Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 10 Avril à 11H00 :    Victimes du Coronavirus dans le monde : Bilan dans chaque pays    L'exercice de la médecine…ou quand le doute plane    Coronavirus : Un nouveau cas à Sfax    Nissaf Ben Alaya : La bataille n'est pas encore gagnée…    Mahdia: Des enseignants de l'ISET réalisent un système de désinfection    Tunisie: Nouvelle infection au coronavirus à Kairouan    La france lance, via l'AFD, l'initiative « COVID-19 – santé en commun » pour soutenir les pays d'Afrique    Tunisie: Un responsable dans une organisation nationale et son épouse stockent des produits alimentaires pour les vendre en Libye    Comment Christine Lagarde engage la Banque centrale européenne et ses partenaires à sauver les entreprises et les familles face au Covid-19    Coronavirus: Le Canada dit craindre plus d'un million de contaminations    L'amélioration de la transparence est essentielle pour résister aux chocs, investir dans la croissance et renforcer la confiance dans les institutions publiques    Nouvelles nominations au sein du ministère de la jeunesse et des sports    La FTF cherche à confectionner des masques adaptés aux joueurs    COVID-19 : Aucun nouveau cas à Mahdia    Covid-19 │ Reprise des tournages : La Chambre syndicale nationale des producteurs du cinéma et de l'audiovisuel avertit    Météo: Prévisions pour vendredi 10 avril 2020    Pétrole | Echange téléphonique entre Trump, Poutine et le roi Salmane    Mais la compétition ira –t-elle à son terme ?    Le gardien Alaeddine Ayoub, un exemple à suivre !    Raddaoui partant    La Banque Islamique De Développement débloquera 270 millions de dollars en faveur de la Tunisie    Les recommandations de la CONECT à la Banque Centrale de Tunisie    Décès de Mourad Trabelsi à l'hôpital Charles-Nicolle    Trois personnes écrouées    Quel impact sur les conflits au Moyen-Orient?    La société civile craint une propagation du coronavirus dans les prisons    Libérez Sami Fehri…    65 millions de dinars consacrés au remboursement du crédit TVA    Le prix de la poésie décerné à Moncef Louhaibi    Les fictions expérimentales de Sélim Gribâa    La banlieue française, côté cour côté jardin    La Tunisie salue le cessez-le-feu au Yémen, annoncé par la coalition arabe    Ennahdha solidaire avec les personnalités faisant l'objet de menaces terroristes    Covid-19:Le Conseil de sécurité de l'ONU discute aujourd'hui la proposition tunisienne    Le président Saïed convoquera-t-il un sommet arabe extraordinaire par visioconférence ?    Football | La FTF cherche à confectionner des masques adaptés aux joueurs    Tunisie : Le président de la République préside la cérémonie de commémoration des événements du 9 avril    La Tunisie rend un vibrant hommage à ses Martyrs à l'occasion du 82ème anniversaire des évènements du 9 Avril 1938    Covid-19 : Oussama Mellouli testé "négatif" à Los Angeles    Trump menace de suspendre la contribution américaine    L'UE en échec sur la réponse économique au virus    COVID-19: le fondateur de Twitter donne 1 milliard de dollars    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le rêve ne se brise jamais»
L'entretien du lundi : Taïeb Louhichi (réalisateur)
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 11 - 2012

Taïeb Louhichi fait partie d'une génération de réalisateurs tunisiens qui ont marqué, par leurs œuvres, au moins une décennie du cinéma tunisien. Son riche parcours, entre courts-métrages et longs-métrages, plusieurs fois primés, est témoin de l'authenticité de sa démarche, où il part souvent des sources pour atteindre l'universel.
Le très grave accident qu'il a subi, il y a quelques années aux Emirats Arabes Unis et qui l'a cloué à un fauteuil, n'a pas altéré sa passion pour les plateaux et ne l'a pas empêché de faire un film sur la révolution ni de tourner une nouvelle fiction, L'enfant du soleil, (nous y reviendrons). Aussi est-ce à juste titre qu'un hommage lui a été rendu par les JCC 2012.
Taïeb Louhichi est notre invité de ce lundi.
Comment est née votre passion pour le cinéma?
Je fréquentais les cinéclubs et les clubs de cinéma amateur et j'animais les débats en présence des réalisateurs. Je suis devenu un vrai cinéphile, me cultivant au fur et à mesure, en regardant, entre autres, des films soviétiques, asiatiques et arabes. Par la suite, j'ai été amené à partir à Paris où j'ai étudié le cinéma et la littérature. En 1980, j'ai obtenu une thèse en sociologie de la connaissance. Mais ce que j'ai réellement appris vient essentiellement de mes rencontres et de mes voyages.
A vos débuts, quel était votre projet cinématographique?
Mon amour pour l'Afrique est tout à fait naturel. Je suis originaire du sud tunisien où il y a une belle communauté noire. J'avais déjà réalisé les courts-métrages Ziara (1973) et Le métayer (1976), quand j'ai été invité à Dakar par le réalisateur Djibril Diop Mambéty (1945-1998) et là j'ai découvert mon île de prédilection : Gorée. Sur place, j'ai eu la chance d'assister au plus grand festival de Jazz. Il y avait Kenny Clarke et Dizzy Gillespie, en présence des Tam Tam du Sénégal. C'était une rencontre entre le jazz et la musique mère. C'est ainsi qu'est née l'idée de mon documentaire Gorée, l'île du grand père (1987). Pour moi, l'Afrique est ce qu'elle m'offre comme expériences. C'est tout d'abord des personnes merveilleuses, comme les Baïfall que j'ai découverts au Sénégal, une communauté qui chante et qui danse l'islam.
