Grande Bretagne: Au volant d'une voiture à 97 ans, le mari de la reine d'Elizabeth II sort indemne d'un accident    LdC, Espérance: Formation probable face au FC Platinum    LdC, Club Africain: Formation probable face à Al Ismaily    LdC Afrique (J2): Les rencontres de ce vendredi et le programme TV    Sortie en France du film « Au-delà du regard, osez le désert » : réalisé par une association encadrant des jeunes malvoyants    Tunisie – Nidaa Tounes fait assumer la responsabilité de la crise à certaines parties politiques    Tunisie- La liste des vols reportés dévoilée par Tunisair    Tunisie: Décès de deux personnes électrocutées à Kerkennah    Tunisie – AUDIO : Afaq Tounes accuse certains partis de vouloir empêcher l'inscription de nouveaux électeurs    Tunisie: Nidaa Tounes inquiet de l'échec des négociations entre l'UGTT et le gouvernement    Météo: Prévisions pour vendredi 18 janvier 2019    Coupe de Tunisie : programme des 16èmes de finale dévoilé    Mondial Hand 2019 : la Tunisie passe au tour principal    Al Badil Ettounsi se penche sur l'épineuse question : Le retour des Tunisiens des foyers de tension – La Syrie par exemple !    Youssef Chahed reçoit les responsables du groupe japonais Yazaki qui compte développer ses investissements en Tunisie avec de nouvelles unités de production    Libye-5 morts et 20 blessés suite à des affrontements à Tripoli    Une autre Tunisie est possible, selon Abid Briki    Mercato : le joueur du CA rejoint son nouveau club    Tunisie- La photo d'inauguration d'un salon de thé fait polémique sur les réseaux sociaux    Les grévistes et protestataires se dirigent au palais du Gouvernement à la Kasbah    Au 4 éme art : cycle de représentation » Fantastic City Again «    Invitation : rencontre autour du Projet Mechey wa jey le mercredi 16 janvier à 18h à l'hôtel Africa    KFC célèbre une première année de succès en Tunisie    Tous les services des administrations publiques suspendus à Sidi Bouzid    Penser le sport    Publication de la liste des candidats dans la catégorie information    L'Agence d'intégration et de développement social est née    Les partisans du moindre effort    Tunisie- Paralysie totale du trafic aérien    A quand l'internationalisation ?    L'Ecole El Houareb transformée en bar    Compte-rendu intégral de la Conférence de presse tenue par l'UGTT la veille de la Grève générale    A cause de la grève générale, l'avenue Habib Bourguiba fermée à la circulation    L'Arabie Saoudite accorde à la Tunisie un prêt de 500 millions de dollars    Tunisair communique    Rahmani, Berrima et les autres…    Un nouveau clip dévoilé    Agenda culturel    «Tus montes, mis versos» au théâtre municipal de Tunis    Pour un regain d'éclat de la Perle du Sahel    Tout sur le Sommet arabe pour le développement économique et social qui se tiendra ce dimanche à Beyrouth    Confluences tuniso-espagnoles    Barbanera, un Tunisien à la tête d'un large réseau de migration illicite, arrêté en Italie    Brésil- Le nouveau président brésilien signe un décret facilitant la détention d'armes à feu    Tunisie: L'Allemagne a expulsé 318 tunisiens en situation irrégulière en 2018    René Trabelsi n'a jamais donné d'interview à une Chaîne Israelienne    Paris : Un quartier du 9ème sous les décombres… !    Les océans se réchauffent plus rapidement que prévu et leur écosystème se détériore    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Intempéries.. Entre la force majeure et les négligences blâmables
Publié dans Le Temps le 20 - 10 - 2018

A quelque chose malheur est bon. C'est en effet suite aux dégâts générés par les dernières intempéries qui ont même couté la vie à des personnes humaines, qu'on évoque ce vieux dicton. Car il a suffi d'une catastrophe naturelle pour se rendre compte que rien n'a changé en Tunisie, depuis que le pays a recouvert sa souveraineté et devenu pourtant un pays de droit avec des lois régissant les relations des citoyens entre eux en vue leur assurer une vie digne et leur procurer la sécurité leur permettant de participer au développement économique et social.
