Programme TV du jeudi 21 mars    Huawei :Un nouveau-né de la série Y    Nizar Chaari annonce la naissance du mouvement « New Carthage »    Le ministère de l'enseignement supérieur offre 10 bourses pour des études en Master et doctorat au Canada    « La période actuelle n'est pas propice à l'amendement de la Constitution »    «Surmonter les obstacles»    Zaghouan : Visite d'une délégation de la BAD    Le Synagri revendique l'augmentation du prix du lait à la production    Des mosquées saccagées à Birmingham au Royaume Uni    Trois dangereux terroristes éliminés    Echos de la vie universitaire    Pour qui sonnera le glas!    Kappa : La nouvelle Tenue Officielle de l'Equipe Nationale (Photo)    Application et beaucoup de buts    Dylan Bronn forfait    Mobilisation contre le terrorisme et l'intégrisme    Intempéries : Interruption du trafic sur la route nationale n°17 reliant Kasserine et le Kef    Tunisie – Météo : Pluies intenses sur le nord et le centre, températures entre 11 et 16°c    Tunisie: Une bande de délinquant profite des intempéries à Sousse pour commettre 5 vols    Pluies diluviennes à Sousse, les agents de la protection civile interviennent    La capitale un le piédestal    Des graines d'artistes en incubation    Testour, Ain Tounga et Dougga Par Neila Gharbi    L'ambassadeur de France tombe amoureux…d'une chanson tunisienne    Les exportations de l'agriculture biologique génèrent 700 millions de dinars    Tunisie: Affaire des nourrissons décédés, le président de la Commission d'enquête réclame la démission de Hajer Ben Cheikh    Le Fonds TASDIR+ et la Bourse de Tunis ensemble pour placer le secteur financier tunisien sur les marchés internationaux    La Fondation Tunivisions a commémoré à sa manière le 63ème anniversaire de l'Indépendance de la Tunisie au Mausolée Bourguiba    Le 21 mars, célébration de la journée mondiale de la trisomie 21    Tunisie: Désignation de Hamma Hammami candidat du Front populaire, réaction du Watad    Tunisie: Les conducteurs des taxis en grève de trois jours    CAF: Le CSS affronte Nkana, l'ESS Vs Al Hilal, tirage complet des quarts et des demies    Tunisie: Nidaa Tounes fixe la date de son Congrès malgré les dissenssions    Noureddine Taboubi à SOMOCER : Les rapports sociaux pour assurer la pérennité des emplois    Coupe de la CAF : Un choc entre l'ESS et Al-Hilal en quart de finale    Tunisie – Kasserine : URGENT : Des terroristes enlèvent puis relâchent six citoyens au Djebel Mghilla    Deux joueurs renforcent l'EN    Tunisie: Le CTKD, rebaptisé Ekuity Capital, présente sa nouvelle vision    Tunisie- Les terroristes de Mont Salloum officiellement identifiés    Tunisie- Accès gratuit aux musées militaires ce mercredi    Tunisie: Identité des trois terroristes abattus mercredi soir au Mont Selloum    Tunisie : 6e carnaval international de Yasmine Hammamet, du 22 au 24 mars    Accès gratuit aux musées et monuments de Tunisie Mercredi 20 mars 2019    Photo du jour : comment restaure-t-on nos monuments historiques?    En Algérie, les hauts responsables liquident leurs biens    Facebook n'a pas réussi à bloquer 20% des vidéos de la tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande    Programme et coup d'envoi du Festival arabe Art et Jeunesse “C'ARTS” à l'Espace Carmen    Les forces militaires et sécuritaires traquent des terroristes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intempéries.. Entre la force majeure et les négligences blâmables
Publié dans Le Temps le 20 - 10 - 2018

A quelque chose malheur est bon. C'est en effet suite aux dégâts générés par les dernières intempéries qui ont même couté la vie à des personnes humaines, qu'on évoque ce vieux dicton. Car il a suffi d'une catastrophe naturelle pour se rendre compte que rien n'a changé en Tunisie, depuis que le pays a recouvert sa souveraineté et devenu pourtant un pays de droit avec des lois régissant les relations des citoyens entre eux en vue leur assurer une vie digne et leur procurer la sécurité leur permettant de participer au développement économique et social.
