Les USA affirment n'avoir fourni aucun financement pour soutenir la campagne de Saied lors de la présidentielle de 2019    Hichem Ajbouni dénonce la nomination de Lazhar Loungou    UBCI : Un PNB de 63,460 MDT au 1er Trimestre 2021    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    Bilan Covid-19 : 2603 nouveaux cas et 75 décès en Tunisie    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Accord trouvé dans le dossier Shems Fm    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Tunisie [Vidéo + Photos]: Ambiance de Ramadan, les fromages, une particularité de Béja    Tunisie-Le ministre des affaires sociales fustige la non contribution des grandes surfaces aux efforts nationaux    BCT : Augmentation des billets et monnaies en circulation    BCT : Hausse du solde du compte central du gouvernement fin 2020    BCT : les réserves en devises sont constituées, principalement, de crédits extérieurs...    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Billet | Relais de croissance    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    Foot-Europe: le programme du jour    CONDOLEANCES    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Expatriés : Aïssa Laïdouni champion de Hongrie    Mechichi irait-il à Washington, avec Majoul et Taboubi ?    Le virus en terrain favorable !    News | Retour en octobre pour Dahmen    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





500 mille déprimés en Tunisie
37e Congrès national de médecine
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 10 - 2013

Zoom sur la dépression de par ses signes révélateurs et ses manifestations psychosomatiques
Selon le Larousse, la dépression, appelée également «dépression nerveuse», est définie comme étant «un état pathologique marqué par une tristesse avec douleur morale, une perte de l'estime de soi et un ralentissement psychomoteur». La déprime, quant à elle, est «un trouble dépressif, une période d'abattement, de dégoût et de lassitude».
Dans notre contexte national actuel, dépression et déprime forment deux facettes d'une même médaille qu'est le quotidien. Cette pathologie psychologique aux portées aussi bien physiques que psychiatriques prolifère à un rythme tant surprenant qu'intrigant. «Je déprime !» dépasse, désormais, le seul aveu capricieux pour se transformer en un sérieux appel à l'aide.
Compte tenu de l'ampleur que prend la dépression dans notre société et de la gravité de ses répercussions sur les Tunisiens, la Société tunisienne des sciences médicales a retenu ce thème pour son 37e Congrès national de médecine, tenu les 25 et 26 octobre à Tunis, l'objectif étant de faire un zoom sur la dépression de par ses signes révélateurs et ses manifestations psychosomatiques et de sensibiliser l'assistance sur le dépistage de cette maladie.
Comment dépister un malaise psychologique qui se vit sans pour autant être facile à cerner et à exprimer ? Est-il possible, pour l'entourage familial de la personne souffrant d'une dépression, de déceler la maladie avant qu'elle ne se complique davantage ? Pour le Pr Nejib Bel Haj Ali, le dépistage de la dépression pose toujours problème. Il repose sur le repérage — bien que difficile — des signes révélateurs. Toutefois, 8 cas de dépression sur 10 sont susceptibles d'être dépistés, repérables à partir des réponses apportées à deux petites questions : « Durant le mois qui vient de s'écouler, avez-vous été déprimé, perturbé ou pris par le cafard ?», puis : «Durant cette même période, avez-vous ressenti une perte d'intérêt, de plaisir ?» . Le patient peut répondre par l'affirmative ou par une série de confessions, facilitant ainsi la tâche du médecin ou du membre de la famille. Comme il peut répondre par la négative tout en détaillant les sources de son mal-être qui ne sont autres, à vrai dire, que les signaux de la dépression. Parmi les symptômes de cette pathologie, l'orateur cite les tentatives de suicide, la fatigue (surtout celle ressentie le matin et qui finit par se dissiper l'après-midi), les difficultés de concentration, les troubles de la mémoire, les troubles du sommeil (insomnie ou hypersomnie). Autres signes révélateurs : l'amaigrissement sans raison organique, la baisse de la libido ou les difficultés à entretenir une vie sexuelle normale, ainsi que l'irritabilité chez une personne connue pour un tempérament zen.
Encore faut-il souligner que les signes de la dépression relèvent souvent du somatique. Le Pr Bel Haj Ali évoque des douleurs diverses comme les crampes, les céphalées ou les maux de tête, la constipation, les palpitations, les douleurs épigastriques, etc. «Il convient de prendre ces signes au sérieux dans le cadre du dépistage de la dépression. Selon une étude élaborée en Europe en 1999, 70% des patients déprimés présentent essentiellement des symptômes somatiques», note l'orateur.
En Tunisie, et d'après les résultats d'une étude qui a été élaborée par le centre des soins et de la santé de base de Sousse en 2007, sur un échantillon de 1.246 personnes, 26,4% présentent une dépression caractérisée et 6% souffrent d'une dépression chronique qui dure depuis deux ans. «Aujourd'hui, nous pouvons confirmer que la population déprimée est supérieure ou égale à 500 mille personnes», ajoute le Pr Bel Haj Ali. L'orateur ne manque pas d'insister sur les conséquences souvent graves d'une dépression non diagnostiquée et non prise en charge. En effet, le malade risque aussi bien la chronicité, voire la dépendance à la maladie. Quant au risque suicidaire, il est le moins qu'on puisse dire inquiétant, puisqu'il menace 90% des déprimés. D'où l'impératif de dépister la maladie et d'orienter le malade vers les services de soins appropriés.
Vieillesse et dépression
Le Pr Raja Labbène a focalisé son intervention sur un angle rarement traité par les spécialistes. La dépression des seniors concerne 13 % de la population âgée de plus de 60 ans. Déniée et banalisée par l'entourage familial, elle a de fortes probabilités de s'aggraver et de pousser les déprimés au désespoir et donc au suicide. «En Tunisie, il y a des cas de suicide chez les sujets âgés», affirme-t-elle.
Si vieillir constitue une phase naturelle de la vie de certains, pour d'autres, il est synonyme de naufrage, de pertes irrémédiables, de prémices de la fin. Le Pr Labbène énumère les facteurs dépressiogènes liés à l'âge. Partir à la retraite, faire le deuil des personnes qu'on chérit, endurer l'indépendance des enfants devenus adultes, perdre peu à peu ses facultés sensorielles et intellectuelles, perdre sa splendeur et sa beauté juvénile, autant de renoncements forcés auxquels sont confrontés les seniors.
Dépassé par autant de pertes, gagné par un certain vide social et professionnel, le sujet âges se trouve en proie au manque d'estime de soi et donc à la dépression. Sa maladie se traduit par un flagrant changement d'humeur et de tempérament. Le Pr Labbène informe l'assistance sur les différentes formes que prend la dépression. La maladie peut s'avérer délirante : le déprimé se sent visé, persécuté, jalousé, menacé, sujet d'un complot. Anxieux, le malade devient ou trop collant ou recroquevillé sur lui-même en refusant toute communication. Certains seniors se montrent, par ailleurs, hostiles et colériques envers leurs entourages. Aussi, font-ils preuve d'une agressivité verbale ou physique inhabituelle et démesurée. «Ce qui est encore plus inquiétant, ajoute l'oratrice, c'est que la dépression prend parfois une forme régressive, appelée syndrome de glissement. Ainsi, le sujet âgé refuse la vie, et se laisse glisser vers la mort. D'autant plus que la dépression, sous sa forme cognitive, risque d'entraîner le malade vers la démence».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.