Tunisie: Farhat Rajhi révèle le "coup de théâtre" exécuté après la fuite de Ben Ali    Affaire CS Chebba : L'Etoile du Sahel appelle à organiser une assemblée générale des clubs    Mercato : Leke James nie tout contact avec l'Espérance de Tunis    Webinaire sur l'Economie Sociale ce mardi 8 Décembre    Lancement officiel du premier appel à propositions de projets de la facilité « Investissements pour l'emploi » en Tunisie    Ligue Europa (6e et dernière journée) : le programme    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel face aux égyptiens d'Arab Contractors en seiziemes    Tunisie: Oussama Khlifi: Il est prématuré de parler de la gestion des dépenses de l'Etat via des décrets présidentiels    Gabès : Reprise de l'activité de mise en bouteille du gaz butane    Témoignage effarent d'un technicien d'ascenseur à l'hôpital de Jendouba    Renversé par un bus, un élève de 9 ans décède    Aquarelles introspectives de Reem Saad visibles du 9 au 20 décembre au palais Abdellia    CONDOLEANCES    Débats budgétaires 2021 : L'Université est devenue "la locomotive du chômage" en Tunisie, clament les députés    CS Sfaxien : Heni Amamou testé positif au coronavirus    Programme TV du samedi 05 décembre    12 millions de dinars de dettes payées pour le Club Africain    Le taux d'inflation au-dessous de la barre des 5% en novembre 2020 (INS)    Le gel des biens de Hosni Moubarak annulé    L'ARP entame l'examen du budget du CSM pour l'exercice 2021    La réforme de l'éducation n'est pas enterrée, affirme Sellaouti    Le Chef de l'Etat préside la cérémonie de commémoration du 68e anniversaire de l'assassinat de Farhat Hached    « Nahj anjletra » (Rue d'Angleterre), roman en arabe de Maya Ksouri : Diagnostic d'un échec annoncé    Webinaire à l'Institut Français de Tunisie avec Sami Mokaddem et Samir Makhlouf : Goûter littéraire entre écrivains    HUAWEI WATCH FIT, le Partenaire intelligent pour TOUS LES JOURS    Entreprises françaises installées en Tunisie : Résoudre les problèmes en suspens    Décès d'un jeune médecin dans un tragique accident d'ascenseur à l'hôpital de Jendouba : Faut-il encore croire à l'ascenseur social ?    Tunisie [Vidéo]: Célébration de la Journée internationale du bénévolat Béja    L'Ugtt commémore le 68e anniversaire de l'assassinat de Farhat Hached : «Ô peuple je t'aime »...    Tunisie: Olfa Ben Ouda, fière d'avoir trouver des solutions à la pénurie de personnel sans créer de nouveaux postes    Orange Digital Center et GIZ organisent des formations en ligne pour propulser les talents numériques    Tunisie: Olfa Youssef: La ministre de la femme a renoncé à ses principes pour garder son poste    Universal Auto Distributors Holding : Prise de participation en attente    Handball | Ouverture de la nouvelle saison : Mercredi prochain, les trois coups    Météo : Des intempéries orageuses attendues ce samedi    Le musée militaire de Mareth accueille un véhicule allemand ayant servi pendant la IIe guerre mondiale    Le vaccin sera gratuit en Algérie, mais non obligatoire    Un médicament qui bloque la transmission du Covid-19 identifié    Le projet de la LF 2021 adopté par la commission des Finances    "CORE, creative hub" : un nouveau programme dédié à l'économie créative et culturelle    People Power Expo Tunis du 5 au 26 décembre 2020 à la cité de la culture Chedli Kélibi    La poésie en questions | Une vocation à l'épreuve de l'islam II    Coronavirus: Joe Biden aux américains: Portez un masque pendant 100 jours    Les députés jugent faible le budget 2021 du ministère des Affaires culturelles    Tunisie [Vidéo]: Espace culturel "Joker Prod" à Sfax pour promouvoir les talents et la créativité des jeunes    L' élection américaine de 2020    L'ONU lève l'interdiction de voyage pour six mois de l'épouse de Kadhafi et sa fille Aïcha    L'ancien chef d'Etat français Valéry Giscard d'Estaing n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les obus éclipsent la peur du coronavirus
Publié dans Le Temps le 21 - 10 - 2020

Accroupi dans son abri souterrain, le long de la ligne de front avec le Nagorny Karabakh, Aïden Chakhverdiïev attrape deux courges mûres qui gisaient sous une chaise: son "meilleur remède" contre le coronavirus.
