David Silva quittera Manchester City à la fin de la saison prochaine    Ce que l'on sait de l'affaire de l'infirmier poignardé à l'Hôpital Mahmoud El Matri    Après l'agression subie par deux de ses agents, l'hôpital Mahmoud El Matri reprend normalement son activité    CAN 2019 (Groupe E) : La sélection tunisienne à pied d'œuvre pour préparer le match face au Mali    En Photos: Partenariat Shell et Geely: Performance that reaches the sky    Médias et enjeux électoraux de 2019 : Le cas des médias audiovisuels !    Tunisie: Saisie de 4 kg de cocaïne et 20.000 pilules d'ecstasy au port de la Goulette    CAN 2019 : Résultats des rencontres du mardi et Programme du mercredi 26 Juin    Tunisie- Approvisionnement de la délégation de Sidi Thabet en gaz naturel à partir du deuxième trimestre 2020    Tunisie: Noureddine Taboubi dénonce une confusion dans la gestion des affaires publiques    Tunisie: Nidaa Tounes propose Béji Caïed Essebsi pour un second mandat    Par Mohamed Salah Ben Ammar : Le péché originel d'un quinquennat raté    2 start-up tunisiennes signent des contrats commerciaux à l'international : L'accélérateur Orange Fab Tunisie clôture en beauté sa première saison    L'Afreximbank accorde un prêt de 500 Millions de Dollars à la Tunisie    Trump menace l'Iran d'une attaque destructrice    Les deux gagnants tunisiens au Championnat Microsoft Office Specialist participent à la compétition mondiale à New York    Tunisie: Salon de l'emploi “Tunisia Jobs” à Sousse présente 520 opportunités de travail pour les promus de l'université    CAN 2019 : Tunisie – Mali, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    Nabil Karoui désigné officiellement Président du parti « Cœur de Tunisie » anciennement appelé « Parti tunisien pour la paix sociale »    Révision à la hausse de la tarification de l'électricité et du gaz naturel    Huawei remporte le Prix de contribution exceptionnelle pour ses 20 ans d'existence en Tunisie    Sarra Besbès remporte la médaille d'Or à Bamako lors des Championnats d'Afrique d'Escrime    Copa América (Quarts de finale) : Chili-Colombie en tête d'affiche    Energies renouvelables : les meilleurs experts au Sommet « Place au soleil » à Tunis    Tunisie: Mohsen Marzouk appelle à une charte contre les tensions politiques    Tunisie : Mohamed Ayachi Ajroudi quitte le Stade Gabésien    Nabeul, décès d'un 7ème nouveau-né à l'hôpital Mohamed Tlatli    Rencontre-débat : Violations des droits de l'Homme le long des frontières extérieures de l'UE au Sahel    CEPEX :Plus de 20 exposants tunisiens au salon Summer Fancy Food Show    Le secrétaire d'Etat Hatem Ferjani participe à la réunion des coordinateurs nationaux du sommet du forum de coopération Chine – Afrique à Beijing    Tunisie – Météo : Températures en légère baisse dans les régions côtières    CAN 2019 : Résultats des matchs du lundi et Programme des rencontres du mardi    Tunisie-La 55ème édition du Festival du Carthage du 11 juillet jusqu'au 20 août    Le PDL a internationalisé une série d'affaires de violation des droits humains en Tunisie, selon Abir Moussi    Néji Jalloul annonce officiellement sa démission de Nidaa Tounes    Tunisie : La 55ème édition du festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Alerte incendie en Grande-Bretagne, le parlement de Westminster évacué    Arabie saoudite: Un mort et 7 blessés dans une nouvelle attaque houthie contre un aéroport    En vidéo : Fête de la musique By MG    Libye: Un avion dérouté de l'aéroport de Tripoli après la chute d'un obus    Tensions au Golfe: La Compagnie aérienne saoudienne change l'itinéraire des vols de ses avions    L'Iran reste en alerte, Trump aurait renoncé à des représailles    La Tunisie élue à la présidence du comité permanent de la Conférence des Etats signataires de la Convention de l'Unesco    SFAX célèbre la fête de la musique à travers la fondation BIAT et l'IFT    Tunisie : La Fête de la Musique sera célébrée avec 179 concerts le 21 juin    La DIVA Amina FAKHET : Pour une 2ème fois à Yuka gammarth le 16 juillet 2019.    Signature d'une convention de partenariat entre le Festival International de Carthage et Tunisair    Une idée sur les salaires des Présidents, Chefs de gouvernement, et Chanceliers…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux comédiens en quête de personnages
Théâtre : Au bout du compte de Kamel Abdeljalil
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 02 - 2013

On ne sait plus de qui il s'agit exactement; la pièce est rapiécée de répliques qui appartiennent tantôt au personnage dramatique qu'on veut incarner, tantôt au metteur en scène qui commande et, enfin, au spectateur qui interprète ces deux interprétations.
