Kaïs Saïed reçoit Souad Abderrahim, maire de Tunis    Bourse de Tunis : Projet de prise de participation dans le capital d'UADH    Tunisie-Béja [Audio+ Photos]: Les agents et cadres du Commissariat de l'Agriculture protestent!    Photo du jour : Hommage à Henri Teissier, Archevêque d'Alger ? homme de tolérance et du dialogue interreligieux    Jeux africains de plage : Déguiche souligne la disposition de la Tunisie à accueillir l'édition 2023    Nadia Akacha, cet ingrédient indispensable de la recette présidentielle    Bouderbala : Entraver le travail des tribunaux est une décision irresponsable    L'Azerbaïdjan reprend le contrôle de Latchin    Le chef du Hamas contaminé par le coronavirus    Constat alarmant : La Tunisie menacée par le stress hydrique    L'ARP entame l'examen du budget du ministère de l'Industrie    "Des réunions sectorielles urgentes se tiendront pour examiner la possibilité de la reprise des activités sportives et culturelles" (Ministre de la Santé)    Tunisie | Reprise de la prière du vendredi à compter de cette semaine    Une contraction historique de 10% de l'économie tunisienne au terme du 3ème trimestre    Mêmes causes... mais, succès loin d'être garanti    Hafedh Lamouri n'a pas chômé    Depuis l'Italie, deux Tunisiens financent un terroriste en Tunisie    ASA Team du Technopole de Sfax remporte le 1er prix du Hackathon ActInSpace Tunisia    Coronavirus: La situation sanitaire à Tataouine    Tunisie: Les agents de l'ARP exigent des excuses officielles    La terrasse de la liberté    Aïcha Ben Miled et Najla Ben Abdallah en lice pour les César 2021    «Visions du présent et du passé», exposition d'Ali Zenaidi    PNUD: Appel à proposition pour la société civile    La KfW supporte la Tunisie dans son adaptation au changement climatique    Tunisie : Abdessalem Saidani tacle Ridha Charfeddine    Foot : les joueurs européens auront besoin d'un permis après le Brexit    Samir Bettaieb intente un procès contre Halima Hammami    Safi Said : Les hommes politiques sont d'une naiveté déconcertante    Tony Blinken: L'Américain qui aime Carthage    L'accès au marché, au coeur de la démarche du projet Pampat.        Covid-19 : 1303 nouvelles contaminations et 51 décès    Tunisie – météo : Pluies attendues sur tout le pays et baisse remarquable des températures jeudi    Football : Programme TV de ce mercredi 02 décembre 2020    Ligue des Champions : Liverpool et City qualifiés, l'Inter se relance, l'Atlético rate le coche    Célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida 2020 sous le slogan:Solidarité globale et responsabilité partagée    Après les émeutes de Chebba, Taoufik Mkacher devant le comité de discipline    Le budget du ministère des Domaines de l'Etat est en déphasage avec ses responsabilités (Ministre)    La BTS BANK et la SMT signent une convention de partenariat    Présentation du projet de réhabilitation du musée de Carthage    USA-Elections présidentielles: Le camp Trump mène une énième action en justice    Prix du meilleur film au Festival du film arabe de Zurich pour Tlamess    En vidéo : Au moins deux morts et 15 blessés percutés par une voiture dans une zone piétonne en Allemagne    L'UE et la Tunisie d'accord pour booster le tourisme culturel    Les Tunisiennes Aicha Ben Miled et Najla Ben Abdallah en lice pour le César de la Révélation de 2021    Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale    Le court métrage tunisien "Au pays de l'oncle Salem" remporte le premier prix du festival international du court métrage Ecriture et Image de Pescara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le quotidien tunisien d'un autoritaire pervers
Publié dans Le Temps le 16 - 01 - 2019

Kaligula est le titre de la nouvelle création signée Fadhel Djaziri et co-produite avec le Théâtre National de Tunis. Comme le titre l'indique, cette pièce est l'adaptation de l'œuvre phare de Camus « Caligula ». Elle est interprétée par les comédiennes et comédiens Meriem Ben Youssef, khadija Baccouche, Zeineb Henchiri, Mohamed Kouka, Abdelhamid Naouara, Mohamed Barakati, Adib Hamdi et Slim Dhib. Le texte est composé collectivement, à partir d'un atelier dirigé par Fadhel Djaziri.
Plus au moins fidèle à la pièce initiale, le metteur en scènenous a proposé un Kaligula, adapté au quotidien tunisien, celui d'un autoritaire pervers, sans trop percer dans le Caligula camusien.Il a choisi comme cadre spatial de l'action, le Spa, dans lequel les personnages sont obligés de passer de longs moments à cause du mauvais temps et des inondations dues à une pluie torrentielle. Le Kaligula de Djaziri s'écrit avec « K » et les personnages sont anonymes, ils se reconnaissent à travers les rapports qu'ils établissent entre eux. Il est clair que c'est un choix du metteur en scène afin d'orienter peut être les horizons d'attente du spectateur, et empêcher toute confusion avec les personnages camusiens. En effet, la puissance de la réécriture d'une œuvre réside dans le potentiel de l'imaginaire que possède l'artiste et dans sa manière de soumettre l'origine au contexte temporel et local, le hic et le nunc. Ainsi, la pièce abordeles rapports humainsbasés sur la violence, l'autorité et la perversion,des traits qui marquent bel et bien le paysage social tunisien.