C'est donc à juste titre qu'on dit que vous êtes «le plus africain des cinéastes tunisiens»...
Mon appartenance à ce continent n'est pas qu'un sentiment. A Gorée, j'ai trouvé la même installation militaire coloniale que celle de mon village. J'ai été accepté parmi les habitants de l'île, mais cela ne m'a pas coupé de mon pays. Et puis, ma quête a toujours été nourrie par mon amour pour la musique et la peinture. J'ai sillonné l'Afrique et le monde à la poursuite de ce que j'aime, sauf que «la légende» a fait que je sois devenu «l'Africain». Ensuite, j'ai été fasciné par le désert, cet espace magnifique et difficile à maîtriser. J'y ai fait trois films, à part les films de commande. En fait, je me suis pris d'amour pour le désert parce qu'il représente un espace qui nous a été confisqué, dans l'imaginaire. On n'en parle que pour évoquer le pétrole, la guerre du Golfe ou les expériences atomiques françaises, comme en Algérie, par exemple. Pourtant, Pierre Benoît a fait du Sahara une Atlantide dans son roman éponyme, et c'était l'espace le plus chanté par les Arabes dans l'histoire, un espace d'imaginaire merveilleusement riche. Je m'y suis également attaché en tant que cinéaste, puisque c'est un espace à la fois vaste et clos.
Cet espace est aussi celui de la quête, n'est-ce pas?
C'est un espace intemporel où l'on peut situer une communauté qui se bat pour sa survie (L'ombre de la terre, 1982) ou qui peut être l'espace d'une liberté absolue pour la parole du poète mais aussi sa propre prison, de par les traditions (Layla, ma raison, 1989). C'est, en fin de compte, le décor même du cinéaste. Il devient l'enjeu du film. L'espace chez moi est à la fois un enjeu cinématographique mais aussi socio-politique. Dans L'ombre de la terre, c'est un lieu de résistance et dans Leyla, ma raison, il s'agissait de filmer la poésie. Dans mon nouveau projet, c'est l'espace de l'écrivain et son imaginaire qui sont en jeu, quand la réalité rattrape le romanesque. On dit, d'ailleurs, que je suis le cinéaste de l'espace.
Où en est ce projet?
Nous sommes aux dernières étapes du tournage. L'enfant du soleil est une fiction sur l'identité, entre deux rives. C'est un huis clos où les personnages sont amenés à se confronter et à faire face à leurs propres peurs.
Que souhaitez-vous pour ce film?
Que je fasse un bon produit, que les Tunisiens l'apprécient et qu'il soit largement distribué. Pour moi, le cinéma est avant tout un spectacle. Il faut émouvoir le spectateur et lui donner à voir et à réfléchir.
Quels sont les films que vous n'avez pas faits?
J'ai écrit un projet sur la Palestine, Les miroirs du soleil en 1982. Je compte également plusieurs projets qui ont été rejetés par les commissions d'aide à la production du ministère de la Culture. J'ai aussi adapté un livre canadien sur la forêt africaine : Le souffle de l'Harmattan de Sylvain Trudel. J'avais d'autres projets comme Le projectionniste, l'histoire de quelqu'un qui part à la recherche de sa mère, A night in Africa et Bagdad aller simple. Les commissions rejetaient mes projets parce que je ne faisais pas partie des privilégiés. Je ne suis pas une victime. D'autres cinéastes étaient dans la même situation que moi. Il n'empêche que j'aurais pu faire plus de films.
Comment, en tant que cinéaste, vous êtes-vous adapté à votre nouvelle condition après l'accident de 2006?
Je ne suis pas un handicapé et l'accident ne m'a pas enlevé le rêve. Dieu merci, je suis un survivant. Tant qu'on a le rêve, on peut continuer. Je me suis senti obligé de participer dans ce qui s'est passé en Tunisie en réalisant le moyen-métrage Les gens de l'étincelle, avant le long métrage que nous sommes en train de tourner
Comment avez-vous réalisé ce film?
J'ai fait mes contacts dans les régions de Thala, Kasserine, Sidi Bouzid, Menzel Bouzaiene et Regueb. J'ai ensuite envoyé mon équipe avec toutes les indications et je dirigeai tout par téléphone. Puis, j'ai invité des personnages pour les filmer dans ma maison. Ma démarche était de faire un document historique, où il y a une sorte de synthèse des événements et de la révolution.
Comment avez-vous vécu la révolution?
Comme tout citoyen qui appréhende puis réalise ce qui venait de se passer dans son pays, pour le bonheur de son peuple. Mais j'attends à présent que la gestation s'accomplisse.
Les JCC 2012 vous ont rendu hommage. Qu'est-ce que cela représente pour vous?
Cela m'a beaucoup touché, comme tous les autres hommages en Tunisie et à l'étranger. La particularité de celui-là c'est que j'ai été en compagnie de mon ami et frère Taoufik Salah, que je connais depuis des années. Nous avons tous les deux été primés aux JCC. Il y avait aussi Souleymane Cissé, avec qui je partage une certaine vision du cinéma et une grande amitié. Nous avons tous fait des films qui restent.
Quels sont vos projets futurs?
J'ai plein de projets et je n'arrêterai jamais mes rêves. Cela étant, j'aimerais faire un film musical.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.