Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    PAEZ: Parc d'activités économiques de Zarzis pour encourager à investir dans les TICs en Tunisie    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Classement FIFA : La Tunisie perd deux places et se retrouve 27e    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour ne pas tomber de Charybde en Scylla
OPINIONS
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 02 - 2011

La laïcité est — la majorité silencieuse des Tunisiens y croit — la seule et unique alternative démocratique qui propose un exercice du pouvoir politique loin de tout dogme religieux. Ce système qui se fonde sur le principe de l'indépendance et de la non-ingérence de l'Etat dans les affaires religieuses. La laïcité trouve son application la plus spectaculaire pour la première fois en France dans les lois scolaires de Jules Ferry, appliquées à partir du 30 octobre 1886.
Contrairement aux autres partis politiques en Tunisie, le mouvement islamiste Ennahdha, organe central vital et noyau assez dur d'un Islam pur quoiqu'il en dise, jouit d'une véritable plateforme d'idées à la base d'un programme politique, économique, social et culturel revendicatif.
Malgré l'éloignement de son leader Rached Ghannouchi et son exil en Angleterre qui a duré plus de vingt ans, cela n'a pas empêché les éléments, restés en liberté en Tunisie, d'agir et d'opérer en semi-clandestinité avec une méthodologie efficace et appropriée aux circonstances, en jouant sur le sentiment religieux de la population. Ils étaient aidés en cela par les excès du pouvoir mis en place par le président déchu et les dépassements intolérables et criminels observés à tous les niveaux.
Ces agissements ont causé un profond retentissement chez les Tunisiens qui n'ont pas tardé à se replier sur eux-mêmes en s'isolant de la vie politique. Le résultat ne s'est point fait attendre, puisque l'absence de démocratie et de liberté aidant, les Tunisiens se sont rabattus sur la religion. Les chaînes satellitaires du Moyen-Orient, prônant et véhiculant un message rétrograde des valeurs islamiques et opposé au progrès, ont trouvé une oreille attentive auprès de ce public. Et l'on a vu de plus en plus de barbus dans la rue ainsi que des femmes se couvrir la tête sous prétexte qu'exposer ses cheveux au regard des hommes est contraire aux préceptes sacrés de l'Islam. On serait effaré par le nombre d'interdits, temporels et spirituels, institués par des obscurantistes analphabètes qui se sont érigés en docteurs de la loi ou en théologiens et même en juristes. Ce regain de religiosité à profité bien évidemment au mouvement islamiste Ennahdha qui a saisi cette opportunité pour mieux étendre son influence dans pratiquement tous les milieux sociaux du pays.
L'on se demande où sont passés les partis politiques existants ? Qu'ont-ils fait pour contrecarrer les desseins et les visées cachés des islamistes ? Ont-ils encore un semblant de crédibilité ou même la capacité de susciter ne serait-ce qu'un soupçon de confiance ?
Toujours est-il que dans tous les cas de figure, la société civile est appelée à être extrêmement vigilante. Les sondages d'opinion effectués tout récemment créditent le parti Ennahdha d'un score qui lui permet d'être presque en tête avec le parti de Néjib Chebbi. Sauf que le pourcentage des taux de ceux et celles qui ne se sont pas prononcés risque fort de détromper les pronostics et de créer la surprise le jour venu.
A la majorité silencieuse d'agir et d'éloigner le spectre de l'obscurantisme avec l'arrivée au pouvoir d'un parti religieux. La Tunisie a chèrement payé sa révolte pour la démocratie et la liberté que lui avait ravies Ben Ali. Aujourd'hui, elle refuse désespérément de tomber de Charybde en Scylla en optant pour un régime théocratique dans lequel le pouvoir vient directement de Dieu et qu'il est exercé par ceux qui prétendent être investis de l'autorité divine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.