunisienne et les Radios régionales seront en grève le mardi 22 Octobre    TASDIR+ se déplace dans les régions pour cibler 200 entreprises    Retour sur l'élimination à Kasserine du dangereux terroriste algérien Mourad Ben Hamadi Chaïeb, frère du terroriste Lokmane abou Sakhr    Le tacle de Sami Fehri à Soumaya Ghannouchi    L'officine, exigences d'évolution rassemble Le Syndicat des pharmaciens    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    En vidéo : La RSE au coeur de l'ADN des Laboratoires SVR Tunisie    Abdelkrim Harouni : Ghannouchi est la figure nationale la plus importante du pays    Club Africain : du nouveau concernant les six points perdus    Economie en crise, Saidane tire la sonnette d'alarme    Tunisie – Météo : Possibilité des cellules orageuses accompagnées de quelques pluies    Tunisie- Le mouvement du peuple ne participera pas au nouveau gouvernement formé par Ennahda    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    Ligue des champions : Programme de la 3e journée    Programme TV du dimanche 20 octobre    SFBT : Les ventes de la Bière locale ont atteint 163.984 millions dinars durant le 3ème TR de 2019 réalisant une augmentation de 12,46% par rapport à 2018    Tunisie – Airbus : Développement du partenariat de coopération à travers la création à Tunis d'un Centre Airbus de formation de pilotes de ligne    Vidéo : Ce professeur crée le buzz en dansant avec ses élèves à Nabeul    La rayonnante Randa Driss s'éteint    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au-delà de l'homme et du dirigeant politique
Livre à paraître sur «Bourguiba»
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 02 - 2019

L'histoire contemporaine de la Tunisie, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au décès du «Zaïm», y est présentée. Cette histoire s'arrête aux obsèques de l'enfant de Monastir en l'an 2000
Le livre «Bourguiba» sort en France le 20 février et sera distribué le 27 dans les librairies en Tunisie. Signé Bertrand Le Gendre et édité par Fayard, c'est à la fois une biographie et un condensé de l'Histoire de la Tunisie contemporaine. C'est aussi un recueil des déclarations du premier chef d'Etat tunisien à travers ses discours, assorties de témoignages de ses contemporains : Ahmed Ben Salah, Driss Guiga, Neila Ben Ammar, Ahmed Mestiri, Rachid Sfar, le président Caïd Essebsi et bien d'autres personnalités qui ont côtoyé le grand homme.
C'est lors d'une rencontre à Tunis avec l'auteur, il y a quelques jours, qu'on apprend que marié avec une Tunisienne, Le Gendre vient régulièrement en Tunisie depuis 25 ans. Il connaît bien l'Histoire du pays, il est spécialiste de la guerre d'Algérie. Comme journaliste, écrivain et essayiste, il a beaucoup travaillé sur de Gaulle. Bertrand Le Gendre ne se prive pas d'ailleurs de faire le parallèle entre les deux hommes, devenus à titre posthume de grands symboles dans leurs pays, revendiqués par tous les courants politiques ou presque. «Bourguiba est le de Gaulle de la Tunisie, assure-t-il. Dieu sait si des Français, notamment à la fin de la présidence de de Gaulle, l'ont combattu, ils le regrettent aujourd'hui et le considèrent comme le plus grand homme politique de l'après-guerre. Pour Bourguiba, c'est le même phénomène. Des gens qui l'ont combattu telles que certaines franges de l'extrême gauche reconnaissent aujourd'hui l'importance de son héritage», et d'ajouter : « Bourguiba est toujours vivant, j'ai vu la statue équestre qui est à nouveau en place, d'où elle n'aurait jamais dû être tirée. Chaque fois qu'ils passent devant, les Tunisiens saluent Bourguiba», s'amuse-t-il.
L'idée du livre a commencé à germer après la révolution. La libération de la parole ayant fait ses effets, des personnalités qui avaient connu Bourguiba commençaient à publier leurs mémoires. Le projet prend forme. Il sera sur les étals des libraires dans quelques jours. L'Histoire contemporaine de la Tunisie, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au décès du «Zaïm», y est présentée. Cette histoire s'arrête aux obsèques de l'enfant de Monastir en l'an 2000. «J'ai essayé de m'attacher à la personne de Bourguiba qui a été presque centenaire». En arrière-plan se profilera l'histoire du protectorat.
Une biographie et un outil de recherche
Au-delà de la vie de l'homme et de celle du dirigeant politique, l'auteur balise les trente premières années de la République tunisienne, de 1957 à 1987. Outre certaines révélations que Bertrand Le Gendre livre sur l'assassinat de Farhat Hached. « Un scoop », dira le journaliste.
La biographie qui honore et la vie et l'œuvre de Bourguiba n'élude cependant pas les erreurs de celui qui a été le Président à vie. Dans sa relecture de l'Histoire, l'auteur considère que si le décollage économique de la Tunisie a été assez considérable au début de la présidence de Bourguiba, la situation s'est détériorée à partir du gouvernement Mzali et davantage au cours des années qui ont suivi. «Bourguiba a déçu malgré lui, peut être aussi à cause de facteurs extérieurs. La déception engendre la frustration et la frustration engendre quelquefois la radicalisation». Malgré cela, nuance-t-il : «Le temps ayant fait son œuvre, beaucoup considèrent que Bourguiba a été un grand atout pour la Tunisie. Il a semé les germes d'une société extrêmement tolérante. Depuis le départ du président Ben Ali, la Tunisie est la seule démocratie du monde arabo-musulman. Même 30 ans après la disparition de Bourguiba, c'est à lui qu'on le doit. C'est son héritage direct. En dehors de toutes les péripéties qui ont pu marquer la fin de sa présidence. C'est ce que les Tunisiens retiennent à juste titre». Voilà qui est dit.
Bien que les publications sur Habib Bourguiba prolifèrent, celle-ci aurait le mérite de se présenter, selon son auteur, comme un outil de travail comprenant des références aux archives tunisiennes et françaises. Dans ses recherches, l'écrivain s'est également appuyé sur les œuvres de Bourguiba, dont 20 volumes de l'Histoire du mouvement national et 23 volumes de ses discours. Objectif : faire revivre et parler Bourguiba par ses mots à lui. La tâche était d'autant plus ardue que l'homme en son temps privilégiait l'oral à l'écrit pour gouverner.
Un regret persistera tout au long de l'élaboration de l'œuvre : toutes les archives n'ont pu être exploitées. Pour cause, des milliers de cartons d'archives non inventoriées croupissent dans les caves du palais de Carthage et dans les ministères. Une source de frustration l'ayant motivé pour lancer un appel aux Tunisiens de finir le travail, « quand ce sera possible ». Comprenons, lorsque le classement et l'inventaire des archives seront accomplis.
Une biographie peut vivre dix ou vingt ans, «ce serait peut-être le cas de la mienne», espère Bertrand Le Gendre. En attendant, une version en arabe pourrait voir le jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.