Le bain, lieu propice au dévoilement
Pluietorrentielle à l'extérieur, écoulement de l'eau des robinets à l'intérieur du bain, buée qui couvre la scène. L'élément de l'eau est dominant, l'espace est humide, un terrain propice au fantasme.Entre la chaleur du sauna et le froid de l'extérieur, il y a le frisson, le frémissement. Le hammam excite les sens, chatouille l'imaginaire. Les personnages sont couverts de serviettes de bain ; couverts certes, mais leurs costumes suggèrent le nu : la nudité du corps, mais pas seulement !Le dénudement de leur psychologie,leursfantasmes, leurspulsions, leurs caractères, leurs défauts... bref unlieu de dévoilement, dedénudement, un lieu où s'extériorisent les sentiments : amour, haine, excès, égoïsme, orgueil, égocentrisme, tabou, intérêts, individualisme, âme pathologique... les psychologies se dévoilent et révèlent les conflits, la rivalité, la jalousie, l'envie et la haine, toute une atmosphère marquée de tension et de malaise.
Quoique lebain soit,par excellence,le cadre de purification, donc propreté et transparence, il est dans la pièce, paradoxalement,le lieu de la saleté -dans sa dimensionmorale - la fourberie, la violence, l'agression, le crime. La fonction du cadreest donc tout à fait antipode aux dits et aux comportements des personnages qui l'occupent.la buée brouille la réalité etla vision, suggère la feinte et le mensonge, un lieu suspecte, louche... certains des personnages veulent dissimuler leurs pulsions, leurs intérêts, leurs motivations, excepté leKaligula, il exhibe,au vu et au su de tous, sa méchanceté, sa haine, son égo pathologique, sa corruption, son déni familial (à l'égard de son frère par exemple quand il a demandé sa part) son indifférence par rapport à l'éthique, aux relations humaines, aux us sociaux, religieux, c'est un personnage pervers, brutal, insensible...
Kaligula, une image de la société tunisienne ?
Comme au début de la pièce de Camus, le public apprend la disparition brusque de kaligula à travers les propos des personnages qui tournent autour de la défunte et de sa relation intime avec son frère. Deux disparus : la première enterrée et le deuxième absent, sœur et frère, bien-aimés, amant et sa maitresse. L'inceste est abordé néanmoins sans beaucoup de lumière, tout légèrement, un peu pudiquement peut être, en tout cas, ce n'est plus choquant dans la société tunisienne. Combien de fois, on apprend des histoires pareilles après la révolution ! Le metteur en scène a plutôt focalisé sur l'effervescence des sentiments qui motivent les personnages amour, jalousie, envie, rivalité...
L'apparition du personnage était un peu brutale, elle reflète son désarroi et sa douleur causés par la mort de sa sœur.D'ailleursc'est sa nature, son caractère, son tempérament le plus dominant !Il est un être bizarre. sa manière de bouger, ses tics, ses manies, ses obsessions, ses angoisses font de lui cet être bizarre, un peu paranoïaque. Un être qui a follement peur de l'obscurité et qui se transforme en farouche, en chien enragé dès qu'on touche à ses intérêts, à ses biens. Dans cette pièce, il possède beaucoup de biens. Il est richard, il n'est pas uniquement le patron du hammam, mais il gère d'autres secteurs. Il s'est avéré que lebain n'est qu'une vitrine qui dissimule d'autres activités commerciales, en guise d'investissement pour le blanchiment d'argent. On dirait une bande clandestine qui tendaitses tentacules sur plusieurs secteurs économiques, et dans tout le pays devenant ainsi son « fief ». Il y a même une hiérarchisation et un partage de tâches, dont le patron est ce Kaligula.Il domine, ordonne, élimine, sanctionne ses partenaires à sa guise, il est autoritaire et sanguinaire, il n'hésite pas à tuer même les plus proches tel que son frère, même les plus anciens et accros, tel que le vieux (personnage joué par Mohamed Kouka). Bref il est le maître et tous les autres sont ses subordonnants, ses « vassaux ».
Aujourd'hui, le paysage économique tunisien est dominé par cette vague de monopolisateurs et de contrebandiers qui tendent leurs mains sur tous les secteurs à leur gré !Une corruption sans égale, barbarie et banditisme ! Personne ne peut les arrêter, parait-il, même les plus hauts responsables, ils sont décideurs du marché et peut être, que sait-on, en compromise avec l'Etat. Cette actuelle décadence du pays est mise en relief, de surcroit, à travers le personnage du vieux (joué par Mohamed Kouka) qui n'arrête pas d'évoquer le passé tunisien non lointain, l'époque bourguibienne où le pays a connu malgré tout son essor...
Le mythe personnel
D'emblée, on ressent remonter de vagues réminiscences d'une ancienne pièce du Nouveau Théâtre « GhasseletEnnwader » dont FadhelDjaziri était un des protagonistes, et ce, à travers le lexique du hammam, de la pluie, de la diction des comédiens, de la résonnance de certaines paroles clichées. S'agit-il d'un « mythe personnel » (Charles Mauron) à travers l'émergence des métaphores obsédantes, et à travers la superposition de ces deux œuvres ; ou du « mythe de l'éternel retour » (Mircea Eliade) puisque le succès de cette pièce est considéré par la majorité comme moment crucial instaurant une nouvelle époque théâtrale et donc devenant premier repère historique théâtral. Il parait qu'il y a consciemment ou inconsciemment, un désir de léguer l'aura qui a couvert « GhasseletEnnwader » à cette nouvelle création « Kaligula ».En général, le paysage théâtral n'a pas encore connu une émancipation à l'égard de cette pièce qui a accédé au stade de l'archétype. Même ceux qui l'ont créée n'ont pas pu s'en défaire et la dépasser, s'agit-il d'un complexe, du« fétichisme » ? Peut-être ! Ceci dit, certains considèrent cette intersection, dans le post-dramatique, comme esthétique de récupération, à peu près semblable à l'intertextualité dans le genre littéraire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.