Béja: L'usine de sucre va reprendre son activité la semaine prochaine [Vidéo]    Hubert Tardy-Joubert : de l'IFT au cabinet de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères    Kaïs Saïed reprend son rôle d'explicateur    La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Kais Saïed évoque le sujet de la fuite des médecins [Vidéo]    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Abid Briki menace de boycotter les élections législatives [Audio]    Foot-Europe: le programme du jour    Météo | Légère hausse des températures, aujourd'hui    Béja: Le secteur agricole en grève de 3 jours    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    CHAN 2022 : La composition des poules de la compétition    Le Pr Tahar Gallali: Un grand homme de science    Deguiche : le ministère veillera à l'application de la loi malgré l'accord entre la FTF et les clubs    Saïed à la Rabta : nos médecins partent par centaines en Europe ! Qui est en train de prêter à l'autre ?    Tunisie – Noureddine Ben Ayed : Il est temps d'accorder à l'agriculture ce qu'elle mérite comme intérêt    NBA pré-saison : Sur quelles chaînes regarder les matches de samedi et dimanche ?    Jasmin Open Monastir : Liste des qualifiées au tableau principal    Tunisie – L'accord avec le FMI est nécessaire mais insuffisant !    Mahdia : La Corniche déclarée première plage écologique en Tunisie    Briki à Saïed : les élections sont en danger !    L'éducation au fil du temps qui passe : Que reste-t-il de l'école publique ?    Législatives anticipées : Quel avenir pour les partis politiques ?    L'édito de Taoufik Habaieb: S'attaquer aux démons    Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Tunisie: 70% des personnes victimes d'une crise cardiaque sont des fumeurs    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Haykel Khadhraoui, nouveau DG par intérim de la BH Bank    Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Inauguration de l'académie Africaine de tennis à Sousse : Un acquis irréversible    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ridha Bergaoui: La «Street-Food », un secteur prometteur en Tunisie
Publié dans Leaders le 04 - 12 - 2019

La Tunisie dispose d'un patrimoine culinaire très riche et très varié résultat de l'influence du mélange de nombreuses civilisations et cultures qui ont traversé notre pays (berbères, turcs, andalous, français…). Chez soi, dans la rue, dans les restaurants ou les hôtels, on constate la grande variété des plats préparés en fonction des disponibilités locales, les saisons, les gouts et les traditions.
Depuis des années, le Tunisien a pris l'habitude de manger à l'extérieur de son domicile (travail oblige) et se rabat à l'heure du déjeuner sur les gargotes, les « fast-foods », les pizzerias et sandwicheries et enfin les petites échoppes qui vendent des aliments divers. A part les gargotes qui représentent des restaurants bas de gamme et populaires, on peut appeler tout le reste la cuisine de rue ou « Street-food ».
La Street-food
Très ancienne, la street-food, ou cuisine de rue, existe depuis très longtemps et partout dans le monde surtout en Asie (Bangkok, Singapour, Hanoï, Tokyo, Istanbul… . De petits magasins et même de petits chariots vendent des plats divers à consommer sur place ou à emporter. Il y a de tout : du poissons, des crustacés, de la viande, des légumes, des pâtes… Le tout est cuit sur des plaques chaudes, grillé, frit, bouilli… On y trouve aussi bien du salé que du sucré avec une interminable façon de préparer qui reflète généralement la richesse de la cuisine et les traditions culinaires locales.
La Tunisie dispose d'une grande variété de spécialités et de recettes vendues dans la rue et parfois sur le trottoir ou sur de simples brouettes. Ces plats sont appréciés par certains consommateurs et peu chers. On peut citer quelques plat bien connus comme le lablabi avec toutes ses options, le keftagi et shan tounsi, ojja aux merguez, les sandwichs (petit pain, mlawi, melfouf, makloub, chapati, mtabga…) également avec de nombreuses options, le fricassé, le brik à l'œuf, la viande de mouton ou méchoui, les ftayers, les patés divers, foul mdammes au cumin… Comme sucrés je cite quelques uns : le sohlob ou drôo, les beignets et banbalouni, les zlabia et mkharak, la hérissa hlouwa… Il ya aussi le hindi, le fenouil ou besbes, la « soupe » de fenugrec ou holba… et la liste n'est pas complète. De nombreuses autres spécialités régionales existent mais sont moins connues ou ne sont consommés qu'à des périodes ou des occasions précises de l'année.