"Elles ont poussé dans notre jardin. Tu les tranches et tu les saupoudres de sucre, tu les laisses une semaine-dix jours, puis tu les manges. C'est très bon pour la santé", assure cet habitant de 54 ans de la ville de Terter, en Azerbaïdjan, située à proximité des combats avec les séparatistes arméniens soutenus par Erevan.
A Terter, touchée à de nombreuses reprises par les tirs, comme dans d'autres villes et villages des deux côtés du front, la peur de la pandémie n'a pas disparue, mais les obus qui tombent sont un danger bien plus immédiat.
Les hostilités dans cette région montagneuse du Caucase, disputée depuis des décennies, ont repris le 27 septembre, faisant des centaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés.
L'Organisation mondiale de la Santé s'est inquiétée que le conflit ne réduise en miette des systèmes de santé déjà sous pression en Arménie et en Azerbaïdjan, et accélère la diffusion du virus dans la région.
"Comme nous l'avons dit à de nombreuses reprises, le Covid-19 ne respecte pas les frontières", a lancé la semaine dernière le porte-parole de l'organisation, Tarik Jasarevic.
L'Azerbaïdjan, qui enregistrait moins de 150 nouveaux cas quotidiens de la maladie entre début septembre et mi-octobre, en recense désormais plus de 600.
Le président Ilham Aliev a ordonné en réponse la fermeture du métro de la capitale, Bakou, et celle de toutes les écoles et universités pour une durée de deux semaines.
Les familles vivant dans les caves de Terter tentent elles aussi de se prémunir contre le virus, mais leurs moyens sont maigres et les recettes maison, passées de génération en génération, sont encore hautement respectées. Et cela bien que la courge ne soit pas un remède miracle contre le nouveau coronavirus.
"On a peur du coronavirus, on a peur des combats. On tente de survivre entre les deux", résume Vafadar Aliev, l'un des habitants, en déjeunant dans une cave où se sont rassemblés d'autres locaux.
Une équipe a pu accéder à Terter, située à proximité du front, grâce à un accès accordé par le gouvernement azerbaïdjanais.
Le port du masque et le respect de la distanciation sociale restent une préoccupation secondaire lorsque les gens se retrouvent avec leur maison détruite et des vivres qui s'épuisent.
Les habitants des caves de Terter ne se rendent dans leurs appartements -- aux murs explosés par les roquettes ou jonchés de débris, pour la plupart -- que pour se laver ou réchauffer de la nourriture. Ils retournent en vitesse sous terre ensuite dans leur refuge équipés de matelas et couvertures.
Leurs contacts avec le monde extérieur se limitent aux visites des services d'aide du gouvernement et à quelques proches venus des villages avoisinants pour donner un coup de main.
La menace d'un malade infectant tous les autres habitants de la cave est toutefois élevé. Les abris n'ont pas d'eau courante et l'hygiène est limitée à l'usage périodique de désinfectant.
"Lorsque c'est possible, on essaie de garder cet endroit propre. On fait ce qu'on peut", explique Roustam Aliev en regardant la pile de bouteilles d'eau et de jus vides qui s'amoncellent.
Deux pots rouillés sont posés à même le sol en ciment et quelques vêtements sont attachés à un tuyau au plafond.
Selon des bilans fournis par les deux camps, 60 civils azerbaïdjanais et 36 civils arméniens ont été tués dans les bombardements.
"Le virus, c'est secondaire. Toute notre attention est portée sur la guerre", résume Khidgueran Alrakhova, la seule femme à habiter la cave. Son voisin, Rasoul Aliev, acquiesce: "On essaie d'éviter de se faire tuer par les Arméniens".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.