Tunisie: A partir de demain, les restaurants et cafés autorisés à servir des plats à emporter    Coronavirus : Nouvelle guérison à Gafsa    Nouvel horaire de travail pour la période allant du mardi 26 Mai au 5 Juin    INTOX : Décès de Roger Lemerre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 25 mai à 11H00    Mahdia: 195 personnes quittent l'isolement sanitaire et trois autres placées dans des centres Covid    Club Africain : Fabrice Ondama refuse les négociations    Météo : beau temps !    Les 12 grands foyers épidémiologiques enregistrant le plus de morts et de cas positifs du Coronavirus    Les vœux de l'Aïd en fléchettes de Kais Saïed : De fermes mises en garde, à bon entendeur…    Tunisie – Sousse : Incendie dans une oliveraie à El Kantaoui    Samir Marzouki - Mort d'Albert Memmi, le Tunisien tourmenté    Arabie Saoudite: 2399 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures    Tunisie : The Orangers Beach Resort et The Orangers Garden Villas certifiés « Site Compliance with WHO guidelines »    Le Chef de l'Etat dans une adresse aux Tunisiens à l'occasion de l'Aïd El Fitr: « Il n'y a qu'un seul et même président à l'intérieur et à l'étranger »    Covid-19: 193 nouveaux cas et 8 décès en Algérie    9 nouveaux cas de guérison au centre Covid-19 de Monastir    10670 infractions économiques au cours du mois de Ramadan    Le Président du CNOT et les Sportifs les plus en vogue du sport national vous transmettent leurs vœux à l'occasion de Aïd El Fitr    Albert Memmi est décédé : la Tunisie perd en lui l'un de ses illustres écrivains    Chronique : Les avantages indéniables du Télétravail    Insolite – [ Images] : L'attachée de presse de la Maison-Blanche dévoile les coordonnées bancaires de Trump    Par Samir Hamza – L'enseignement à distance : un apport majeur pour l'après Covid-19    Covid-19: Un nouveau décès enregistré, et un bilan total de l'ordre de 1048 personnes contaminées    Un mur d'acier contre les Palestiniens    Afrique : la Tunisie, 4e pays le plus performant en matière d'intégration productive    Tunisie – VIDEO : Imed Ben Halima appelle à assigner Rached Ghanouchi à la résidence surveillée    Ce qu'il faut retenir du discours prononcé par Kais Saïed à l'occasion de l'Aid Al Fitr    Football – Espagne | Reprise de la Liga le 8 juin    Lina Ben Mhenni rejoint Samir Kassir dans le panthéon de la liberté d'expression et de la presse !    Boîte d'archives│La révolution 2.0 vs « 3ammar 404 » : la blogosphère m'a « tuer »* !    Coronavirus : Le service de location de voitures Hertz a déposé son bilan à cause de pandémie.    Facebook Shops : La nouvelle boutique en ligne pour les commerçants    Le PDL lève son sit-in    Faouzi Benzarti n'est plus sélectionneur de la Libye depuis avril dernier    Tunisie: Repêchage d'un corps et 12 secourus après le naufrage d'un bateau de migrants au large de Sfax    Le déficit budgétaire atteint 1,4 milliards de dinars    Sfax : Un mort et 6 disparus dans le naufrage d'un bateau d'émigration irrégulière    Oxfam ferme 18 bureaux dans le monde, supprime 1450 postes mais garde la Tunisie    Le syndicat des radios préoccupé par l'attaque de la coalition d'Al Karama        En vidéo : Rassemblement des partisans du PDL devant le parlement    Festival de Sousse 2020: La 62ème édition aura lieu en Août 2020 avec 15 sepctacles    L'Alecso publie une version en ligne du "Dictionnaire Terminologique Covid-19"    Nouba, le culte du bonheur !    Le grand poète francophone Salah Stétié n'est plus    Tribune | Art, culture et loisirs, le malentendu    Livre « Plein été » de Colette Fellous : Une recherche de soi menant à une quête identitaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au-delà de l'homme et du dirigeant politique
Livre à paraître sur «Bourguiba»
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 02 - 2019

L'histoire contemporaine de la Tunisie, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au décès du «Zaïm», y est présentée. Cette histoire s'arrête aux obsèques de l'enfant de Monastir en l'an 2000
Le livre «Bourguiba» sort en France le 20 février et sera distribué le 27 dans les librairies en Tunisie. Signé Bertrand Le Gendre et édité par Fayard, c'est à la fois une biographie et un condensé de l'Histoire de la Tunisie contemporaine. C'est aussi un recueil des déclarations du premier chef d'Etat tunisien à travers ses discours, assorties de témoignages de ses contemporains : Ahmed Ben Salah, Driss Guiga, Neila Ben Ammar, Ahmed Mestiri, Rachid Sfar, le président Caïd Essebsi et bien d'autres personnalités qui ont côtoyé le grand homme.
