Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Médenine-Coronavirus : Une situation épidémiologique préoccupante    Inde-Coronavirus : Nouveau record quotidien de victimes!    Tunisie – Covid19 : Pourquoi refusent-ils d'accélérer la vaccination ?    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Afrique : 4,5 millions de cas Covid-19 confirmés    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    Levée du sit-in des employés de Shems FM    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un concept nouveau mais...
Deuxième édition des Journées Musicales de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 01 - 2000

Le comité directeur de la deuxième édition des Journées musicales de Carthage a-t-il raté sa sortie? Après sept mois d'un quasi-silence, ponctué d'un seul communiqué de presse annonçant le report de l'événement au mois de mars, il a finalement opté pour une rencontre avec les artistes et les médias. Marquée par l'absence des icônes de la musique et de la chanson tunisiennes, cette rencontre était un peu agitée. Les critiques fusaient de partout, mais les réponses étaient là aussi.
Du côté du comité directeur, il s'agit d'une refonte totale de l'événement, voire d'une vision nouvelle pour l'essor et la pérennité de la musique tunisienne à même de favoriser la création d'un marché de la musique, alors que du côté des artistes, il ne s'agit que d'un vœu pieux incapable de sortir les artistes des ronces inextricables de la précarité sectorielle.
Le directeur de l'édition 2014, M.Hamdi Makhlouf, explique pourtant que les JMC qui se tiendront en mars 2015, «s'engagent, désormais, dans un concept nouveau consistant essentiellement en une révision de fond des compétitions (contenus, réglementation et prix), une ouverture aux musiques arabes, africaines et, à moyen terme, méditerranéennes et internationales, ainsi que la mise en place de procédés et structures pouvant permettre à nos créateurs et talents musiciens d'exposer leurs produits aux principaux agents des circuits mondiaux».
Un concept nouveau mais...
«Il s'agit d'un événement artistique nouveau avec des idées claires, basé sur une vision nouvelle qui répond aux exigences de l'époque», a-t-il déclaré. «Nous avons puisé dans les recommandations de la consultation de 2009, des rapports établis en 2010 pour affiner le concept au fil des réunions», a-t-il ajouté.
Parmi les idées-force retenues par le comité directeur, le principe des compétitions. A cet effet, il a annoncé que désormais les JMC comporteront une compétition pour concerts d'ensemble, toutes musiques comprises et une compétition pour les concerts de solistes au Nây (instrument à vent arabo-oriental).
Concernant la classification des œuvres, le directeur des JMC a précisé que, à part la compétition pour les solistes au Nây où les candidats sont tenus de présenter un programme de 20 à 25 minutes de composition Nây en solo, la compétition pour concerts d'ensemble est ouverte à tous les modes et à tous les courants musicaux. «La création musicale est libre et notre principal souci est la promotion de tout ce qui est nouveau, à tout ce qui est créatif», a expliqué M.Hamdi. «La compétition pour ensembles est ouverte à tous les artistes musiciens de tous âges, auteurs, compositeurs, chanteurs et arrangeurs proposant un projet de créations originales et cohérentes sous forme de concert», a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le format des concerts doit être de 30 minutes au minimum et peut aller jusqu'à 50 minutes, a révélé le directeur des JMC. «Il peut comprendre une ou plusieurs compositions», a-t-il expliqué. «Notre objectif est de donner une plage horaire importante qui permet aux musiciens de présenter un concert tel qu'ils le conçoivent», a encore précisé M.Hamdi.
Une ouverture à l'international
Il est à signaler dans le même sillage que cette édition va renforcer l'ouverture des journées musicales de Carthage à l'international. «Cette édition sera tunisienne, arabe et africaine afin de mettre en exergue les œuvres tunisiennes et accueillir la création de l'autre», a encore détaillé M.Hamdi. Il n'empêche, la participation étrangère ne pourra pas dépasser 50% de la programmation, a enchaîné le directeur des JMC.
Parmi les nouveautés de cette édition, le directeur des JMC a confirmé la tenue de soirées hors compétition et spectacles divers. Il a mis l'accent aussi sur l'organisation d'une exposition internationale des industries de la musique (Exposition des métiers musicaux, fabrication des instruments, techniques de son, livres, édition, etc.) ainsi que la programmation de deux ateliers en marge des JMC, un premier dédié aux créations pour enfants et à la composition musicale numérique et l'autre consacré à la composition assistée par ordinateur avec une initiation au logiciel Ableton Live. Des tables rondes qui ont pour thèmes la réflexion scientifique et artistique autour des métiers de la musique aujourd'hui, sont également au menu.
Les critiques fusent
Prenant la parole, Sami Ben Saïd, du Syndicat des musiciens, a félicité le comité directeur pour ses efforts accomplis et a indiqué que cette nouvelle vision rompt avec un concept passé et est à même de déclencher une dynamique nouvelle dans le secteur. Il a par ailleurs exprimé le souhait de voir cette manifestation générer plus d'emploi aux musiciens.
Pour sa part, le musicien Walid Souissi s'est interrogé sur les délais impartis au dépôt des projets. «Ces délais sont courts», a-t-il lancé avant d'ajouter que «la chanson tunisienne n'est pas suffisamment mise en valeur». Un autre compositeur et chanteur, Mohamed Hédi Agrebi, s'est étonné de constater qu'il n'y a pas de prix pour les compositeurs.