«Ne pas se rendre au théâtre, c'est comme faire sa toilette sans miroir», disait Schopenhauer. En effet, le théâtre vous renvoie votre image, celle de votre société, tout en étant doté d'un pouvoir magique puisqu'il transmet une perception et une conception autres de la vie. Outre l'invitation à l'évasion et le caractère manifestement divertissant et ludique du théâtre, celui-ci parvient à déranger et à ébranler les esprits ensommeillés et les cœurs somnolents. Le 4e art nous convie alors à vivre les passions, les heurts de la personne face à son destin, à la société et à la vie. La musique, la scénographie, les costumes, la lumière sont également des langages symboliques et porteurs de sens éclatés. Et les comédiens ? Et le metteur en scène ?
Qui sont-ils ? Parfois, le spectateur s'interroge, en son for intérieur, sur le labeur du comédien, il veut souvent comprendre comment il s'y prend avec le personnage. Et la plupart du temps, il est dépassé par le jeu du comédien qui s'avère fort complexe pour lui. Cependant, la curiosité et l'intérêt du spectateur ne vont pas jusqu'à fouiner et feuilleter les livres de Brecht, de Stanislavski, de Peter Brook ou encore d'Antoine Vitez, car, tout simplement, ce sera encore plus complexe de les lire, alors qu'il faut voir ce jeu avec les yeux ouverts.
Voir ce jeu du comédien est une expérience captivante surtout quand on écrit justement une pièce sur le jeu de l'acteur. Effectivement, c'est avec la pièce Au bout du compte(*) de Kamel Abdeljalil qui a été présentée au 4e Art, dans le cadre des journées « découvertes théâtrales », organisées par le Théâtre national du 18 au 23 février, que le public a dégusté, avec un immense plaisir, l'exercice du jeu du comédien.
Etre ou paraître : illusion ou réalité ?
Dès le début, on a eu l'impression que les comédiens improvisent. Leur spontanéité et leur naturel montrent un style original et différent des codes connus du jeu. Ils parlent avec le public; cette interaction crée un effet de communion, un contact plein de tact et d'engagement entre eux. Une ambiance avenante et sympathique s'installe dans la salle. De plus, les deux comédiens ont provoqué volontairement des incidents subtilement exploités. Ainsi, le spectateur devient témoin de leur jeu et des coulisses du spectacle. Le spectacle — en train de se faire — séduit alors l'auditoire.
On a affaire ici au théâtre dans le théâtre, au théâtre, don de théâtre et de vie. Le spectateur perd son identité, il n'est plus observateur, il est plutôt un personnage qui participe au jeu, et c'est ce qui brouille la vision. En d'autres termes, les comédiens miment des personnages de comédiens ou de spectateurs et reviennent toujours à la case départ, c'est-à-dire à la construction du personnage. Le jeu est, désormais, déformé et la perception faussée. On ne sait plus de qui il s'agit exactement; la pièce est rapiécée de répliques qui appartiennent tantôt au personnage dramatique qu'on veut incarner, tantôt au metteur en scène qui commande et, enfin, au spectateur qui interprète ces deux interprétations.
Vêtus de noir, les comédiens se cachent constamment derrière un corps, un costume et un personnage. Ils apparaissent sous forme de spectres de la scène. Qui sont-ils ? Le vrai spectateur, celui qui est assis sur sa chaise et regarde les yeux grand ouverts un jeu de dilettantes, se le demande. On voit, parfois, que les comédiens perdent aussi leur identité. Cela étant, ils entrent dans une phase de transe, de folie, de délire, de songe et de mensonge. Les sens de leurs répliques perdent leurs sens et leurs fonctions, ils deviennent remis en question.
Cette incursion aux loges intérieures du comédien laisse, quelquefois, le spectateur perplexe, puisque les interprétations sont paradoxales: entre l'illusion et le vrai, entre le vraisemblable et le réel...
