QUATRE nouveaux cas de Coronavirus dont 1 cas local et 3 importés    Tunisie : Abdessalem Saidani condamné à 17 ans de prison    Tunisie [photos] Liste des députés PDL ayant signé la pétition du retrait de confiance à Ghanouchi    Informations importantes pour le test RT-PCR Covid-19 à l'Institut Pasteur de Tunis    Nouvelle baisse pour les prix du pétrole    Le verdict final du TAS, attendu cette semaine    Chiffres    Le chantage, pomme de discorde    Ambiance pourrie    Tunisie: Fakhfekh aux responsables de l'UGTT, l'UTICA et l'UTAP, le pays ne peut pas supporter davantage de manœuvres politiques    Des médecins de la santé publique appellent à l'amendement du décret gouvernemental relatif aux études médicales.    Les mesures du Plan de sauvetage de l'économie tunisienne détaillées    Tunisie : Baisse des importations du mois de juin de 24,3%    Fakhfakh et les ministres d'Ennahdha : La jurisprudence de Chahed avec ceux d'Afek a-t-elle des chances de fonctionner?    Tunisie – Bac 2020 : Examens Informatiques pour les sections Sciences Exp., Maths,Techniques et Informatique du mardi 14 juillet    Il y a quarante jours, disparaissait Boubaker Bouzidi : Architecte discret des droits de l'Homme et des libertés    Découvrez la nouvelle version de la chanson "Kelmti Horra" avec 53 artistes de 22 pays (vidéo)    Une pompe d'eau de la SONEDE saccagée à Gabès    Libye: Le Parlement de Tobrouk autorise l'armée égyptienne à intervenir dans le pays    FARK : Dr Slim Ridene    Maison de la marionnette de Siccaveneria : L'intarissable initiative keffoise    Vient de paraître | « Maisons d'hôtes et Hôtels de charme en Tunisie » : Pour rêver de luxe, calme et volupté    Mini-football | Coupe de Tunisie – Quarts : Spectaculaire !    EST | Préparation pour la reprise : L'Espérance en bon élève    « Perspectives économiques régionales 2020 » : l'Afrique de l'Ouest doit faire le pari de la jeunesse comme main d'œuvre pour accélérer la reprise économique post-Covid-19    Lancement du rapport « Perspectives économiques en Afrique du Nord » (édition 2020)    FOUQ ESSOUR : Une émission web radio qui donne la parole aux radios associatives, locales et aux associations    Handball | En marge des AGO et AGE de la Fthb : Quand on veut, on peut !    Tunisie – Météo : Températures légèrement en baisse    Coopération financière tuniso–allemande : Mieux atténuer l'impact de la crise du COVID-19 avec des réformes.    Tunisie: Vers une baisse des prix des carburants    Ennakl automobile renouvelle sa confiance à Ooredoo    La Covid-19 a fait perdre à Tunisair 400 MDT (Maarouf)    Kais Saied s'entretient avec Patrice Bergamini    S.E. l'Ambassadeur de l'Union européenne en Tunisie Patrice Bergamini fait ses adieux au Président de la République Kais Saïed    Lancement prochainement, d'un appel d'offres pour l'extension de la route Oueslatia/ Haffouz    ARP-Gouvernement : La mesure frontalière S17 au centre des discussions    Tunisie: Le PDL est en tête des intentions de vote    Club Africain : Mohamed Ali Boughdiri, l'unique candidat à la présidence    Djerba au patrimoine mondial : La commission technique lance une large opération participative    Ridha Tlili: A quoi servent les politiques culturelles?    La fille de Nelson Mandela, Zindzi, meurt à 59 ans    Tunisie : La manifestation "les soirées de Hammamet" se déroulera du 25 juillet au 22 août avec 350 spectateurs par spectacle    Les musulmans de Bosnie pleurent leurs morts    A Idleb, les déplacés syriens craignent le pire    «Depuis quand les Nègres sont des artistes ! ?»    Libye: Haftar pose des conditions pour lever le blocus des ports et champs pétroliers    Un avertissement sans frais à Netanyahou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sfax veut son port en eau profonde
Publié dans Leaders le 27 - 07 - 2015

«Faire des choses pour les gens ,sans les gens, c'est les faire contre les gens «l'histoire de Sfax est intimement et fondamentalement liée à sa mer (j'allais dire « sa mère»)
La création de SFAX à cet endroit semble en grande partie due à sa qualité de « port naturel », protégé par son immense « brise vague naturel» que constitue l'archipel Kerkennah. Par la suite, le développement et l'essor de SFAX ,dans un environnement relativement hostile par ailleurs(pluviométrie inf à 300 mm /an) aura été lié en grande partie aux activités de son port (commerce et pêche ) et carrefour vers l'intérieur du pays et bien au-delà le port actuel date de 1886. Ce port a vu au cours de son histoire une série d'extensions, ponctuelles et conjoncturelles, mais jamais stratégiques !La dernière proposée, ne fait pas exception!