Or, outre le manque d'organisation administrative et la lenteur dans tous les domaines, l'infrastructure est des plus catastrophiques, et ce, concernant tant les routes et les autoroutes, les ponts et chaussées, que les constructions anarchiques qui prolifèrent de jour en jour, les maisons qui remplacent les espaces verts et le béton qui gâche les beaux sites et pollue l'atmosphère par la manque d'oxygène, ajouté au manque d'esthétique.
Tout cela est due d'une part au manque de vigilance et de suivi, et, d'autre part, à la négligence dans l'application de la loi concernant l'infrastructure relevant du ministère de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire.
En effet la réalisation des ponts et des autoroutes répond à une des conditions strictement établies par la loi des marchés publics, en vue d'éviter des irrégularités qui mènent à la corruption et aux abus.
La transparence dans les marchés publics est d'un intérêt capital et constitue un principe fondamental prévu par la réglementation nationale, et, selon les normes internationales prévues par la Banque mondiale afin de mieux sévir contre la corruption. C'est «la qualité de ce qui laisse passer la lumière et paraître avec nettetéles objets qui se trouvent derrière». Cette définition de la transparence est judicieuse, car ce sont les objets qui se trouvent derrière les marchés publics qui sont les plus importants à savoir les fournitures nécessaires à la réalisation d'un projet tel qu'une autoroute ou un pont.
Le décret du 13 mars 2014 a prévu qu'il est indispensable, pour consacrer le principes de transparence, de "suivre des procédures claires et détaillées de touts les étapes de conclusions du marché" et ce, outre l'obligation de préciser au niveau des cahiers des charges mis à la disposition des soumissionnaires potentiels, l'objet du marché et les conditions de son exécution, les critères de choix, la méthodologie d'évaluation du marché ainsi que ceux du choix de son titulaire. Toutes ces conditions sont dans le but d'éviter des abus dans la réalisation des marchés et lutter contre des négligences et des pratiques de corruption déguisée.
Or on se rend compte, par la défectuosité des routes et de certaines réalisations, que les critères de transparence n'ont pas été respectés. Sinon comment expliquer, par exemple, que certaines canalisations qui ont été récemment refaites sont systématiquement bouchées à chaque averse et ce, que ce soit dans la capitale ou dans certaines cités. Sans compter que certaines bâtisses se sont affaissées, quelques années à peine après leur construction.
Pis encore, aux dernières intempéries, certains ponts nouvellement construits ont été fortement endommagés, alors que les ponts c'est pour des siècles. N'y-a-t-il pas été prévue la quantité de béton nécessaire?
Pourtant et selon le nouveau décret postrévolutionnaire, il y a une commission supérieure de contrôle et d'audit des marchés publics, ainsi que des commissions de contrôle au sein de chaque ministère. Il y a aussi un comité de suivi et d'enquête des marchés publics.
Pourtant, le constat à l'œil nue est que plusieurs réalisations n'ont pas été faites selon les normes requis par la loi.
Par ailleurs le manque d'entretien, de maintenance et de suivi est de nature à favoriser davantage les dégâts en cas d'accident ou de catastrophe naturelle.
C'est d'ailleurs a raison pour laquelle, des associations de défense des droits humains, ainsi des organisations nationales telles que l'Union générale des travailleurs tunisiens, ont appelé à ouvrir une enquête concernant les dégâts subis par l'infrastructure, après les récentes inondations, soulignant "la nécessité d'une révision des lois et des cahiers de charge relative aux marché publics".
Certes, il y a infailliblement des dégâts en cas d'intempéries ou de catastrophes naturelles, et ce dans le monde entier. Cependant, il y a des cas où, à côté de la responsabilité de la nature, celle de l'Homme est établie dans le cas où il s'avère que des dégâts pouvaient être évités avec un meilleur suivi et une plus grande rigueur dans l'application des condition de transparence et afin d'éviter des abus de toute sorte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.