Le personnage et son double
Ces deux comédiens sont dans le double et dans la duplicité, on a l'impression qu'il s'agit d'un seul comédien qui joue deux personnages; n'est-ce pas Baudelaire qui a souligné la fausseté artistique en insistant sur le fait que «l'artiste n'est artiste qu'à la condition d'être double et de n'ignorer aucun phénomène de sa double nature» ? Ils se déguisent ; la femme est vêtue du costume caractériel du personnage masculin et l'homme s'habille de celui de la femme. Cette duplicité est fort significative dans la mesure où elle dévoile l'existence de la masculinité chez la femme et la présence de la féminité chez l'homme. Est-ce qu'on est face au comédien et son double, ou bien face au personnage et son double ?
L'apparition du comédien est énigmatique. Certes, on voit qu'il est habité, persécuté, il déclare illicitement sa mort pour faire ressusciter le personnage. Ce phénomène de distanciation, cher à Brecht, laisse le comédien dans l'inquiétante étrangeté. Inquiétante puisqu'elle tend à appuyer le caractère schizophrénique du comédien. Peter Brook peut répondre à cette particularité, il dit que «le plus difficile pour un acteur est d'être sincère et pourtant détaché»... Tâche ardue, dira-t-on, chose presque impossible, formule insensée, pensent les lecteurs-spectateurs.
Être sincère et ne pas l'être à la fois appellent le savoir-faire, le talent et la technicité. Mais, c'est tellement parfait de trouver tous ces ingrédients chez un comédien. Et pourtant, c'est la clé de voûte du comédien de théâtre. La question est encore plus alambiquée quand il s'agit du fameux fil, le fil de l'histoire, de la trame dans le drame ; on le cherche, on le trouve, on le suit et après il nous fuit...
Ironie du sort pour le metteur en scène
La relation qui existe entre les comédiens et le metteur en scène est compliquée. On a toujours reproché à ce dernier le profil du dictateur. On dit qu'il est le chef d'orchestre et celui qui souffle la vie au geste théâtral. Ici, on voit qu'il est omniprésent, mais on voit aussi que la parodie et l'ironie sont présentes. Les comédiens parodient les remarques et les critiques du personnage du metteur en scène. Voici son discours : « Comment étouffer, emprisonner le personnage ? Où est l'énergie, l'émotion ? Il faut casser ce qui a été construit, et rebelote... Approfondir, ne surtout pas s'éloigner du réel, respirer, écouter, s'écouter, savoir aménager le silence... Ah, la concentration... !». Oui, la concentration est le pivot du jeu, c'est la pierre de touche du comédien. Mais si tout ce que dit le metteur en scène est vrai, pourquoi donc le rendre ironique? Peut-être parce que les comédiens se sont lassés du discours du metteur en scène qui se répète sempiternellement. Ces mots-là se sont collés à lui et sont devenus les «mots du metteur en scène», un registre propre à lui seul.
En attendant le personnage...
Dans l'espace scénique nu, on regarde la méditation, la contemplation, la réflexion, le tissage du texte et l'apprentissage du comédien. L'espace construit le personnage, il est le lieu d'écriture, de jeu sur le texte et sur les mots, mais aussi sur les maux du comédien. Et là on entre dans la scène psychique freudienne du comédien. En fait, l'artiste doit être sensible, fortement humain et passionné. Toutes ces qualités doivent être en mode de montage et d'assemblage; toutes les voix et les non-dits parlent en lui et pour lui : la voix et le rythme du corps, des sensations et des mouvements nécessitent l'éclatement. Le comédien est toujours en état d'attente et de recherche, un état de frustration, d'angoisse et de confrontation entre lui-même et le personnage. La construction du personnage est un processus de conflit et de crise. Ainsi, dans cette pièce «Mellikhir» (Au bout du compte), le spectateur sort autre, différent de ce qu'il était. Il réfléchit sur la méditation du comédien : quelles sont les formules, les formes, les méthodes efficaces pour être un bon comédien ? Charlie Chaplin, l'illustre comédien, peut répondre en proposant sa propre définition : «Chez un comédien, l'homme extérieur doit être passionné et l'homme intérieur, maître de lui».
Les comédiens, le metteur en scène et le public de cette pièce ont réussi l'interprétation...
Nahla ZID
(*) Texte : Abdelhamid Nawara
Mise en scène : Kamel Abdeljalil Interprétation : Mouna Talmoudi et Abdelhamid Nawara


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.