C'est lors d'une rencontre à Tunis avec l'auteur, il y a quelques jours, qu'on apprend que marié avec une Tunisienne, Le Gendre vient régulièrement en Tunisie depuis 25 ans. Il connaît bien l'Histoire du pays, il est spécialiste de la guerre d'Algérie. Comme journaliste, écrivain et essayiste, il a beaucoup travaillé sur de Gaulle. Bertrand Le Gendre ne se prive pas d'ailleurs de faire le parallèle entre les deux hommes, devenus à titre posthume de grands symboles dans leurs pays, revendiqués par tous les courants politiques ou presque. «Bourguiba est le de Gaulle de la Tunisie, assure-t-il. Dieu sait si des Français, notamment à la fin de la présidence de de Gaulle, l'ont combattu, ils le regrettent aujourd'hui et le considèrent comme le plus grand homme politique de l'après-guerre. Pour Bourguiba, c'est le même phénomène. Des gens qui l'ont combattu telles que certaines franges de l'extrême gauche reconnaissent aujourd'hui l'importance de son héritage», et d'ajouter : « Bourguiba est toujours vivant, j'ai vu la statue équestre qui est à nouveau en place, d'où elle n'aurait jamais dû être tirée. Chaque fois qu'ils passent devant, les Tunisiens saluent Bourguiba», s'amuse-t-il.
L'idée du livre a commencé à germer après la révolution. La libération de la parole ayant fait ses effets, des personnalités qui avaient connu Bourguiba commençaient à publier leurs mémoires. Le projet prend forme. Il sera sur les étals des libraires dans quelques jours. L'Histoire contemporaine de la Tunisie, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au décès du «Zaïm», y est présentée. Cette histoire s'arrête aux obsèques de l'enfant de Monastir en l'an 2000. «J'ai essayé de m'attacher à la personne de Bourguiba qui a été presque centenaire». En arrière-plan se profilera l'histoire du protectorat.
Une biographie et un outil de recherche
Au-delà de la vie de l'homme et de celle du dirigeant politique, l'auteur balise les trente premières années de la République tunisienne, de 1957 à 1987. Outre certaines révélations que Bertrand Le Gendre livre sur l'assassinat de Farhat Hached. « Un scoop », dira le journaliste.
La biographie qui honore et la vie et l'œuvre de Bourguiba n'élude cependant pas les erreurs de celui qui a été le Président à vie. Dans sa relecture de l'Histoire, l'auteur considère que si le décollage économique de la Tunisie a été assez considérable au début de la présidence de Bourguiba, la situation s'est détériorée à partir du gouvernement Mzali et davantage au cours des années qui ont suivi. «Bourguiba a déçu malgré lui, peut être aussi à cause de facteurs extérieurs. La déception engendre la frustration et la frustration engendre quelquefois la radicalisation». Malgré cela, nuance-t-il : «Le temps ayant fait son œuvre, beaucoup considèrent que Bourguiba a été un grand atout pour la Tunisie. Il a semé les germes d'une société extrêmement tolérante. Depuis le départ du président Ben Ali, la Tunisie est la seule démocratie du monde arabo-musulman. Même 30 ans après la disparition de Bourguiba, c'est à lui qu'on le doit. C'est son héritage direct. En dehors de toutes les péripéties qui ont pu marquer la fin de sa présidence. C'est ce que les Tunisiens retiennent à juste titre». Voilà qui est dit.
Bien que les publications sur Habib Bourguiba prolifèrent, celle-ci aurait le mérite de se présenter, selon son auteur, comme un outil de travail comprenant des références aux archives tunisiennes et françaises. Dans ses recherches, l'écrivain s'est également appuyé sur les œuvres de Bourguiba, dont 20 volumes de l'Histoire du mouvement national et 23 volumes de ses discours. Objectif : faire revivre et parler Bourguiba par ses mots à lui. La tâche était d'autant plus ardue que l'homme en son temps privilégiait l'oral à l'écrit pour gouverner.
Un regret persistera tout au long de l'élaboration de l'œuvre : toutes les archives n'ont pu être exploitées. Pour cause, des milliers de cartons d'archives non inventoriées croupissent dans les caves du palais de Carthage et dans les ministères. Une source de frustration l'ayant motivé pour lancer un appel aux Tunisiens de finir le travail, « quand ce sera possible ». Comprenons, lorsque le classement et l'inventaire des archives seront accomplis.
Une biographie peut vivre dix ou vingt ans, «ce serait peut-être le cas de la mienne», espère Bertrand Le Gendre. En attendant, une version en arabe pourrait voir le jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.