Le développement urbain, et l'absence de véritable vision stratégique à long terme, ont fait que ce port est actuellement, entièrement enclavé au «centre ville», et que toute nouvelle extension ne pourrait être que préjudiciable aux citoyens !Cette absence de vision stratégique pour Sfax est d'ailleurs une constante dans l'histoire des 30 ou 40 dernières années de la ville, et s'observe dans tous les domaines de développement, si l'on excepte quelques tentatives, citoyennes d'y remédier! Pour être clair: pour nous, le port de commerce actuel, a atteint ses limites, du moins dans ses berges nord et ouest Rappelons-le, adjacentes au centre ville et posant d'énormes problèmes de circulation, (déjà chaotique), pour l'écoulement des marchandises! Et la seule solution raisonnable est la construction d'un NOUVEAU PORT en eau parfonde, à la dimension de la TUNISIE moderne et sa deuxième ville: SFAX! Hormis cela, même une extension, possible vers la rive sud, reste aléatoire et inappropriée! Outre son caractère bricoleur !D'ailleurs, personne n'est dupe, cette extension du port actuel, (budget 100 millions de dinars) n'a pas été dictée par les besoins de Sfax, mais bien par les insuffisances de Radès !Et en attendant la construction d'un nouveau port en eau profonde, «ailleurs»: pourquoi ???, dont le budget est là, SIX MILLIONS DE DIANRS, et non pas 100 mille Dinars!)
Les «vieux réflexes» de «diktats» et de «marginalisation, ont la peau dure, de même que la centralisation à outrance, en dépit d'une Constitution résolument orientée vers la décentralisation, et dont la moindre des choses serait que nos décideurs de la capitale, commencent à s'imprégner de son esprit, pour être en symbiose avec les leitmotivs de la révolution …!
Cette marginalisation, d'abord involontaire, a pris des airs de marginalisation méthodique de Sfax sous l'ère Benali, ce qui a fait de la deuxième ville du pays, «le plus grand village du monde», tant l'infrastructure est dépassée tout-azimut et manque de vision stratégique à moyen et long terme!
Sfax est, par les chiffres , la région la plus marginalisée sous Ben Ali, et continue hélas à «bénéficier » du même traitement. Ceci a donné concernant la mer, une ville de 600 000 Habitants, et ayant un littoral de plus de 25 Km, dont la mer est entièrement hypothétique et hypothéquée!
C'est cette désinvolture caractérisée ,qui a cimenté la société civile et l'a poussé à s'organiser, s'unir pour constituer un Collectif visant à combler ce vide, et offrir à la ville, la région, le district, et même le pays, des visions citoyennes pour les questions de développement durable!