Mal vue il y a quelques années, surtout pour le manque d'hygiène, et considérée comme la cuisine des pauvres, la cuisine de rue est actuellement un phénomène à la mode dans de nombreux pays . Même de grands chefs s'y mettent. Le fameux guide gastronomique Michelin s'y est même intéressé et a donné des étoiles à certains chefs de ces « street-foods » preuve que la qualité et la saveur des plats cuisinés ne se trouve pas uniquement dans les restaurants luxueux mais également dans la rue.
De nos jours, le consommateur fuit de plus en plus les « fast-foods », qui servent des burgers (associés de frites et de soda), pour ses effets négatifs sur la santé. Ces plats sont connus pour leur taux excessif de graisses, de sel, de sucreet d'énergie, menant à l'obésité, des problèmes cardiaques, du diabète et même une déficience immunitaire. Le consommateur est à la recherche d'alternatives qui peuvent lui offrir une alimentation plus saine. Par ailleurs le consommateur est de plus en plus pressé enfin il dispose d'un budget limité. Il est à la recherche d'un repas sain, diversifié, peu cher et servi rapidement. La street food répond à toutes ces conditions, elle se renouvelle et invente de nouveaux concepts. Le plus récent de ces concepts est le « Food-truck » ou camion resto.
Les food trucks
Il s'agit de camions ou de remorques transformés et aménagés d'une façon judicieuse en cuisine avec tout le matériel et dans le respect des règles d'hygiène. Ces food-trucks très pratiques présentent de nombreux avantages dont la mobilité puisqu'ils peuvent se déplacer pour atteindre le consommateur là où il se trouve (les rues très animés, stades, foires, festivals, plages, marchés hebdomadaires…). Ils offrent également un ratio espace/investissement imbattable comparé à un restaurant classique et nécessitent un capital limité. Ils dispensent durant toutes les heures de la journée des aliments à consommer sur place ou à emporter.
Venus des Etats-Unis, les food trucks se développent partout dans les grandes capitales européennes et ont même débarqués chez nous. Les food trucks posent cependant quelques problèmes surtout pour l'obtention des autorisations de circulation et de stationnement. Ils sont fréquemment rejetés par les propriétaires des restaurants pour concurrence déloyale (en réalité les food trucks ne s'adressent pas à la même clientèle que celle des restaurants) et les habitants du coin pour gêne et pollution (odeurs, bruit, attroupement des consommateurs…). Ils peuvent présenter certains problèmes lors de leurs déplacements surtout dans les rues un peu étroites et très fréquentées. Certains ont soulevé le problème du manque des toilettes pour le personnel du food-truck et de l'élimination des déchets (déchets de cuisine, emballages vides, restes des aliments…).
La Street-Food, un support touristique intéressant
La Street-food intéressante pour le consommateur tunisien (fonctionnaire, salarié, ouvrier…) surtout pour répondre à son besoin de manger un aliment sain et bon marché, peut représenter également une source de diversification de notre produit touristique. Elle peut attirer de nombreux touristes qui auront une idée sur nos traditions et notre patrimoine culinaire. Dans certains pays des agences spécialisées organisent même des « food tours » pour les touristes pour leur faire connaitre la cuisine du pays et les différents plats typiquement locaux. Il y a même des cours payants donnés par des chefs pour apprendre à cuisiner certains plats typiques.
A Rennes en France est organisé chaque premier dimanche du mois « le marché à manger » ou «food market » qui regroupe une quarantaine de cuisiniers et pâtissiers et qui attire des milliers de gourmets qui viennent en famille déguster de bons petits plats typiques et pas chers. Cet événement représente aussi bien pour les locaux que les touristes un rendez vous à ne pas manquer. Un tel événement exige peu de moyens et est facile à organiser à Tunis ou dans toute autre ville touristique du pays et pourrait drainer de nombreux touristes pour leur montrer notre savoir faire en matière de cuisine de rue. On pourrait aménager dans les régions touristiques des espaces destinés à accueillir les artisans du street-food tunisien et présenter la panoplie des plats locaux à faire gouter et découvrir par les touristes étrangers. L'élaboration d'une application indiquant l'emplacement des meilleures échoppes où on peut manger des spécialités locales du street-food permettrait aux touristes de découvrir en même temps la ville et la cuisine locale.