Or, outre le manque d'organisation administrative et la lenteur dans tous les domaines, l'infrastructure est des plus catastrophiques, et ce, concernant tant les routes et les autoroutes, les ponts et chaussées, que les constructions anarchiques qui prolifèrent de jour en jour, les maisons qui remplacent les espaces verts et le béton qui gâche les beaux sites et pollue l'atmosphère par la manque d'oxygène, ajouté au manque d'esthétique.
Tout cela est due d'une part au manque de vigilance et de suivi, et, d'autre part, à la négligence dans l'application de la loi concernant l'infrastructure relevant du ministère de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire.
En effet la réalisation des ponts et des autoroutes répond à une des conditions strictement établies par la loi des marchés publics, en vue d'éviter des irrégularités qui mènent à la corruption et aux abus.
La transparence dans les marchés publics est d'un intérêt capital et constitue un principe fondamental prévu par la réglementation nationale, et, selon les normes internationales prévues par la Banque mondiale afin de mieux sévir contre la corruption. C'est «la qualité de ce qui laisse passer la lumière et paraître avec nettetéles objets qui se trouvent derrière». Cette définition de la transparence est judicieuse, car ce sont les objets qui se trouvent derrière les marchés publics qui sont les plus importants à savoir les fournitures nécessaires à la réalisation d'un projet tel qu'une autoroute ou un pont.
Le décret du 13 mars 2014 a prévu qu'il est indispensable, pour consacrer le principes de transparence, de "suivre des procédures claires et détaillées de touts les étapes de conclusions du marché" et ce, outre l'obligation de préciser au niveau des cahiers des charges mis à la disposition des soumissionnaires potentiels, l'objet du marché et les conditions de son exécution, les critères de choix, la méthodologie d'évaluation du marché ainsi que ceux du choix de son titulaire. Toutes ces conditions sont dans le but d'éviter des abus dans la réalisation des marchés et lutter contre des négligences et des pratiques de corruption déguisée.
Or on se rend compte, par la défectuosité des routes et de certaines réalisations, que les critères de transparence n'ont pas été respectés. Sinon comment expliquer, par exemple, que certaines canalisations qui ont été récemment refaites sont systématiquement bouchées à chaque averse et ce, que ce soit dans la capitale ou dans certaines cités. Sans compter que certaines bâtisses se sont affaissées, quelques années à peine après leur construction.
Pis encore, aux dernières intempéries, certains ponts nouvellement construits ont été fortement endommagés, alors que les ponts c'est pour des siècles. N'y-a-t-il pas été prévue la quantité de béton nécessaire?
Pourtant et selon le nouveau décret postrévolutionnaire, il y a une commission supérieure de contrôle et d'audit des marchés publics, ainsi que des commissions de contrôle au sein de chaque ministère. Il y a aussi un comité de suivi et d'enquête des marchés publics.
Pourtant, le constat à l'œil nue est que plusieurs réalisations n'ont pas été faites selon les normes requis par la loi.
Par ailleurs le manque d'entretien, de maintenance et de suivi est de nature à favoriser davantage les dégâts en cas d'accident ou de catastrophe naturelle.
C'est d'ailleurs a raison pour laquelle, des associations de défense des droits humains, ainsi des organisations nationales telles que l'Union générale des travailleurs tunisiens, ont appelé à ouvrir une enquête concernant les dégâts subis par l'infrastructure, après les récentes inondations, soulignant "la nécessité d'une révision des lois et des cahiers de charge relative aux marché publics".
Certes, il y a infailliblement des dégâts en cas d'intempéries ou de catastrophes naturelles, et ce dans le monde entier. Cependant, il y a des cas où, à côté de la responsabilité de la nature, celle de l'Homme est établie dans le cas où il s'avère que des dégâts pouvaient être évités avec un meilleur suivi et une plus grande rigueur dans l'application des condition de transparence et afin d'éviter des abus de toute sorte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.