Le président du Syndicat des chanteurs professionnels, Mokdad Sehili, s'est indigné du fait que les professionnels n'aient pas été consultés avant la finalisation de la nouvelle vision. «Il y a beaucoup de failles dans cette vision», a-t-il asséné. «Quelle place pour la scénographie? Qu'en est -il des droits d'auteurs dans les activités annexes?», a-t-il lancé aux membres du Comité directeur. Il s'est également fermement opposé au principe de l'exclusion des compétitions les singles ou la chanson unique.
Dans le même sillage, le parolier Béchir Lakkani, avec une pointe de grogne, s'est révolté de l'exclusion des artistes dans ce projet. Il a par ailleurs pointé du doigt le comité de sélection et a émis des doutes quant à la fiabilité des critères de sélection.
La cantatrice Chahrazed Helal s'est demandé si le principe de l'innovation n'exclut pas le patrimoine de la course. Quant à Sofiane Safta, il a recommandé aux organisateurs de programmer des concert dans les lycées. «Le public jeune est important et on en a besoin», a-t-il souligné. Le chanteur-compositeur Ahmed Mejri, a demandé à l'assistance de positiver. «Le pays a besoin de fête et les JMC doivent être un moment de fête», a-t-il expliqué. Toutefois, Ahmed Mejri s'est interrogé sur les langues de chant tolérées lors du concert. «Je peux chanter une chanson avec trois ou quatre langues», a-t-il affirmé.
Un autre musicien, Nabil Mkaddemi, s'est interrogé sur l'encouragement et la prise en charge des troupes régionales. D'autres questions ont eu trait au montant des aides aux projets pré-sélectionnés, à la question de la périodicité des JMC, à l'importance de doter les JMC d'un statut.
Dans sa réponse, Khaled Tebourbi, membre du comité directeur, a indiqué que cette rencontre est la première d'une série de conférences dont l'objectif est de recueillir les impressions, les suggestions et les recommandations des artistes et des journalistes. «C'est le coup de départ d'un nouveau projet national culturel», a-t-il affirmé.
Concernant l'incitation à la participation des artistes, M.Hamdi a précisé qu'en plus de l'aide financière qui sera octroyée aux ensembles pré-sélectionnés et qui est plafonnée à 4.500 dinars, les projets pré-sélectionnés seront automatiquement transmis au ministère de la Culture pour bénéficier de façon prioritaire de la subvention et de la programmation dans les festivals. «Une prime de 500 dinars, à titre de frais de transport et/ou de logement, sera octroyée à chaque projet sélectionné en dehors du Grand-Tunis», a révélé M.Hamdi.
Par ailleurs, «on va inviter des producteurs et tourneurs pour que le musicien ne chôme pas durant l'année», a également indiqué le directeur des JMC. «On veut créer des liens et des partenariats avec les festivals locaux et internationaux», a-t-il affirmé.
Les prix
a) Un Tanit d'or (grand prix des JMC) sera attribué au meilleur concert parmi les deux catégories de compétition sans distinction de genres musicaux. Le montant du Tanit d'or est de 20.000 DT.
b) Deux Tanits d'argent récompensant les lauréats de chaque catégorie. Le montant de chaque prix est de 10.000 DT.
c) Deux Tanits de bronze récompensant les lauréats de chaque catégorie. Le montant de chaque prix est de 5.000 DT.
d) Des prix spécifiques seront alloués aux :
Prix du public pour le meilleur concert (8000 DT.)
Prix spécial du jury pour le meilleur concert présentant une musique d'intonation tunisienne (8000 DT.)
Prix du meilleur texte (5000 DT.)
Prix du meilleur arrangement (5000 DT.)
Prix de la meilleure interprétation vocale (5000 DT.)
Prix du meilleur soliste d'orchestre (5000 DT.)
Les compétitions
Les JMC soutiendront désormais les créations musicales sous forme de concerts et spectacles cohérents de 30 à 50 minutes.
a. une compétition pour concerts d'ensembles, toutes musiques confondues.
b. une compétition pour les concerts de solistes au Nây (instrument à vent arabo-oriental).
Les autres manifestations
a.Ouverture et clôture, soirées hors compétition, spectacles divers.
b.Exposition internationale des industries de la musique (Exposition des métiers musicaux, fabrication des instruments, techniques de son, livres, édition, etc.)
c.Ateliers : dédiés aux créations pour enfants et à la composition musicale numérique.
d.Tables rondes pour réflexion scientifique et artistique autour des métiers de la musique aujourd'hui.
Le prix Ziryab
Sous l'égide du Ministère de la Culture et dans le cadre d'un accord de coopération réunissant le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes -Ennejma Ezzahra-, le Programme MED 21 et les JMC, un prix honorifique Ziryab est créé pour rendre hommage à différents grands acteurs dans les domaines de la conservation du patrimoine, de la recherche et de la création musicale méditerranéenne. Ce prix sera remis à quatre lauréats représentant la rive nord et la rive sud pendant la cérémonie d'ouverture des Journées Musicales de Carthage en présence des intéressés et du Ministre de la Culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.