Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Affaire de Rached Khiari -Seifeddine Makhlouf: "Celui qui t'a accusé de financements suspect est un civil, pourquoi donc mêler la justice militaire?"    L'Agence européenne des médicaments maintient sa confiance dans le vaccin Janssen-Cilag    Tunisie: Machrouu Tounes dénonce le matraquage du président Kais Saied    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Port de La Goulette : 5647 comprimés de stupéfiants "Subitex" cachés dans une valise    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    De quelle guerre civile parle-t-on ?    Tunisair programme un second vol de rapatriement des Tunisiens bloqués au Maroc le 25 avril 2021    Les médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique annoncent une grève de trois jours    L'investissement industriel et des services connexes, désorienté    Tunisie-Médenine: Baisse des prix de certains produits alimentaires [Audio]    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Contrôle économique : 3779 infractions économiques relevées durant les sept premiers jours de ramadan    Ennahdha fustige « l'autoproclamation de Saïed comme commandant suprême des forces porteuses d'armes »    La Tunisie perd une place dans le classement mondial de la liberté de la presse    Les prix des 3 boissons chaudes (café crème, filtre et thé) sont désormais libéralisés    Covid-19 | Le Kef : 3 décès et 178 nouveaux cas de contamination    Versez la Zakat de l'Aïd Al-Fitr 2021 et vos dons aux villages d'enfants SOS Tunisie    DECES : Fathi KRAIEM    Ligue 2 : Les arbitres de la 2ème journée de play-off    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Avril 2021 à 11H00    Super Ligue : Ligue et Fédération allemandes soutiendront "toute mesure de l'UEFA"    Près de 69% de progression des investissements déclarés dans les industries exportatrices    Jalila Ben Khelil : Si on veut éviter un confinement, il faut respecter les protocoles sanitaires    Tunisie – Médias : La grève des journalistes de la TAP et de Shems FM a fait plier Mechichi    Hausse du PNB d'Attijari Bank de 3,31% au premier trimestre 2021    Ligue 1 : on connait la date du derby de la capitale    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Commentaire | N'aggravez pas encore la crise    Premier League : Mourinho limogé par Tottenham    ARP : refus de toute proposition de cession de la BFT    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Ons Jabeur 25e au classement WTA après sa qualification en finale du tournoi Charleston    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que du bonheur !
Jazz avec Moncef Gennoud, Wajdi Cherif et Yassine Boularès
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 07 - 2010

Une soirée comme il en manque, hélas, de plus en plus, dans nos festivals. Qu'importait le genre, qu'importait que l'on s'y connaisse ou pas. Une soirée de grande musique, venue peut-être à point, pour nous rappeler au retard que nous prenons par rapport, non seulement à l'art musical de haut niveau, mais aussi souvent par rapport à l'art musical tout court.
Des affiches tunisiennes qui plus est. Ce qui enfonçait, pour ainsi dire, le clou. Trois quartets de jazz et trois solistes qui ont forgé leur talent et leur parcours hors de nos frontières. Trois pointures : deux grosses promesses, transfuges des plus grandes écoles d'Europe et d'Amérique, Wajdi Cherif (piano) et Yassine Boularès (saxo) et un maître pianiste, jazzman de renommée mondiale, Moncef Gennoud. Que n'a-t-on eu écho déjà de ces artistes hors norme ?
Que ne les a-t-on fait précéder par une publicité digne de leur niveau et de leur audience ?
Mystère et regret.
Mystère parce qu'à l'origine leur programmateur était un musicien avisé. Laisser de tels artistes se produire devant des gradins quasiment vides était pour le moins une négligence.
Regret parce que si on avait pris le soin de le faire, le grand public, ce large public submergé de concerts de seconde facture, conditionné comme jamais par la fausse auréole des pseudo chanteurs aurait sans doute pris conscience (enfin !) de ce que sont les justes valeurs, références et hiérarchies musicales. Nos écoutes vivent malheureusement dans une confusion sonore généralisée. Comme il eût été propice, surtout utile, de les réhabiliter (de les «nettoyer») à l'occasion.
Eveil et abandon à la fois
Le jazz a ses spécialistes et nombre d'accrocs dans notre pays. A défaut d'en être, on s'est confié vendredi au plaisir et à la sensation purs de la musique.
Et cela aura suffi à notre bonheur, et au bonheur (ce nous a semblé le cas) de ceux qui ont eu la très bonne idée de faire le déplacement. Du bonheur, que du bonheur en effet, avec d'entrée, Wajdi Cherif et son trio (guitare, guitare basse, batterie).
Deux morceaux personnels d'un album sorti en 2009 à Tunis, et le classique Night in Tunisia de Dizzy Gillespie, dont on a retenu ceci : que le jazz tire sa séduction universelle de sa nature foncièrement créative. Si l'on a bien compris, pas de gros développements mélodiques, pas de «dépendance» par rapport à la cadence (qaflâ) coutumière de la musique arabe, mais essentiellement un modèle musical construit autour de motifs de base (des «rampes de lancement») et de variations solistes. L'effet est saisissant: à la récurrence des motifs se mêlent «les déambulations» instrumentales sur fond de rythmes à intensité variable.
On ne s'émeut pas outre mesure comme à l'écoute des mélodies orientales, mais on est assailli d'images, on a l'esprit accroché à ces enchaînements de notes toujours en suspens, à ces tempos alternatifs. Ecouter du jazz c'est un exercice de l'âme et du cerveau. Eveil et abondon à la fois. C'est dire.
Gennoud : la veine des grands
Après Wajdi Chérif, on attendait Yassine Boularès. Inversion de dernière minute, c'est le quartet de Moncef Gennoud qui fit son entrée. Normalement, Moncef Gennoud, affiche principale, devait clore le concert. Les organisateurs affirment que ce fut son choix.
Si cela n'a pas profité au si talentueux saxophoniste qu'est Yassine Boularès, évidemment que oui. Le passage de Moncef Gennoud a été transcendant, une prestation d'une telle maîtrise, à une telle hauteur, d'une telle richesse et d'une telle c réativité qu'il n'était presque plus possible de retenir quoi que ce soit dans son sillage. Caprice de maître ? A coup sûr on aurait pu s'en passer. Mais on pardonne tout au génie, franchement, il ne nous souvient pas d'avoir entendu pareil jusque là à «Carthage». Et peut-être encore depuis bien des saisons. Admirable en tous points, Moncef Gennoud, ce vendredi. Au piano : une technique ahurissante. A l'impro : un envol. Dans les compositions : du phrasé sublime qui rappelait de près, aux musiques légendaires de Bill Evans, Dee Dee Bridgewater, Keith Jarret, Oscar Paterson et autres. Un moment unique : le morceau It's You, dédié à son épouse. L'harmonie parfaite à même les timbres, les relais de l'harmonica (Grégoire Maret), de la guitare basse (James Cammak), de la batterie (E.J. Striekland).
Sur ces cimes-là, on l'a souvent répété, les mots ne signifient rien. On y reviendra. Il le faut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.