L'action :résurrection des plages de Sfax, quoiqu'ayant un air conjoncturel, n'en est pas moins une étape dans une longue stratégie de reprise de l'initiative en matière de développement durable, et plus particulièrement de la récupération de notre littoral spolié! Cette relation a été systématiquement brutalisée depuis 60 ans , par une série de décisions «centrales» , aberrantes et nocives! ( un chiffre : nous avons retiré des plages de Sfax , plus de trente milles tonnes de gravats et déchets de béton armé et de fer).
La dynamique de cette action «plages», a bénéficié d'un élan citoyen remarquable, symbolique, et fera date en tant que «première expérience de Gestion citoyenne des affaires locales et régionales»
Hélas, cette dynamique, merveilleuse, qui a permis à des milliers d'habitants des quartiers défavorisées du centre ville, de jouir des plaisirs de la mer, après des décennies d'interdiction! Cette dynamique a été bafouée, par des réflexes d'une autre époque, dont la décision d'extension du port, ou celle de l'éviction du PDG de Taparura! tous les deux, sujets à très haute valeur symbolique émotive, vu l'attachement des citoyens à la récupération de leur littoral, à l'instar de toutes les villes côtières!
Le futur PDG de Taparura ne semblant pas jouir d'un CV en symbiose avec l'étape future, que nous sommes parfaitement aptes à définir! Sans parler de la «symbolique» de l'éviction et de sa chronologie!
Il est probable que ceci explique cela, car chacun l'aura compris: la récupération de notre littoral «dérange» car elle ne s'arrête pas aux plages, mais concerne ce qu'il faudra désormais appeler l'ex-port de commerce, ou le futur Port de Croisières et de Plaisance !Et La disparition de toute trace de tissus industriel dans cette zone, qui rappelons le, se trouve en plein centre-ville, à 300 mètres de la Municipalité!!! Et du barrage de fer et d'usines rouilleuses insalubres inesthétiques et désuètes, qui prive 500 000 personnes de leur «promenade marine, et de leur Vieux-Port »: la médina Bab bhar, Bab jebli et les routes , ainsi que le Sfax futur (Taparura) sont coupés du littoral par des rails, qui étranglent le superbe vieux port ! La valeur esthétique, morale ainsi que économique exceptionnelle de ce site. La très belle avenue Hedi Chaker qui menait au port est «sans issue» Le reste est occupé par des usines horribles en plein centre ville (la municipalité est à 300 mètres de là).
D'ailleurs, la commission de préclassement de l'Unesco, a placé en priorité absolue , cette relation exceptionnelle, des composantes de la ville avec son littoral!
Cette vision, outre ses retombées écologiques et sur la qualité de vie (clairement inscrites comme un droit de l'homme dans notre Constitution) a aussi des retombées économiques positives indéniables, vu l'intérêt croissant pour la plaisance, et la situation stratégique de Sfax pour les plaisanciers qui se dirigent vers le sud!
Il faut rappeler aussi, que ce port de commerce, situé en plein centre ville, est hautement polluant par ses activités (comme l'embarquement en plein air, de dérivés de phosphate et de souffre) et indirectement par la nuée de camions géants et leur va-et-vient incessant, dans une circulation déjà chaotique, et devenue, une des principales sources de pollution, dans une ville déjà bien servie!
Méconnaissance ou mépris!!!? des décisions, prises «pour Sfax» à des centaines de Km de là, sans se soucier de ce que veulent les citoyens ni même leurs représentants; cette attitude est anachronique, et inacceptable!
La société Civile de Sfax, le CSC SFAX se pose en interlocuteur à part entière, je dirais incontournable, dans les affaires de la région ! Dans l'intérêt de LA TUNISIE; de toute la TUNISIE! Car la marginalisation de SFAX a entrainé la faillite de tout le sud tunisien, le redressement de SFAX se fera en concertation avec la société civile et les élus de la région, dans une démarche nouvelle transparente et efficiente ! Rien ne sera fait désormais, sans l'approbation des premiers intéressés, LES CITOYENS!

Dr Anouar Abdelkafi
Collectif de la Société Civile de Sfax


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.