Pour un street-food acceptable
La street food doit répondre à des critères de salubrité, d'authenticité, de présentation et d'emballage du produit et du respect de l'environnement.
Tout d'abord la propreté et l'hygiène. En effet manipuler à la main des produits alimentaires aussi sensibles que le thon, les œufs, la viande, les salades… peut présenter un grand danger de contamination pour le consommateur surtout que la température est favorable à la multiplication des germes. La propreté du local, du matériel et surtout du personnel est primordiale. La manipulation des aliments et du matériel doit être précise pour éviter les contaminations croisées. Une formation adéquate du personnel est nécessaire. Les produits utilisés doivent être de bonne qualité (le prix bas des plats n'est pas une excuse pour utiliser des produits alimentaires bas de gamme ou de mauvaise qualité). La disponibilité et la qualité de l'eau utilisée durant l'activité (préparation des repas, nettoyage des ustensiles et autre matériel, nettoyage des mains…) doit être suivie de prés pour éviter les contaminations. Il est possible d'envisager des installations sanitaires collectives pour permettre à ces artisans de faire leurs besoins dans les meilleures conditions. Quoique le consommateur attache généralement de l'importance à l'hygiène en veillant à bien choisir d'où il va acheter sa nourriture, le contrôle et le suivi par les autorités locales est primordial s'agissant d'une question de santé publique. La réglementation et l'organisation de cette activité sont donc nécessaires. La formation d'inspecteurs spécialisés peut se révéler intéressante.
La présentation, le conditionnement et l'emballage du produit jouent un rôle décisif dans le choix du consommateur et l'acte d'achat mais également a un impact certain du coté de l'hygiène et de la santé du consommateur ainsi que sur l'environnement.
L'emplacement réservé pour ce genre d'activité doit être bien étudié afin d'éviter l'encombrement de la circulation et l'occupation anarchique et illégale de l'espace public et l'occupation des trottoirs. La personne impliquée doit s'attacher lors de son installation à ne pas polluer l'environnement par les déchets qu'il va directement générer durant son activité ou indirectement par l'intermédiaire des clients qui peuvent jeter les emballages divers et les restes de la nourriture dans l'environnement immédiat.
La street food joue un rôle socio-économique important. Elle est source d'emplois pour une couche sociale à faible revenu mais également à faible niveau d'éducation et de compétences limitées. C'est un domaine où la femme est généralement présente et active. L'organisation du secteur nécessite l'implication des intéressés eux-mêmes, mais également les ONG par son impact social. La formation et la sensibilisation des artisans surtout aux questions hygiène sont nécessaires. L'octroi de licences et l'élaboration d'un cahier des charges est un aspect à étudier.
Les food-trucks en Tunisie sont freinés par les procédures juridiques et légales complexes concernant les autorisations d'installation et de circulation de ces camions. Une adaptation des textes se révèle nécessaire pour lever ces blocages et permettre à ce secteur de se développer et à de nombreux jeunes entrepreneurs de concrétiser leurs projets. J'ai été agréablement surpris de lire une annonce de la faculté des sciences économiques et de gestion de Tunis (université d'El Manar) au sujet de la location d'un emplacement d'un food-truck au campus universitaire. Ce food-truck sera destiné à vendre des aliments aux étudiants et représente une rentrée intéressante d'argent pour l'établissement en question. C'est un exemple intéressant à généraliser dans tous les établissements universitaires (à partir d'un certain effectif d'étudiants) ce qui arrange tout le monde et notamment les étudiants qui peuvent s'offrir un repas de qualité et peu cher.
La street-food en Tunisie joue un rôle socio-économique important surtout avec le taux de chômage élevé notamment pour les diplômés du supérieur. Ce n'est pas forcement de la malbouffe. Il peut fournir des aliments de qualité et authentiques dans le respect de l'environnement. L'encadrement et l'organisation du secteur aura un impact sur le consommateur local. Il peut représenter un support intéressant pour la promotion du tourisme et la bonne image du pays. La street-food est très ouverte à l'innovation et aux nouvelles technologies et peut s'adapter à différents niveaux d'investissement allant du tricycle (food-bike) au local le plus chic. Enfin, la street-food peut s'ouvrir à la cuisine internationale et l'adoption de recettes connues des pays proches et amis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.