Bizerte : L'incendie ayant ravagé plus de 8 hectares de végétation maîtrisé au Mont Nadhour    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Un derby prometteur !    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    TOPNET, signe un partenariat Tripartite avec TTN et QWEEBY pour le lancement de la facture électronique    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    La STB Bank soutient l'économie nationale tout en préservant ses indicateurs d'activité stables    A Kairouan, la situation est alarmante    Juventus Turin : Maurizio Sarri limogé après l'élimination contre l'Olympique Lyonnais    Une nouvelle vague de phishing se propage sur Facebook    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    Tunisie: Deuxième jour consécutif sans infection au coronavirus à Sousse    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Le Président et le Trésorier du CNOT rendent visite à nos champions d'escrime pour s'enquérir de leur santé après l'accident de la route dont ils ont été victimes    Bijouterie et orfèvrerie : La fièvre acheteuse aux abonnés absents    DECES : Mahmoud Ben Aleya JERBI    CONDOLEANCES    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Tunisie : Faible affluence durant le premier jour des soldes    Basket | Finale retour du super play-off (ESR-USM) : L'USM à une victoire du sacre    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    CONDOLEANCES : Mounira GHORBAL    France – L'AS Saint-Etienne veut se débarrasser de Wahbi Khazri    Météo : Ciel dégagé et températures modérées    Tunisie: Fouad Mbazaa [vidéo]: Mechichi dispose d'au atout majeur, celui de la confiance du peuple    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Ligue des champions de l'UEFA : Manchester City et Juventus en quarts de finale    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Amir Fehri se confie sur sa nomination en tant qu'ambassadeur de l'ALECSO    Photo du jour : Une Table et des Chaises    « Summer Show », exposition collective à la galerie Selma-Feriani avec Younes Ben Slimane, Dora Dalila Cheffi et Fares Thabet : A découvrir !    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    La commission des litiges résilie le contrat d'un joueur du CSS    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Des rencontres au TOP prévues par Hichem Mechichi ce vendredi : 4 anciens Chefs de gouvernement et 2 ex Présidents de la République !    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    La Tunisie envoie des aides au Liban    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parties politiques en Tunisie: Le chaînon manquant
Publié dans Leaders le 11 - 07 - 2020

Par Habib Touhami - Dans toute démocratie représentative, l'absence de structures réellement intermédiaires finit par la vider de toute substance. Il n'est pas possible pour les citoyens que nous sommes de se déterminer avec discernement et à propos sur toutes les questions soumises au débat public. Quel que soit son bagage intellectuel ou son parcours professionnel, le citoyen isolé reste démuni face à la complexité grandissante de la vie publique et socioéconomique. Il faut donc recourir aux structures intermédiaires (syndicats, associations, partis politiques, etc.) dont l'existence ne se justifie que par le rôle de relais, de tampon et de médiateur qu'elles doivent jouer entre pouvoir et citoyens. S'agissant plus précisément de partis politiques, leur mission est aussi d'organiser les débats d'idées afin de cimenter les liens internes autour d'un projet politique commun. C'est dire que dans le processus de passage d'une société autoritariste à une société démocratique, les partis politiques occupent une position centrale, celle du chaînon. Manifestement, celui-ci manque en Tunisie.
Pourtant, le nombre de partis politiques tunisiens dépasse les deux cents et ne cesse d'augmenter de jour en jour. La majorité n'existe que sur le papier, une dizaine se dispute les faveurs des électeurs. Le fait est que la décomposition-recomposition continue du monde partisan tunisien rend le paysage politique encore plus indéchiffrable. Néanmoins, on peut distinguer au moins quatre traits communs aux partis politiques tunisiens : prédominance excessive du chef, organisation pyramidale inversée, flou idéologique, absence d'une vision sociétale d'ensemble. Ni véritablement partis idéologiques, de masse ou de cadres, ni partis d'électeurs à l'américaine, la typologie des partis politiques tunisiens s'écarte sensiblement de la typologie courante. Elle constitue un particularisme national, un de plus, qui n'offre pas de véritable solution politique de rechange et qui s'abrite lâchement derrière le « centrisme » et le« consensus » pour réduire la vie démocratique à quelques apparats.
En effet, la démocratie ne se résume pas à l'organisation d'élections libres. Elle ne se résume pas non plus à la liberté de parole et d'expression. Quelle signification peut-on donner à des élections qui reconduisent systématiquement la même politique, les mêmes partis et les mêmes profils au pouvoir (ou à peu près) malgré leur conduite scandaleuse et leur bilan socioéconomique désastreux ? Qu'a-t-on fait depuis dix ans pour réaliser les objectifs de la « révolution » en matière d'emploi et de justice sociale et régionale notamment? Rien, sinon l'adoption de textes aussi creux qu'inapplicables! Que faire de la liberté de parole et d'expression si elle ne sert pas à éclairer les masses afin qu'elles votent en conscience et en toute connaissance de cause ? La télévision, média le plus influent et le plus suivi, donne depuis dix ans dans le sensationnel et la chienlit au détriment de l'information objective et rigoureuse qu'elle doit aux Tunisiens.
Fruit tout autant du nombrilisme atavique du personnel politique tunisien que du mode de scrutin aux législatives, les partis politiques tunisiens renvoient l'image navrante de l'opportunisme, du reniement et de l'inconsistance. Leur responsabilité dans la crise politique et socioéconomique que vit le pays depuis dix ans est immense et incontestable. Leurs querelles, aussi spectaculaires qu'elles soient, ne concernent que trop rarement les problèmes fondamentaux du pays et les solutions à leur apporter. Quels enseignements peut-on tirer des élections dans ces conditions? Au moins un : la baisse continue du taux de participation aux élections législatives constitue le signe d'une « défection » citoyenne, passive jusqu'ici, mais une défection qui ouvre la voie à toutes les aventures dont le retour possible à l'autoritarisme. Si par malheur, ce scénario se réalise en fin de compte, ce sera d'abord de la faute des partis politiques tunisiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.